FORUM FERME

Partagez|
 

 viii ✥ l'enclin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Andoral
fondateur ∣ maitre du jeu
fondateur ∣ maitre du jeu
InfosINSCRIPTION : 12/08/2014
MESSAGES : 579
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: viii ✥ l'enclin Ven 12 Sep 2014 - 10:57


L'Enclin

❝Les origines du mal❞



Histoire et origines des Enclins
Chaque fois qu'un Ancien Dieu est découvert et corrompu par les engeances, il devient un Archidémon et déclenche un enclin. Les Anciens Dieux sont au nombre de sept, et trois d'entre eux sont déjà morts suite aux Enclins qu'ils ont provoqués. Thédas n'a donc, en théorie, plus que quatre Enclins à redouter.

Le Premier Enclin eu lieu en -395 Ancien (395 ans avant le calendrier de la Chantrie), ou 800 TE (800 ans après la fondation de l'Empire tévintide). Les tréfonds furent envahis de créatures monstrueuses que personne n'avait encore jamais vu: les engeances. Ces créatures semblaient illimitées en nombre, et répandaient une souillure qui infectait les autres créatures vivantes, les transformant à leur tour en monstres et empoisonnaient l'environnement autour d'eux.

L'interprétation des faits change selon qu'on se place du côté de Tévinter ou de la Chantrie d'Orlaïs. Cette dernière prétend que les mages tévintides sont fautifs, l'apparition des engeances coïncidant avec le rituel qu'ils avaient effectué pour entrer dans l'Immatériel et tenter d'usurper la Cité d'Or où siégeait alors encore le Créateur. Selon la Chantrie, celui-ci l'abandonna quand les mages y firent irruption, preuve de leur vanité et de leur manque de foi. A Son départ, la Cité d'Or devint noire et les mages subirent Son courroux : une nouvelle forme pour les punir et rappeler à tous leurs péchés. Ils furent changés en ce qui sera les premières engeances. Les tévintides, eux, disent que la Cité d'Or était la résidence des Anciens Dieux, et que Dumat, celui qui leur enseigna la magie du sang les a trahis: il a corrompu la Cité d'Or et asservis les mages pour devenir le premier archidémon et détruire l'humanité. Encore aujourd'hui, les nains et autres non-humains réfutent encore ces théories.  

Cette invasion des engeances, nommée Enclin par la suite, détruisit la plupart des royaumes souterrains des nains et se propagea à la surface du monde. Thédas était entré dans un âge sombre de chaos. Corrompu par la souillure, un dragon gigantesque que l'ont identifia comme étant l'ancien Dieu tévintide Dumat, sortit des tréfonds dans lesquels il avait été enfermé pour conduire les engeances dans leur quête de destruction. Il fut le premier archidémon que Thédas connut.

Déroulement des enclins il n'est pas évident de déceler un Enclin naissant car ces derniers ne se détectent que lorsqu'ils ont atteint un stade déjà bien avancé de leur développement. Ils n'est, par exemple, pas possible de prédire chronologiquement un enclin puisque plusieurs centaines d'années peuvent s'écouler entre deux sans pour autant que ce ne soit une valeur fixe. De plus, les attaques constantes des engeances (que ce soit dans les tréfonds ou à la surface) font qu'il est difficile de différencier leurs assauts habituels de ceux qu'ils mèneront sous la direction d'un archidémon. Au final, seule la Garde des Ombres et leur capacité à entendre l'appel de l'Archidémon à travers leurs cauchemars, permet de déterminer si un enclin est naissant ou non. Ces rêves commencent, en général, dans les premières semaines suivant l'éveil et la corruption de l'ancien Dieu.


Les précédents Enclins
1er enclin - Dumat - -395 Ancien/-203 Ancien il débuta en -395 Ancien, quand les mages de Tevinter voulurent pénétrer dans l'Immatériel. Ils libérèrent Dumat qui fut le premier Archidémon pour un enclin qui dura plus de cent ans. Les nains furent les plus touchés, les engeances ayant commencé leur invasion par les tréfonds. C'est au cours de cet enclin que la Garde des Ombres fut créée.

A l'issue de cet enclin, en -203 Ancien, les Gardes des Ombres étaient très nombreux et respectés pour le miracle qu'ils avaient accomplis, l'emblème du griffon était prestigieux. Malgré cela, les nations et organisations acceptaient difficilement de signer les accords leur donnant le Droit de Conscription ou le droit d'agir à leur guise sur tout territoire, refusant de croire à la menace d'un second Enclin.

