FORUM FERME

Partagez|
 

 ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 5 Jan 2015 - 8:22


Dame Marguerite Thelvan avait préparé ce voyage à Val Royeaux depuis des semaines; si elle espérait que sa famille soit remarquée, c’était l’endroit où aller et puis, le domaine avait besoin de nouveaux meubles, le Seigneur Thelvan avait des amis à rencontrer et les enfants avaient besoin de nouvelles tenues, au goût du jour. Le soleil n’était pas levé au moment où les enfants Thelvan, grommelant et toujours endormis, prirent place dans la modeste calèche et le voyage fut malgré tout très agréable. Dorianna, l’ainée de la famille, était heureuse de voyager vers la Capitale; Val Royeaux était un bijou d’architecture, de richesse et de beauté. Ses cadettes, bien éveillées, discutèrent des  jeunes hommes qu’elles y rencontreraient alors qu’Albert passa le voyage endormi contre l’épaule de sa mère.

La cité de Val Royeaux était déjà éveillée lorsque la famille Thelvan y arriva. Très vite, celle-ci se sépara; le Seigneur Thelvan, qui n’avait aucune envie d’accompagner sa femme sur la place du marché, se rendit, accompagné d’Albert, à la demeure de l’un ses amis. Dame Thelvan, Dorianna, Milah, Isabella et Clara prirent donc la direction des échoppes et boutiques.  

- Mesdemoiselles, notre première destination sera l’échoppe de vêtements de madame Lowan; cette dernière a très bonne réputation et nous devons dénicher une robe de bal pour Dorianna!
- Mère, n’ai-je pas déjà une robe de bal?
- Si, mais c’est Milah qui la portera dorénavant; il vous faut quelque chose de plus voyant très chère si nous réussissions à vous avoir une invitation à un bal donné par l’impératrice; votre père y travaille probablement en ce moment même!

Les jeunes sœurs de Dorianna se mirent à protester vivement; elles voulaient toutes avoir une nouvelle robe de bal, mais malheureusement, la famille Thelvan ne possédait pas une grande fortune et il y avait tant à acheter...

L’échoppe de madame Lowan était digne de sa réputation; soignée, décorée avec goût, invitante et les vêtements qu’elle y exposait étaient tout simplement magnifiques.

- Je vous souhaite la bienvenue à mon échoppe, madame et mesdemoiselles, souhaitez-vous acheter quelque chose?
- Il se trouve que ma fille, Dorianna, aurait grand besoin d’une robe de bal. J’aimerais quelque chose qui sort de l’ordinaire et qui fera grande impression dans les réceptions…
- Laissez-moi vous montrer ce que je possède…

Les robes de madame Lowan étaient toutes ravissantes, mais Dame Thelvan avait toujours un commentaire sur ces créations; l’une n’avait pas assez de dentelle, alors qu’une autre manquait de pierres précieuses et finalement, la couleur ne s’harmonisait pas avec le teint de Dorianna.

- Celle-ci serait parfaite, mais elle devrait être ajustée à sa taille et mettre sa poitrine en valeur. De plus, j’aimerais y ajouter de la dentelle aux manches, au collet et peut-être ajouter quelques perles ici et là.
- Je peux effectuer pour vous toutes les modifications nécessaires, madame, la robe sera prête demain!
- Demain? Mais cela ne me convient pas, nous quittons Val Royeaux ce soir! Ne pouvez-vous pas faire les modifications immédiatement?

Dame Thelvan se montrait particulièrement insistante et malgré que cela ne semblait pas plaire à madame Lowan, celle-ci accepta de laisser son échoppe sous la surveillance d’une assistante et invita les femmes Thelvan dans sa demeure, là où elle travaillait sur ses créations.

La maison d’Elissa Lowan était digne de celle d’une artisane; des tissus aux mille et une couleurs égayaient la demeure, les bobines de fil se comptaient par dizaines et des pierres de toutes sortes étaient entassées sur une table de travail. Dorianna, qui était douée en couture, regardait partout, émerveillée par tant de couleur et de textures différentes. Ses cadettes exprimèrent rapidement leur mécontentement; la robe de leur ainée prendrait beaucoup du temps qu’elles avaient prévus pour visiter Val Royeaux. Dame Thelvan, dérangée par le comportement de ses filles dans la maison de madame Lowan, décida d’accompagner ses filles sur la place du marché et de laisser Dorianna seule chez l’artisane, non sans avoir donné ses dernières recommandations à celle-ci avant de partir.

- Veuillez monter sur ce tabouret mademoiselle et je vous invite à ne plus bouger!

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 5 Jan 2015 - 20:24

J’ai toujours détesté me réveiller et voir la porte encombré par des babioles de toute sorte. Chaque fois qu’Elissa disparait, je finis par me retrouver avec ses commandes, je commencerais presque à croire au complot. Il faut dire que son fournisseur n’habitait pas très loin, dès qu’il me voyait il venait me voir. Je comprends qu’il ne veuille pas être encombré lui non plus, car si tous ses clients commençaient à faire de même, il devrait ouvrir une seconde boutique. Selon ma mère, elle devait passer aujourd’hui, mais la connaissant je perdrais une bonne partie de la journée si je l’attendais.

