FORUM FERME

Partagez|
 

 Heren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Heren Jeu 5 Fév 2015 - 13:49


Heren

NOM ☩ Il n'en a pas, comme beaucoup de non-nobles PRÉNOM ☩ Heren. AGE ☩ 26 ans RACE ☩ Humain PROVINCE DE NAISSANCE ☩ Hautecime, dans les Terres du Sud, mais il a grandi à Antiva. MÉTIER/RÔLE ☩ Annulateur (Nom désignant les assassins de Fox-Ord.) Professeur au sein de Fox-Ord, enseignant l'escrime, l'étude comportementale des cibles et la Morale Meurtrière RANG SOCIAL ? ☩ Jadis esclave, maintenant "mercenaire à l'aise financièrement", mais il ne s'attache pas à ce genre de considérations factices et aux "rangs" MAITRISE ☩ Heren utilise un type d'escrime concentré dans le maniement de l'épée longue à une seule main, sa main gauche laissée volontairement libre pour des actions annexes, dont les lancers de dagues, darts et autres petits projectiles exclusivement de cette main. Il combine son épée avec une utilisation vive des coups de pieds (type savate). Il fait également usage de divers "outils d'inhumation". La furtivité est une vertu essentielle à son métier. ALLÉGEANCE ☩ Uniquement Fox-Ord: une guilde de mercenaires et une école de combat. Son siège est situé sur les rives orientales du Lac Calenhad. Sa face "obscure" est qu'elle est également une guilde d'assassins et de tueurs à gages. Son activité "mercenaires et instructeurs" et le fait que ses assassins se font passer pour des "indépendants" cachent, pour le moment, plutôt bien ce côté-là. On y entre uniquement de son plein gré, en sortir est une autre histoire.  AFFINITÉS AVEC LES AUTRES RACES/FACTIONS ☩ Pour ce qui est des races, des rangs sociaux et des métiers, Heren n'a aucun a priori: seules comptent les personnes et ce qu'elles ont dans la tête et dans la bourse. PRINCIPAUX TRAITS DE CARACTÈRE ☩ En toute circonstance, il est "entier": sympathique avec ceux qui le sont, sincère, amical, diplomate, taquin, mais sans véritable méchanceté, souriant la majeure partie du temps, capable de compassion. Par contre, il n'oublie jamais un méfait ou une injure qui se payera, notamment par une abolition tôt ou tard de tous les privilèges du fautif, à commencer par celui de respirer.
Exigeant et pédagogue avec ses élèves, pour leur propre sécurité, il devient sérieux et impitoyable lorsqu'il revêt sa tunique d'assassin: le boulot, c'est le boulot. Sa cible doit être "inhumée" quoiqu'il arrive. Par contre, il n'apprécie pas les petites cordelettes en douce dans la nuit. Le panache est sa marque de fabrique. Il apprécie que la cible voit qui l'exécute. Il ne retire aucun plaisir à tuer, c'est l'art et la manière qui lui plaisent.

Tell me your story
Heren mis tout le temps nécessaire à sa préparation. Sa tenue d'assassin lui avait couté cher, très cher: le velours de belle qualité s'alliait délicieusement à la soie noire qui avait été soigneusement sélectionnée et cousue pour ne pas bruisser : seules les matières nobles le permettaient. Certains assassins commettaient l'erreur d'utiliser du satin, matière jolie, mais qui rendait l'exécuteur aussi facile à repérer qu'un cantique beuglé dans une bibliothèque. Il s'assura que tout était impeccable avant d'ajuster son armure en cuir de drake marron sombre. Il était inconcevable, vu les tarifs qu'il pratiquait, de se présenter à ses victimes en débraillé.
Même s'il ne s'agissait-là que d'observation, il tenait à être correct. Il n'avait pas été "sur le terrain" depuis 2 ans, il ne voulait donc pas perdre ses fondamentaux.

Il contrôla donc son armada de dagues de jet de différents calibres et positionna son baudrier latéral. Il rangea ses darts (des dagues fines, de faible longueur, prévues pour s'insinuer dans les points faibles des armures et généreusement enduites de poison) dans les emplacements de l'épaulette et du bracelet d'avant-bras droits, rangea ses dagues à lame courbe dans ses bottes, sa sarbacane, contrôla ses fléchettes de couleurs différents selon leurs poisons et portant des marques en braille pour les reconnaitre dans l'obscurité, vérifia le "pochoir", un ingénieux système de son invention caché dans la protection gauche qui, par un mouvement de poignet, envoyait un mélange de piment séché broyé, de sel, de sable fin et de farine: un cocktail cuisant pour les yeux et le nez de la victime, peu onéreux, mais bigrement efficace.

Il ajusta son sac de chausse-trappes, billes et chardons, un autre de casse-pattes à chevaux, un mélange anti-poursuite (qui détruit l'odorat des chiens et leur fait passer l'envie d'insister).
Il enroula autour de sa taille le grappin pliant et sa cordelette de soie, fine mais capable de supporter  2 Chasinds énervés en surpoids sans peine. Il ajusta ses limes et vérifia son fil à couper le beurre dans la doublure de sa capuche avant de jeter le fourreau de son épée par dessus l'épaule. Rangea dans son sac ses bottes à crampons, ses gants « griffes-de-chat »et ses galoches anti-chardons.
Il s'observa une dernière fois dans le miroir, se retourna et... s'écroula sous le poids !

Il avait finalement renoncé, à regret, à une bonne partie de ses équipements et se déplaçait avec aisance sur les toits de Jader vers le lieu où se déroulerait le duel, le lendemain. Il tenait à examiner l'endroit. Il trouva une position idéale sur un toit qui dominait le lieu du combat. Demain, la cible y serait... Demain, la cible serait « inhumée ».

