FORUM FERME

Partagez|
 

 [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Mer 10 Juin 2015 - 5:30


Dans un premier temps, Heren sembla fâché de ce que Dame Marguerite Thelvan avait fait subir à son ainé et une partie de Dorianna cru qu’il aurait été préférable de ne rien dire. Malgré toute la haine que pouvait parfois éprouver la jeune noble envers sa génitrice, cette dernière demeurait sa mère et elle l’aimait. Il arrivait à Dorianna de rationaliser ce que sa mère faisait, de lui pardonner en tentant de donner une explication logique à ses colères envers elle et de croire qu’elle le faisait réellement pour son bien. Ainsi, d’une certaine manière, lorsque maître Heren sembla être plus en colère que ses paroles ne le laissaient paraitre, Dorianna se referma et décida de ne plus aborder le sujet de sa mère. Personne ne pouvait rien contre les colères de Dame Thelvan et dépenser de l’énergie sur ce sujet était inutile; tant de belles choses attendaient l’ainée Thelvan. C’était au positif qu’il fallait penser…

Lorsque la jeune femme montra la robe qu’elle pensait porter pour le rejoindre à la salle d’armes, Heren approuva et poussa même une comparaison à la discrétion d’amants secrets, ce à quoi il pouffa de rire et que Dorianna répondit également par un rire. Après s’être incliné devant la jeune noble, Heren quitta les appartements de celle-ci, non sans avoir pris le temps d’écouter afin de ne pas tomber nez à nez avec un être indésirable. Dorianna le suivit du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse et soupira dès qu’elle fut seule.  Son maître d’armes était un personnage intéressant; un être digne des romans que l’ainée des enfants Thelvan aimait lire en s’imaginant croiser la route du héros.

Bien qu’elle fût déjà suffisamment en retard pour sa première séance d’entrainement, maître Heren lui avait dit qu’il lui laissait faire sa toilette et cette phrase, pour une femme, n’avait aucune unité de temps. Ainsi, faire sa toilette pouvait être quelque chose de bref comme cela pouvait être soigné et dans le cas de Dorianna, c’était plus soigné que bref. La jeune femme fit donc bouillir de l’eau pour prendre un bain et parfuma son eau, comme elle l’avait fait la veille. Cette fois, néanmoins, le but de ces parfums était de prévenir les odeurs corporelles qui pourraient apparaitre, suite à l’exercice physique que la nouvelle élève du maître d’armes allait faire pendant son entrainement. Malgré tout, Dorianna tenta de faire sa toilette le plus rapidement possible. À sa sortie du bain, elle enfila la robe qu’elle avait présentée plus tôt à Heren, le corps encore humide et les cheveux défaits, et se regarda brièvement dans un miroir avant de quitter ses appartements.

Contrairement à la veille, Dorianna ne rencontra personne sur son chemin jusqu’au couloir menant à la salle d’armes. Là, elle entendit des pas et se dépêcha de se cacher derrière une colonne. De sa cachette de fortune, elle vit passer quelques domestiques et fronça les sourcils; que faisaient tous ces serviteurs à cet endroit? Que lui réservait le maître d’armes comme surprise? Lorsqu’elle fut assurée que plus personne n’allait passer et découvrir que l’ainée des enfants Thelvan se dirigeait à son tour vers la salle d’armes pour y rejoindre le jeune maître, Dorianna sortie de sa cachette de marcha d’un pas léger, mais rapide vers la lourde porte de bois derrière laquelle elle deviendrait une guerrière puissante…ou pas.

En poussant la porte, Dorianna s’attendait à retrouver le maître d’armes, assis dans un fauteuil, maugréant qu’elle était en retard, mais au lieu de cela, la porte de la salle d’armes s’ouvrit sur une pièce métamorphosée. Des poutres et tiges de métal avaient été montées, créant ainsi une structure dont la jeune femme ignorait l’utilité, mais qui la laissa bouche bée. « Qu’est-ce que… » commença-t-elle avec un sourire émerveillé lorsque les yeux de la jeune femme se posèrent sur une silhouette qui lui était inconnue, à côté de celle de son maître.

Instinctivement, la jeune femme adopta une posture droite et rassembla sa chevelure désordonnée sur le devant de sa poitrine afin de lui donner un aspect plus soigné. Son sourire disparu et pendant une fraction de seconde, elle parut même paniquée, mais cette réaction pouvait être comprise : Dorianna venait de voir plusieurs serviteurs sortir de la salle d’armes, certains d’entre eux étant très près de Dame Thelvan, et cet homme pouvait ne pas être un allié dans les raisons qui conduisaient la jeune femme dans cette pièce. « Pardonnez-moi, je… » commença la jeune femme en bredouillant, mais elle ignorait quoi dire. Devait-elle dire qu’elle s’était trompée de pièce?, qu’elle pensait y trouver son jeune frère?, qu’elle repasserait plus tard?. L’homme, parce que c’était bien un homme, portait un masque, ce qui troublait légèrement la jeune femme; il était le seul, en ce moment, à en porter un. Également, son allure générale était celle d’un voyageur et non celle d’un noble en visite et le bas de son visage, qui était visible, était celui d’un jeune homme. Dorianna n’avait aucun souvenir que sa famille attendait un nouveau visiteur et l’idée qu’un inconnu pouvait se promener dans le domaine sans que personne n’en soit informé lui glaça le sang pendant un instant.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Jeu 11 Juin 2015 - 5:37

Heren maintenait une barre métallique tandis qu'Yver en assurait la fixation de celle-ci. Les 2 étaient plutôt coordonnés, même si Heren trouvait un peu floue la logique de son ami.
Yver était un scientifique, doté d'une logique cartésienne, méthodique, tandis que le maître d'armes avait une logique humaine.
Pourtant, la rectitude, la méthode, la capacité à anticiper les imprévus... tout cela aurait permis au noble d'être un redoutable guerrier... si le combat l'intéressait un peu. Hélas, il n'aimait pas la violence, le choc des armes, le souffle harmonisé au rythme. Du coup, il vouait son art à l'arbalète, arme pratique pour éviter les contacts désagréables.

-C'est bon ! Tu peux lâcher ! Fit le scientifique, satisfait du boulot.
Heren recula et jaugea l'ensemble. C'était impressionnant ! Un assemblage astucieux qui n'avait rien de rassurant au départ, surtout les parties mobiles reliées à des manivelles et destinées à... faire mal à l'imprudent !

-Ca va tenir ? Demanda-t-il, confiant dans la qualité du travail d'Yver, mais légèrement inquiet par le fait que cette salle d'armes soit plus petite que celle dont il disposait dans les Terres du Sud et des murs moins épais.

-Ca tiendra : les murs sont suffisamment solides et mes barres supportent plus d'un quintal de contrainte. Nous sommes, certes, à Montfort, patrie de l'élevage bovin, mais à moins que ton élève soit un veau de plus de 120 kg, aucune chance qu'il n'affecte ça !
Répondit Yver en rigolant. Il aurait bien rajouté qu'il commençait à soupçonner qu'Heren ne forme Dame Thelvan pour s'inquiéter ainsi de la solidité de l'ouvrage, mais il s'abstint : les murs avaient des oreilles.

Par contre, à cause du bruit, ni l'un ni l'autre n'avaient remarqué l'entrée de Dorianna qui avait certainement entendu la plaisanterie sur la nature probable de l'élève du Baron déguisé.

Heren remarqua la présence de la jeune Noble en premier, Yver tournant le dos à la porte, juché sur une poutre d'équilibre.

-Pardonnez-moi, je... Avait bredouillé la nouvelle venue.
Heren la regarda en souriant et répondit d'un air joyeux et faussement autoritaire :
-Vous êtes en retard, jeune fille. Entrez et fermez cette porte : je m'enrhume facilement.

Yver se retourna... et tomba de la poutre à cause du choc et de la surprise !
Une jeune femme était entrée. Plutôt belle... très belle, Elle ne portait pas de masque, mais sa robe, bien que simple, n'était pas à la portée de la première roturière venue.
Il se rattrapa de justesse à la poutre, évitant une chute trop honteuse. Bon sang ! Il avait certainement, en face de lui, l'un de ses pires cauchemars : une des filles de Marguerite Thelvan !
Non, impossible: jamais la Mère Thelvan ne tolèrerait que l'une de ses engeances ne vienne dans la salle d'armes sans masque, surtout avec le risque de croiser un maître d'armes roturier à peine arrivé. Ca devait être une servante... bon, vu le prix du tissu composant la robe, une servante importante... dame d'atours, surement.
Quelle frayeur! Il commençait à devenir paranoïaque, ici. C'était pire qu'à Val Rayeux!

Une fois la porte fermée, Heren se fit presque solennel
-Dorianna. Je vous présente Angus. Un ami de longue date venu installer l'appareillage dont j'ai besoin pour votre formation. Angus, je te présente Dame Dorianna Thelvan, mon élève.

Yver manqua de perdre connaissance : Son... élève ? SON ELEVE ?? Et il l'avait présenté comme une fille Thelvan????

Il vit le sourire d'Heren et crut à une plaisanterie: il y avait des choses impossibles dans la vie. Que Dame Thelvan laisse quelqu'un enseigner à l'une des filles l'usage des armes était la seconde... juste après "les Archidémons décident de protéger l'humanité et non de la détruire". Il éclata de rire.
-Heren, tu devrais éviter de me faire ce genre de coup!

Il s'avança vers Dorianna et s'inclina avec un grand sourire.
-Désolé que vous soyez une victime indirecte de l'une des plaisanteries douteuses de ce fichu maître d'armes, dont j'apprécie les compétences, mais moins les blagues. Je suis enchanté de vous connaitre... du moins, je le serai quand je saurai qui, par sa seule entrée, vient d'éblouir ma si pénible journée.
Le pire, c'est qu'il était sincère. Persuadé que son ami le faisait marcher, il considéra Dorianna avec un oeil plus rassuré: elle avait l'air un peu trop gentille pour être ce qu'Heren avait annoncé: les Nobles étaient piégeux de fausse douceur, mais surement pas avec des roturiers qui n'en valent pas la peine. Il espérait juste qu'elle ait un certain sens de l'humour, sinon, elle aurait du mal à supporter ce "fichu maître d'armes" qui alternait sérieux et plaisantin de manière imprévisible.

Heren riait sous cape: et dire que tant de nobles se vanteraient, à la cour, de s'être fait servir un tel compliment de la part d'Yver, Ser "Je-Hais-les-Flagorneurs-et-Ne-Comptez-Pas-Sur-Moi!", voilà qu'il avait usé de flatterie envers une dont il était persuadé qu'elle ne l'était pas. Un grand moment de rire intérieur pour le maître d'armes!

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Jeu 11 Juin 2015 - 6:50


« Vous êtes en retard, jeune fille. Entrez et fermez cette porte : je m'enrhume facilement. ». Le regard de Dorianna était passé de l’homme inconnu au maître d’armes et le ton de sa voix rassura légèrement la jeune femme; si la raison de la présence de Dorianna en ces lieux devait demeurer secrète, jamais Heren ne se serait adressé à elle comme ça…du moins, c’est ce que croyait profondément la jeune femme. Bien qu’ils viennent de se rencontrer, Dorianna savait qu’elle pouvait avoir confiance en celui qui était dorénavant son maître. Ainsi, les muscles du visage de la jeune femme se détendirent et quelque chose qui ressemblait à un timide sourire souleva le coin de ses lèvres. Ne souhaitant pas faire attendre plus longuement Heren, Dorianna ne fit qu’un bond pour se tourner vers la porte et la fermer complètement.

Alors que l’ainée des enfants Thelvan se retournait vers son maître, elle aperçut l’inconnu tomber de la poutre sur laquelle il se trouvait. Instinctivement, la jeune femme porta les mains à sa bouche pour la recouvrir alors que son estomac ne faisait qu’un tour, mais heureusement pour l’inconnu, ce dernier réussit à se rattraper à la poutre et Dorianna parut fortement soulagée.  Baissant les mains, elle adressa une sourire à l’homme alors qu’Heren prenait à nouveau la parole d’un ton solennel : « […] Je vous présente Angus. Un ami de longue date venu installer l'appareillage dont j'ai besoin pour votre formation. […] ». L’inconnu avait maintenant un nom; Angus et il était un ami de maître Heren. Les dernières craintes de Dorianna s’envolèrent.

Angus ne s’inclina pas immédiatement, comme le faisaient généralement les hommes à qui Dorianna était présentée, et parut dubitatif. Heren et lui échangèrent un regard et l’homme dit à son ami que ce dernier devrait éviter de lui faire ce genre de coup. À ces mots, la jeune noble fronça les sourcils; de quel coup Angus voulait-il parler? Dorianna posa les yeux sur Heren qui souriait, puis rapporta son attention sur l’inconnu qui était descendu de la structure de poutres et s’était approché d’elle. « Désolé que vous soyez une victime indirecte de l'une des plaisanteries douteuses de ce fichu maître d'armes, dont j'apprécie les compétences, mais moins les blagues. Je suis enchanté de vous connaitre... du moins, je le serai quand je saurai qui, par sa seule entrée, vient d'éblouir ma si pénible journée. » dit-il avec un sourire que Dorianna trouva particulièrement charmant. Néanmoins, Angus était désolé qu’elle soit une victime et il demandait à connaitre son identité? N’était-ce pas ce que venait de faire maître Heren? « Je… ». Dorianna tourna des yeux interrogateurs en direction du jeune maître; Angus était-il simple d’esprit?

N’attendant pas une intervention de la part de Heren, Dorianna s’inclina poliment devant le jeune homme simplet et lui adressa un sourire qui ressemblait plus à une contraction de muscles qu’à une douce expression. « Monsieur Angus, tout le plaisir de cette rencontre est pour moi… » commença la jeune noble d’une voix d’où un léger malaise était palpable. « …néanmoins, je crois ne pas saisir la nature de la plaisanterie de Maître Heren…Je…Comme votre ami…euh…l’a mentionné plus tôt, je suis Dorianna Thelvan, fille ainée du Seigneur Renaud Thelvan et de Dame Marguerite Thelvan… » poursuivit la jeune femme. De son côté, Heren souriait toujours et semblait même prendre un malin plaisir au malaise qui s’installait avec plus d’insistance entre Dorianna et Angus. « …ainsi, cet appareillage, qui servira à ma formation, comme l’a mentionné maître Heren, a été entièrement installé par vous? » conclut la jeune femme en contournant la silhouette d’Angus pour, à la fois, s’éloigner de cet homme étrange et pour avoir une meilleure vue de l’imposante structure de métal. La manière dont avait parlé Dorianna à Angus avait quelque chose de légèrement enfantin; pas que la jeune noble manquait de respect à cet inconnu, mais si ses capacités intellectuelles étaient réduites, elle devait faire attention au choix de ses mots et faire des phrases courtes et simples afin de faciliter la communication entre eux.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Ven 12 Juin 2015 - 7:52



- Monsieur Angus, tout le plaisir de cette rencontre est pour moi…  
…néanmoins, je crois ne pas saisir la nature de la plaisanterie de Maître Heren…Je…Comme votre ami…euh…l’a mentionné plus tôt, je suis Dorianna Thelvan, fille ainée du Seigneur Renaud Thelvan et de Dame Marguerite Thelvan…


A peine eut-elle prononcé ces mots qu'Yver manqua de faire un bond en arrière. Être en face d'un loup par une nuit d'hiver se serait avéré plus heureux pour le Noble.
Une Thelvan! C'était bien une Thelvan qui se tenait devant lui! Son cœur battait la chamade, en partie à cause du ravissant visage qui lui faisait face, mais surtout à cause de la nature de sa propriétaire.
Crénom, ce qu'il craignait était en train de se produire! Il l'aurait croisée dans les couloirs, en sachant ce à qui il avait affaire, cela n'aurait posé aucun problème, mais ici, dans cette pièce, présentée par Heren lui même...

Il tourna la tête alternativement vers Heren et vers Dorianna, nom fort joli, également... mais non! Il fallait qu'il se recentre! Le maître d'armes souriait toujours. Yver réalisa qu'il avait été piégé par le maître d'armes. Néanmoins, il tenta de retrouver son calme, de reprendre le contrôle.
Dorianna, qui l'avait contourné, ne se douta pas qu'elle allait briser la tentative de reprise en main en plein vol:
-…ainsi, cet appareillage, qui servira à ma formation, comme l’a mentionné maître Heren, a été entièrement installé par vous?