Je préférais allez lui porter, de toute manière cela finirait probablement ainsi. Elle me demanderait de tout emporter et je serais incapable de refuser, je perdrais moins de temps ainsi. En observant le tout, je préférais faire deux voyages, emportant tout d’Abord ce qu’on pourrait appeler des accessoires, quelques plumes, bobines de fils, ainsi que certains trucs dont j’ignorais l’utilité ou bien la provenance. J’avais pensé passer par son échoppe, mais je me serais fatigué inutilement, sa maison était beaucoup plus proche.

J’eus une surprise en apercevant que la porte n’était pas verrouillée. Oublie de sa part ou bien Elissa était-elle présente? Elle aurait pourtant dû être à son échoppe. Je ne tarderais pas à avoir la réponse, entendant le son de sa voix dans ce qui lui servait de bureau. Je trouvais toujours étrange de rentrer dans cette pièce qui fut autrefois la pièce d’Allan, les livres avaient laissé place à des tissus, robes et autres accessoires. Je fus amusé de voir une jeune demoiselle dresser sur le tabouret, tête droite, immobile telle une statue. En observant la robe, je comprenais qu’elle devait être noble. La confection d’habit, cela devait être la seule fois qu’un noble écoutait l’ordre d’une personne de rang inférieur. On leurs disait de ne pas bouger et ils restaient immobile. J’avais toujours eu envie de voir s’il connaissait d’autre commande. Chaque fois je me retenais pour ne pas dire : «Assis, coucher, debout!»

«Je vous inviterais à ne pas maltraiter le tabouret, après tout, il ne vous a rien fait»

Certaines personnes se contentent de saluer, mais avouer que ma façon de faire est plus distrayante. On pourrait croire que je tentais d’attirer l’attention de la cliente, mais en réalité c’était plutôt celle de ma mère que je visais. Elle détestait lorsque je me montrais familier envers ses clients. Elle me lança un regard assassin, comme à chaque fois que je "gaffais" de la sorte.

«Kaylan, je suis avec une cliente, ce n’est pas le moment», dit-elle doucement. Si la cliente n’avait pas été là, elle se serait montrée beaucoup plus expressive, mais les apparences comptent tellement.

«Ce n’est pas le moment? Je suppose que je devrai trouver preneur pour le reste»

Ma mère soupira en attendant ses mots, j’avais enfin réussi à provoquer une réaction de sa part. Cependant, elle ne fut pas la seule, la jeune femme me regardait étrangement. Simplement pour m’amuser et voir sa réaction, je fis un signe de la main. Chose que ma mère ne sembla pas remarquer, elle se retourna vers la jeune fille pour lui demander : «Pourriez-vous attendre une seconde, il faut que je m’occupe d’une livraison», elle devait bien sûr inspecter ce que je lui avais emporté.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Mar 6 Jan 2015 - 0:32


Bien qu’immobile, suite à l’invitation à ne plus bouger de madame Lowan, Dorianna parcourait la pièce des yeux, ce n’était pas tous les jours qu’elle avait la chance d’être dans la modeste demeure d’une artisane. La jeune femme, malgré la modeste fortune de sa famille, avait toujours connu le luxe et la froideur de la pierre alors que cette maison était chaleureuse. Elle était petite, mais Dorianna devinait qu’il n’en fallait probablement pas plus à ses habitants pour être heureux. Après avoir pris les mensurations de la jeune dame, madame Lowan l’aida à enfiler la robe de bal sur laquelle elle devait travailler.

La tête bien droite, Dorianna ne vit pas la silhouette de l’homme qui venait de pénétrer dans la pièce, mais puisque son arrivée de semblait pas perturbée l’artisane, la jeune noble ne pencha pas la tête dans sa direction, après tout, ce ne devait être que le vieux mari de madame Lowan. Soudain, brisant le silence dans lequel l’artisane travaillait, l’homme dit : « Je vous inviterais à ne pas maltraiter le tabouret, après tout, il ne vous a rien fait ». La réaction de madame Lowan fut immédiate, tout comme celle de Dorianna; la voix n’était pas celle d’un homme âgé. La jeune noble tourna les yeux vers l’homme qui se tenait près de la porte de la pièce, croyant qu’il s’adressait à elle, mais ce dernier regardait l’artisane. Aussitôt, Dorianna baissa les yeux sur le visage de la femme, au moment où cette dernière avertissait ce « Kaylan » de la présence d’une cliente. Le jeune homme, qui ne semblait pas impressionné par la présence de Dorianna, rétorqua aussitôt, ce qui fit réagir madame Lowan. Cette fois, la jeune noble dirigea son regard vers l’homme, curieuse de connaitre le lien qu’il entretenait avec l’artisane pour lui parler ainsi. Ce dernier remarqua qu’il avait réussi à attirer son attention et lui fit un signe de la main. Sentant ses joues s’enflammer, Dorianna baissa les yeux aussitôt; devait-elle répondre à ce signe de la main ou voir cela comme une plaisanterie? Sans percevoir le malaise qui venait de s’installer, l’artisane demanda : « Pourriez-vous attendre une seconde, il faut que je m’occupe d’une livraison ». La jeune femme acquiesça et l’artisane quitta la pièce d’un pas impatient.