2ème enclin - Zazikel - 1:5 Divine / 1:95 Divine seulement 5 ans après la fondation de la Chantrie d'Orlais, l'Ancien Dieu Zazikel s'éveilla dans les Anderfels. Tevinter retira toutes ses forces afin de mieux défendre le cœur de son Empire, et cette traitrise fut la cause de la destruction de nombreuses cités avant que les Gardes des Ombres ne puissent agir; acte qui ne les empêcha pas de perdre la cité de Minrathis en 1:31 de la Divine.

L'alliance des armées des Marches Libres, d'Orlais et des Gardes des Ombres, sous le commandement de l'Empereur Drakan, eut raison de l'invasion des engeances en de nombreux endroits et Drakan en profita pour étendre son empire et l'influence de la Chantrie d'Orlaïs. Drakan était un empereur apprécié et malgré les nombreuses batailles qu'il mena contre les engeances, c'est de vieillesse qu'il mourut en 1:45 de la Divine.

En 1:95, 90 ans après le début de cet enclin, les Gardes des Ombres à la tête d'une immense armée majoritairement humaine tuèrent Zazikel à Starkhaven.

3ème enclin - Toth - 3:10 Tours / 3:25 Tours alors que tous hormis les Gardes des Ombres pensaient qu'il n'y aurait pas de troisième enclin, Toth s'éveilla en 3:10 de l'âge des Tours. Les engeances infligèrent de lourds dégâts au sud de Tevinter et au nord d'Orlaïs, mais les Gardes des Ombres des deux pays s'unirent très vites et repoussèrent assez rapidement les forces ennemies.

Les engeances s'attaquèrent alors aux cités-États des Marches Libres en 3:18 Tours. Au début les massacres furent importants car ni Tevinter, ni Orlaïs, trop occupés à reconstruire leurs pays ne voulaient envoyer de troupes. L'insistance des Gardes des Ombres pour avoir du renfort dans les Marches Libres finit tout de même par porter ses fruits et en 3:25 Tours, Toth était tué.



Dernière édition par Andoral le Jeu 6 Nov 2014 - 23:22, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org
avatar
Andoral
fondateur ∣ maitre du jeu
fondateur ∣ maitre du jeu
InfosINSCRIPTION : 12/08/2014
MESSAGES : 579
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: viii ✥ l'enclin Ven 12 Sep 2014 - 11:01


Écrits et témoignages

❝les récits de Thédas❞


Récits du premier enclin
"Thédas est une terre résolument multiculturelle, des princes assassins d'Antiva aux antédiluviens griffons des Anderfels. Durant mes pérégrinations, toutefois, j'ai trouvé un récit commun à toutes les peuplades de cette contrée ; un récit d'orgueil et de damnation qui, malgré quelques variations, reste identique en substance.

Au faîte de son pouvoir, l'Empire tévintide couvrait la majeure partie de Thédas et regroupait le monde connu sous la férule des tyranniques inquisiteurs. Il est dit que les Anciens dieux que ces derniers vénéraient leur avaient donné la connaissance de la magie du sang, connaissance dont les inquisiteurs s'étaient servis pour asseoir leur règne. Le sang des esclaves elfes et humains de concert coulait des autels impériaux pour assouvir la voracité des inquisiteurs, dont les excès étaient dits si terribles qu'il faut se féliciter de voir la magie du sang au pilori.

Mais tous les grands finissent par chuter. Peut-être avaient-ils prévu leur déclin, ou peut-être leur orgueil était-il sans limite ; quoi qu'il en soit, les inquisiteurs eurent l'audace d'ouvrir un portail magique menant à la Cité d'Or, au cœur de l'Immatériel, cherchant rien de moins qu'à usurper le trône du Créateur, laissé vacant dans la Cité d'Or quand Il abandonna Sa création. Forts de leur pouvoir, ils étaient prêts à prendre d'assaut les cieux eux-mêmes pour devenir les égaux des dieux.

Fidèle à sa propension à l'euphémisme, la Chantrie qualifie cet acte de deuxième péché.