Pourquoi se mettait-elle à parler de cette manière? Il n'était pas un enfant, et son éducation de fille de Marguerite Thelvan l'avait probablement amenée à un niveau plus haut d'élocution... Elle le prenait pour un idiot?

Heren fut secoué par l'hilarité, livrant un combat dorénavant quasi impossible contre le fou rire.

-Heren! Je ne trouve cela drôle: grâce à toi, je passe pour le demeuré de service.
Yver alla s'assoir contre un mur sous l'échafaudage, jambes pliées et bras sur les genoux, cherchant, au fond de lui, le calme, soufflant calmement.

Heren repris le contrôle mais continua de sourire
-Dorianna, J'ai trompé Angus en prenant des airs que je prends, habituellement, quand je plaisante. Le fait qu'il ne m'ait pas cru est tout à fait logique... bien qu'il ne se serait pas fait piéger aussi facilement, d'habitude. Hélas, il redoutait de croiser Dame votre mère et, par effet de ricochet, ses filles dont elle a, à ce qui se raconte, assuré l'éducation avec une redoutable efficacité, ce qui n'augurait rien de bon au fait d'en croiser une.

Yver ne savait pas quoi penser. Trop de questions se bousculaient dans sa tête: comment avait-il pu se laisser avoir par ce coup si courant au sein du Noble Jeu? Comment une fille Thelvan pouvait se retrouver dans cette situation, au vu de la mère? Pourquoi Renaud Thelvan ne lui avait pas directement dit la vérité? Pourquoi cette jeune femme semblait totalement différente de ce qu'il aurait bien pu imaginer? Comment se venger de ce salopard d'Heren? Pourquoi commençait-il à trouver ridicule le fait d'avoir eu peur de rencontrer une des filles de cette folle de Dame Thelvan?

Il vint au devant de Dorianna et la regarda dans les yeux.
-Je vous ai mésestimée par anticipation et je vous présente, en cela, toutes mes excuses, Dame Dorianna.
Il eu un sourire avant de poursuivre:
-Et oui, je l'ai installé tout seul... si on excepte le fait qu'Heren fut obligé de maintenir certaines pièces tandis que je les fixais. Vous avez devant vous une application, à plus petite échelle, de l'EMFEA, l'Echafaudage Multi-Fonctions d'Entrainement Amélioré, surnommé affectueusement, "Le Massacreur" ou le "Tu as des dents? Dis leur adieu!". Il s'agit d'une version plus petite que celui qui se trouve chez moi, mais j'ai du faire avec la place que j'avais.
Pour l'instant, je pense qu'il sera gentil avec vous, mais au fur et à mesure que vous progresserez, l'EMFEA se révélera férocement cruel, je peux vous le garantir.
Par contre, une question, parmi tant d'autres, me taraude à propos de l'élève que vous auriez du être: de ce que l'on m'a dit, c'était votre frère qui devait être élève d'Heren. Comment se fait-il que ce soit vous, l'élève de ce vaurien?
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Sam 13 Juin 2015 - 3:39


La structure de métal demeurait un mystère pour la jeune femme, mais elle se doutait bien qu’elle en découvrirait rapidement l’utilité; c’était elle, après tout, qui devrait l’utiliser lors de son entrainement. Dorianna avait cru bon de s’intéresser au travail du pauvre Angus, mais au lieu de la réponse de celui-ci, ce fut un fou rire du maître d’armes qui vint. La jeune noble fit volte-face vers Heren; avait-elle dit quelque chose déclenchant le rire de celui-ci ou avait-elle manqué quelque chose alors qu’elle s’était retrouvée dos aux deux hommes? Pour répondre à cette nouvelle interrogation de Dorianna, ce fut Angus qui, visiblement pas heureux de la situation, reprocha au jeune maître de le faire passer pour un demeuré avant de s’éloigner de Dorianna afin d’aller s’assoir contre un mur. L’ainée des enfants Thelvan avait suivi le déplacement d’Angus du regard, mais avait rapidement tourné des yeux dans la direction de son maître. Heren prit la parole et expliqua à Dorianna la nature de tout le malentendu qu’ils venaient de vivre. Alors qu’il parlait, les yeux de la jeune femme s’agrandir et elle laissa tomber les muscles de sa mâchoire, la bouche ouverte, qu’elle cacha immédiatement de ses mains. Comprenant maintenant qu’elle avait conclu à la simplicité de cet homme alors que ce dernier n’avait, tout naturellement, pas imaginé qu’une fille de Dame Marguerite Thelvan puisse avoir un intérêt pour le combat (et encore moins se retrouver dans cette pièce avec Heren), Dorianna se tourna dans la direction d’Angus : « Je vous demande mille pardons, Monsieur! » s’empressa-t-elle de dire, sincèrement navrée d’avoir manqué de respect à un ami de Heren. « En vous voyant présenté comme un ami de maître Heren, j’oubliai que ma présence ici pouvait susciter un questionnement et je comprends maintenant ce que vous avez imaginé. Néanmoins, cela n’est en rien une excuse à mon attitude et pour cela, je ne vous demanderai jamais assez de me pardonner! L’idiote, ce fut moi… » conclut la jeune femme, les joues rougies par la honte. Si, en d’autres termes, c’était Milah qui se serait retrouvé dans une situation de malentendu, la jeune femme aurait simplement répondu quelque chose dans le genre de « Oh? Vous êtes certain de ne pas être simplet? » afin de ne pas perdre la face et de ne surtout pas admettre son erreur, face à un homme du peuple. Si Angus avait été noble, cela aurait été très différent, mais en ce qui nous concerne, c’était Dorianna qui venait de faire cette erreur et elle, contrairement à cette hypothétique réaction de sa sœur, s’en voulait terriblement.

Yver se leva et s’approcha de Dorianna, plongeant son regard dans le sien. La jeune femme eu envie, pendant un instant de baisser les yeux, mais les quelques notions d’éducation qu’elle avait reçue de sa mère lui intimaient de soutenir ce regard; elle était noble après tout…à moins que ce soit le regard d’Angus à lui seul qui méritait toute l’attention de Dorianna…ce serait à vérifier…

Angus présenta des excuses à Dorianna, ce qui fit sourire la jeune femme; pendant un instant, elle s’imagina lui répondre qu’il n’avait pas à s’excuser, que c’était elle, ce à quoi il répondrait que non, c’était lui, ce à quoi elle répéterait être en cause du malentendu, ce à quoi…vous voyez l’idée? Malgré tout, ce fut un soulagement pour Dorianna lorsqu’elle vit apparaitre un sourire aux lèvres du jeune homme. Baissant les yeux sur celui-ci, elle vit ses les lèvres d’Angus s’ouvrirent alors que de nouveaux mots étaient entendus. Aussitôt, Dorianna recentra son attention sur le regard de l’ami de maître Heren. Angus expliqua à la jeune noble la nature de la structure de métal et lorsqu’il évoqua les surnoms qu’on lui donnait, Dorianna eut un rire nerveux alors qu’elle tournait les yeux vers l’EMFEA. Heren avait promis à sa nouvelle élève des douleurs et cette machine avait été pensée pour blesser; tout à coup, les marques d’affection de Dame Marguerite Thelvan prirent un air de caresse, dans l’esprit de la jeune femme, qui craignait maintenant de perdre des dents à l’entrainement. Elle se voyait mal expliquer à sa chère mère qu’elle avait été défigurée par sa brosse à cheveux, mensonge qu’elle devrait poursuivre afin qu’elle ne sache jamais la vérité sur les entrainements de sa fille. Perdue dans ses pensées, la jeune femme fut ramenée à la réalité par une nouvelle intervention d’Angus. Visiblement, cet homme n’avait rien de simplet à la vue du nombre de mots qu’il pouvait prononcer. « Par contre, une question, parmi tant d'autres, me taraude à propos de l'élève que vous auriez dû être: de ce que l'on m'a dit, c'était votre frère qui devait être élève d'Heren. Comment se fait-il que ce soit vous, l'élève de ce vaurien? » demanda-t-il.

Dorianna se tourna à nouveau vers le jeune homme et lui sourit. « En ces murs, je suis l’élève de maître Heren, mais ailleurs, c’est mon frère, le brillant élève de notre visiteur. ». La jeune femme échangea un regard avec Heren puis rit légèrement; bien qu’Angus ne soit pas idiot, une explication était nécessaire. « Les rencontres entre maître Heren et moi doivent demeurer secrètes; Albert, mon jeune frère, me sert donc de couverture. C’est mon père, le Seigneur Renaud, qui eut l’idée de faire venir un maître d’armes à Montfort pour moi. Il venait parfois nous retrouvez, Albert, Barthélémy et moi, dans les écuries, pour assister à nos terribles duels à l’épée de bois ! ». Dorianna éclata de rire avant de poursuivre : « Mon inclinaison pour tout ce qui est contraire aux attentes qu’à ma mère pour moi ne sont pas méconnues, mais je ne pensais pas mériter un tel honneur…Quoi qu’il en soit, mon père à du imaginer que je devais réellement apprendre à me battre, si tel était mon désir; Barthélémy pensait que je ne m’apercevais pas qu’il me laissait toujours gagner…le pauvre, je le comprends…ma mère déteste déjà que nous soyons amis, si elle avait appris que le palefrenier battait sa fille ainée… ». Dorianna tourna les yeux vers Heren; elle avait eu envie d’ajouter que Dame Thelvan serait jalouse de savoir qu’une autre personne levait la main sur elle, mais devant Angus, ces informations pouvaient demeurer secrètes. Sans se soucier de savoir si les deux hommes en avaient assez de l’entendre raconter une bien longue histoire pour une simple question, Dorianna poursuivit : « Je m’égare légèrement, mais disons alors que les seules personnes qui savent pour ces leçons sont mon père, mon frère, Barthélémy, Heren et maintenant, vous! » avait énuméré la jeune femme en levant un doigt de sa main droite pour chaque personne. Faisant danser ses doigts lorsqu’elle eut terminé, Dorianna, qui n’avait pas terminé de parler, continua : « Mon père fit appel à un ami pour trouver un maître d’armes pour moi; nul autre que le Baron de Kaflan! Je n’ai jamais rencontré cet homme, mais mon père semble beaucoup l’apprécier. Un jour, lorsque je serai la meilleure guerrière de tout Thédas et que je n’aurai plus à craindre que ma mère découvre tout cela, je pourrai rencontrer le Baron et le remercier d’avoir contribué à la réalisation de mon rêve… ». Dorianna tourna les yeux, à nouveau, vers Heren et lui sourit tendrement; cet homme était dorénavant si important pour elle.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 14 Juin 2015 - 6:47


Heren ferma les yeux, savourant le moment de gêne réciproque. Ses yeux se rouvrirent sur le spectacle qu'il trouvait des plus amusants: 2 jeunes gens s'excusant mutuellement, ne sachant pas trop où se mettre, rouges de confusion. Certes, Yver avait 2 ans de plus que lui, mais lorsqu'il se grimait en Angus, il redevenait... quelqu'un de normal, un peu chien fou et excentrique, mais normal... en général.
Heren était toujours frappé de cette dualité presque schizophrénique de son ami: Angus était naturel, joyeux, entier, Yver était froid, distant, dur, imprévisible. Le déguisement révélait le vrai "lui", tandis que, dans sa véritable condition de noble, il devait jouer un rôle pour préserver sa position jusqu'à ce qu'il soit certain qu'il avait affaire à une personne sure. En terme clair, pour rencontrer le vrai Yver, il fallait rencontrer Angus.

Heren écouta la description de l'EMFEA faite par Yver.
-Rassurant comme une corde de pendu! murmurant-t-il en souriant.
La description de l'échafaudage modulable n'était pas faite pour rassurer la jeune femme, le maître d'armes le sentit, l'inventeur également.

Lorsqu'Yver posa la question concernant le fait que ce soit elle, l'élève, et non son jeune frère, Heren se crispa légèrement. Cette question était intentionnelle, de la part du Noble, qui voulait savoir, sans le dévoiler, à quel moment la situation avait changé, et pourquoi.
Dorianna expliqua l'origine de la situation, la complicité de son frère, le rôle joué par son père, son goût pour le combat, les duels à armes de bois et sa préférence pour ce monde plutôt que celui de sa mère.
Yver resta bouche bé, comme choqué, lorsqu'elle mentionna son nom, après un long discours. Il comprenait une chose qu'il avait du mal à tolérer: Renaud Thelvan lui avait menti!
Pourquoi une chose pareille? Ser Thelvan aurait du savoir qu'un tel projet, loin de gêner le jeune homme aurait valu son soutien immédiat et sans réserve. Craignait-il tant que l'exercice du pouvoir ne l'ait changé? Ou redoutait-il qu'Yver refuse de s'impliquer à cause de sa position?

-...Un jour, lorsque je serai la meilleure guerrière de tout Thédas et que je n’aurai plus à craindre que ma mère découvre tout cela, je pourrai rencontrer le Baron et le remercier d’avoir contribué à la réalisation de mon rêve…
Yver se radoucit, prit une grande inspiration. Décidément, elle avait des traits de caractères qui plaisaient. Dire qu'il se faisait des angoisses nocturnes à l'idée de venir ici. Il se sentait presque ridicule.
Il aurait pu en vouloir à Renaud Thelvan, voir lui faire payer cet impair, mais non: c'est par amour pour sa fille qu'il avait agi ainsi. Yver ne pouvait lui reprocher, finalement, d'avoir commis pareille faute. Certains nobles étaient morts pour avoir oser tromper Yver, mais leurs intentions étaient malhonnêtes et insupportables aux yeux du Baron.
Il ne lui en voudrait pas... pas pour cela.
Il avait bu les paroles de la jeune femme avec la patience d'un homme habitué à encaisser un tel flot verbal.

Heren, quant à lui, montait des paquets sur la table de la salle. Il adressa à Dorianna un sourire simple, presque discret, mais empli de confiance: elle ne devait pas se laisser impressionner par cet engin dont le but premier était de l'aider... parfois de manière brutale, certes, mais l'aider tout de même.

-Heren! Elle est aussi bavarde que toi! Je suis perdu! S'exclama Yver, après quelques secondes pour s'en remettre, d'un air faussement affolé, avant de rire avec un clin d'œil à l'adresse de Dorianna.
Je pense que ce Baron appréciera l'attention. Néanmoins, je pense que vous n'aurez pas besoin d'être la meilleure guerrière de Thédas pour ne rien à voir à craindre de votre mère.  
Quant à moi, je ne ferai qu'une promesse: je garderai votre secret le temps qu'il faudra.


Yver avait remarqué, du coin de l'œil, les paquets sur la table.
-Ah? Je crois que le moment de revêtir des vêtements plus adéquats est venu. Je vais vous laisser: même derrière un paravent, je doute que vous soyez très à l'aise à l'idée de vous changer en présence d'un inconnu dans la même pièce, alors 2.... Je vais aller en cuisine voir à faire préparer une collation, je reviendrai tout à l'heure. Heren, régime habituel?
-Bien entendu. Allez, file... et évite les mauvaises rencontres! Fit Heren avec un léger rire.

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 14 Juin 2015 - 16:45


Un simple clin d’œil derrière un masque fut à l’origine d’un nouveau malaise chez la jeune noble. Cette dernière rougit et baissa les yeux alors qu’Angus lui promettait de garder son secret. Le jeune homme annonça alors à Dorianna qu’il était le moment de se changer et qu’il allait se rendre en cuisine, profitant de l’occasion pour demander à Heren ce qu’il mangerait. Ce dernier mit en garde son ami contre les mauvaises rencontres et Angus quitta la salle d’armes. Le regard de Dorianna avait suivi le départ du jeune et un léger sourire était apparu à ses lèvres. Dès que la porte fut close, la jeune noble battit des cils et tourna les yeux vers maître Heren, sentant le regard de celui-ci sur elle. Dorianna lui adressa un sourire presque timide et s’avança vers la table où se trouvaient les paquets.