Dame Thelvan, sa mère, s’était montrée très insistante pour cette robe et madame Lowan ne devait pas être contente d’être éloignée de cette tâche qu’elle aurait préféré ne pas avoir aujourd’hui. Contrairement à ce que s’attendait la jeune noble, l’homme ne suivit pas l’artisane et resta dans la pièce. Dorianna leva les yeux dans sa direction et examina son apparence générale. C’était impoli de dévisager les gens ainsi, mais ce l’était tout autant d’imposer sa présence en silence. L’homme était jeune et son regard était perçant. Si les jeunes sœurs de Dorianna avaient été présentes, elles auraient souligné qu’il avait trop de poils au menton et sur ses joues, mais la jeune noble trouvait que cela était charmant. Afin de briser le silence, Dorianna se racla la gorge et demanda : « Êtes-vous marchand de tissus et d’accessoires pour la couture? ».  Pour la jeune noble, si l’homme était arrivé avec des marchandises, cela signifiait qu’il en faisait le commerce et si ses marchandises étaient de qualité, peut-être pourrait-elle lui en acheter quelques-unes, pour ses propres projets de couture, au domaine familial.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   


Dernière édition par Dorianna Thelvan le Ven 9 Jan 2015 - 5:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Jeu 8 Jan 2015 - 8:15

J’ai déjà entendus dire qu’il ne fallait jamais laisser un client seul, on ne sait jamais ce qu’il peut faire. Elissa devait savoir que je resterais, même si c’était pour l’énerver. J’observais la demoiselle. Elle n’était pas très âgée et ses yeux légèrement fuyards lui donnaient une apparence docile. Elle me rappelait légèrement ses poupées sans vie dans la boutique de certain magasin. Mon esprit commençait à s’imaginer qu’une longue tige de métal l’empêchait de tomber. J’avançais lentement vers elle, je ne désirais pas l’effrayer ou lui donner de fausse idée.

Je crois que ce silence la rendait mal à l’aise, elle se raclait la gorge, la poupée de porcelaine ne tarderait pas à parler. Elle réussit malgré tout à me surprendre, je m’attendais déjà à une morale pestilentielle. «Monsieur», aurait-elle dit, «il est mal polis de dévisager les gens». Elle n’aurait pas porté attention à ses manières tout autant effronté, quoi de plus normal, elle était noble ou un truc qui s’y approchait. Ses propos furent tout autre, elle semblait imaginer que j’étais un marchand de tissus. Je comprenais la raison de cette confusion, cependant ses propos m’amusait, je me surpris même à lancer un léger rire.

«Un marchand de tissus?»

Elle avait posé plus d’une fois son regard sur le matériel d’Elissa et m’interrogeait maintenant sur mon métier. Je crus percevoir derrière ses mots un léger espoir, elle devait avoir un quelconque talent pour la couture. En fait, cela expliquerait pourquoi elle semblait si à l’aise en ce lieu, du moins avant qu’elle ait conscience de ma présence. Alors que mon regard était posé sur elle, elle baissa les yeux. J’aurais pu mal le prendre, ce n’était pas la première fois. Étais-je si repoussant? Je me retenais un moment pour ne pas faire de commentaire, je devais vérifier que je ne risquais aucunes représailles. Je jetais un léger regard dans le couloir, ma mère n’était pas encore revenue.

«Vous devriez éviter de baisser les yeux. Cette robe est extravagante, il faut avoir la personnalité qui va avec»

Je connaissais suffisamment ma mère pour savoir qu’elle ne m’aurait pas laissé parler. Elle aurait dit que c’était de ma faute si elle baissait les yeux, une évidence qui n’avait aucune importance lorsqu’on y réfléchissait. La discussion ce serait terminé à ce moment-là, puisqu’elle m’aurait immédiatement mis à la porte. Certaines personnes n’apprécient pas la critique, mais lorsqu’on voit au-delà de ses mots, cela peut être constructif. Surtout que je considérais ses mots plus comme un conseil qu’un véritable jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Ven 9 Jan 2015 - 5:34


La présence de l’homme suscitait un sentiment étrange chez la jeune noble qui associait cela au malaise de sa silencieuse présence alors qu’elle se trouvait dans une posture bien délicate; Dorianna était vêtu d’une robe non terminée sous laquelle elle ne portait que son jupon et son corset. Si Dame Thelvan, sa mère, avait été présente, elle aurait vu d’un mauvais œil la curiosité de sa fille pour un homme du peuple et n’aurait pas accepté que ce dernier reste dans la même pièce que cette dernière. Malgré tout, Dame Thelvan avait préféré quitter l’humble demeure de madame Lowan pour se pavaner, avec ses filles, dans les rues de Val Royeaux et Dorianna en profita donc pour questionner l’homme sur sa profession. Maladroitement, la jeune noble avait demandé à l’homme s’il était marchand et la réaction de ce dernier lui fit rapidement comprendre qu’elle s’était trompée. Ne sachant si elle devait interpréter le léger rire de l’homme comme une réaction à une offense ou non, Dorianna baissa à nouveau les yeux. Alors qu’elle sentait le regard de l’homme posé sur elle, ce dernier lui dit : « Vous devriez éviter de baisser les yeux. Cette robe est extravagante, il faut avoir la personnalité qui va avec ».