Il repensa au passé. Il avait reçu sa formation initiale chez les Corbeaux d'Antiva qui l'avaient acheté à un esclavagiste alors qu'il avait 4 ans. Certes, il était humain mais ses traits fins trahissaient des origines elfes (par sa mère, en fait). Il s'appelait encore Janak, à l'époque.
Il apprit les techniques, les déplacements, les approches, mais, ce qu'il assimila le mieux, c'est le combat. Ça, ça lui plaisait. Il développa ses techniques d'escrime jusqu'à ne plus être surpassé par aucun élève. Hélas, ses techniques d'assassinat pur en pâtissaient

Son style était choquant, étonnant, différent. Aucun Corbeau ne savait vraiment d'où il tirait cette escrime. Il était, un jour de sa onzième année, de corvée de nettoyage, comme tous les jeunes élèves, il fut affecté à la bibliothèque. La chance le guida, lorsqu'il époussetait les rayons des livres « inutiles, mais on garde, ça peut servir un jour », il découvrit, derrière un rayonnage, un précis d'escrime. Cela ressemblait à un recueil de notes et, vu la poussière, cela avait été classé dans la catégorie « je ne sais même pas pourquoi je garde ça ». Il le cacha et le consulta à chaque fois que cela était possible. C'était un précis d'escrime... de théâtre !
Inutile au premier abord, il instilla des modifications dans le style de Janak et dans l'esprit : tuer sans panache ? Autant bosser dans un abattoir, ainsi qu'un certain esprit de rébellion que semblait posséder son auteur, Valheren de Ghislain. Il n'avait aucune idée de qui il s'agissait, juste que la famille de Ghislain était une des familles majeures de la noblesse orlésienne et que le précis était, selon les dates, vieux de près de 90 ans. Peu lui importait : ce noble orlésien était officieusement devenu son véritable mentor.

Finalement, un style différent, un maître exécrable qui le traitait régulièrement de « vulgaire tueur à gages », le seul choix d'obéir si on veut pas se faire inhumer à la hache... il estima que les Corbeaux ne lui convenaient pas. Il ne s'y sentit jamais à sa place : être Corbeau, à ses yeux, c'est juste être un esclave qui porte des armes, chargé de tuer pour des raisons dont il ignore tout et que, de par sa condition, il ne devait pas se soucier. Aussi, il profita de sa première mission pour livrer sa lettre de démission : le meurtre de son propre maître.

Il ressentit une certaine tristesse : il n'avait jamais aimé cette Elfe, il n'aimait pas ses sourires narquois, ses remarques désobligeantes, ses éternelles critiques, ses punitions quasiment quotidiennes mais elle l'avait construit, fait de lui ce qu'il était et, au moment de sa mort, elle l'avait respecté. Il chassa ses souvenirs pour se concentrer sur le présent. Il lui fallait examiner cet endroit : chaque point fut passé au crible.

Ser Doran de Solvun était lié à la famille de Jader. Fort en gueule, grand, impressionnant, il manquait de belles manières mais était redouté en tant que berrier. Un combattant puissant qui vouait son art à l'épée à 2 mains et qui ne supportait pas grand chose, surtout qu'on couche avec sa femme. Lui ne se gênait pas pour aller voir ailleurs mais « les hommes, ce n'est pas pareil ! »

Le souci, lorsqu'on fricote avec l'épouse d'un berrier quelque peu susceptible, surtout quand les commérages commencent, c'est qu'il faut éviter de se faire prendre ou être déjà loin. Le fautif, qui n'avait pas eu ces chances, était un noble Ander. Du coup, le prix du sang fut exigé, le duel convenu.
Vaught Freidel aurait bien aimé éviter de devoir se frotter à un chevalier qui tenait vraiment de la brute. L'Orlésien mesurait plus de 1m90 alors que Vaught tournait autour des 1m65 et semblait beaucoup moins fort physiquement. Ser Doran de Solvun voulait le pourfendre sans autre forme de procès lorsqu'une barde lui confirma l'adultère dont la rumeur commençait à enfler mais elle lui rappela aussi que Freidel était membre de la noblesse des Anderfels et qu'il ne pouvait être traité comme un roturier.

Les 2 hommes étaient face à face, l'un portant son armure de chevalier, l'autre vêtu d'une simple, mais élaborée armure de cuir.
- Ce matin fut votre dernier lever de soleil, Ser Freidel. Je vais vous ôter la vie. Que le Créateur vous ai en sa Sainte Garde.
- J'aurai préféré un arrangement à l'amiable. Répondit l'Ander d'une voix peu assurée. Ne voulez-vous point de pourparlers ? Nous pouvons en discuter calmement devant... Iiiiikk !!!
Le noble orlésien venait de dégainer son épée à 2 mains. Vaught dégaina, en tremblant, une épée longue, provoquant les rires de son adversaire et des quelques témoins :
- Il compte combattre avec une brochette ?!
Il est vrai que l'épée en question était pour le moins étrange : un peu plus fine que la normale, elle présentait une extrémité effilée et acérée et disposait d'une coque qui protégeait la main.
Le combat s'engagea... enfin... le « combat »... le berrier s'évertuer à tenter de découper en rondelles    un nobliau pleurnichant qui parait et esquivait tant bien que mal. Plus mal que bien, d'ailleurs, mais cela retardait la fatale issue.
Heren observait sa cible. Il riait intérieurement : le spectacle était de qualité. Le moment n'était pas encore venu. Il fallait attendre.
- Restez en place, que je vous pourfende !
- Je crois que votre femme pensait la même chose... Hey !
- Quoi ?
- Elle disait que la seule chose roide et solide que vous sachiez brandir avec fierté... c'était... votre épée !
- RHAAAA !!!!
La rage dans les yeux du heaume, l'Orlésien s'acharna de plus belle. L'Ander s'effaça en criant, effectua une passe maladroite de son arme et détendit le bras en estoc avant de glisser et s'écraser au sol. Il se tourna, la peur dans les yeux, désarmé, et commença une marche arrière à 4 pattes en geignant, dérisoire défense contre la prochaine attaque qui serait mortelle.
Un coup fatal qui ne vint jamais. Les témoins éberlués virent le sang couler du heaume du chevalier. L'épée de Freidel était, par chance, passée sous la protection et remontait jusqu'au cerveau. Ser Solvun était encore debout, mais déjà mort. Il s'écroula sans un cri, tué sur le coup.
- Je ne voulais pas... Je ne voulais pas le tuer... Ce n'est pas possible !
- Vous avez gagné, Ser Freidel. Fit le témoin-juge du duel d'une voix éteinte.
- Tout ce sang... Créateur !... Douce Andrasté... Tout ce sang !.... C'est horrible !.... Pardon ! Pardon !...
Le noble récupéra son épée en tremblant, les genoux flageolants, et s'éloigna en hoquetant sous le regard noir d'un Jader, cousin de l'infortuné Solvun.