« J’ai remarqué l’expression du visage de votre ami lorsque j’ai parlé du Baron de Kaflan…ai-je été imprudente en parlant de Sa Seigneurie? » demanda la jeune noble au maître d’armes. « Ma mère ne porte pas le Baron dans son cœur; elle dit qu’il est cruel…est-ce pour cette raison qu’Angus porte un masque alors qu’il n’est pas noble? A-t-il contrarié cet homme? » poursuivit la jeune femme. « Puisque c’est lui qui vous a fait venir ici, comment est-il? ». Tant de questions en peu de temps, décidément, Dorianna avait décidé qu’elle ne serait pas silencieuse en cette première journée officielle d’entrainement. « Je parle du Baron de Kaflan bien évidemment…pas qu’Angus ne m’intéresse pas…enfin…je ne veux pas dire que votre ami m’intéresse, mais…» bredouilla la jeune femme avant de prendre une profonde inspiration. « Oubliez tout cela, maître Heren. Que m’avez-vous acheté comme vêtements d’entrainement? » demanda enfin Dorianna sur un ton un peu plus enthousiasme.

L’ainée des enfants Thelvan étira les bras vers un premier paquet afin d’en découvrir le contenu. Lorsqu’un tel paquet était offert à la jeune noble, il contenait généralement une robe aux tissus fins, aux broderies délicates et aux couleurs flamboyantes; une robe que Dorianna devrait porter à un bal ou toute autre occasion choisit par Dame Marguerite Thelvan pour présenter ses filles à la noblesse orlésienne en espérant les marier aux plus offrants. Aujourd’hui, toutefois, le contenu de ces paquets était bien différent et la jeune femme aurait besoin de l’aide du maître d’armes pour lui indiquer à quoi servait chaque pièce de vêtements et surtout, comment enfiler ces dernières correctement. Alors que les yeux de Dorianna parcouraient les paquets, elle ne put retenir une question supplémentaire : « Pourquoi ai-je le sentiment que votre ami, Angus, se réjouit à l’avance de savoir que l’EMFEA me blessera? » demanda-t-elle en fronçant les sourcils. « Si le but de cet assemblage de poutres de métal est de me faire mal, j’ai déjà une mère pour cela… » conclut-elle, pour elle-même, mais suffisamment fort pour que le jeune maître d’armes entende, d’une voix légèrement boudeuse.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 14 Juin 2015 - 21:40


Yver s'était incliné pour saluer la jeune femme avant de sortir. Il descendit les escaliers afin de se diriger vers les cuisines, l'esprit léger. Il venait de faire une rencontre des plus intéressantes.
Certes, il se sentait un peu idiot: il s'était laissé aller à des préjugés imbéciles. Lui qui passait tellement de temps à en jouer à son sujet, il se faisait piéger par ses propres tactiques.
Il reprenait confiance au fur et à mesure qu'il s'éloignait, comme s'il redevenait lui-même. Qu'est-ce qu'elle lui avait fait? Ce  n'était pas normal qu'il se soit fait avoir avec facilité par Heren et son coup au petit pied.

Il croisa un jeune homme qui se ruait vers les écuries. Un léger air de famille avec Dorianna. Il devait certainement s'agir du frère de celle-ci, le jeune... Alfred?... Il n'avait pas une grande mémoire des noms. Sauf celui-là... Il se rappelait de celui de la nouvelle élève de Heren, alors qu'il ne l'avait entendu qu'une fois... et cela l'étonna! Il ne se souvenait des noms qu'au bout de quelques jours. Il lui fallu une semaine pour ne pas se tromper sur Heren, qu'il appelait "Haren".

Heren sourit à Dorianna qui le questionnait à propos d'Angus et Kaflan en cascade. Et elle lui demandait d'oublier en tentant de changer de sujet.
Il parla d'une voix douce tandis qu'elle déballait le premier paquet:
-Angus et le Baron de Kaflan ont une rivalité vis à vis de leur maitrise scientifique, Angus est né dans la Baronnie de Kaflan et ils ont du mal à se supporter sans que cela parte en duel de connaissances... très amusant, parfois, mais pas pour eux: la science, c'est du sérieux! Mais ils ne sont pas ennemis, juste rivaux. Il leur arrive même de bien s'entendre... 3 minutes...

Ce n'est pas cela qui l'a choqué: il vient de réaliser que votre père a menti au Baron de Kaflan qui est connu pour ne pas tolérer cela.
Votre mère qualifie Kaflan de cruel? Je ne dirai pas cela: il est surtout doté d'un caractère glacial et ne supporte pas que l'on fasse des courbettes, tout comme lui, n'en fait jamais.
Votre mère l'a rencontré une fois et, lorsqu'elle en a fini avec ses politesses excessives, il lui a répondu qu'elle avait oublié des sourires et des fadaises. Elle l'a très mal pris.

En fait, le Baron a bon cœur, mais il le cache bien: il a une charge difficile et ne peut se permettre de passer pour un faible, en aucune circonstance. Des nobles sont morts pour avoir commis l'erreur de lui mentir pour le pousser à agir, mais il ne fera rien à votre père, je vous rassure: ceux qui lui ont menti étaient mal intentionnés et voulaient l'entrainer dans des actions qu'il n'appréciait pas. Mais vous, c'est différent. Je gage que ça le mettra en colère... quelques secondes. Ensuite, il en rira. Il aime aller à contre-courant et est le premier à dire qu'on a le droit de faire ce que l'on veut réellement faire. Il n'a pas eu cette chance.


Salopard d'Yver! Il était hors de question que quelqu'un puisse surpasser Heren au titre de plus grand bavard de la création, et il ne se laisserait pas faire. Heren avait passer des années à se taire, à demeurer silencieux pour passer discrètement dans la guilde des Corbeaux. Il rattrapait le temps perdu et était très fier d'être un incorrigible jaseur.
Heren avait vu le changement de regard d'Angus. Dorianna l'avait marqué en bien. Il devait se demander ce qui lui arrivait, en ce moment. Heren avait vu le comportement d'Yver devant les jolies femmes. D'ordinaire, noble ou marchand, il était à l'aise. Mais là, il semblait... bizarre. Comme s'il essayer d'être distant sans y parvenir vraiment. Le maître d'armes sourit et se focalisa sur le contenu du paquet.
-Ceci est un gambison, une chemise matelassée. On l'appelle aussi "jaque" ou "doublet armant", selon les régions. Elle s'attache par l'avant et se règle grâce au lacet à l'arrière pour s'ajuster. il y a également un camail pour la tête, des jambières matelassées et des gants de combat... ils vous iront. Ca, c'est pour le combat et l'utilisation de l'EMFEA.
Dans cet autre paquet, il y a des soutien-gorges des Terres du Sud. Les femmes nobles de chez nous sont fières de savoir se battre, mais cela nécessite des sous-vêtements plus adaptés et au meilleur maintien que les bijoux de tissus que vous portez en Orlaïs.
J'ai aussi mis des bandelettes en coton pour faire des renforts d'articulation. Je vous montrerai comment faire.


Il eu un regard joyeux lorsqu'elle revint sur le sujet d'Angus et de son envie que sa machine fasse mal.
-Il aime qu'on se souvienne de lui.
Non, je plaisante. En fait, c'est sa manière de vous mettre en garde sur les difficultés qui vous attendent. C'est signe qu'il vous aime bien. A d'autre, il aurait laissé la désagréable surprise. De plus, je sais qu'il va régler l'appareil pour que ses frappes ne soient pas trop douloureuses. Quand je m'entraine sur le sien, je le règle pour des coups qui peuvent tuer.
Quant à son masque...


Il marqua un temps d'arrêt, visiblement attristé.
-...lorsqu'il avait 11 ou 12 ans, il a expérimenté des mélanges terribles. Sa maison a été secouée par une explosion et un incendie s'est déclaré. Il a pris une poutre enflammée sur le visage.
Cela l'a traumatisé, ses brulures ne sont pas si graves et moches que ça, mais il n'y arrive pas. Pour lui, elles sont atroces. Il se refuse à les exhiber et il les cache. Je pense qu'il cache plus sa honte et les marques d'un échec terrible qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.


Il mentait, certes, mais il savait que c'était la version qu'Yver donnait à ceux qui lui demandaient le pourquoi de son masque. Il avait juste rajouté un détail qu'Yver ne dit jamais: le fait que ces soi-disant brulures étaient légères.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Lun 15 Juin 2015 - 1:54


Dorianna avait tenté de faire dévier la conversation vers les paquets, mais Heren, qui aimait parler, décida qu’il répondrait à chacune des interrogations de la jeune noble. Le jeune maître expliqua à Dorianna la rivalité qu’il y avait entre Angus et le Baron de Kaflan puis il donna la raison du changement d’attitude d’Angus; le Seigneur Renaud Thelvan avait menti au Baron. À ces mots, Dorianna cessa de respirer, le souffle coupé par la crainte de ce qui pourrait arriver à son père; elle avait été idiote de parler ouvertement sans se soucier des conséquences. Dame Marguerite Thelvan pouvait avoir des méthodes discutables, mais jamais elle n’aurait commis une telle faute et c’était ce qu’elle tentait d’enseigner à ses enfants. Heren poursuivit en racontant la rencontre de la mère de la jeune noble et du Baron, ce qui donnait une explication logique à la haine que Dame Thelvan avait envers Sa Seigneurie. En temps normal, Dorianna aurait ri de cette anecdote, mais elle pensait encore à son père et la peur se lisait dans son regard. Le jeune maître d’armes assura enfin à la jeune femme que son père ne risquait rien et celle-ci put recommencer à respirer non sans promettre de faire très attention à ce qu’elle dirait devant des inconnues, à l'avenir.

Finalement, Heren présenta le contenu des paquets à son élève. Bien que ce fût la première fois que la jeune femme voyait la plupart de ces pièces de vêtements, elle arrivait parfaitement à imaginer comment elles se portaient et à quoi elles devaient servir. Un sourire apparut aux lèvres de Dorianna; elle n’était pas démunie que cela malgré sa condition de noble orlésienne. Ses longues heures de jeux avec les enfants du peuple et les domestiques devaient y être pour quelque chose. « Dans cet autre paquet, il y a des soutiens-gorges des Terres du Sud […] ». À ces mots de son maître d’armes, Dorianna se mit à rougir; en aucun cas elle n’aurait imaginé devenir si intime avec Heren. Pour elle, c’était comme s’ils étaient dorénavant amants. Bien entendu, Dorianna savait très bien qu’il n’était rien de tel, mais le malaise était le même. C’était à ce moment que l’ainée des enfants Thelvan avait décidé de revenir sur le sujet l’EMFEA, ce quoi à, Heren ne négligea aucune explication.

Dorianna fut satisfaire de la réponse de son maître d’armes; les entrainements servaient à s’améliorer et non à tuer l’élève débutante qu’elle était. Alors que la jeune femme prenait les pièces de vêtements, prête à aller les enfiler, Heren aborda le sujet du masque d’Angus. Curieuse, Dorianna reposa les vêtements afin d’être très attentive à la triste histoire qui lui était confiée. Un sentiment de compassion pour le jeune homme masqué naissait en elle et cette dernière se surprit même à penser que peu pouvait importer l’aspect du visage d’Angus, son regard et son sourire étaient si charmants qu’elle pourrait y succomber.

« Maître Heren, je vous remercie de la confiance que vous avez en moi; vous avez répondu à mes questions sans négliger aucun détail et sans craindre de m’en dire trop. Votre honnêteté vous honore et je vous fais la promesse de ne rien dire de ce qui m’a été confié aujourd’hui. » affirma la jeune noble sur un ton univoque. « Je dois vous raconter une histoire… » commença Dorianna en riant. « …un jour, alors que ma mère dressait une liste de la haute noblesse d’Orlaïs afin de me trouver un époux, mon père lui proposa de contacter le Baron de Kaflan. Je crus à cet instant que je deviendrais orpheline de mère… » conclut-elle en éclatant de rire. « Avec les informations que vous m’avez données, je comprends maintenant sa réaction! ».

Dorianna jeta un coup d’œil vers la porte de la salle d’armes; d’un moment à l’autre, Angus allait revenir et elle ne serait toujours pas changée. Reprenant les vêtements dans ses bras, la jeune femme se dirigea vers le paravent qui avait été installé dans un des coins de la pièce, à l’opposé de l’EMFEA. Alors que le cœur de la jeune noble battait à une vitesse folle, sa robe glissa et tomba mollement sur le sol de la salle d’armes; un paravent ne pouvait empêcher l’imagination de Dorianna de prendre le dessus sur son esprit…

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Lun 15 Juin 2015 - 4:36


Yver arriva en cuisine, essayant de chasser ses pensées... ce regard...
Il avait du mal... les yeux étaient ce qu'il retenait le mieux : derrière les masques, eux seuls étaient visibles, souvent. Ils étaient les armes, les faiblesses, reflets chatoyants de l'âme, traitres obscurs de la duplicité, lire dans un regard, beau, terrible, fuyant, retord, amusé... Yver savait faire. Les yeux servaient à mentir mais, lorsqu'ils se passaient de cela, ils étaient plus sûrs que les mots. Les yeux parlaient, ils savaient se faire comprendre, ou se faire mystère, ils savaient jouer autant que la parole, aussi traitres, mais plus sincères.

Le jeune noble se ressaisit quand il entra en cuisine où des serviteurs s'affairaient. Il joua de son sens de l'attaque pour inciter la chef-cuisinière de lui préparer un repas pour 3 qu'il embarquerait : blé cuit, viandes blanches grillées, mais sans sauce (seule la moutarde, sauce non grasse était tolérée), légumes, pois, biscuits de figues et noix, eau en grande quantité....
De quoi donner de l'énergie en conservant la ligne. De l'énergie, il en faudrait beaucoup.
Il la convainquit de lui passer également du pain d'épices et d'en préparer d'autre. Idéal pour les coups de fringale, ces moments où l'on tombe d'épuisement non pas par manque de souffle mais parce que les muscles ont brulé tout ce qu'il y avait à bruler.

Yver attendit que le plateau soit prêt en préparant des bonbonnes d'eau qu'il relia pour les jeter sur son épaule. Il récupéra le grand plateau et se dirigea vers la salle d'armes. Il semblait arriver à tout porter avec quelques difficultés, mais rien d'insurmontable. Il ignorait pourquoi, mais il avait envie de vite retourner à la salle... surement pour être certain de ne pas croiser la mère Thelvan !


Heren était heureux de la promesse de Dorianna. C'était intéressant de découvrir son élève : son caractère, son histoire, ses rêves. Elle avait un long et terrible chemin à parcourir mais elle possédait ce qu'il fallait pour atteindre, non pas son but, qui était quasi irréalisable, mais quelque chose qui s'en rapproche le plus possible.
Mordre dans le sel de la vie, se nourrir d'elle, jeter bas la souffrance pour en tirer le meilleur. Il l'aiderait, il ferait tout ce qui est en son pouvoir et plus encore. Heren était entier : il n'était pas là pour torturer ses élèves, il voulait les amener au delà de leurs espérances. Il devrait trouver son style, ce qui lui permettra de se transcender.

Il rigola lorsqu'elle lui parla de sa mère à l'évocation du nom d'Yver pour les candidats potentiels à un mariage. Il visualisa la scène.
-Ca a du être une scène très drole ! Je connais un Baron qui aurait remercié Andrasté durant des heures si cela avait eu lieu... et se serait vanté de pouvoir tuer qu'à la simple invocation de son nom terrifiant ! Fit-il, hilare !

Ah. Ceci est un tricot de peau. C'est en coton, respirant, léger, pratique, ça laisse les bras nus et un col assez large pour ne pas sentir une respiration oppressée. Vous le mettrai sous votre gambison ou simplement comme ça pour les simples exercices physiques. Ce pantalon-là est dans une matière légère, mais solide. Vous avez 3 exemplaires de chaque. Je m'occuperai de la lessive de tout ceci quand je ferai la mienne. Je ne laisse personne faire ma lessive, question de prudence.


Il regarda son élève aller derrière le paravent et s'assit tranquillement. Il entendait chaque manœuvre. Chaque bruit lui signifiait à quel stade du déshabillage ou de l'habillage elle se trouvait.