Instinctivement, Dorianna leva les yeux vers l’homme, les sourcils légèrement froncés. « Je vous demande pardon? ». Était-il en train d’insinuer que parce qu’elle baissait les yeux afin d’éviter de le froisser alors qu’elle se trouvait étrangère en cette demeure, elle n’avait pas de personnalité? « Vous devriez savoir, monsieur, qu’ici plus que nulle part ailleurs, la puissance de la noblesse se traduit par l’éclat de ses apparats! » avait alors lancé la jeune noble, sur un ton se voulant hautain et qui ne correspondait pas du tout à sa réelle personnalité. « Vous ne me connaissez pas et si je baisse les yeux, c’est parce que… ». Dorianna cessa de parler; elle était en train de s’emporter alors qu’elle savait pertinemment que l’homme n’avait pas souhaité la froisser. Détournant le regard cette fois, la jeune noble porta une main sur son abdomen et sembla regarder le mur pendant quelques secondes avant de rapporter son attention sur le jeune homme. « Je…vous avez raison… ». Écartant les bras afin de permettre à l’homme de regarder la robe sous toutes ses coutures, elle poursuivit : « …cette robe était magnifique, suffisamment flamboyante pour attirer l’attention de la noblesse, mais pas assez, comme vous dites, extravagante, pour ma noble mère… ». Plongeant son regard dans les yeux perçants de l’homme, Dorianna s’aperçut qu’elle devait importuner l’homme avec ses histoires, après tout, les problèmes des gens du peuple étaient plus vitaux que celui d’une noble se plaignant de posséder une trop belle robe.

Bien que la famille de Dorianna ne soit pas une famille noble de haut rang, Dame Thelvan avait toujours élevé ses enfants comme si leur destin était de devenir très important. Ainsi, que Dorianna ait toujours été attiré par les aventures, la camaraderie avec les enfants de domestiques, la boue et les combats à l’épée de bois, avait souvent exaspéré sa mère. Le dénommé Kaylan n’avait pas tort, cette robe était extravagante et probablement plus repoussante qu’attirante pour lui, mais est-ce vraiment ce qui allait garantir un mariage prospère à la jeune noble? Son avenir se dessinait-il réellement au bout du fil de cette robe?

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 12 Jan 2015 - 1:16

La jeune demoiselle ce transforma en véritable petite furie, dommage je l’avais crus moins hautaine. Il faut croire qu’une noble restera toujours une noble, d’un certain sens je m’y étais attendu. J’étais parfois blasé de ce petit jeu, de ses belles paroles qu’on devait faire pour flatter leurs égaux. Je me souviens qu’Elissa montrait beaucoup plus de personnalité lorsqu’elle était à Dénérim, il lui arrivait même de remettre ses clients à leurs places. Maintenant elle était devenue la parfaite petite marchante, heureusement qu’elle retrouvait de sa saveur lorsqu’elle ne travaillait pas. Quoiqu’elle ne serait jamais plus comme les souvenirs de mon enfance. Je n’en voulais pas à Val Royeaux, la ville n’était pas responsable de cela, du moins pas complètement.  

Il m’avait fallu que quelques secondes pour me faire une idée sur cette jeune femme. Elle avait perdu tout intérêts à mes yeux, n’étant rien de plus que la petite noble traditionnelle qui semblait se croire supérieurs aux autres. Je m’apprêtais à la laisser lorsqu’elle reprit la parole. Si nous étions dans une pièce de théâtres ses mots auraient été choisis avec minutie, ainsi que le moment. Il aurait fallu que quelques secondes pour qu’elle se retrouve à parler seul. Il est toujours étrange d’entendre un noble avouer ses torts, un évènement si rare que nous devrions fêter cela à chaque fois.

Il avait dans ses mots une certaine tristesse, j’oublie parfois que j’avais une chose que bien des gens ne possédait pas, une liberté. Si je voulais, demain je partais, j’épousais la première personne venue et cela tout le monde s’en fichait. Elissa pourrait peut-être faire un commentaire si la personne ne lui plaisait pas, mais elle accepterait probablement mes choix. Je ne m’étais jamais demandé ce que c’était d’être noble ou bien l’effet que cela produit de vivre dans une prison d’orée. La jeune demoiselle n’avait même pas le choix de ses propres habits, je trouvais cela assez triste.  