Heren se dit que le moment de faire disparaître Vaught Freidel était proche... ce serait l'hisoire d'une heure ou 2. Avant, il fallait quitter la ville.

Freidel quitta Jader 2 heures après le duel. Déjà, le bruit enflait qu'un chevalier prometteur avait été trucidé par un noble étranger peureux et maladroit, coup dur pour cette famille qui ne s'en relèverai pas facilement, les chevaliers d'Orlais non plus : un chevalier tué en duel par un pleurnichard maladroit, ça ne passerait pas facilement.

Il chevaucha en direction des Dorsales du Givre. Au bout d'un moment, il quitta la route pour s'enfoncer dans les bois. Il arriva à une rivière et descendit de cheval.
- Voici donc le grand vainqueur de Ser Doran de Solvun. Fit une voix dans son dos.
C'était une Elfe citadine d'environ 16 ou 17 ans. D'une beauté innocente et insolente, les cheveux chatains, de grands yeux bleus, elle avait la démarche assurée des femmes conscientes qu'elles ne laissent personne indifférent. Vêtue d'une armure légère, armée d'une épée longue et d'une bordée de dagues de lancer, elle marchait sans se presser vers le noble et se campa contre lui. Elle passa son index le long du torse de l'homme :
- Cela mérite une petite récompense, non ?
- Leena, tu connais la règle. Pas de ça entre un maître et son élève.
- Maître Heren, vous êtes un gâcheur, et c'est vous qui avez proclamé cela ! Vous ne savez pas profiter du moment présent. Fit-elle en prenant un air de petite fille boudeuse.
- Oh que si ! Et, présentement, je vais profiter du moment pour me changer, et pas pour la bagatelle. Vaught (ou plutôt Heren) retira sa perruque, révélant ses cheveux noirs et courts ainsi que sa fausse barbe. Il enleva le faux nez en résine et commença à se débarbouiller pour faire partir le fond de teint qui harmonisait l'ensemble.
Passe-moi mes vêtements, jeune dévergondée. Nous devons nous dépêcher de passer les Dorsales du Givre avant les grands froids : même la neige s'enrhume, lors de l'hiver des Dorsales... Et n'en profite pas pour me regarder en douce. Allez hop ! Demi-tour !


Ils avaient fait halte dans une grotte pour la nuit et tendu les toiles de tente pour que la lumière du feu de camp ne se voit pas de l'extérieur et que la chaleur reste concentrée dans la caverne. Leena avait fait le repas : Heren était du genre à rater même les plats simples et pouvait empoisonner une omelette rien qu'avec son dosage en sel et aromates.

Heren était étendu sur le dos, les mains sous sa tête, semblant rêvasser. Leena l'observait. Il semblait vanné, mort de fatigue. Dame Karra avait parlé à la jeune Elfe avant leur départ. Elle était inquiète : Heren se remettait tout juste d'une grave crise de fièvre des marais et elle redoutait qu'il n'ai pas complètement récupéré, ce qui rendait cette sortie en Orlais plus dangereuse que d'habitude.
- Comment vous sentez-vous ?
- Epuisé. Faire semblant d'être maladroit en combat est éprouvant, mais la cliente a exigé qu'il soit ridiculisé : j'ai fait en sorte que sa famille souffre de sa mort peu glorieuse. Mais tu n'as pas à t'en faire : je survivrai assez longtemps pour continuer à te pourrir l'existence.
- Ne plaisantez pas ! Vous devriez vous ménager : vous venez juste de...
- Tu ne vas pas commencer à te comporter comme Karra ? J'ai connu pire dans le passé, ne t'en fais pas pour moi. Tu es là pour apprendre, c'est tout ce qui doit t'importer.

Elle avait été effrayée, il y a 3 ans, quand il lui annonça, d'un air détaché, qu'il serait son professeur référant. Toutes ses coéquipières l'enviaient, il avait le pouvoir de faire fondre la gente féminine, autant estudiantine que professionnelle : un faux air d'Elfe, jeune, toujours souriant et dynamique, tout pour imaginer plein de choses. Puis, on découvrait que le « gentil garçon » se révélait un professeur implacable, retord, aux explications débitées à la vitesse d'une volée de flèches et à la notation plus que sévère, doublé d'un tueur dont le seul geste de pitié était de supprimer ces cibles rapidement.
Il paraît que lors des épreuves finales, quand on avait affaire à lui en tant qu'examinateur, il valait mieux se trancher soi-même la gorge.

A force de l'accompagner, elle avait apprit à connaître cet homme : il s'inquiétait sincèrement de la sécurité de ses élèves. S'il était aussi dur, c'était pour qu'une fois lâchés sur le monde, les jeunes possèdent les acquis essentiels pour vivre et non se faire tuer par le premier ladre venu.