Il entendit un tapotage à la porte.
-Ouvre, Heren ! Je n'arriverai pas à tenir ça longtemps ! Fit la voix essoufflée d'Yver.

Heren se leva et ouvrit à son ami qui entra et posa le plateau sur la table tandis que le maître d'armes fermait la porte à clé. Il posa les bonbonnes d'eau sous celle-ci.
-Bon sang ! Dans les escaliers, une vraie torture ! Surtout l'eau !
-Tu faiblis. Besoin de cours de remise à niveau ?
-Occupe toi déjà de Damoiselle Dorianna. Moi, j'ai déjà subi et je n'ai pas envie de recommencer tes techniques de... comment dis-tu, déjà ?... « optimisation musculaire rapide » ? Au fait, où est-elle ?
Heren désigna le paravent. Yver entendit, en effet, des légers bruits venant de ce qui ce cachait derrière les panneaux de bois et de tissus. Le dragon de l'imagination, perfide et envahissant, l'étreignit !
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Lun 15 Juin 2015 - 14:56


Dorianna poussa sa robe tombée au sol d’un léger mouvement de pied, se dégageant ainsi complètement les chevilles. Derrière le paravent, elle était complètement nue; maître Heren lui avait dit, quelques heures plus tôt, que si elle portait un corset, il le lui déchirerait. Sachant que ce dernier aurait des vêtements pour elle, la jeune femme avait enfilé la robe la plus simple de sa penderie, et ce, comme seule pièce de vêtement. Maintenant qu’aucun tissu ne couvrait son corps, Dorianna sentait ses jambes tremblantes; c’était la première fois qu’elle était nue, à proximité d’un homme. Bien évidemment, un paravent la cachait parfaitement et aucune flemme de bougie de projetait son ombre. Tout doucement, la jeune femme attrapa le soutien-gorge, acheté par Heren, et palpa le matériel dans lequel il était fait pendant quelques secondes. Le doute au sujet de du confort de celui-ci se créa dans l’esprit de Dorianna, mais elle entreprit de l’enfiler tout de même. Contrairement aux tissus habituels, ce soutien-gorge ne faisait pas que venir se poser sur la poitrine ou comprimer le tout à la manière d’un corset. L’effet était tout autre; dans un premier temps, il remontait la poitrine vers le haut en épousant les formes, mais fermement et ensuite, il empêchait la poitrine de bouger. Dorianna sautilla sur place quelques secondes et fut surprise de constater que rien ne bougeait. Ce fut à ce moment qu’elle entendit son maître d’armes se déplacer; la jeune femme cessa de bouger immédiatement. Elle fut soulagée de constater que les pas s’éloignaient et qu’ils ne s’approchaient pas vers elle, mais lorsqu’elle entendit la voix d’Angus, son cœur ne fit qu’un bond.

Angus demanda où était Dorianna; elle entendait très bien, mais elle ne répondit pas. Si elle parlait, sa voix allait révéler dans quel état elle se trouvait, c’était certain! D’un rapide mouvement, elle enfila le pantalon, également acheté par Heren. Ce dernier était particulièrement confortable; il n’épousait pas les formes à la perfection, mais était resserré aux chevilles, probablement pour un meilleur soutien. Dorianna entreprit de lacer son pantalon et lorsqu’elle eut terminé, elle pensa que, contrairement à ce que croyait sa mère, il n’y avait rien d’aguichant dans une telle tenue. Il ne lui restait que le tricot de peau à enfiler. La jeune femme observa quelques instants cette nouvelle pièce de vêtement et l’enfila. Comme l’avait mentionné maître Heren, le tricot de peau laissait les bras longs et fins de Dorianna complètement nus et le col suffisamment large pour à lui seul, devenir très aguichant. Puisque celui-ci épousait à la perfection ses formes, Dorianna avait l’impression de ne rien porter par-dessus son nouveau soutien-gorge peu confortable, mais idéal pour le combat. « Par le Créateur… » s’exclama-t-elle lorsqu’elle eut terminé sa métamorphose. Il n’y avait pas de miroir derrière le paravent, mais Dorianna pouvait imaginer ce à quoi elle ressemblait.

« Je vous avertis, messieurs, que si vous riez, je piquerai une noble crise à la manière Thelvan! » dit-elle pour plaisanter, mais également pour se donner le courage de sortir de derrière le paravent. Prenant une profonde inspiration, Dorianna se déplaça vers le coin du paravent et posa une main sur celui-ci alors qu’elle en faisait gracieusement le tour, sortant enfin de sa cachette. Si, en temps normal, c’était son maître d’armes qu’elle aurait dû regarder en attendant son approbation, la jeune noble se surprit à regarder Angus. Maintenant qu’elle connaissait la vérité pour son visage, elle avait l’impression de pouvoir apercevoir la véritable beauté du jeune homme; celle de son cœur. Ses yeux, dissimulés derrière le masque, ne pouvaient mentir et que dire de ce sourire charmant, de cette bouche parfaite…Dorianna avait néanmoins fait attention à cacher ses bras derrière son dos; Angus n’avait pas à voir les bleus que Heren avait vus plus tôt.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Mar 16 Juin 2015 - 17:07

Image grande


Tandis que Dorianna se changeait, Yver était pris dans ses pensées... des pensées qui n'allaient pas en ligne droite, comme d'habitude chez le noble adepte des sciences, mais qui suivaient des courbes harmonieuses et délicates, le genre de pensées qui, lorsqu'elles élisent domicile dans un cerveau, s'acharnent à détruire tout le reste, histoire d'avoir le confort nécessaire à leur installation.
Il secoua la tête et tenta de se changer les idées.
Son esprit n'arrivait à se détacher... à retrouver sa logique cartésienne à laquelle il tenait tant.
Les sentiments n'étaient pas logiques, jamais... Il n'aimait pas être victime de choses qui n'ont pas de logique... pourtant, cela était agréable, d'un certain point de vue.

Il avait du mal à se concentrer sur autre chose, mais il essaya :
-Tu penses que ça ira ? Demanda-t-il à Heren, d'une voix relativement inquiète.
-Pour elle ? J'ai confiance : elle trouvera sa force.
-Pour elle... et pour toi, aussi. Depuis les événements de Val Firmin, je te sens... secoué. Même Leena te trouve... changé.
-Ca ira pour moi, ne t'inquiète pas. Paradoxalement, ce sera reposant, ici. Je n'ai pas changé, je te rassure. J'ai juste besoin de m'en remettre.

La voix de Dorianna se fit entendre
« Je vous avertis, messieurs, que si vous riez, je piquerai une noble crise à la manière Thelvan! »

La jeune noble se montra.
Heren trouva qu'il avait eu l’œil pour la taille des vêtements. Le tricot de peau blanc cassé et le pantalon anthracite lui allaient comme des gants. Le soutien-gorge était parfaitement à sa taille.

Yver, quant à lui, resta bouche bé. Il ne savait que penser, que dire.
-Je... hum... Bredouilla-t-il.
Bon sang, elle parviendrait à être élégante même vêtue d'un sac de toile. Il n'en revenait pas.
Il sentait qu'elle l'observait, comme si elle attendait son avis, à lui !
Son regard l'hypnotisa, il ne pouvait se détacher de celui-ci.
-Vous êtes...

Il s'interrompit, les 2 hommes échangèrent un regard. Yver était décontenancé, ne trouvait pas les mots. Il fallait qu'il se sorte de là... Il repensa aux paroles de Dorianna... une noble crise ?
Cela le fit sourire. Elle avait de l'humour... sa nervosité actuelle se décomposa en se rappelant la menace. Son esprit trouva finalement cette jeune femme plus nature que ce qu'il redoutait et il en était vraiment content. Mais cela eut raison de sa maîtrise.
Il fut secoué de soubresauts, tentant de résister... son sourire s'accentua...
Il éclata de rire, plus à cause de la « menace » que de la tenue, en fait... qu'il trouvait très sexy sur la jeune femme et la mettant en valeur, même si ce n'était pas le but de ce genre d'habit.
Son rire était franc, amusé, le rire de quelqu'un vraiment heureux de se détendre.

Heren sourit à son tour. Enfin ! Enfin Yver se détendait, lui qui stressait tellement à l'idée de venir ici... malheureusement, il se demandait comment réagirait la jeune noble à cet éclat de rire qui n'était certainement pas destiné à se moquer d'elle.
Son regard alla de son ami à son élève et inversement.

Yver n'en pouvait plus, il s'appuya sur la table sans pouvoir cesser de rire. Il regarda Dorianna, l’œil joyeux. Il ne se moquait pas d'elle, c'était certain. Volontairement ou non, elle l'avait sacrément déridé. Elle n'en était que plus admirable à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Mer 17 Juin 2015 - 2:54


« Je... hum...Vous êtes... »

Bien qu’Angus ait le visage caché par son masque, ses yeux révélèrent à Dorianna qu’il la trouvait ravissante; une femme le sentait toujours lorsque l’effet qu’elle avait sur un homme était positif. La réaction du jeune homme fit rougir Dorianna qui baissa les yeux, quelques secondes, avant de les remonter vers le visage d’Angus. Un sourire illuminait le visage de ce dernier, auquel la jeune noble répondit. Tout à coup, les épaules de l’ami du maître d’armes se mirent à sauter doucement alors que sa bouche se déformait en une grimace qui retenait un éclat de rire. Dorianna prit alors un air faussement outré, la bouche ouverte, mais ses joues étaient remontées, trahissant ainsi ce faux début de colère…Angus éclata de rire. La jeune femme tourna la tête vers Heren avec un regard interrogateur tout en accompagnant silencieusement les rires d’Angus. Le maître d’armes souriait, visiblement heureux de voir son ami s’amuser; après ce que Dorianna avait appris à son sujet, elle ne pouvait qu’approuver cette attitude positive. L’ainée des enfants Thelvan se tourna à nouveau vers le jeune homme mystérieux; ce dernier était maintenant appuyé sur la table, riant de plus belle. Dorianna savait qu’il ne se moquait pas d’elle, le regard qu’il avait fait en la voyant sortir de derrière le paravent n’était pas celui d’un homme insatisfait. Peut-être était-ce la fausse menace qu’elle avait lancé, quelques instants plus tôt, qui était la cause de cette hilarité, mais peu importait la raison; il y avait de la joie à Montfort.

« Maître Heren, est-ce que cet imprudent se moque de moi? » demanda Dorianna en prenant un air sérieux et hautain. « N’avais-je pas eu la délicatesse de vous prévenir de ne pas rire de moi? Ai-je prononcé cette mise en garde en vain? » poursuivit-elle, maintenant en s’approchant d’Angus. « Je m’efforce d’être gentille, je fais des efforts pour sauver les gens de mes crises, vous le savez pourtant très bien! ». Dorianna était maintenant devant Angus, les mains posées sur ses hanches et secouait doucement la tête en pinçant les lèvres. « Que vais-je faire de cet homme?... » souffla-t-elle, d’un air faussement exaspéré en levant les yeux au ciel, comme si elle posait cette question au Créateur lui-même. « Je suis également déçu de vous, maître Heren; vous avez laissé cet homme rire de moi! » prononça-t-elle cette fois en baissant les yeux vers son jeune maître. « Je n’ai pas le choix… » dit-elle en écartant les bras, les paumes vers le ciel, et en haussant les épaules. « …je devrai vous punir! » conclut Dorianna sur un ton léger et presque amusé ce qui lui donnait un air dément. Elle tourna les talons, rapidement, et se mit à marcher vers la porte de la salle d’armes, d’un pas lourd qui n’était pas le sien et en levant le menton pour démontrer sa supériorité à tous. Heren avait verrouillé la porte à clé, détail que Dorianna n’avait pas prévu dans sa mise en scène. Lorsqu’elle fut devant la porte, elle croisa les bras, faisant une moue, cherchant dans son esprit les prochaines paroles à prononcer. Elle avait envie de rire à son tour, mais elle devait garder son sérieux; elle avait promis une crise en cas de rires et elle devait respecter cette promesse.

D’un mouvement brusque, Dorianna fit volte-face vers les deux hommes et se mit à sautiller sur ses pieds, levant les avant-bras à la hauteur de ses épaules, les coudes pliés, les bras légèrement décollés de son corps. « Monsieur Angus, je ne veux pas mettre prématurément fin à vos jours pour cette moquerie à mon égard, vous pourriez m’être utile un de ces jours, mais je dois vous punir alors…luttons! ». C’était complètement ridicule; le naturel joueur de Dorianna prenant le dessus sur une situation qui aurait dû se passer complètement différemment. D’un instant à l’autre, Heren pouvait mettre fin à ce jeu, ramenant sa sotte d’élève à un sérieux chantriste…ou pas. La seule chose que désirait secrètement la jeune noble était tout simplement de s’amuser, quelques instants, avec un homme qui, sans le savoir, allait marquer l’imaginaire de celle-ci…

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 21 Juin 2015 - 2:22


Dorianna avait prit un air hautain et vexé qui surpris les 2 compères, sans vraiment leur sembler anormal.

Elle s'était approché d'Yver pour le morigéner à cause de sa crise de fou-rire.
La crise s'estompa peu à peu lorsque la jeune femme, avec un style parfaitement rodé, se dirigea vers la porte après avoir annoncé qu'elle devait punir Heren pour son manque d'interventionnisme dans l'hilarité de son ami.
Elle savait parcourir le registre de la noble outrée. Heren était impressionné, Yver eu presque le sentiment d'avoir affaire à la mère Thelvan... certes, en plus jeune, plus mince et bien plus séduisante, mais il eu presque peur.

Le maître d'armes se mit à faire tourner, autour de son index, la clé de la porte, sans un mot, mais avec cet air de gamin ayant joué un bon tour.

Yver, de son côté, souffla un coup. Il avait beaucoup de mal, avec cette jeune femme. Lorsqu'elle s'était approché de lui, il fut surpris de l'accélération de son propre rythme cardiaque. Elle avait un effet déroutant, sur lui. Il essayait de mettre de l'ordre dans ses pensées et, lorsqu'elle se demanda ce qu'elle pourrait bien faire de lui, il faillit répondre qu'il possédait plusieurs options. Mais il se retint... ne sachant pas trop pourquoi.
Il avait plongé son regard dans celui de Dorianna, y lisant un amusement certain. Elle faisait semblant d'être en colère, elle avait compris qu'il ne se moquait pas d'elle, mais que c'était plus nerveux qu'autre chose.

Arrivée devant la porte, elle se retourna et dit :
« Monsieur Angus, je ne veux pas mettre prématurément fin à vos jours pour cette moquerie à mon égard, vous pourriez m’être utile un de ces jours, mais je dois vous punir alors…luttons! »

Heren et Yver furent estomaqués par cette phrase.

Heren avait senti que quelque chose se passait entre les 2 nobles, une sympathie naissante, mais certaine. Mais là, c'était osé.
Autant il n'avait pas de problème avec les gens faisant fi des convenances, autant il se demandait comment réagirait Dorianna si elle savait qu'elle venait de défier à la lutte l'un des plus puissants barons d'Orlaïs, qui plus est un noble doté de la réputation d'être fantasque, mais dangereux. Mais si Yver devenait par moments Angus, c'était justement pour se débarrasser de cette peau de noble et du poids qu'elle avait.
Néanmoins, il avait subit une éducation des plus sévères, basée à la fois sur les traditions, la noblesse d'âme et le secret, à tel point qu'il n'arrivait toujours pas à voyager à visage découvert, même sous l'apparence d'un simple marchand bricoleur. C'est pour cela qu'il avait demandé à Heren de raconter cette histoire d'incendie à quiconque tenterait de se renseigner sur le port de ce masque étrange. Cette histoire était éprouvée, efficace et logique pour beaucoup.
Il craignait qu'Angus ne s'offusque du défi et fasse planer le doute sur ses véritables origines.
Éduqué selon les principes orlésiens, Yver avait, cependant, acquis certaines libertés vis-à-vis d'eux, entre autre sur le droit des femmes à apprendre à se battre si elles en avaient envie. Mais est-ce, pour autant, il accepterait d'affronter une femme?

Yver n'en revenait pas. Elle n'avait peur de rien ! Il pourrait lui être utile ? Elle devait le punir ?
Le jeune noble sourit et s'avança sans hésitation vers la jeune femme, se plantant, à son tour devant elle. Il était de bonne humeur et avait envie de jouer.