«Je crois déjà avoir entendus ma mère dire qu’une robe ce devait d’être un accessoire et non l’inverse. Si vous n’êtes pas à l’aise dans cette tenue, elle pourra la modifier. Elle se plaindra probablement un peu, mais elle comprendra. Je crois que c’est beaucoup plus pour le spectacle que par réelle frustration. Le véritable problème sera votre mère, il faudra lui prouver que cette robe est parfaite dans toute sa simplicité. Sinon, vous pouvez la garder tel quel, avec ce petit regard furieux que vous m’avez lancé, elle vous allait à ravir»


Étais-ce trop tard pour remplacer mes dernières paroles par : «Blablabla!» Cela serait tellement plus romantique et agréable à ses oreilles. Si j’avais de la chance, elle apprécierait mon petit côté gaffeur, sinon j’aurais le droit à de gros yeux de sa part. D’un certain sens, elle n’avait pas à se plaindre, j’avais été très gentil avec elle. J’avais offert à cette douce demoiselle le lien qui nous unissait Elissa et moi, l’un de ses petits secrets et j’avais même essayé de la réconforter. Que demander de plus? Probablement du tact comme dirait ma mère, mais dans la vie, on ne peut pas tout avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 12 Jan 2015 - 3:16


La noblesse orlésienne utilisait les masques comme parure, pour étaler leur fortune ou leur rang à la vue de tous et aussi pour dissimuler leur apparence, mais si les nobles se masquaient, c’était principalement pour cacher qui ils étaient, leurs sentiments, leurs défauts, leurs faiblesses…Porter un masque, c’était de se protéger en quelque sorte, mais il y avait bien des manières de se masquer. La famille Thelvan, des nobles sans grande richesse et n’ayant aucune réelle influence à la cour orlésienne, n’avait jamais utilisé le masque en dehors des grandes occasions; le Jeu ne signifiait presque rien pour eux, bien que celui du mariage intéressait Dame Thelvan au plus haut point. Quoi qu’il en soit, Dorianna n’avait jamais compris l’intérêt de se masquer constamment jusqu’au moment où le jeune homme du nom de Kaylan prit à nouveau la parole. Si Dorianna n’avait presque rien dit en quantité de mots, l’homme semblait en avoir compris bien plus sur sa personne qu’elle ne l’aurait souhaité; un masque l’aurait peut-être aidé à moins se dévoiler…à moins que ce soit ce que la jeune dame aurait souhaité, qu’il la comprenne d’un simple regard?

« Votre mère?...Attendez…l’artisane qui travaille sur ma robe est votre mère? » souffla Dorianna, une pointe de surprise dans la voix. Sentant un pincement à l’estomac, la jeune femme repassa en mémoire tout ce qu’elle venait de dire sur la robe sur laquelle madame Lowan était en train de travailler; avait-elle insulté le travail de la mère de cet homme? « Je ne voulais pas diminuer le travail de votre mère en affirmant que cette robe n’était pas suffisamment extravagante pour ma mère! » dit-elle avant de baisser les yeux sur la robe qu’elle portait, saisissant les fins tissues entre ses doigts. « Si tel est le cas, veuillez recevoir mes plus sincères excuses. » lança la jeune noble au dénommé Kaylan en replongeant son regard dans ses yeux perçants. Dame Thelvan avait un jour dit à sa fille que si une personne d’un rang inférieur à elle la fixait droit dans les yeux, cela représentait un manque de respect, mais ce regard…elle aurait pu le soutenir indéfiniment, sans en comprendre la raison. « J’aime l’idée de votre mère, selon laquelle une robe est un accessoire et non la femme qui la porte. Ma mère ne serait pas de cet avis… ». Un sourire se dessina aux coins de ses lèvres alors qu'elle imaginait la prise de bec que cela pourrait donner entre les deux femmes puis elle ajouta : « Malheureusement, je ne crois pas avoir mon avis à donner sur ce dont aura l’air cette robe une fois terminée. Votre mère a bien essayé de dissuader ma noble mère de faire ces modifications, mais personne ne peut lui tenir tête très longtemps… ». Levant le menton vers le plafond de l’atelier de madame Lowan, Dorianna prit un air solennel et dit d’une voix qui n’était pas la sienne : « Cette robe me permettra d’attirer l’attention d’un prince qui demandera ma main et ainsi, ma famille deviendra riche et influente! ». Cette réplique décrocha un léger rire chez la jeune noble, mais celle-ci se calma rapidement. « …je ne devrais pas me moquer ainsi… ».

Le silence s’installa à nouveau et sentant ses joues s’enflammer à l’idée que le jeune homme était fort probablement en train de la regarder, Dorianna se racla la gorge, comme elle l’avait fait plus tôt, et dit, d’une voix presque timide : « Mon nom est Dorianna Thelvan, fille du Seigneur Renaud Thelvan et de Dame Marguerite Thelvan de Montfort. ».

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Mer 14 Jan 2015 - 7:12

Elle était mignonne de se soucier de la sorte de ses paroles, mais aussi légèrement irritante. Pourquoi s’excuser de ce que sa mère avait dit? Je n’étais pas la personne qui avait cousu la robe et sa mère avait déjà fait part de son opinion, sinon Elissa ne s’appliquerait pas à la rendre aussi extravagante. Si une personne l’avait insulté ce n’était pas cette demoiselle, mais plutôt la mère de celle-ci et cela depuis un moment déjà. Elles avaient parcouru le marché jusqu’ici, connaissant les nobles, elle avait probablement voulu tout contrôler et puis soit ma mère l’avait jeté poliment dehors, soit elle s’était lassée et avait préféré vaguer à d’autres occupations. Elissa avait eu le temps d’avancer dans la commande, alors si on l’avait froissé, ce n’était plus trop le temps des excuses. Elle n’y était pour rien, d’après ce que je pouvais comprendre, elle aurait pris cette robe tel quel.