Elle était déterminée à en savoir plus sur lui. Elle se leva et se campa devant lui :
- Si vous y tenez, je veux apprendre !
- Et que voudrais-tu apprendre, je te prie ?
- Votre passé !
- Hors de question. Va te coucher. Nous avons une longue route, demain. Longue et très très froide.
Elle s'assit à califourchon sur lui.
- Umph ! Qu'est-ce qu'il te prend ?
- Vous allez me dire ce que vous me cachez ! Je sais que vous n'avez pas été formé au Fox-Ord. Je sais aussi que vous avez une longue expérience de terrain alors que vous avez à peine plus de 25 ans !
- Parce qu'on m'espionne, maintenant ?
- Vous parlerez ou... Elle commença à tirer sur les cordons de son chemisier. Il tendit les bras pour l'empêcher de continuer son effeuillage, elle attrapa ses mains et leurs yeux se toisèrent. Elle n'en démordrait pas. Les cours de séduction de Dame Karra étaient des armes entre les mains d'une Elfe aussi splendide que Leena, belle et particulièrement douée et rusée, solide et têtue comme un troupeau d'ânes.
- J'ai dit que ça ne se faisait pas !
- Je suis comme vous : je n'aime pas les cachotteries. Alors, donnez-moi au moins un secret sur vous ou je vous assure que ça va se faire ! Vous me connaissez assez pour savoir que si je ne veux pas que vous me résistiez, vous ne me résisterez pas.

Si elle continuait, ça finirait mal, dans un certain sens. Il savait que, vu sa fatigue mentale du moment, elle le soumettrait si elle le voulait et il préféra capituler.
- je leur souris. Admit-il
- A qui ?
- Mes victimes. Je leur souris, je leur ai toujours souris quand je les tue.
- Vous êtes une espèce de psychopathe ou quoi ???
Leena eu un air choqué. Heren avait sans cesse rabâché le fait qu'un assassin était, avant tout, un professionnel et donc l'esprit du travail devait être son seul credo. Les psychopathes, les sociopathes et autre tarés du meurtre sont à bannir de la profession car leur folie finit toujours par prendre le pas sur le boulot et ils commettaient des erreurs fatales.
- Rien à voir avec une quelconque affliction mentale. C'est plutôt un sourire... respectueux. On me paye cher, preuve que mes victimes ont une certaine valeur aux yeux des employeurs. Donc, je leur témoigne un respect sincère par ce sourire.
- C'est bizarre ! Vous avez toujours fait ça ?
- Depuis ma première victime : mon propre maître.

Elle resta silencieuse. Il avait l'air comme frappé de mélancolie. Elle regretta presque de lui avoir forcé la main... presque.
- Elle m'a souri lorsque je l'ai tuée.
- Comment... ?
- J'avais 14 ans et étais, depuis un an, son élève particulier. Elle se nommait Marci Del'avya. Une Corbeau pur jus. Cruelle, féroce, diablement efficace, belle mais venimeuse comme une centaine de cobras. Mais bon. Inutile d'en parler.
Les cordons se séparèrent, le chemisier de la jeune Elfe tomba sur ses hanches révélant des charmes à faire rougir une statue. Heren était impressionné par tant d'aplomb : il aurait pu la tuer pour sa désobéissance, elle le savait et pourtant. Elle planta son regard dans celui de son maître. Elle voulait savoir, elle n'hésiterait pas à abuser de lui. Elle le savait faible physiquement et, donc, facile à briser mentalement, surtout pour cela. D'un autre côté, l'idée qu'il résiste et refuse de parler ne lui déplaisait pas.

- Cette impudeur est consternante, jeune fille.

- Oh ? Tentative de création d'élans pudiques juvéniles chez moi ? Je ne suis pas une Humaine de 17 ans, Ser, je suis une Elfe Citadine de 17 ans. Vu notre monumentale espérance de vie, les filles de mon âge sont mariées et ont même parfois des enfants.
Je ne vous ménagerai pas, je vous l'assure ! En parlant d'enfants, au fait : si mes calculs de dates sont bons, ou vous coopérez, ou vous aurez de grandes chances, dans 3 saisons, de tenir dans vos bras un bout de chou de 2 kilos en vous demandant s'il a vos yeux. Continuez !

- D'accord, d'accord, je me rends. Il la savait assez folle pour se laisser mettre enceinte rien que pour respecter ses menaces.
J'étais un esclave, comme tous les Corbeaux, dans un certain sens, et même dans l'autre. Du coup, j'ai pris ma liberté lorsqu'elle fut chargée de tuer un Garde des Ombres et qu'elle décida de m'emmener.
- Elle n'était pas un peu malade ? Les Gardes des Ombres ont assez à faire avec les Engeances pour qu'on vienne en rajouter. Qui a bien pu vous payer pour faire un truc pareil ?
- Le souci avec les Corbeaux, c'est qu'on sait rarement qui et pourquoi. Je ne savais pas grand chose des Gardes des Ombres, sauf que c'étaient de bons combattants. L'idée de me confronter à l'un d'eux me plaisait bien, même si cela revenait à obéir à une confrérie que je n'aimais pas.
Bref, je me suis retrouvé à devoir ferrailler contre ce Garde au pied des Dorsales du Givre, côté Terres du Sud, au côté d'un autre maître Corbeau, tandis que Marci s'escrimait contre Ser Godric, qui faisait encore partie des Fox-Ord, à l'époque et l'élève de l'autre maître tentait de tenir face à Karra, l'optimiste ! Le maître me freinait car je devais être synchronisé sur lui pour presser le Garde. Au fait, c'était Kilvein.

- Kilvein ? Le mentor de Godric à la Garde des Ombres ? Celui qui est mort il y a 4 ans ?
- Lui-même ! Lorsqu'il a tué mon coéquipier, j'ai profité de l'instant pour le blesser à la cuisse. Mais notre combat qui s'annonçait épique fut gâché par l'arrivée des Engeances. Ces saletés avaient entendu la bataille et voulaient participer aux débats. Nous n'étions plus que 5 : Marci, Godric, Kilvein, Karra, qui avait tué l'élève du compagnon de Marci et moi, 5 ennemis obligés de s'unir contre un danger commun, ce que nous fîmes. Tu veux bien te relever, maintenant ?
- Pas question ! Je ne vous lâcherai que lorsque vous m'aurez raconté. Elle accompagna sa phrase d'un savant mouvement du bassin qui produisit son effet : Heren se crispa, luttant pour tenter de garder le contrôle, mais ça n'allait pas : il avait la tête en feu, ses pensées se brouillaient.
- Non ! Arrête !