-Vous être utile ? Et, qu'avez-vous en tête vis-à-vis de mon éventuelle utilité ? Demanda-t-il d'une voix suave en lui adressant un clin d’œil complice.
-Normalement, étant l'offensé, c'est-à-dire celui qui a été défié, je devrai avoir le choix des règles mais... je tâcherai d'être galant et je vous laisse ce privilège. Cependant, je vous préviens que vous prenez des risques terribles en voulant m'affronter : vous pourriez vous casser un ongle... voir pire : vous pourriez finir toute décoiffée !
Prévint-il en pouffant légèrement de rire alors qu'il s'était penché, mains dans le dos, vers le visage de la jeune femme.
Là, il la taquinait avec espièglerie. Elle avait dissipé les appréhensions qu'il éprouvait à venir en ce manoir et il adorait cela. Elle était la fille aînée de Dame Thelvan, la dernière personne qu'il aurait pu imaginer capable de faire cela avec lui. Et pourtant, elle y était parvenue.

"Il la traite de chochotte!" pensait Heren en rigolant doucement. Il se demandait qui était le plus culotté des 2.
Néanmoins, il était rassuré: Yver ne s'était pas braqué.... bien au contraire: le culot de Dorianna l'amusait, au bon sens du terme.

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Lun 22 Juin 2015 - 16:12


Le plan de Dorianna avait été légèrement perturbé lorsqu’elle avait constaté que la porte de la salle d’armes était verrouillée et que la clé était en possession de maître Heren (qui, visiblement, était très fière de son coup). Bien entendu, c’était un soulagement de savoir cette porte close; on évitait ainsi les mauvaises surprises, mais la jeune comédienne avait dû penser rapidement pour ne pas perdre son rôle de noble en colère. La première idée que Dorianna avait eue avait été de se déplacer vers les lames d’entrainement et de défier Angus, mais la violence d’une telle demande, aussi humoristique soit-elle, pouvait être lourde de conséquences. Elle avait alors décidé de défier Angus à la lutte; les risques de blessures graves étaient quasiment nuls et il s’agissait d’un jeu plutôt qu’un duel. Alors que Dorianna sautillait d’un pied à l’autre, les bras en position de combat au corps à corps, elle avait imaginé qu’Heren choisirait ce moment pour intervenir ou qu’Angus, en tant qu’homme du peuple devant une femme de la noblesse, allait décliner l’invitation de Dorianna, mais elle s’était trompée. S’il était vrai que les deux hommes avaient paru surpris de cette demande, Angus s’était approché de la jeune noble, sous le regard du jeune maître d’armes.

« Vous être utile ? Et, qu'avez-vous en tête vis-à-vis de mon éventuelle utilité ? ». Dorianna sentit ses joues s’empourprer; dans son improvisation, elle avait prononcé des mots pouvant porter à un sens plus intime, chose à laquelle elle n’avait pas pensé sur le moment, mais maintenant que ces mots étaient répétés par Angus, elle en comprenait le sens. Si la jeune femme n’avait aucune expérience dans l’art subtil de la séduction, l’homme devant elle devait en connaitre tous les coups. Dorianna fit battre ses cils alors qu’elle cherchait dans son esprit une manière de se sortir du malaise dans lequel elle se trouvait maintenant. Bien que le temps de réponse soi être très révélateur de l’état de la jeune femme, cette dernière répondit enfin : « Rien que la Chanterie désapprouve, monsieur! Vous pourriez cirer mes bottes, seller mon cheval, mettre du bois dans le foyer de mes appartements, me transporter dans vos bras si le sol est boueux; des tâches ingrates pour vous rappeler de ne plus jamais vous moquer d’une femme telle que moi! » avait-elle dit en prenant un air des plus prétentieux, en digne fille ainée de Dame Thelvan, en passant ses mains sur ses nouveaux habits comme s’ils avaient été de haute facture (Dorianna avait cessé de sautiller sur place dès qu’elle avait commencé à parler à Angus).

« Normalement, étant l'offensé, c'est-à-dire celui qui a été défié, je devrai avoir le choix des règles, mais...[…] » À ces mots, Dorianna leva les sourcils en laissant tomber sa mâchoire et en laissant un « ah! » d’exclamation sortir de sa gorge. Angus jouait les nobles offensés aussi bien que Dorianna pouvait le faire; à l’exception près que le jeune homme ne possédait aucun titre, ce qui rendait la situation encore plus drôle. « […]  je tâcherai d'être galant et je vous laisse ce privilège. […] » Dorianna leva les yeux au ciel. « […] Cependant, je vous préviens que vous prenez des risques terribles en voulant m'affronter : vous pourriez vous casser un ongle... voir pire : vous pourriez finir toute décoiffée ! » conclut Angus en s’inclinant légèrement devant la jeune noble, le visage maintenant plus près de celui de Dorianna. À cette courte distance, la jeune femme pouvait voir admirer le regard du jeune homme qui, contrairement au reste du visage brûlé de ce dernier, n’avait rien perdu de son charme.

La salle d’armes disparue, tout comme le pauvre maître d’armes; seul ne restait que ce regard derrière un masque et le jeune homme auquel il appartenait. Les entrailles de Dorianna se mirent à danser dans son ventre alors que son cœur se mit à battre si fort que la jeune femme crut qu’il allait finir par sortir du soutien-gorge de combat qu’elle portait. Dorianna avait déjà ressenti un malaise, alors qu’elle se trouvait très près de maître Heren, mais celui-ci n’avait rien à voir avec le précédent. Pendant un bref instant, la jeune femme sentit que son visage appelait celui d’Angus, comme si d’une seconde à l’autre, ils allaient s’effleurer et que, bien que la présence du masque pouvait les gêner, leurs lèvres se déposeraient l’une contre l’autre…

En un battement de cils, la salle d’armes réapparut, tout comme Heren. Les derniers mots d’Angus étaient flous dans son esprit, mais Dorianna fit un effort pour reprendre le fil de leur discussion; ils devaient combattre. Lorsqu’elle fut à nouveau en plein contrôle, la jeune femme répondit à la nouvelle taquinerie de l’ami du maître d’armes : « J’exposerai chacun de mes ongles cassés au combat sur le manteau de mon foyer, ainsi que chacun des bouts de peau qu’ils vous auront déchirés au passage… » commença-t-elle levant les mains devant le visage d’Angus en refermant ses doigts à la manière de griffes. « …pour ce qui est de ma coiffure, plus elle sera emmêlée, plus ce sera le signe que vous ne m’aurez pas épargné et que vous vous serez battu fièrement, monsieur! » avait-elle conclut sur un ton de défi en abaissant ses mains, mais en laissant ses paumes, les doigts bien droits, en direction du jeune homme.

« Vos mains! » ordonna-t-elle soudainement afin qu’Angus se positionne de la même manière devant elle. Lorsque le jeune homme eu répondu au commandement, Dorianna posa ses paumes contre celle d’Angus. Au contact de leurs mains, l’une contre l’autre, la jeune femme sentit une chaleur se répendre dans tout son corps, mais elle tenta de l’ignorer; si cette étape du combat la déstabilisait déjà, elle était assurée de perdre. « Les règles de ce type de lutte sont très simples : tous les coups sont permis tant et aussi longtemps que nos mains sont jointes. ». Dorianna glissa délicatement ses doigts entre ceux du jeune homme et les referma sur ses mains, les faisaient maintenant prisonnières. L’imaginaire de la jeune femme tentait, une nouvelle fois, de lui faire perdre le contrôle sur les évènements; le léger chatouillement qu’avait occasionné l’entremêlement des doigts des deux jeunes gens était en cause. Dorianna n’espérait qu’une chose : qu’Angus ne perçoive pas l’effet qu’il avait sur elle; que penserait-il de cette réaction de jouvencelle s’il devait la percevoir? « Le gagnant est celui qui réussit à mettre à terre son adversaire, sans toucher le sol lui-même.  Vous avez des questions? » conclut la jeune femme en prenant une position plus équilibrée sur ses pieds; elle avait tant de fois battu Albert à ce jeu de lutte qu’elle était très confiante de ne pas tomber rapidement.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Mer 24 Juin 2015 - 16:08


Yver avait écouté l'utilité qu'il pouvait éventuellement avoir avec un rire léger à chaque tâche dégradante énoncée par la jeune femme. Elle n'avait vraiment peur de rien, il devait le reconnaître.
« J’exposerai chacun de mes ongles cassés au combat sur le manteau de mon foyer, ainsi que chacun des bouts de peau qu’ils vous auront déchirés au passage… »
Voilà qui était déterminé. Elle n'en démordait pas. Une vraie tigresse! Qui l'aurait cru?
Elle répondait du tac au tac au "marchand", ne lui laissant pas vraiment d'échappatoire.
Le jeune noble déguisé commençait à se demander sérieusement s'il avait envie de s'échapper.

De toute sa vie, Yver ne se serait jamais douté que l'une des filles de Renaud Thelvan soit une telle perle.
Elle lui faisait indéniablement de l'effet. Le jeune noble se noyait dans son regard, admirait sa chevelure, chaque parcelle de son visage. Elle était ravissante... et avait de la suite dans les idées, ce qui ne gâchait absolument rien.
Yver ne s'intéressait jamais franchement à la noblesse. Rare étaient ceux qui suscitait son intérêt. Dorianna en faisant partie... et en excellente place.
L'espace d'un instant, il espéra qu'un évènement fortuit le sauve. Il n'avait pas envie de lui faire mal par mégarde, il souhaita que Heren intervienne, mais rien ne vint de ce côté.

Derrière ce petit jeu, Heren voyait quelque chose de moins en moins diffus. Il détectait les traits du visage, les attitudes, la voix... aucun doute dans l'esprit du maître d'armes.
"Ces 2-là font du brouillard autour d'eux!" Pensait-il "Mais c'est une Duelliste. Pas de fait... pas encore... mais d'âme, c'est certain. Voilà qui est prometteur."
Le maître d'armes était satisfait de voir une telle combativité chez sa nouvelle élève. Il avait balayé le phénomène qui se produisait sous ses yeux et se recentra sur sa tâche: jauger et éduquer.
Certes, il ne se faisait pas d'illusions sur la qualité du combat: aucun des 2 n'était bon au corps-à-corps, cela se voyait rien qu'à leurs positions plutôt précaires. De plus, il se demandait si l'un comme l'autre n'était pas en train de penser à autre chose qu'à un combat... peut-être un autre genre de combat...
Heren se demanda franchement s'il ne valait pas mieux qu'il aille se promener en les enfermant ici... disons... une petite heure. Mais il se ravisa... Il préféra rester là pour stopper les dégâts. Le souci, avec les amateurs, c'est qu'un accident était vite arriver.
Il obtura les regards et se concentra sur l'aspect combat de ce défi.

« Vos mains! » Avait-elle avec autorité après avoir positionné ses mains, paumés ouvertes vers Yver. Il s'exécuta et posa ses paumes contre celle de la jeune femme qui referma ses doigts, enserrant ses mains en expliquant les règles: ne pas lâcher les mains de l'adversaire et le faire tomber par tous les moyens en ne tombant pas soit même.
Il sentait la chaleur des mains de Dorianna dans les siennes. Troublé, il n'osait serrer trop fort, mais il savourait ce contact, à mi chemin entre l'étau et une caresse.
Un moment d'éternité fugace s'écoulait autour d'eux.
Dorianna aussi semblait troublée. Il ressentait ce trouble comme il ressentait sa propre fascination. Il sourit. Il lui faisait de l'effet?  Et si c'était une ruse, une comédie? Après tout, les dames de la cour jouaient parfois de ce registre d'ingénue... mais rare étaient celles qui parvenaient à ce niveau de maîtrise.
Non, cette sensation était réelle, tout comme la sienne propre.
« Vous avez des questions? »

Il n'avait pas le choix. Il parvint à reprendre ses marques, assurant une bonne position sur ses jambes, très solide. Il avait senti le trouble de Dorianna, il l'avait également vu se ressaisir, comme on se jette dans l'eau pour ne pas sentir qu'elle est froide.
Le noble reprit le dessus sur le marchand. Bloquant les bras en une garde dure à bouger. Il sourit, un sourire plus franc.
-Non, aucune question, chère adversaire. Ça ne sera pas long. En fait, ce sera tellement rapide que vos cheveux n'auront pas le temps de s’emmêler. Mais, je vous rassure: une fois que vous serez à terre et vaincue, je vous décoifferai... juste par sadisme. Je savoure à l'avance les nombreuses heures de dur brossage qu'il vous faudra pour rattraper les dégâts.

Yver avait dit cela avec un ton joyeux d'enfant rigolant à l'avance de la bonne blague qu'il avait en projet. Il s'amusait, lui aussi. Il provoquait Dorianna dans la bonne humeur.
Il effectua une brève poussée. relativement forte, mais pas assez pour faire tomber la jeune femme qui, il devait l'admettre, avait de la poigne pour une petite noble.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Jeu 25 Juin 2015 - 3:54



« Non, aucune question, chère adversaire. ». Dorianna écarta légèrement les jambes et recula sa jambe gauche afin d’être plus stable sur ses pieds. « Ça ne sera pas long. En fait, ce sera tellement rapide que vos cheveux n'auront pas le temps de s’emmêler. » La jeune femme pouffa de rire; Angus était si confiant de lui. « Mais, je vous rassure: une fois que vous serez à terre et vaincue, je vous décoifferai... juste par sadisme. Je savoure à l'avance les nombreuses heures de dur brossage qu'il vous faudra pour rattraper les dégâts. ». À cette conclusion inattendue et fort surprenante, Dorianna rougit en adressant un sourire en coin au jeune marchand, tout en penchant délicatement la tête sur le côté. Tout à coup, déjouant la garde de Dorianna, Angus attaqua en premier en poussa sur ses bras pour lui faire perdre l’équilibre. Au même moment, la jeune noble serra les mains pour se retenir à celles de son adversaire; si elle devait tomber, elle l’entrainerait ainsi dans sa chute afin de ne pas lui donner la victoire si facilement. Heureusement pour les deux jeunes gens, Dorianna réussit à reprendre son équilibre sans tomber et par réflexe elle replia les avant-bras sur sa poitrine, ce qui eut pour effet d’attirer son corps vers celui d’Angus.

Levant les yeux vers ceux du jeune homme, Dorianna sentit sa poitrine se soulever et s’abaisser rapidement alors que sa respiration devenait de plus en plus rapide; son visage était si près de celui d’Angus qu’il était surprenant qu’ils ne se soient pas entrechoqués lors de cette tentative pour reprendre son équilibre. La jeune noble, sans réellement réfléchir à ce qui était en train de se passer, baissa les yeux sur la bouche de l’ami du maître d’armes et sentit ses mains devenir moites alors qu’elle imaginait ce qui pourrait se passer si le combat ne reprenait pas rapidement. À cette courte distance, Dorianna pouvait sentir l’odeur subtile des sels parfumés et remarqua les dents parfaitement blanches du jeune marchand; il était si rare de rencontrer un homme du peuple qui prenait soin de sa personne que l’ainée des enfants Thelvan y vit, un cours instant, le signe qu’elle venait de faire une rencontre des plus prometteuses, mais n’eut aucun doute sur la réelle identité d’Angus; elle faisait entièrement confiance à Heren et à l’histoire qu’il lui avait racontée au sujet de son ami.

« Angus… » susurra Dorianna, sans pour autant perdre de vu l’objectif de ce duel; en effet, profitant de la situation telle une diversion, discrètement, la jeune noble avait glissé sa jambe gauche à l’extérieur de la droite d’Angus et l’avait légèrement repliée afin de la faire revenir vers la jambe de son adversaire. D’un instant à l’autre, Dorianna exécuterait un mouvement brusque de sa jambe gauche afin de tirer sur la jambe droite d’Angus et ainsi, de le faire perdre pied. Cette tactique, si bien exécutée, pouvait faire tomber rapidement l’adversaire sur le dos. Bien entendu, Dorianna serait entrainée dans la chute, mais la jeune femme comptait sur son expérience de cette lutte pour réussir à garder sa jambe droite bien ancrée au sol. La gauche devrait alors lui servir de balancier et en étirant les bras au bon moment, seul le jeune homme se retrouverait au sol. « …je… ».