«Ne vous inquiétez pas, je me souviens clairement d’avoir entendus de votre bouche, préféré la première version. Ma mère aurait probablement apprécié ses mots, cela signifie qu’elle a su créer un équilibre»

Nous étions tous les deux assez contrastant, elle en habit de noble et moi dans celui d’humble Orlésien. Nos personnalités semblaient aussi à l’opposer, elle semblait s’excuser au moindre mot mal placé, alors que moi je me la jouais… Plus bourrin? Ce fut intéressant de la voir soudainement plus à l’aise. Je n’avais jamais vu à ce jour une noble se moquer aussi ouvertement de sa mère, chose qui n’était pas pour me déplaire. Les nobles peuvent parfois être si formels. Étrangement, plus j’entendais parler de sa mère et moins je l’appréciais, elle ne semblait pas être simplement noble, mais aussi irréfléchis sur certains points.

«Alors, votre mère est une idiote, être l’accessoire d’une robe est simplement absurde»

Est-ce que je l’offusquerais avec ses propos? Il s’agissait d’une possibilité, mais je préférais l’assumer que de devoir réfléchir à chaque parole que je prononcerais. Était-elle plus heureuse en pesant chacun de ses mots? J’avais malgré tout freiné mes paroles, sans cela je me serais emporté. La jeune demoiselle continuerais à me surprendre, dans son faux air hautain, on pouvait se rendre compte d’une certaine tristesse ou sinon réprobation alors qu’elle parlait de mariage et de richesse.

«Vous semblez être…», l’idée ne semblait pas réellement la ravir. Est-ce l’idée d’être qu’un simple accessoire ou bien celle d’un prince qui lui déplaisait? «enthousiasme à cette idée»

Je ne saurais dire depuis combien de temps ma mère se tenait sur le pas de la porte, cela pouvait être qu’une simple seconde ou bien le temps d’une discussion. Son pas était si léger qu’il réussissait à passer inaperçus, lorsqu’on avait l’esprit ailleurs.

«Désolé, pour les propos de mon fils, il ne sait pas tenir sa langue, bien qu’il n’ait pas tort sur certains points»

Je parie qu’elle parle de la stupidité de Dame Marguerite Thelvan, si tel était le cas, elle ne le dirait pas de haute voix. Dans le meilleur des cas, elle l’insinuerait avec un talent que peu possède. Talent que je n’avais guère irrité d’elle. Il m’arrivait d’ailleurs de m’imaginer que ma mère aurait fait une parfaite petite noble.

«Vous savez, lorsque j’étais jeune, je rêvais d’un prince. Je me confectionnais des robes, tous plus magnifique les unes des autres, espérant attirer le regard de noble. Je crois que cela désespérait ma mère qui avait d’autre plan pour moi. Malgré tout, mon cœur ne pencha pas pour un prince, mais pour le père de Kaylan qui était très loin de l’homme idéal. Kaylan lui ressemble beaucoup sur ce point! Bref, je m’égare…»

Lorsque je disais qu’elle avait un talent pour insinuer certaine chose, on comprenait que de son point de vue, j’étais bourré de défaut, mais qu’elle m’aimait quand même. Mère indigne va… Cependant, je fus surpris de la voir s’épancher de la sorte. Étais-ce Dorianna qui la rendait si à l’aise ou bien la discussion qu’on avait. Je dois avouer que cette familiarité de sa part m’intriguait, j’avais envie de la questionner là-dessus, mais les mots ne sortirent pas. Elle ne me laisserait pas suffisamment de temps pour ressembler mes idées, reprenant la parole.

«Il semblerait que votre mère possède certaine lacune en ce qui concerne les histoires de noblesse. Sans vouloir vous offenser! En général, les nobles apportent leurs masques lorsque je travaille sur leurs habits importants. Cela me permet de choisir les couleurs des fils, d’inclure quelques motifs et de créer une certaine homogénéité entre la robe et le masque. Je crois avoir entendus parler d’un bal? Je suppose que vous porterez ce fameux masque? J’ai parfois entendus des nobles se moquer, car la robe et le masque n’allait pas de pair. J’aurais vraiment apprécié avoir ce masque, mais votre mère, peut être têtue»

On pouvait sentir que chacun de ses mots avait été pesé, malgré tout, il était surprenant qu’elle critique aussi ouvertement l’un de ses clients. Je suppose que Marguerite n’était pas aussi réfléchie que sa fille et l’avait d’une certaine manière offusquer. Ou bien, elle était présente depuis plus longtemps que je ne le pensais et avait été influencé par notre discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Jeu 15 Jan 2015 - 5:51


« Alors, votre mère est une idiote, être l’accessoire d’une robe est simplement absurde ». À ces mots, la première réaction de la jeune noble fut d’écarquiller les yeux très grands en laissant tomber sa mâchoire; c’était la première fois de sa vie qu’elle entendait quelqu’un dire une telle chose au sujet de sa mère. Sa deuxième réaction fut de porter les mains à son visage pour tenter de cacher son expression de surprise, puis, soudainement, elle éclata d’un rire franc et sincère. Rire lui faisait un bien fou! Il y avait si longtemps qu’elle n’avait pas ri ainsi. « J’apprécie votre impulsivité, monsieur. », dit-elle lorsqu’elle fut capable de reprendre son souffle et d’aligner quelques mots. Le jeune homme l’avait amusé, peut-être bien malgré lui, mais tout de même, elle lui était reconnaissante pour cet instant.