Selon la plupart des versions du récit, les inquisiteurs parvinrent à la Cité d'Or et foulèrent de leurs pieds la résidence du Créateur où nul être vivant n'avait osé - ou pu - pénétrer jusque-là. Mais l'humanité n'est pas appelée à arpenter les cieux. Les inquisiteurs étaient corrompus par l'orgueil et autres péchés ; leur présence seule viciait la Cité d'Or. Ce théâtre de perfection devint un abîme de ténèbres et de cauchemars. Les inquisiteurs furent refoulés par le portail et maudits pour leur perfidie, transformés en créatures ténébreuses : les engeances originelles. La Cité d'Or, jadis haut lieu de lumière au cœur de l'Immatériel, devint la Cité Noire, sinistre rappel des ravages de l'orgueil humain.



Nos contemporains n'ont que rarement conscience de ce qu'engendra le deuxième péché. Bien sûr, les bonnes gens, les fidèles maudiront les utilisateurs des arcanes interdits, à grand renfort de crachats et de claquements de doigts; mais plus aucun n'est en vie qui se rappelle de première main cette horreur libérée jadis. Des archives qui pouvaient exister à l'époque, aucune n'a survécu au chaos et à l'ignorance qui s'ensuivit. Seuls nous sont parvenus les témoignages de survivants, transmis à travers les âges sombres, et le dogme didactique de la Chantrie. Un héritage aussi précieux qu'il est rare.

Je ne pense pas commettre un euphémisme en affirmant que le deuxième péché mit toute vie en Thédas sur la sellette. Les engeances sont plus virulentes que la pire des épidémies, une force de la nature impitoyable qui fut infligée à notre monde telle un vent mauvais. Les récits des Enclins suivants (car tel est le nom obscur qui fut donné à ces invasions) nous indiquent que les engeances propagent maladie et famine partout sur leur passage. La terre même est viciée par leur présence, le ciel se couvre de nuages d'un noir furieux. Il n'est point exagéré, mes amis, de dire qu'un rassemblement massif d'engeances est annonciateur d'un cataclysme effroyable.

Ces inquisiteurs maudits qui devinrent les premières engeances fouaillèrent la terre pour trouver le réconfort dans l'obscurité des Tréfonds nains ; c'est là, au milieu des ténèbres, qu'ils se multiplièrent. Qu'ils fussent animés d'un dessein ou simplement de quelque vestige de leur adoration passée, ils tentèrent de retrouver les Anciens dieux qu'ils servaient jadis. Leurs recherches furent couronnées de succès en la présence de Dumat, premier des Anciens dieux, autrefois appelé dragon du silence avant que le Créateur ne l'emprisonnât sous terre, avec tous ses frères, pour avoir commis le premier péché : usurpé la place du Créateur dans le cœur de l'homme.

Le dragon somnolent s'éveilla, libéré de la prison du Créateur par ses disciples abjects, et reçu lui-même la souillure. Dumat devint alors le premier archidémon, son terrible pouvoir désormais soumis à la volonté d'une conscience pourrissante et impie. La horde des engeances sur ses traces, Dumat fendit à nouveau les cieux pour défaire le monde que le Créateur avait fait. L'Ancien dieu était devenu l’œil d'un noir cyclone qui ravagerait le monde tout entier.



Le monde durant le premier Enclin était bien différent de celui que nous connaissons aujourd'hui. Hormis la tutelle civilisée de l'Empire tévintide, la race humaine était surtout constituée de tribus barbares disséminées qui s'entredéchiraient pour le contrôle des ressources. Parallèlement, à des lieues sous les grandes chaînes montagneuses de Thédas vivait une culture naine aussi organisée et évoluée que la nôtre était primitive.

Quand les engeances quittèrent leurs tanières souterraines pour affluer à la surface, les humains, d'abord rétifs, entreprirent de résister. Les armées tévintides s'évertuèrent à repousser les multitudes de créatures abjectes et l'immonde souillure des terres alentour, mais elles ne pouvaient se trouver partout à la fois. L'on se rappelle - à raison - le premier Enclin comme d'un temps d'inimaginable dévastation, mais nous péchons trop souvent par arrogance en oubliant le tribut que payèrent les nains dans leur royaume montagnard isolé.

Les nains affrontèrent des hordes autrement plus vastes que l'humanité, en rivalité directe avec eux pour le contrôle des souterrains. Malgré la puissance et la technologie qu'ils mirent en œuvre, les sauvages engeances enfoncèrent leurs rangs, détruisirent d'abord les thaigs les plus isolés avant d'engloutir des royaumes tout entiers. Ce fut toute une civilisation qui disparut en l'espace de quelques décennies. Face à ce qu'il convient d'appeler un génocide, ce que nous avons baptisé premier Enclin fait figure de simple escarmouche. Les territoires nains ont toujours subi le plus fort des combats et le plus gros des sacrifices.