Il tendit les mains pour la stopper, mais elle fut plus rapide : parade enroulée extérieure d'un bras avec verrouillage, un classique porté avec autorité. Heren était bloqué. Pourtant, quelque chose n'allait pas, elle le sentait : d'accord, il était fatigué, mais... c'était trop facile : en temps normal, elle ne l'aurait pas eu. Même crevé, il aurait réagi.
Leena posa sa main sur le front, puis les joues de son maître :
- Par les Faiseurs ! Ce n'est pas un coup de fatigue ! C'est une rechute !
Elle se leva, affolée, et remit son chemisier. Elle courut à son sac et commença à fouiller. De son côté, la fièvre montante brutale faisait délirer Heren qui parlait comme un automate :
- Nous les avons vaincu mais j'ai été grièvement blessé par un émissaire. J'ai pris conscience, dans ce combat, de l'importance de la Garde des Ombres et qu'on ne pouvait se permettre de telles choses, tout assassin qu'on soit. Il y a des limites à ne pas dépasser, sinon, nous ne valons guère mieux qu'un Hurlock.
Lorsque j'étais au sol, j'ai vu Marci s'approcher de Kilvein, dans son dos, tandis qu'il venait de me ranimer. J'ai trouvé la force de l'écarter pour lancer une dague en plein cœur de mon maître. Elle fut surprise. Elle s'effondra à côté de moi. J'avais raté le cœur. Un poil trop à gauche, mais le coup était mortel, elle le savait.
Je lui ai dit que j'étais désolé mais que je ne pouvais la laisser faire ça. Elle m'a sourit et m'a ordonné de vivre, de ne pas rentrer et d'être plus fort... elle est morte en me souriant : elle venait d'achever ma formation et avait fait de moi un assassin. C'était un sourire sans cruauté, pour une fois. Le genre de sourire pour remercier, ou féliciter.

- Vous allez vous taire ? Leena sortit plusieurs fioles métalliques , prit une et revint vers son maître. Elle avait les larmes aux yeux : comment avait-elle pu faire ça ? Ne pas se rendre compte ? Elle s'en voulait, elle avait...

- Buvez ça ! Vite ! Ordonna-t-elle en lui soutenant la tête.
- Qu'est-ce que c'est ?
- Pérolha m'a donné un traitement en cas de rechute. Elle se doutait bien que vous "l'oublieriez", vous.
- Ses médications sont atroces !
- Et vous, vous allez mourir ! Buvez !
Heren coopéra en grimaçant. Il était en nage. Il repartit dans ses pensées à voix haute :
- Je me suis rétabli. Kilvein m'a épargné car j'avais sauvé Karra, et manqué de me faire tuer en le faisant. Il m'aurait bien proposé de rentrer dans la Garde des Ombres, mais il me trouvait trop jeune. Il me proposa donc de rejoindre le Fox-Ord, mais j'ai refusé : je devais parcourir ce chemin seul, pour l'instant. Du coup, j'ai bourlingué, comme disent les marins.

Durant près de 6 ans, j'ai voyagé à la recherche de la perfection. J'ai changé, coupé mes cheveux, les ai teint en noir et j'ai effectué des contrats en cachant mon visage à mes employeurs et en me faisant appeler « Le Scribe ». Ainsi, ils ne savaient pas qu'ils payaient à prix d'or les services d'un môme. Ils me prenaient pour un Elfe.
Le Scribe tuait pour payer les diverses formations de Heren, car tel était mon nouveau nom.
J'ai consulté des ouvrages par centaines, étudié les comportements innés des hommes qui trahissent leurs sentiments, appris le grimage auprès de saltimbanques, ainsi que le théatre afin d'assumer n'importe quel rôle. J'ai étudié les techniques de coups de pied auprès d'un combattant des rues, décrypté les secrets de l'ouvrage de Valheren de Ghislain : ce maître-lame avait caché un code dans des poëmes pour être certain de transmettre ses vrais secrets à un artiste.
Et je tuais. Je tuais pour étudier, étudiais pour progresser, progressais pour tuer. Toujours de face, toujours en souriant.
Durant 6 ans, je n'ai pas vécu : je me suis acharné à me forger, me définir.
Dans tous mes succès, je ne voyais que défauts, erreurs, choses à corriger. Je sais que vous, les élèves, me trouvez exigeant et difficile, comme professeur. Pour moi-même, j'étais carrément un tortionnaire.

« Chaud, il faut qu'il ait chaud ! ». Avec une force issue du désespoir, elle tira le professeur au plus près du feu. La seule couverture ne suffirait pas. Elle la doubla avec la sienne, déplia les manteaux pour les poser par dessus

Les Chasinds usaient d'une technique très efficace pour soigner ce mal : ils mettaient le malade dans une tente close et plaçaient autour de la couche des pierres brulantes. Le paradoxe de la Fièvre des Marais, c'est que pour la faire tomber, il fallait réchauffer au maximum le souffrant.
Leena avait un problème : impossible de trouver ici les pierres adéquates et Heren n'avait pas suffisamment chaud pour s'en sortir. Pérolha l'avait prévenue : en cas de rechute, les potions ne feraient pas tout. Il fallait de la chaleur, beaucoup de chaleur, et espérer qu'il passe les 6 premières heures qui pouvaient être fatales tant que la fièvre persisterait.
Elle angoissait. Son professeur allait mourir par sa faute.