L’homme osa une supposition au sujet de l’enthousiasme de Dorianna, mais avant que la jeune femme puisse réfléchir au sens que prenaient ses paroles en elle, la voix de madame Lowan s’éleva, ce qui fit sursauter la jeune noble; cette dernière en avait presque oublié l’existence de cette femme…« Désolé, pour les propos de mon fils, il ne sait pas tenir sa langue, bien qu’il n’ait pas tort sur certains points » dit-elle comme si elle n’avait jamais quitté la pièce et qu’elle avait participé à la conversation entre les deux jeunes gens. Dorianna posa les yeux sur la mère de Kaylan (parce que tel était son nom) et lui sourit poliment. « À aucun moment, votre fils m’a manqué de respect madame, il a même réussi le tour de force de me faire rire aujourd’hui… » à la fin de sa phrase, Dorianna tourna les yeux vers l’homme et lui souris d’un sourire presque complice. Alors que madame Lowan racontait qu’elle avait elle-même rêvé du prince, la jeune noble n’avait toujours pas détourné le regard de sur le visage de Kaylan. À la fin de l’histoire de l’artisane, ses pommettes de Dorianna rougirent et c’est seulement à ce moment que la jeune noble s’aperçut qu’elle n’avait toujours pas détourné les yeux et qu’elle devait intimider le jeune homme. Baissant les yeux, madame Lowan ne sembla pas capter ce nouveau malaise puisqu’elle continua de parler, mais cette fois, au sujet de la tradition orlésienne de porter un masque en tout temps. L’artisane critiquait ouvertement la noble mère de Dorianna, mais cette dernière ne pouvait plus jouer les fausses offusquées.

La jeune femme voulut prendre la parole, peut-être pour prendre la défense de sa mère, peut-être pour approuver les paroles de la mère de Kaylan, mais, quelle que fût son opinion sur le sujet, elle n’eut pas le temps de le dire. Si madame Lowan avait fait une entrée silencieuse, la porte de sa demeure s’ouvrit et des échos de voix se firent entendre, bien que ces sons soient dans une autre pièce. Le son des pas de plusieurs personnes s’approcha puis en quelques instants, Dame Marguerite Thelvan, accompagné de ses trois filles, entra dans l’atelier de travail de l’artisane. Milah, Isabella et Clara remarquèrent immédiatement la présence de Kaylan, mais ne s’attardèrent pas sur sa personne; premièrement parce qu’il n’avait aucune importance pour elles et deuxièmement parce qu’il n’avait aucune importance pour elles…Dame Thelvan ne remarqua pas la présence du jeune homme, mais marcha directement vers le tabouret sur lequel sa fille était perchée depuis bien longtemps et vint toucher le tissu de sa robe. « Je m’attendais à ce que le travail soit plus avancé que cela, mais c’est du beau travail jusqu’à maintenant… ». Tournant les yeux vers l’artisane, la femme ronde s’apprêtait à donner de nouvelles consignes à celle-ci lorsqu’elle aperçut pour la première fois Kaylan. La pause qu’elle marqua et pendant laquelle elle observa brièvement le jeune homme était pleine de sens; Dorianna connaissait suffisamment bien sa mère pour savoir que si elle n’avait pas été noble et qu’elle n’avait pas appris à contrôler son non verbal, elle aurait fort probablement eu une expression de dégout. L’homme n’avait rien de repoussant, mais il n’était pas noble et sa seule présence rappelait à la mère de famille à quel point sa fille ainée pouvait se montrer familière avec ces gens. Faisant comme si elle n’avait jamais vu le fils de l’artisane, la noble se tourna vers celle-ci pour poursuivre en disant : « J’aimerais que vous ajoutiez une ceinture à sa taille et des plumes sur ses épaules, juste ici, pour lui donner la grâce d’un cygne! ». Alors que Dame Thelvan tapait dans ses mains en se tournant à nouveau vers sa fille, Clara, la cadette des filles Thelvan prit la parole : « Une chose est certaine, chère sœur, c’est que si vous devrez cesser de combattre avec une telle robe… ». Les deux sœurs échangèrent un éclat de rire complice alors que Dame Thelvan laissait tomber sa tête vers l’arrière, exaspéré par ce qu’elle venait d’entendre.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Ven 16 Jan 2015 - 7:52

On m’a déjà dit qu’il ne fallait pas qualifier les nobles simplement de nobles, ils seraient, selon cette théorie, humains avant tout. Cette jeune demoiselle était la preuve de ses propos, bien que je risque d’oublier cette morale dès qu’elle sera partie. Elle s’était montrée différente de ce que je m’étais imaginé. Dans mon esprit, il était clair qu’au moment où j’ouvrais la bouche, elle me demanderait de partir et pourtant j’étais encore présent. Elle m’avait bien fait quelques gros yeux et tenter de me réprimander, mais cela s’était terminé par : «vous avez raison» et maintenant, elle riait. Je serais curieux de savoir ce que j’avais dit d’amusant.