BOOM! BOOM! BOOM!

« Ah! » fit Dorianna en sursautant, alors que des coups donnés contre la lourde porte de bois de la salle d’armes résonnèrent. Animée par la peur d’être surprise en ces lieux, en compagnie de deux hommes, par Dame Thelvan, la jeune femme se dégagea rapidement de la drôle de position dans laquelle elle se trouvait suite à sa tactique de lutte manquée. Seule sa main droite demeura refermée sur celle d’Angus; à la manière d’un animal effrayé par un prédateur, la jeune femme tourna les talons, entrainant avec elle le pauvre marchand, et se mit à courir vers le paravent derrière lequel elle entreprit de se cacher. Le maître d’armes, invité des Thelvan, était au bon endroit dans une salle d’armes, mais Dorianna ne devait pas s’y trouver. Expliquer la présence d’Angus aurait été facile, mais sur le moment, la jeune femme n’avait pensé qu’à le cacher également.

BOOM!..BOOM-BOOM!...BOOM!

Les coups se répétèrent, mais cette fois, Dorianna eut l’impression qu’ils avaient été donnés à la manière d’un mot de passe. Bien que Heren soit le seul à posséder la clé de la salle d’armes et le seul à pouvoir confirmer ou non s’il s’agissait d’un code pour entrer sans mettre en danger le secret de Dorianna, cette dernière décida de rester cacher derrière le paravent, en compagnie de son nouvel ami. Bien qu’il soit difficile de dissimuler son expression de peur, Dorianna sourit nerveusement à Angus. « Si je ne meurs pas aujourd’hui, nous devrons remettre notre duel, monsieur… » annonça-t-elle au jeune homme en utilisant l’humour afin de calmer la crainte qui lui tordait les entrailles. La jeune noble baissa les yeux sur ses bras qu’elle avait croisés devant elle, sans s’en rendre compte, et qu’elle frottait maintenant vigoureusement, les rougissant ainsi, ce qui faisait ressortir les bleus qu’elle avait tant essayé de dissimuler plus tôt.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Jeu 25 Juin 2015 - 6:10



Dorianna avait contré la première attaque d'Angus en se collant quasiment à lui. Il eu un choc. Si près... Il pouvait sentir son souffle, le parfum de sa chevelure, les battements de son cœur... à moins qu ce ne soient ses propres battements, à lui?
Elle était trop près... et pas assez en même temps. Il devait se concentrer et y arrivait de moins en moins.
Mettre fin au combat... l'enlacer... l'embrasser... il ne savait que penser. Il devait se ressaisir.

Lorsqu'elle prononça son nom, car Yver et Angus étaient les 2 faces d'une même pièce, ce fut la plus charmante manière de le dire qu'il n'ait jamais entendu. Pourtant, il sentit que sa jambe droite prisonnière!
-Qu'est-ce que...?

Elle l'avait eu! il aurait du mal à tenir debout si elle poussait assez fort et dans le bon angle.
Il fallait qu'il désengage sa jambe... et vite!


Heren avait observé le mouvement de la jeune femme. Il eut un sourire satisfait. Un mouvement bien utilisé, avec ruse en entrée... à moins qu'elle se soit juste ressaisie.
Volontairement ou non, le coup était bien amené et, à moins de retirer rapidement la jambe, Yver était fichu!

Le maître tourna son regard vers la porte: des pas approchaient.

Des coups retentirent. 3 courts.
Heren attendit et vit Dorianna courir se cacher derrière le paravent... en entrainant Yver!
Il se demandait pourquoi. Autant qu'elle, elle se cache est logique, autant Yver, cela ne servait à rien.
1-2-1. C'était le code: Renaud Thelvan, seul ou accompagné du jeune Ser Albert, mais personne d'autre que ceux dans la confidence.

Yver voyait la panique dans les yeux, le visage, le comportement de Dorianna. Elle tentait de faire de l'humour mais cette manière de se frotter les mains... Il prit les mains de la jeune femme entre les siennes, tentant de l'apaiser.
-Schh! Calmez-vous. ça va aller!
Il remarqua des bleus étranges. D'où venaient-ils? Ce n'était pas normal. Quelqu'un avait porté la main sur elle? Ca ne ressemblait à à Heren. Il verrait plus tard. Il valait mieux la calmer.
de l'index, il lui releva le menton, pour qu'elle le regarde droit dans les yeux. Il parla de la voix la plus tranquille qu'il pouvait:
-Du calme. Il n'y a rien à craindre.

Heren s'approcha du paravent. et parla avec sa voix claire.
-Vous pouvez sortir, Dorianna. C'est votre père. Je vais aller lui ouvrir. Quand vous aurez émergé: ça pourrait lui faire un choc de vous voir sortir tous les 2  de derrière ce paravent.

Là, ce fut le visage d'Yver qui devint livide.
-Oh misère!
Rencontrer Ser Thelvan dans les couloirs ne l'aurait absolument pas dérangé, mais si l'homme le voyait, le reconnaissait, et prononçait son vrai nom... Il commençait à nouer un lien plus fort qu'il n'aurait pensé avec Dorianna. Mais qu'allait-il se passer si elle apprenait ainsi qu'elle n'avait pas affaire à un simple marchand inventif, mais à un Baron d'Orlaïs? Et pas le plus connu pour sa sympathie naturelle, de surcroit.
Qu'allait-elle penser de lui?
Le monde sembla s'écrouler autour de lui.

Heren se dirigea vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Jeu 25 Juin 2015 - 16:07



Angus était un homme si bon et doux que ses paroles, tout comme ses gestes, réussir à calmer Dorianna qui crut réellement que rien ne pouvait lui arriver temps que cet homme se trouvait auprès d’elle. Si depuis quelques instants, la jeune noble avait senti en elle naître des sentiments étrangers, mais agréables, auquel elle ne savait donner un nom juste, Dorianna su à l’instant où Angus avait pris ses mains dans les siennes qu’elle souhaitait revoir cet homme. Elle demanderait à son père d’en faire un invité de Montfort et de lui donner une chambre pour qu’il puisse rester ici aussi longtemps qu’il le désirerait. Elle apprendrait à la connaitre, dans un autre contexte, et peut-être que le jeune marchand éprouverait des sentiments similaires aux siens, avec le temps. Alors que les deux jeunes gens se regardaient dans les yeux, Heren s’approcha du paravent. Il parla alors d’une voix claire et non sans chuchoter que les coups donnés contre la porte étaient ceux du Seigneur Renaud Thelvan, le père de Dorianna. À cet instant, le corps entier de la jeune noble sembla se détendre; son père était celui qui avait tout mis en œuvre pour que son ainée se retrouve dans une telle position, elle n’avait rien à craindre de lui et sa présence ne pouvait que signifier qu’il s’intéressait aux progrès de sa fille. La dernière phrase du maître Heren eut pour effet de déclencher un rire nerveux chez la jeune femme :  « C’est mon père! » répéta-t-elle à Angus, soulagée, en serrant la main du jeune homme qui était restée en contact avec les siennes. Malgré sa joie soudaine, Dorianna remarqua l’expression du visage de son nouvel ami et sourit lorsqu’il s’exprima. « Mon père est un homme bon et aimé de tous, vous n’avez rien à craindre de lui. Venez! Je vous présenterai moi-même! » annonça la jeune noble en tirant Angus vers elle alors qu’elle entreprenait de sortir de sa cachette.

Renaud Thelvan, en compagnie de son plus jeune enfant et seul fils, Albert, se trouvait derrière la lourde porte de bois de la salle d’armes. Les deux hommes avaient entendu l’expression de surprise de Dorianna et avaient échangé un regard; la porte devait s’ouvrir rapidement. Albert, moins patient que son père, avait levé le bras pour frapper à nouveau lorsque la porte s’ouvrit. « Maître Heren, je suis navré de perturber votre leçon, mais… » avait commencé le Seigneur Renaud en pénétrant dans la salle d’armes, suivie d’Albert. Le père de Dorianna venait de poser les yeux sur cette dernière qui venait de lâcher la main d’un autre homme. « …Je n’avais pas été informé de la présence d’un autre invité à Montfort… » commença-t-il en fronçant les sourcils et en plissant les yeux; le jeune homme, bien que portant un masque, n’avait pas des traits qui lui étaient inconnus. Avant que le Seigneur ne puisse parler à nouveau, Dorianna s’approcha de lui, rayonnante : « Père, j’aimerais vous présenter Monsieur Angus, ami de mon bon maître d’armes, marchand et inventeur! ». Pendant que sa fille avait parlé, Renaud avait observé davantage la silhouette de celui qui était présenté comme un marchand et se mit à passer ses doigts dans sa large moustache rousse. « Marchand et inventeur? Voyez-vous cela… » avait poursuivi le Seigneur de Montfort, maintenant persuadé de connaitre le jeune homme qui tentait de cacher son identité. Dorianna avait remarqué le ton sur lequel son père avait parlé et celui-ci ne lui ressemblait pas. Elle avait promis à Angus qu’il n’avait rien à craindre de lui et voilà qu’il agissait d’une bien drôle de manière. Renaud Thelvan s’éloigna de Heren pour s’approcher vers Dorianna et Angus, en poussant Albert vers l’avant également. « Angus n’est pas un nom commun à Montfort… » poursuivit-il en remarquant le malaise du jeune homme. Le père de Dorianna tourna les yeux vers sa fille; savait-elle qu’elle venait de présenter le Baron de Kaflan comme étant un simple marchand et inventeur.

La jeune femme avait tourné les yeux vers le visage d’Angus et son père remarqua la lueur qui illuminait son regard; elle était son enfant et il la connaissait mieux que quiconque à Montfort. Depuis combien de temps connaissait-elle le Baron sous les traits d’Angus? Avait-elle des sentiments pour un homme qui n’était pas celui qu’il prétendait être? À cette pensée, le Seigneur Renaud éprouva un léger pincement au cœur, mais n’y prêta pas attention; il connaissait suffisamment Yver pour savoir que le jeune noble n’utiliserait pas ce personnage pour berner Dorianna et profiter d’elle, mais il doutait que si sa fille découvrait la vérité, qu’elle en soit néanmoins blessée. Ainsi, le Seigneur Renaud décida de tendre la main vers Angus : « Je vous souhaite officiellement la bienvenue à Montfort, monsieur Angus. Vous connaissez déjà ma fille, Dorianna, mais j’aimerais vous présenter également mon fils, Albert. ». Le jeune homme fit un bref mouvement respectueux de la tête, mais gardait son regard fixé sur le masque que portait Angus, curieux de savoir pour quelle raison un homme qui n’était pas noble s’encombrait d’un tel accessoire.

Le changement de ton de son père fit sourire Dorianna; la surprise était passée. « Dorianna, très chère, allez-vous changer! » s’exclama soudain le Seigneur Renaud en tendant un bras vers l’épaule de son ainée afin de la pousser légèrement derrière le paravent. Au froncement de sourcils de sa fille, Renaud ajouta : « Votre mère souhaite venir voir les progrès d’Albert… » conclut l’homme en tournant les yeux vers Heren : « Elle ne devrait pas tarder à arriver… ». Aussitôt l’évocation de la mère Thelvan avait été faite, aussitôt Dorianna s’était retrouvé derrière le paravent et Albert s’était dirigé vers le maître d’armes, laissant ainsi Renaud seul, devant le dénommé Angus.

Yver était le fils d’un ami, voire du meilleur ami qu’avait eu la chance d’avoir le Seigneur Renaud Thelvan. Le jeune homme lui avait été présenté alors qu’il n’était âgé que de quelques jours et aussitôt, l’homme l’avait aimé comme son propre fils; sa femme, alors très belle à cette époque, ne lui avait toujours pas donné un enfant. Ainsi, aucune supercherie ne pouvait tromper le Seigneur de Montfort. S’approchant du jeune Baron, Renaud profita des questions de son fils au maître d’armes et des froissements de tissus derrière le paravent pour lui dire : « Je suis heureux de te voir enfin dans mon humble demeure…Tu comprendras, je pense, qu’il est normal, qu’en tant que père qui s’inquiète pour son enfant, que je te pose la question suivante : La laisseras-tu tomber amoureuse du marchand ou du Baron? » avait-il demandé, d’une voix faible afin de n’être entendu que d’Yver. Bien qu’il soit trop tôt pour parler d’amour et qu’il doutait que le Baron de Kaflan dût avoir bien d’autres jeunes femmes autour de lui pour s’intéresser à Dorianna, le père de cette dernière connaissait sa fille et savait que c’était ce qui allait se développer chez elle pour ce Angus; il avait le charme d’Yver, la noblesse de son cœur, mais le mystère de l’homme du peuple, du marchand et l’inattendu de l’inventeur. Renaud Thelvan sourit à son jeune ami en étirant un bras vers son épaule afin de la tapoter avec tendresse.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Ven 26 Juin 2015 - 8:21


Yver vit Dorianna se rassurer lorsqu'Heren annonça qu'il s'agissait du père de la jeune femme, nouvelle qui, par contre, le tétanisa.
Pourtant, elle avait pris les devants, tentant de le rassurer, à son tour, sur la bonté de Renaud Thelvan, à son grand étonnement. Elle confirmait que son caprice n'était qu'un jeu: elle était d'une bonté qui n'avait rien à envier à celle de son père.
Avant de quitter le paravent, il ne put que faire une plaisanterie de reconnaissance, une sorte de remerciement déguisé:
-Quand vous voudrez, pour la revanche: je dois encore vous décoiffer.

Il se laissa traîner hors du paravent sans aucun problème, sentant la main de la jeune femme dans la sienne. Yver n'aurait voulu qu'une chose, ne jamais avoir à lâcher cette main.
Il ne redoutait qu'une autre : que, par réflexe et surprise, Renaud Thelvan ne l'appelle par son vrai nom, trahissant sa véritable identité. Il en redoutait les conséquences sur cette jouvencelle qui commençait à lui imprimer dans le crâne des sentiments qu'il ne pensait pas avoir pour une femme de la noblesse.

Yver avait salué le jeune fils de Renaud. Ce gamin avait contribué à l'élaboration d'un plan discret afin de permettre à Dorianna d'apprendre le maniement de l'épée. Un digne fils de Renaud Thelvan. Son père pouvait être fier de lui.
Le maître des lieux l'avait reconnu, mais n'avait pas trahi son identité. Yver eu un sourire rassuré.

Par contre, l'annonce de la venue de la mère Thelvan à la salle d'armes le fit hoqueter !
Elle ne le reconnaitrait pas, ne l'ayant vu qu'une seule fois, portant son masque qui cachait visage intégralement et déformait sa voix. Mais il était allergique à sa seule présence !

-Très bien. Fit Heren. Jeune homme, enlevez votre veste, nous allons faire un petit test rapide. Prenez une arme sur ce râtelier. Ce sont des armes d'entrainement, elles sont inoffensives... prenez celle qui vous convient.
Albert s'empara de 2 dagues.
Heren soupira avec agacement :
-Mais qu'est-ce que vous avez tous avec les dagues ? Prenez une épée longue et attaquez-moi ! Et mettez-y de l'entrain... imaginez que je suis un Hurlock... c'est une race d'engeance ! Défendez votre famille avant que je ne la massacre !
Heren savait qu'Albert jouait souvent avec sa sœur, imaginant des scenarii pour motiver l'imagination. Si, la veille, il avait ciblé la motivation de Dorianna sur sa mère, il savait que partir dans l'imaginaire chevaleresque plairait au jeune Thelvan.