Quatre royaumes nains parvinrent finalement à conjuguer leur puissance pour contre-attaquer ; ce fut cette coopération qui les sauva. Mais pour le reste des terres, il était trop tard. Les engeances s'étaient emparées des Tréfonds, ces majestueux passages souterrains qui couraient à travers les contrées naines de tout Thédas. Les engeances étaient maintenant à même de frapper partout à la surface.

De toute évidence, l'humanité n'était pas préparée à un tel assaut. Nos méthodes guerrières ne nous étaient d'aucun secours. Il nous fallait trouver un autre moyen de nous battre.

Ainsi vint notre salut, sous le nom de Gardes des ombres.



Constitués à la forteresse de Weisshaupt dans les Anderfels, les Gardes des ombres offrirent à l'humanité de l'espoir en son heure la plus sombre. Ces vétérans, forts de décennies à combattre les engeances, prêtèrent serment de mettre tout en œuvre pour endiguer l'avancée des ténèbres qui avaient envahi la contrée. Ces vaillants humains, elfes et nains mirent en commun leur savoir de l'ennemi et se dressèrent d'une seule voix pour arrêter le carnage de l'archidémon.

Et leurs efforts furent couronnés de succès. Les ménestrels évoquent aujourd'hui encore la bataille de Nordbotten, première charge des Gardes des ombres à raison d'un pour 10 ou 20 engeances. Ces escadrons de Gardes des ombres, montés sur leurs puissants griffons, qui s'élevaient dans les cieux voilés pour affronter le terrible archidémon à coups de lances et de sorts.... Quel spectacle ce devait être !

Contre toute attente, les Gardes des ombres remportèrent cette première bataille. Ils levèrent les bras en signe de triomphe, et soudain l'espoir revint. Un siècle durant, ils menèrent le combat contre les hordes de l'archidémon Dumat, à la tête des résistants humains et des rares nains survivants, à perdre et gagner tour à tour du terrain sans jamais baisser les bras. Partout en Thédas, ils recrutèrent quiconque avait le talent et la force de lever haut la bannière des Gardes des ombres, qu'il fût esclave elfe ou noble humain ; enfin, près de deux siècles après l'essor de l'Ancien dieu, les Gardes des ombres levèrent les armées des hommes et des nains pour la bataille des Champs silencieux, qui vit la chute de Dumat. Le premier Enclin venait de prendre fin.

L'Empire tévintide allait bientôt connaître une autre épreuve en la personne de la prophétesse Andrasté. L'Enclin finit par ne plus être qu'un lointain souvenir. Privées de Dumat, les engeances ne passaient plus pour une menace ; ce qui, rétrospectivement, était bien malavisé. Le labeur des Gardes des ombres était loin d'être terminé."

▬ Tiré de "Ainsi tomba Thédas" de frère Génitivi, érudit chantriste.


Témoignage des Tréfonds
"Ma chère Anika,

Ne nous soucions pas de l'Assemblée : laissons les nobles conférer et se chamailler sur les maisons et les thaigs les plus importants. Ainsi, ils ne cèdent pas à la panique, ce qui serait assurément le cas sinon, aussi n'est-ce là qu'un moindre mal. La guerre est le commerce des guerriers.

Il me paraît que l'ennemi change de stratégie, si tant est qu'il en avait une hormis tout détruire sur son passage. Des semaines durant, leur nombre a paru diminuer. Nous commencions à croire que nous allions bientôt en venir à bout ; mais nous nous trompions lourdement. En ce jour, nous avons rencontré le gros de leur effectif. Les mots me manquent pour le décrire, Anika. Jamais je n'avais encore vu tant de mort en un même lieu : des engeances en nombre qui dépassait l'entendement, et au cœur de la horde un énorme animal, grand comme le palais d'Orzammar, au souffle de feu. Un Haut des engeances, peut-être, car elles semblaient le traiter avec déférence.

Elles s'apprêtaient à partir, à emprunter les puits de mine qui mènent à la surface. Mais à les voir, j'ai su qu'une fois le là-haut dévasté, elles nous reviendraient."

▬ Tiré des "Lettres du Haut Aeducan".

Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org

viii ✥ l'enclin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Annexes-