Pas question ! Leena vérifia les pièges et alarmes auprès de la grotte et revint en toute hâte mettre les plus grosses branches dans le feu pour qu'il brûle au maximum. Elle usa de sa meilleure arme pour se donner du courage et ne pas lâcher prise, pester :
- Triple bougre d'âne bâté ! Père de tous les bourricots ! Et voilà où on en est, Ser « Je ne me soigne pas jusqu'au bout, je suis invincible, je suis le plus fort du monde ! » C'est bien ma veine ! Et qu'est-ce qu'ils vont dire quand je vais leur annoncer, hein ? Sinistre crétin !

L'Elfe avait envie de pleurer à chaque fois qu'elle le regardait. Que penseraient toutes ses cibles, en voyant ce tueur ainsi étendu, vulnérable, inoffensif ?
Il tremblait, les yeux fermés, commençant sa lutte pour la survie. Son corps n'était pas assez chaud. Son corps ?

Elle frissonna. Quelques minutes auparavant, elle s'était jouée de lui, mais là... ce n'était pas pareil. Il ne lui restait qu'une chance, la dernière. Elle hésita... et se résolu à jouer sa dernière carte.
Elle disposa son épée et ses dagues à côté d'Heren, prête à servir, dont l'une de suite. Et elle enleva ses vêtements avant se glisser dans les couvertures. Elle découpa la chemise du jeune homme pour lui permettre de transpirer sans être refroidi par le contact du tissu mouillé et se colla à lui le plus possible, lui donnant sa propre chaleur corporelle.

Heren rouvrit les yeux en sentant ce contact si doux et rigola faiblement :
- C'est formidable : une belle fille me rejoint dans ma couche et je ne peux pas en profiter : cruel est ce monde !
Leena était la seule élève avec qui il était suffisamment complice pour se permettre ce type d'allusions. Cela faisait partie de tout ce qui faisaient d'eux plus qu'un simple professeur et son élève.
Leur complicité faisait jaser au sein de la communauté estudiantine du Fox-Ord. Certains racontaient qu'ils étaient amants, en réalité.
Les mercenaires, ainsi que le corps professoral, se riaient de cette niaiserie : Heren était connu pour être pro en toute circonstance et ne franchissait jamais cette barrière intime qui tronquerait son jugement et la justesse de ses cours.
Ce n'était pas le cas. Cette complicité naissait d'un respect, d'une affection et d'une admiration mutuelle. Chacun appréciait les qualités de l'autre... et faisait avec les défauts. Ils se vouaient un sentiment de proximité, une symbiose peut-être plus fort encore que l'amitié la plus profonde.
Les commérages étant parvenus à leurs oreilles, tous 2 avaient pensé, parfois, ce que serait une relation amoureuse entre eux... et ils en rigolaient : ça finirait par l'inhumation de l'un par l'autre, même si, une fois au moins, ils se posèrent réellement la question.

- Taisez-vous. Essayez de dormir, vous devez garder vos forces.
- Je ne suis pas certain de m'en sortir : Pérolha m'a prévenu qu'une rechute pouvait me tuer. Et, la connaissant, elle t'a prévenue aussi, n'est-ce pas ?
- Fermez-la !
- Non ! Tu dois savoir... pour pouvoir continuer si je ne m'en sors pas !
Karra m'a retrouvé. Elle a compris immédiatement que j'étais en train de me perdre: je devenais un animal tueur, presque prêt à à travailler gratuitement pour se tester. En voulant sans cesse et sans cesse progresser, j'ai teinté ma lame d'ambition malsaine. J'ai régressé, non dans la technique, mais dans l'esprit.
Je devenais tout ce que je détestais chez les autres assassins : un cinglé de tueur sans âme, sans élégance, sans... panache !
Si j'ai rejoint le Fox-Ord, c'était à contrecœur. J'étais trop aigri, sans joie... mais je suis resté.

- Si vous êtes resté, c'est que vous avez trouvé quelque chose que vous n'aviez pas.
- Moi. Je me suis retrouvé. Ces gens qui ne font rien « comme il faut » m'ont rendu ce que j'étais, ce que j'avais perdu. Et... un but !

Ils restèrent ainsi à se regarder dans les yeux. Leena se sentait plus proche que jamais de son maître. Elle savait pourquoi il ne la ménageait pas, pourquoi il insistait autant sur l'humanité et le professionnalisme de l'assassin. Mais elle ignorait, jusqu'à lors, qu'il avait failli se déshumaniser pour son art et manqué de se démolir. Il ne voulait pas que ça arrive à ses élèves. Il ne voulait pas que ça lui arrive, à elle, son plus beau résultat, sa plus belle œuvre.
- Je ne me perdrai pas, Maître ! Vous me montrerez comment ne pas me perdre.
Il lui caressa les cheveux :
- Je t'assure que je te le ferai payer si tu empruntes ce chemin. Je vais aller discuter avec quelqu'un maintenant.

On ne pouvait vaincre la Mort. Nul vivant ne pouvait prétendre à le faire, et les morts ont essayé, mais se sont planté. On pouvait juste aller négocier avec elle, poliment, et lui demander de passer un peu plus tard.

- Au fait, c'était culotté de me menacer de me faire un enfant ! Inattendu, parfaitement mené. Attaque opportune, placée au bon moment, mais je ne te savais pas aussi méchante...
- Je suis désolée, Maître ! Vraiment.

- … Pour l'enfant : un père comme moi, c'est horrible ! Personne ne mérite ça !

( petite musique, pour ceux qui veulent: https://www.youtube.com/watch?v=KZnu7fVRPIc )

Il sombra dans l'inconscience avec un sourire. Il ne pouvait s'empêcher de rire de tout, même aux portes de la mort.
Leena le regardait, frottant de ses mains toutes les parties qu'elle ne pouvait couvrir de son corps, plus menu, priant les Faiseurs qu'il parvienne à convaincre la Mort de patienter.
Elle le frictionna à s'en faire mal, sans relâche, guidée par sa seule détermination. Il lui avait enseigné à ne jamais se résigner, il leur avait enseigné à tous. Il n'avait pas le droit ! Il n'avait pas le droit d'abandonner !