« Je suis heureux de te voir enfin dans mon humble demeure…Tu comprendras, je pense, qu’il est normal, qu’en tant que père qui s’inquiète pour son enfant, que je te pose la question suivante : La laisseras-tu tomber amoureuse du marchand ou du Baron? »
Yver eu un sourire un peu gêné. Jusqu'à présent, il ne se posait pas la question, pour personne. Les femmes avec qui il avait eu des amourettes étaient toutes roturières, jamais de noble, bien qu'il failli être marié par l'entremise de ses parents.
Mais là, c'était différent.
N'importe qui se serait exclamé qu'il était trop tôt pour parler du fait d'être amoureux. Pas lui. Lui, se demandait ce qui pouvait bien lui arriver. C'était incompréhensible.
Il n'arrivait pas à garder le contrôle de la situation. Il tenta tout de même de se détendre, malgré tout ce qui s’emmêlait dans son esprit.
Il répondit avec le même volume juste audible pour Ser Thelvan:
-Oui, c'est humble, ici! Je n'ai même pas eu droit à grands tapis rouges et des pétales de rose. Franchement, est-ce une manière de m'accueillir, moi?
Il imitait les intonations et les mimiques de Dorianna qu'elle avait utilisé lors de sa colère feinte avant de pouffer discrètement de rire.
Pour Renaud, l'indice était flagrant: sa fille avait fait le coup de la colère outrée et, de toute évidence, cela avait beaucoup plu au jeune noble de Combrelande.

Il eu un sourire plus franc lorsque son ami lui tapota l'épaule.
-Tu aurais quand même du me dire que c'était pour ta fille que tu avais besoin d'un maître d'armes. Je sais: les murs ont des oreilles à Val Rayeux... il fallait me l'écrire sur un papier. Je l'aurai brulé, ou je l'aurai mangé...
En tout cas, ça fait plaisir de te voir... Et désolé de ce déguisement: c'est une sécurité pour moi, et un moyen de voir le monde autrement.


Il s'arrêta, réalisant pleinement la question, et tourna un regard médusé vers Renaud Thelvan: "La laisser tomber amoureuse"?... Il était impossible qu'elle tombe amoureuse d'un type défiguré, obligé de se cacher derrière un masque. Impossible.
La part cartésienne de son cerveau ne pouvait y croire. Les coups de foudre n'étaient, à ses yeux, que des âneries de roman.
Une autre partie, plus rêveuse, par contre, sautillait dans tous les sens... et elle faisait beaucoup de bruit, cette partie !
-Je ne sais pas... Angus me permet d'être moi-même. Yver est ma véritable identité, mais je suis obligé d'être si froid que le feu gèle à mon passage.
Yver... Angus... ce sont les 2 faces d'une même pièce. Nous portons les masques dévoilant certains aspects de nous et en cachant d'autres. C'est stupide... d'un côté, je me disais que si tu avais prononcé mon nom par mégarde, cela aurait au moins mis rapidement les choses au clair... quitte à conduire à ce qu'elle m'en veuille de lui avoir caché mon identité et me maudisse sur les 200 ans à venir.
Mais si ça peut te rassurer, lui faire du mal ne me viendrai jamais à l'esprit...
Je crois que même si je voulais, je n'y arriverai pas.

Il était sincère, Renaud Thelvan pouvait deviner en lui, le connaissant aussi bien que ses propres enfants: sincère et désorienté. Le Baron n'avait pas l'habitude de ça. Il gardait le contrôle en toute circonstance...
Yver frissonna: il n'avait jamais autant d'attention pour les femmes nobles qui s'entichaient de lui. Il n'en avait pas du tout, d'ailleurs.

L'espace d'un instant, il se sentit faible, fragile, complètement à contresens de ce qu'il était dans les cours.
La seule chose qu'il trouva pour se renforcer fut de s'imaginer que cette attention venait du fait qu'elle était la fille de l'homme qu'il considérait comme un parrain bienveillant, un oncle préféré. La raison était valable, mais ce n'était pas la véritable : la véritable raison, c'était Dorianna, tout simplement.

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Sam 27 Juin 2015 - 21:18


Derrière le paravent, Dorianna avait choisi de retirer que le tricot de peau, gardant le soutien-gorge offert par Heren, ainsi que le pantalon. Sa mère n’avait aucune raison de remarquer ces vêtements sous sa robe et si, par mégarde, elle s’en apercevait, la jeune femme pourrait mentir en disant qu’elle avait prévu faire une randonnée équestre. Si, lorsque les coups de Renaud avaient été donnés contre la porte, Dorianna avait eu une peur bleue de voir sa mère, l’annonce officielle de sa venue n’arrivait pas à décrocher le sourire qui illuminait son visage. D’une part, son père était présent et n’hésiterait pas à mentir à son épouse pour couvrir sa fille, mais la raison principale de cette joie inébranlable était Angus. Si, lors de leurs premiers échanges, Dorianna avait usé de séduction et en avait ressenti de l’excitation, dès l’instant où Angus avait entrepris de la rassurer, derrière le paravent, elle avait dû accepter qu’elle vivait, pour la première fois de son existence, le balbutiement d’un premier amour.

Pendant ce temps, Albert devait défendre sa famille de l’attaque d’un féroce Hurlock. Se soumettant à la demande de maître Heren, le jeune homme s’était emparé d’une épée courte, rangeant les dagues qu’il avait choisies préalablement. Au ton agacé du maître d’armes, Albert comprit que les dagues devaient avoir été choisies par sa sœur également, ce qui fit rire le jeune seigneur. « Meurs, vile créature! » s’était exclamé le jeune noble d’une voix théâtrale en effectuant un jeu de pied, sa lame levée en direction de Heren. Contrairement à sa sœur ainée, Albert, bien qu’inexpérimenté et légèrement malhabile, possédait quelques bases au combat au corps à corps; en tant que seul fils de Renaud Thelvan, ce dernier s’était amusé à lui enseigner quelques mouvements. « Lorsque ma mère sera là… » commença le jeune homme en portant un premier coup en direction du maître d’armes, « …soyez sévère et réprimandez-moi sur mes fautes, comme si vous ne cessiez de me le répéter depuis ce matin… » conclut-il en manquant sa cible. Malgré une attitude parfois prétentieuse, Albert était un jeune homme intelligent.

« Tu aurais quand même dû me dire que c'était pour ta fille que tu avais besoin d'un maître d'armes. […]»

Renaud Thelvan sourit tristement à Yver : « Je craignais que tu ne prennes pas ma requête sérieusement…Je dois te demander pardon pour ce manque de transparence… » Le Seigneur de Montfort soupira et poursuivit : « J’ai toujours su que Dorianna ne serait pas à l’image désirée par mon épouse; enfant, elle grimpait partout, se salissait, abimait ses robes, se décoiffait et utilisait le langage des enfants du peuple avec qui elle jouait. ». Renaud secoua la tête avec un sourire en se remémorant l’enfance de sa fille adorée. « Je sais qu’un jour elle partira; elle voudra suivre la petite voix en elle qui lui dit qu’elle est née pour une vie d’aventure, mais pour ce jour, elle doit être prête à affronter le vrai monde et non celui de ses histoires… » conclut l’homme roux. Yver n’avait pas répondu directement à la question de son ami, son sourire gêné avait suffi au Seigneur; la réponse n’avait pas d’importance, seule la réflexion qu’allait faire Yver l’était. Néanmoins, le jeune Baron répondit enfin à la question. Les mots de ce dernier firent écarquiller les sourcils du père de Dorianna, qui, machinalement, se mit à passer ses doigts dans sa moustache. Renaud Thelvan avait imaginé qu’Yver prendrait conscience de la naïveté de Dorianna et qu’il ferait attention à ce qu’elle ne tombe amoureuse d’aucune de ses facettes, mais ce que ressentait la jeune femme semblait importer pour le Baron. La situation était alors plus problématique; si les deux jeunes gens tombaient amoureux l’un de l’autre sur des bases mensongères, tous deux souffriraient devant la vérité. En bon père, autant pour Yver qu’il l’était pour ses enfants, Renaud s’approcha du jeune noble en posant ses deux mains sur ses épaules, mais ce qu’il voulut dire à ce moment fut interrompu par l’ouverture de la porte de la salle d’armes.  

« Qui eut l’idée de bâtir cette salle à l’étage!? » S’exclama la voix essoufflée de Dame Marguerite Thelvan. Malgré la lourdeur de ses formes, l’épouse du Seigneur de Montfort était jolie; plus jeune, elle était une vraie beauté aux traits exotiques. Bien qu’il soit tôt et qu’aucun invité de marque ne soit attendu, Dame Thelvan portait une robe remarquable et était coiffée élégamment. La femme ronde n’était pas seule; derrière elle, apparurent les sœurs de Dorianna : Milah, la plus belle des enfants Thelvan, mais dont le caractère était une copie de celui de sa mère, Isabella, timide et discrète, d’une beauté exotique qui ne ressemblait en rien à celle de ses sœurs, et finalement, Clara, la plus jeune des filles de Renaud, blonde comme le blé, le visage rond de la jeunesse et des traits qui ressemblaient à ceux de Dorianna.

En entendant la porte de la salle d’armes s’ouvrir, Dorianna s’était empressé de sortir de derrière le paravent, se positionnant aux côtés d’Angus et de son père. Alors que ce dernier tournait les talons pour aller accueillir son épouse et ses filles, Dorianna s’adressa au marchand, sans tourner les yeux dans sa direction afin de ne pas attirer l’attention de sa mère : « Les règles du duel ont changé; à partir de maintenant, ni vous ni moi ne devons rire. Le premier de nous qui rira perdra automatiquement et le gagnant pourra choisir une conséquence pour souligner cette défaite. » annonça la jeune femme sur un ton de défi; il était bien rare que l’ambiance soit au rire lorsque Dame Thelvan était dans les parages, mais la simple interdiction de rire suffisait à rendre l’exercice difficile.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 28 Juin 2015 - 4:15


Heren eut un sourire amusé. L'enfant savait ruser, ce qui était plaisant.
La consigne de réprimander était inutile, Heren en avait l'intention. Il remarqua qu'Albert avait déjà des notions d'épée, mais il y avait à améliorer des choses.
Il entendait au loin les pas de Dame Thelvan qui approchaient... et elle n'était pas seule... 2... 3 pas supplémentaires.
Il profita d'un croisement de lame pour chuchoter à Albert:
-Nous aurons à parler lorsque votre mère sera partie.

Renaud lui avait caché la vérité car il craignais que sa recherche ne soit pas prise au sérieux? Certes, cela aurait fait rire Yver, mais non pas parce qu'il aurait pris la demande à la légère, mais parce que son parrain aurait été prêt à bousculer les conventions pour sa fille.
Il ne serait pas moqué, mais aurait été admiratif et aurait demandé à Heren de s'en occuper.
Il était admiratif, d'ailleurs. Pour prendre de tels risque, il fallait que cet homme adore sa fille. Certaines nobles faisaient appel aux bardes pour apprendre les petites armes, comme les dagues, les stylets, etc... Mais là, il s'agissait de savoir manier l'épée longue. Les nobles n'aimaient pas ça, les femmes guerrières, surtout de leur caste. Porter haute coiffure, corset, robe à panier et sabrer comme un spadassin, cela était inadmissible. Sans compter les hommes et leur mâle orgueil ridicule qui considéraient, en leur large majorité, que la seule arme que devait savoir manier leur épouse devait être l'aiguille à broder.
Yver enviait parfois Heren d'être originaire des Terres du Sud où, au contraire, les femmes nobles savaient, bien souvent, manier les armes... et elles étaient respectées en cela.
Yver était gêné de s'être ainsi épanché, même vis-à-vis de Ser Thelvan. Il se mettait à la place de l'homme: il venait d'apprendre que sa fille adorée suscitait l'intérêt du jeune noble.
Les pères s'inquiétaient toujours quand ce genre d'événement arrivaient. C'était un réflexe inné, propre à la paternité: on voyait toujours sa petite fille et on oubliait que les enfants grandissent. On oubliait qu'afin que son enfant soit, la "petite fille" d'un autre père avait grandi.
Un sourire se peint sur le visage d'Yver, essayant d'imaginer Dame Thelvan petite fille... et n'y parvenant pas, même avec la meilleure volonté du monde. Pourtant elle l'avait été... mais quelle peste infâme elle devait être!
Bon sang! Ça recommençait! Il ne maîtrisait plus rien, tout s'effilochait entre ses doigts. Ses pensées étaient désorientées. Il ne voulait pas inquiéter cet homme.
Renaud lui prit les épaules, ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais une voix l'interrompit!

« Qui eut l’idée de bâtir cette salle à l’étage!? »
Yver eut un regard glacial: Dame Thelvan!
Il n'aimait pas cette femme, il n'aimait pas son ambition et, de ce qu'il avait vu quelques instants plus tôt, sur les bras de Dorianna, il n'aimait son style d'éducation. Car cela ne faisait aucun doute, pour lui: c'était elle la responsable de ces bleus.
Elle était accompagnée de ses 3 autres filles, dont il ignorait les noms. Toutes 3 étaient belles, très belles. Mais si Dorianna faisait exception à la règle, il décida de se méfier des autres tant qu'il n'en saurait pas plus. Rien ne devait laisser présager de son identité et du fait que l'aînée des filles Thelvan apprenait l'escrime.
Pourquoi Dame Thelvan venait-elle? Depuis quand cette femme s'intéressait-elle à l'escrime?

L'espace d'un instant, il eu une idée saugrenue... de l'ordre de l'impossible: Les mariages entre nobles et roturiers étaient possibles lorsque cela pouvait arranger les nobles d'une certaine manière. Cela se faisait surtout quand le roturier était argenté.
En général, les familles qui en avaient nécessité, mariaient leurs enfants les plus âgés à la noblesse pour le statut et les plus jeunes à la bourgeoisie pour l'apport pécuniaire.
Or Heren était argenté. Le crime paye, la vie a un prix et il est élevé, surtout lorsqu'on s'attache les services du Scribe. Certes, de toutes les personnes présentes, seul Yver savait d'où Heren tenait sa fortune, mais le maître d'armes avait des tenues qui n'étaient pas à la portée de la première bourse venue.
"Pourvu que ce ne soit pas ça! Mon pauvre ami, tu risques de vivre un enfer, si c'est ça! Pourvu qu'elle vienne juste jauger si tu seras un professeur présentable." Pensa-t-il. "Créateur! Qu'est-ce qu'il m'arrive? Pourquoi je m'amuse à me faire peur comme ça?"

Dorianna les avait rejoint juste avant l'entrée de Dame Thelvan et de ses filles. Yver fut enchanté, et par son retour, et par ce nouveau défi qu'elle lui proposait tandis que Renaud Thelvan s'éloigna d'eux pour rejoindre son épouse.
Yver ressentit à nouveau une légère mais agréable gêne. Sa seule présence le perturbait... dans le bon sens.
Si on lui avait dit qu'une fille de Dame Thelvan arriverait à faire en sorte qu'il se sente aussi bien, il aurait fait mander un docteur pour examiner la tête du lunatique qui aurait proféré une telle idiotie.
Yver resta impassible en apparence et répondit discrètement:
-Défi accepté. Une conséquence? Méfiez-vous, j'ai de l'imagination, pour les conséquences.
Il eu un petit sourire en coin, à peine visible. C'était un défi amusant et rire était d'autant plus dur que la consigne était de ne pas le faire.
Il aurait bien donné un léger coup d'épaule à Dorianna, par taquinerie, mais ce ne serait pas discret... dommage!

Heren fit cesser le combat lorsque Dame Thelvan entra et salua les nouveaux venus.
Il commençait à y avoir beaucoup trop de monde à son goût ici.
-Jeune homme, récapitulons:  Nous avons là une attaque ratée de bout en bout.
Rappelons les essentiels: position du corps: vous êtes trop penché en avant, votre appui se concentre sur une seule jambe et c'est mauvais: les 2 jambes, toujours. On se concentre mieux que ça et on écoute, cette fois! Avancez votre pied un peu plus en attaque. Et ne soyez pas autant crispé sur votre arme: elle ne va pas s'enfuir!
On reprend. Et si je vous vois croiser les jambes de nouveau, vous le regretterez.