Elle se souvint de ce jour, lorsqu'elle avait 15 ans, où il l'emmena escalader une falaise terrifiante. A 30 mètres du sommet, elle n'en pouvait plus, elle était à 2 doigts de lâcher et d'aller s'écraser 250 mètres plus bas. Elle leva les yeux vers lui qui se tenait à ses côtés. Il lui sourit, sans un mot. Ce sourire, si bon, si gentil, si encourageant. Elle oublia la douleur, les muscles en feu et grimpa.
Elle s'écroula au sommet, haletante, tous ses muscles endoloris. Il s'était assis à côté d'elle et la regardait en souriant toujours. Il rigola.
N'importe qui d'autre aurait vexé l'adolescente qui aurait pris ça pour une moquerie. Mais pas lui. Il avait un rire pur, cristallin, qui signifie : « Tu vois que tu pouvais y arriver. Je n'ai jamais douté de toi. ».
Cette pureté, c'était lui, sa manière de tirer les autres, de les convaincre d'aller au delà de leurs limites, rien qu'en leur souriant.

Il rendait fous ses élèves par son débit effroyable en cours, ses explications décousues qui volaient en tout sens, ses notes sévères. Mais chacun d'entre eux a été tiré vers le haut de ce promontoire imaginaire, forgé vers l'élite par la seule force de ce sourire.
Ses élèves, sa seule inquiétude. La seule chose qu'il pouvait considérer comme un échec, c'est que l'un d'eux se fasse tuer à cause d'une lacune, d'un cours mal maitrisé. C'est pour cela qu'il était dur, pour leur propre sécurité.

- Vous n'avez pas le droit de partir comme ça ! Vous n'avez pas fini ma formation ! Fit-elle en s'efforçant d'oublier sa propre fatigue, ses mains et ses poignets endoloris. Elle devait le garder en vie, quoi qu'il lui en coute. Il ne devait pas mourir ! Pas ici, pas comme ça ! Pas dans une grotte sordide, sans panache, balayé par une vulgaire maladie ! Ce n'était une mort digne de lui.
Exténuée, elle céda finalement au sommeil au bout de quelques heures.

Lorsqu'elle se réveilla en sursaut, le jour filtrait à travers les toiles tendues. Luttant contre sa peur que le pire soit arrivé, elle regarda Heren.
Il avait les yeux fermés, le visage serein de ceux qui savent qu'ils peuvent partir, quitter un monde où ils avaient accompli tout ce qu'ils avaient à y faire.
Cette pensée lui fit l'effet d'un coup de poignard, lui bloquant littéralement le cœur.

C'est alors qu'elle senti, tout contre elle, la poitrine du professeur monter et descendre lentement, mais régulièrement.

Il vivait ! Il avait convaincu la Mort ! Il n'avait pas abandonné !
Tremblant de tous ses membres, elle toucha son front : la fièvre était descendue. Il était sauvé !
Les larmes qu'elle avait retenu toute la nuit coulèrent sur les joues tandis qu'elle souriait. Elle riait et pleurait en enlaçant son maître de toutes ses forces.
Il vivait. Il ne l'avait pas abandonnée. Il n'abandonnait jamais les personnes auxquelles il tenait. C'était ça, son style.
Elle savait qu'un nouveau combat commençait pour elle : elle devrait littéralement le forcer à prendre ses potions et se reposer. Peu importait, elle y arriverait : quitte à utiliser des chaînes et un entonnoir, il allait se soigner correctement, cette fois. Il était hors de question que ça recommence ! Il n'allait pas lui refaire ce genre de frayeur !

D'autres élèves croiseraient son sourire, avant de le maudire mais de se sentir inexorablement portés vers le haut.
D'autres cibles verraient ce sourire avant de mourir, acceptant presque de céder à la mort administrée avec prévenance et presque sans douleur.

Pour l'instant, La Mort, sa vieille amie, lui avait souri, et décidé de passer plus tard...
C'était là tout ce qui importait...

Behind the screen
PSEUDO ☩ Sur divers forums, j'utilise surtout les pseudo Anubis ou Dwar, mais depuis le temps, j'en ai une sacré brouette. AGE ☩ Trop vieux pour la Carte Jeune, trop jeune pour la Carte Vermeil COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE FORUM ? ☩ Par curiosité et hasard. FRÉQUENCE DE CONNEXION ? ☩ entre 3 et 5 fois par semaine CRÉDITS IMAGES ☩ http://nsa34.casimages.com/img/2015/02/02/150202110134236269.png

Code:
✥ [i]Johnny Depp[/i] - <span style="font-size: 10px;">[url=url du profil du personnage]NOM DU PERSONNAGE (en majuscules)[/url]</span>



Dernière édition par Heren le Dim 15 Fév 2015 - 0:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Jeu 5 Fév 2015 - 14:22

bienvenue par ici officiellement ! :diego:

Juste par contre, fait attention en éditant, là par exemple t'as fait "citer", du coup ça reposte un message, et tu risques de te perdre :3:

Bon courage pour ta fiche et tout ! :lele:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Jeu 5 Fév 2015 - 14:35

Merci!

Effectivement, j'ai confondu les boutons! Désolé, vraiment!
Est-ce qu'un membre du staff pourrait supprimer le double de la fiche, s'il vous plait? j'ai essayé mais je ne trouve pas la manip qui me permette d'y arriver.
Je ferai plus attention, promis.