Ils réengagèrent le combat, sous les commentaires d'Heren qui rectifiait chaque erreur, avec un léger soupçon de sévérité dans la voix, marquant une pose, expliquant ce qui n'allait pas et reprenant l'assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 28 Juin 2015 - 16:42


Renaud Thelvan, malgré le désir qu’il eût de présenter le reste de ses enfants à son bon ami, avait échangé quelques mots avec sa femme et ses filles et tous les cinq s’étaient rapidement dirigés vers la leçon d’escrime d’Albert. Clara et Isabella s’étaient approchées de la structure de poutres conçue par l’inventeur et ami de maître Heren en proposant des utilités à celles-ci, s’imaginant les souffrances les plus atroces pour leur frère; il en fallait très peu pour amuser les deux jeunes femmes. Milah, de son côté, semblait être la seule qui avait remarqué la présence de Dorianna et d’un inconnu alors que Dame Thelvan n’avait yeux que pour son seul et unique fils. Ne pouvant marier Albert à une noble de rang supérieur au sien, ses espoirs pour son fils étaient dirigés vers la chevalerie ou toute autre fonction militaire prestigieuse. Il aurait été possible de croire que, selon son caractère, Dame Thelvan se serait outré des commentaires du maître d’armes envers son fils; ce dernier disait ce qu’il avait à dire sans passer par plusieurs chemins; il connaissait son rôle. La maîtresse de maison ne pouvait qu’acquiescer aux remarques de Heren.

Tout se passait trop bien pour Dorianna; elle se retrouvait maintenant seule avec un homme charmant, sa mère était présente, mais les ignorait complètement et le choc des lames d’entrainement de Heren et d’Albert pouvait facilement dissimuler un échange de paroles. Lorsqu’Angus prévint Dorianna qu’il avait de l’imagination pour les conséquences, cette dernière tourna la tête dans sa direction; l’attention n’était plus sur eux, nul besoin de se cacher pour se parler. Elle avait envie de sourire, mais le sourire était si près du rire; elle devait demeurer vigilante. Ainsi, pour déstabiliser Angus et tenter de garder un sérieux des plus complets, la jeune noble pinça les lèvres, comme elle l’avait fait plus tôt pour simuler une noble colère. Ayant elle-même de l’imagination, son esprit se cessait de la bombarder de conséquences agréables auxquelles Angus pourrait penser; parce que oui, pour Dorianna, il n’y avait aucun doute qu’elle prendrait du plaisir à perdre si c’était cet homme charmant qui devait lui faire payer son échec. « Dois-je me méfier de mes propres règles pour ce défi, monsieur? » demanda Dorianna en levant les sourcils, d’un air beaucoup trop confiant. Si Angus avait imaginé donner un coup d’épaule à son adversaire, mais s’était retenu, ce fut la jeune noble qui eut l’audace de le faire. D’un mouvement léger, Dorianna frôla l’épaule du marchand. « Pour ma part, afin de ne pas vous laisser croire que mes conséquences pourraient vous être agréables, je vous annonce la plus terrible que j’ai imaginé pour vous! ». Dès que ces paroles furent prononcées, sans se soucier d’être aperçue par quiconque, la jeune femme tourna son corps dans la direction du jeune inventeur afin de lui faire face. « N’oubliez pas que, si vous perdez, vous devez subir cette conséquence, et ce, même si vous jugez qu’il est impensable de le faire… ». Il aurait été si simple de dire la conséquence et de passer à autre chose, mais Dorianna voulait faire languir Angus et, une partie d’elle plus secrète, voulait permettre au jeune homme d’imaginer le plus de choses possibles. « Oh…je ne sais plus si je dois vous le dire, vous risquerez de vous enfuir avant que le jeu ne devienne intéressant… » commença la jeune noble en tapotant délicatement, de son index, sa lèvre inférieure, comme si elle réfléchissait réellement à ne plus annoncer à Angus sa conséquence. « Par le Créateur, vous serez courageux! » s’exclama-t-elle enfin. « Lorsque vous aurez perdu, vous irez annoncer à mon père que vous devrez prolonger votre séjour à Montfort et que dormir à l’auberge vous fait peur. Vous lui demanderez alors de vous faire préparer une chambre d’invité avec de la draperie de couleur rose… » annonça Dorianna en levant le menton. « Je n’ai pas terminé : Vous m’accompagnerez pour une promenade à cheval à l’aube; il n’y a rien de plus terrible qu’un lever de soleil. » conclut la machiavélique jeune noble en croisant les bras. « Vous voir souffrir me rendra très certainement heureuse; je n’ai pas oublié que vous vous êtes moqué de moi et que vous avez lâchement fui notre duel derrière le paravent dès que vous avez entendu le bruit de coups donnés contre la porte… ». Dorianna se pinça les lèvres vers l’intérieur afin de ne pas rire nerveusement; bien qu’elle semblait en confiance, intérieurement, des milliers de papillons se livraient un combat sans merci dans son ventre.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Yver de Kaflan
royauté & noblesse ∣ baron
royauté & noblesse ∣ baron
InfosRACE : Humain
AGE : 28 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs, Duché de Combrelande
LOCALISATION : Quelque part en Orlaïs
ARME/MAGIE : L'arme technologique par excellence: l'arbalète! Belle, superbe, tant de bois et de métal entremélés en harmonie!
MÉTIERS/OCCUPATION : Inventeur... Noble aussi, mais inventeur d'abord!
HUMEUR : Raide dingue!
COULEUR RP : #990066
CÉLÉBRITÉ : Heath Ledger
INSCRIPTION : 06/04/2015
MULTICOMPTES : Heren
MESSAGES : 143
PSEUDO : MdA
© crédits : Destiny
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 28 Juin 2015 - 19:19


Yver eut un sourire lorsque Dorianna le bouscula légèrement de l'épaule. En fait, cela lui évoquait plus une caresse qu'autre chose.
Devait-elle se méfier? Assurément, oui. Il imaginait des tas de "tortures" toutes plus intéressantes les unes que les autres. Il en rougirait presque.
Elle évoqua les conséquences de sa défaite. Il n'aurait aucun problème à demander à Renaud de lui faire apprêter une chambre pour quelques jours, cela n'était rien, mais les draps roses!
Il manqua d'éclater de rire, mais son sourire en dit long. Elle était forte, il failli se faire avoir, mais il résista de justesse.
La balade à cheval à l'aube ne le gêna pas non plus. Il aimait bien les levers de soleil. Et la perspective d'aller se promener en compagnie de la jeune femme le faisait rêver. Sa compagnie était vraiment agréable. Elle avait un charme espiègle qui l'attirait irrémédiablement. Il se sentait bien avec elle.

Elle avait croisé les bras pour énoncer un:
« Vous voir souffrir me rendra très certainement heureuse; je n’ai pas oublié que vous vous êtes moqué de moi et que vous avez lâchement fui notre duel derrière le paravent dès que vous avez entendu le bruit de coups donnés contre la porte… »
Quel aplomb! Une fois de plus il faillit pouffer! Ses attaques étaient d'une perfidie! Ah, si seulement le Noble Jeu était ainsi, fait de défis innocents, plutôt que paré d'intentions malhonnêtes aux conséquences dramatiques, il s'y adonnerai avec joie.
Il fallait riposter, sinon, les assauts répétés de Dorianna aurait raison de sa volonté.

-Dis donc! C'est vous qui m'avez entrainé, Damoiselle. Chuchota-t-il. Pour la peine, je vais vous énoncer ce qui vous attend si vous perdez! D'abord, vous découvrirez le "plaisir" de faire le mur la nuit. Avez-vous déjà observé les étoiles sur le toit du manoir? Eh bien, nous allons le faire et pas question de se défiler.
Ensuite, car je n'en ai pas fini avec vous, nous irons faire cette promenade à cheval... mais vous payerez le prix de votre défi car vous devrez porter le pire ensemble désaccordé que vous n'ayez cauchemardé: l'alliance effroyable du vert bouteille, de l'orange et du lavande!

Il frissonna.
-Brrrr! Allier 2 couleurs franches très différentes à une pastel... quelle horreur!

Il décida de porter un coup bas, mais était décidé à une chose: si elle riait, il rirait en même temps. Elle lui avait fait passer des moments adorables, un match nul honorable était amplement mérité et galant. Ils n'auraient qu'à tenir leurs gages respectifs.
Bizarrement, tenir les gages énoncés par Dorianna lui plaisait et l'amusait... tout comme la perspective de la voir tenir les siens.
Il prit une voix et une attitude des plus exagérément efféminées:
-De toute façon, je n'ai pas peur. J'adoooooore le rose! Surtout avec de mignonnes fleurs turquoises! C'est d'un effet troooop choupinou!

De son côté, Heren vit l'erreur. Il plaça sa lame d'entrainement entre les mollets d'Albert et fit voltiger, d'un geste ample, le jeune adolescent qui s'écrasa au sol.
Renaud Thelvan avait, comme tout premier né à Ghislain, suivit une formation de combat. Jamais, de toute sa vie, il ne vit attaque aussi rapide. Yver n'avait pas exagéré: Heren était un maître-lame de talent. Sa fille serait entre de bonnes mains, un peu rude, certes, mais c'est ainsi que l'on rentrait les choses dans la tête dans l'escrime. Le geste était parfaitement maîtrisé, à aucun moment Albert n'aurait pu se blesser dans cette chute, si ce n'est dans son orgueil:
-Je vous avais prévenu de ne pas croiser les jambes. En croisant les jambes, vous vous mettez en déséquilibre et diminuez votre mobilité, donc vous êtes vulnérable, une proie facile! Lors d'un déplacement latéral, c'est le pied du côté où vous voulez aller qui part en premier. Et ne vous déplacez jamais dans un mouvement latéral pur: reculez ou avancez en même temps, pour vous mettre hors de portée ou rompre la distance de frappe de votre adversaire.
Et pensez votre tactique: vous ne me toucherez pas en balançant votre attirail technique n'importe comment.

Le côté étonnant de ce maître, pour les spectateurs, c'était la douceur de sa voix. Il conseillait, améliorait avec autorité, mais douceur.
Albert repris l'assaut sans commettre d'erreur, cette fois.
Heren eut un sourire satisfait. Albert ne compris pas pourquoi, mais ce sourire le transcenda et il redoubla d'effort: il devait arriver à passer cette garde, devait faire preuve de plus d'intelligence de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren Dim 28 Juin 2015 - 21:42


« Mon cher Renaud, où avez-vous trouvé ce maître d’armes? Il est impressionnant! » avait demandé Dame Thelvan à son époux d’une voix douce, sans détourné les yeux des mouvements de Heren. Le Seigneur de Montfort sourit à son épouse : « J’ai demandé à Yver…(Marguerite leva les yeux au ciel)…de me trouver le meilleur maître d’armes! » répondit-il. « Retenez bien les paroles que je vais prononcer parce que c’est la seule fois que vous les entendrez : j’approuve le choix du Baron de Kaflan… ». À ces mots, Renaud Thelvan écarquilla les yeux et eut envie d’appeler Angus afin de lui partager cet aveu de sa femme, mais il se retint. « Vous êtes d’humeur joyeuse aujourd’hui? » demanda alors l’époux d’un ton légèrement taquin. À cette question, la femme ronde poursuivit : « Je suis heureuse de voir que l’avenir de notre fils vous tient à cœur. Vous vous intéressez si peu à celui de nos filles… » commença-t-elle, mais son époux prit la parole : « Je vous demande pardon, mais l’avenir de nos filles me tient à cœur! Simplement, nous ne nous entendons pas sur ce qui est le mieux pour elles… » se défendit l’homme roux. Malgré le sujet de conversation, le Seigneur Renaud et son épouse parlaient à voix basse afin de ne pas perturber l’entrainement d’Albert. « Le mieux que vous avez fait est de m’avoir proposé de marier notre fille à Yver de Kaflan… » ajouta Dame Thelvan en tournant les yeux enfin sur son époux, mais ce dernier, en entendant le prénom de son jeune ami, avait tourné les yeux vers lui et Dorianna. Dame Thelvan suivit le regard de son époux et posa enfin les yeux sur cet inconnu avec qui sa fille ainée semblait discuter avec entrain. « Qui est cet homme? » demanda-t-elle d’un ton plus brusque que celui utilisé précédemment. Renaud Thelvan, s’apercevant qu’il venait de commettre une faute qui, dans les mains de sa femme, pouvait être lourde de conséquences, eu un léger haussement d’épaules : « Un ami de maître Heren » dit-il, certain qu’avec cette information, il n’y avait aucun danger pour les deux jeunes gens. Néanmoins, cette réponse ne satisfaisait pas la mère de Dorianna : « Est-il roturier? ». À cette question pleine de sens pour le Seigneur de Montfort, ce dernier répondit : « Il est inventeur; cette structure de poutres est son invention et servira pendant les entrainements de D…d’Albert! ». Heureusement pour l’homme roux, sa femme avait cessé d’écouter dès qu’il avait dit qu’Angus était inventeur et avait, une nouvelle fois, levé les yeux au ciel. Dorianna avait toujours eu plus de facilité à entrer en relation avec les gens du peuple et malgré tout ce que pensait sa mère, cette dernière ne pouvait l’empêcher de parler, tout simplement. Milah, qui était demeuré aux côtés de ses parents, choisit ce moment pour intervenir : « Il lui plait… ». À ces mots, les deux parents se tournèrent vers leur seconde fille; d’une part, Renaud aurait préféré qu’elle demeure silencieuse alors que de l’autre, Marguerite en voulait à Milah d’avoir pensé une telle chose. Sentant que personne ne se rangeait de son avis, la jeune femme ajouta : « Elle tente de le séduire, cela se voit dans le comportement de ma chère sœur et lui, il tente de la faire rire! Regardez! ». Marguerite et Renaud tournèrent les yeux en direction des deux jeunes gens à temps pour voir, et entendre, le fou rire de Dorianna.

Dès la première réplique du jeune marchand, Dorianna avait tenté d’empêcher le sourire qui remontait les coins de ses lèvres, petit à petit, mais sans succès. Néanmoins, elle n’allait pas rire; elle était plus forte que cela! Lorsqu’Angus annonça sa conséquence, le sourire de la jeune noble s’effaça pour laisser place à une expression d’étonnement presque émue; Angus n’aurait pas pu trouver meilleure « conséquence ». L’idée d’observer les étoiles sur le toit du manoir plaisait à la jeune femme et en compagnie d’Angus…L’imagination de Dorianna s’enflamma à nouveau. Alors qu’elle en était à se demander si elle devait, ou non, remercier le jeune homme de lui proposer, si elle perdait, une si belle activité, Angus poursuivit en annonça à l’ainée des enfants Thelvan qu’elle devrait porter des vêtements horribles pour ladite promenade en cheval. Un sourire franc s’accrocha à ses lèvres; pendant un instant, Dorianna oublia qu’elle ne devait pas tenter le démon en souriant. Levant son index, la jeune noble vint le poser sur le torse du marchand en lui disant : « Que le Créateur en soit témoin : j’accepte, monsieur, et je vous laisserai le soin de choisir vous-même cette tenue ainsi que les accessoires la composant…si je perds, bien entendu. » conclut-elle avec un clin d’œil pour son charmant adversaire. Ce fut à ce moment qu’Angus porta le coup final; la jeune femme eu un regard horrifié alors qu’elle plaquait ses mains sur sa bouche, mais il était trop tard, elle sentait qu’elle allait exploser de rire…d’un instant à l’autre…

Le fou rire de Dorianna interrompit le combat; Albert sursauta et perdit pied alors qu’il s’apprêtait à parer un coup de maître Heren et les spectateurs se levèrent. Isabella et Clara échangèrent un regard alors que Dame Thelvan se mit en marche dans la direction des deux jeunes gens, son époux sur les talons, qui tentait de la raisonner, et Milah, rayonnante, qui était satisfaite de cette petite victoire personnelle. Albert, maintenant assis au sol, leva les yeux vers Heren : « Votre ami vient de s’attirer les foudres de ma charmante mère… » annonça le jeune seigneur en posant ses paumes contre son front et en secourant légèrement la tête. De son côté, Dorianna ne vit pas le danger arriver; elle riait tant que ses yeux pleuraient. La seule chose qu’elle sentit fut la main de Dame Thelvan qui se fermait brusquement sur son bras et qui la tirait vers elle, l’éloignant ainsi d’Angus. Surprise et blessée d’être ainsi arraché à son bonheur, Dorianna s’exclama : « Mais qu’ai-je fait?! ». Alors que Renaud Thelvan tentait de calmer son épouse, cette dernière répondit à sa fille ainée : « Je vois clairement dans votre petit jeu à tous les deux! Cesse d’agir en catin Dorianna! ».

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: [FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren

Revenir en haut Aller en bas

[FB] "Ne dégaine pas une épée pour tuer un moustique." feat Heren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Montfort-