_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Jeu 5 Fév 2015 - 14:39

C'est pas grave va ! :diego:

J'te fais ça, les membres peuvent pas supprimer un message une fois que quelqu'un a posté derrière :3: J'attendais juste que tu repasse pour le faire, histoire de pas supprimer tes modifications du coup ! :3:

edit ; du coup dans ton premier post faudrait retirer les balises [quote] aussi :diego:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Jeu 5 Fév 2015 - 23:43

Bienvenue charmant assassin :lele:

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
© Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
avatar
Harand
peuple de thédas ∣ dalatien
peuple de thédas ∣ dalatien
InfosRACE : Elfe dalatien
AGE : 26 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Marches Libres
LOCALISATION : Orlaïs
ARME/MAGIE : Magie de soin, magie arcanique, magie elfique
MÉTIERS/OCCUPATION : Archiviste
HUMEUR : Inquiet
COULEUR RP : #009900
CÉLÉBRITÉ : Satō Takeru
INSCRIPTION : 03/02/2015
MULTICOMPTES : Tristan & Clothilde
MESSAGES : 1025
PSEUDO : Parveth
© crédits : Parveth
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Ven 6 Fév 2015 - 0:35

Bienvenue ! Et bon courage pour ta fiche ! :rabbit:

_________________



H A R A N D

MOURIR EST AISÉ. VIVRE DEMANDE BIEN PLUS DE COURAGE. « Les morts ne souhaitent pas la vengeance, seulement le bonheur de ceux qui restent. » © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t488-harand http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t491-harand-archiviste-dalatien
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Ven 6 Fév 2015 - 6:16

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Ven 6 Fév 2015 - 10:14

Bienvenue par ici monsieur sexy ! :diego:
J'adore tellement Sleepy Hollow, tu me donnes envie de le revoir ! :hehe:
Bon courage pour ta fichette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Ven 6 Fév 2015 - 16:28

Très très bon choix d'avatar :dead:
Bienvenue parmi nous & bon courage pour la suite !^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Ven 6 Fév 2015 - 18:08

Le perso + le pseudo + l'avatar = awesome :bave: :bave:

(à première vue sur le gif je pensais qu'il flattait une jeune femme très laide )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Mer 11 Fév 2015 - 12:55

J'ai commencé à poster la fiche, les premiers chapitres. :wut:
Je posterai la suite demain, le temps de finir la mise de page!

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Ven 13 Fév 2015 - 1:09

En r'tard que j'suis!
Bienvenue parmi nous! :lele:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Ven 13 Fév 2015 - 13:56

Merci.
Je poste la fin du BG ce week-end, et je fais ma fifiche!

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sohane
guilde ∣ corbeau
guilde ∣ corbeau
InfosRACE : ELFE.
AGE : TRENTE-ET-UN ANS
CONTRÉE D'ORIGINE : ANTIVA
LOCALISATION : ORLAÏS
ARME/MAGIE : Un sabre courbe dont la lame est à double tranchant, une multitude de dagues et de coutelas, à l'occasion une arbalète. Toutes ses lames et ses carreaux sont empoisonés.
MÉTIERS/OCCUPATION : Maitre Assassin chez les Corbeaux d'Antiva
HUMEUR : Mauvaise
COULEUR RP : #CC3333
CÉLÉBRITÉ : Mylène Jampanoï
INSCRIPTION : 26/08/2014
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 1759
PSEUDO : Sedna (Marion)
© crédits : Marleen
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Ven 13 Fév 2015 - 15:50

Tu fais un roman :dead:

_________________



“Les femmes font ces choses. Mais Sohane le fait mieux.
Elle briserait les vœux des hommes pieux.”
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t157-sohane-and-death http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t236-sohane-and-all-i-am-is-a-bird-in-the-storm
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Sam 14 Fév 2015 - 21:59

Désolé! C'est vrai que, quand je commence, je ne m'arrête pas. :chescat:

Ca y est, c'est fini! *tente de ranimer la pauvre admin*

Encore navré pour le temps... et la longueur.


_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Sam 14 Fév 2015 - 22:03

J'aime les personnages avec du vécu :wahou: !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Sam 14 Fév 2015 - 23:32

Merci merci
Quand vous voulez, gente damoiselle, pour que je vous délivre de votre tour du Cercle! Les tours, on en fait vite le tour. (j'ai piqué l'humour d'Alistair... pardon... :red: )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren Dim 15 Fév 2015 - 17:38


Félicitation tu es validé(e) !
Une fiche ma fway intéressante à lire ! :diego: Du coup j'te valide :hehe:

Maintenant que ta fiche a été validée, le staff va se charger de te donner ta couleur et ton rang. Ton avatar sera recensé dans les plus bref délais dans le BOTTIN et ton personnage sera ajouté aux REGISTRES. Puisque nous ne somme pas à l'abri d'une erreur, merci de vérifier que ton personnage est bien recensé dans tous les sujets et possède la bonne couleur et le bon rang.

A présent tu peux t'occuper de ta FICHE DE LIENS et de ton ALMANACH DES RP.

Pour toute question le staff est à ta disposition par mp ou sur la box si l'un de nous est connecté. On te souhaite un bon amusement sur le forum ! À très bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Heren
peuple de thédas ∣ voyageur
InfosRACE : Humain
AGE : 26 Ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Terres du Sud
LOCALISATION : Ca dépend de la saison. Terres du Sud le plus souvent
ARME/MAGIE : Epée longue, combat à une main. Dagues de lancer
MÉTIERS/OCCUPATION : Professeur et tueur à gages
HUMEUR : Compliquée.
COULEUR RP : #0099ff
CÉLÉBRITÉ : Johnny Depp
INSCRIPTION : 01/02/2015
MULTICOMPTES : Yver de Kaflan
MESSAGES : 308
PSEUDO : MdA
© crédits : Harley
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Heren Dim 15 Fév 2015 - 17:56

Merci merci

_________________


"L'existence vous pose un problème parce que vous croyez que l'humanité se divise entre les bons et les méchants. Vous vous trompez, bien sûr. Il n'y a toujours que des méchants. Mais certains sont dans des camps adverses."
(Terry Pratchett)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Heren

Revenir en haut Aller en bas

Heren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Présentations validées-