Si je comprenais bien la situation, elle adorait qu’on se moque de sa mère, c’était intéressant à savoir. Il faudrait que je me contente de cette information, grâce à ma mère, je n’aurais probablement pas de réponse en ce qui concerne cette histoire de mariage. Elissa semblait avoir entendus une partie de notre discussion, puisqu’elle me sermonna d’une manière détournée. Étrangement, la jolie demoiselle prie ma défense. Selon elle, je ne lui avais jamais manqué de respect, je dois avouer que j’étais moi-même étonné, à un moment j’avais cru le contraire.

«Vraiment? Heureuse de l’apprendre j’avais peur qu’il ait été un peu gaffeur. »

Elissa me lançait un regard qui en disait long, elle ne croyait aucun mot de ce que la demoiselle disait, mais ne contredirait pas sa cliente. Parlant de regard, la jeune demoiselle m’observait encore. Je n’étais pas naïf à ce sujet : elle me regardait à chaque fois qu’elle le pouvait, rougissait si je m’attardais trop sur sa personne et baissait facilement les yeux. Elle me trouvait moche c’était certain. Je plaisante, je me doutais bien qu’elle avait une légère attirance sur ma personne, ce que je ne savais pas c’était comment réagir à cela. Je n’aurais pas le luxe d’y réfléchir bien longtemps puisqu’un grand bruit se fit entendre.

«Des engeances attaque?»

Il s’agissait plutôt d’une plaisanterie qu’une réelle crainte. Je me doutais bel et bien que c’était des personnes, cependant je ne connaissais aucun client qui soit aussi effronté. De plus, le pas lourd donnait à cette personne un côté légèrement bestial, ou peut-être ses personnes, je crus entendre à un moment plus d’un pas. Bestial ou non, je ne connaissais aucun animal qui pourrait ouvrir une porte. Quoique, on m’avait parlé de mabaris qui en étaient capables, mais j’en avais jamais vu de mes propre yeux, en plus le pas aurait été plus léger. Mon délire sur les engeances était pour souligner le manque de savoir-vivre de ses gens.
J’apprendrais rapidement qu’il s’agissait de la mère de Dorianna, la manière dont elle se préoccupait de la robe était des plus révélateurs. Aucun bonjour, ni sourire, on aurait presque crus qu’elle avait quelque chose d’enfoncer dans le…  au risque d’être trop vulgaire, je ne m’attarderai pas trop là-dessus. Ce semblant d’ogre m’observa avec un mépris pour ensuite ignorer ma présence, un peu comme si je n’étais du bétail dans un enclos. Dame Marguerite Thelvan commença à donner de nouvelles instructions, voulant ajouter ceci et cela, personnellement je trouvais déjà la robe surchargé. Je m’étais déjà imaginé des : «oui madame», mais ce ne fut pas le cas. Je crois que ses demandes étaient plus excentriques que je ne l’imaginais, car ma mère fit une chose des plus rare, elle fronça des sourcils, signe de forte désapprobation.

«Désoler dame Thelvan, je ne peux pas accéder à votre demande, il en va de ma réputation. Jamais je ne laisserais une de mes clientes partir avec une horreur, même si elle insiste à ce sujet. »

Je dois avouer apprécier fortement la réponse que ma mère lui offrait, non seulement les mots, mais aussi le ton utilisé. Il avait dans sa voix une douceur des plus ironiques, on s’imaginait qu’elle donnerait une belle réponse, tel le manque de matériel, mais elle préféra aller au but. Lorsque j’y pense, jeune elle me réprimandait de cette manière, une voix douce et calme, avec une pointe de reproche. Je m’étais retenue pour ne pas insulter la dame et c’était ma mère qui s’en chargeait, je ne sais pas si Dame Marguerite l’avait vu venir, moi non.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Mer 28 Jan 2015 - 13:17


« Désoler dame Thelvan, je ne peux pas accéder à votre demande, il en va de ma réputation. Jamais je ne laisserais une de mes clientes partir avec une horreur, même si elle insiste à ce sujet. »

La petite femme ronde se tourna très lentement vers madame Lowan, visiblement estomaquée par la réponse de cette dernière. Son visage, autrefois aussi beau que celui de ses quatre filles, était à ce moment si rouge que Dorianna cru que sa mère était en train de faire une attaque. Malgré tout, ce fut avec une voix calme, mais sanglante, qu’elle dit : « Je vous paye pour cette robe, vous la ferez exactement comme je l’exige! Si c’est de l’argent que vous voulez, vous en aurez! Si c’est un travail pour…(elle marqua une pause et tourna les yeux vers Kaylan)…ce jeune homme que vous voulez, mon époux se fera un plaisir de le lui en trouver un! Mais si vous refusez de faire cette robe, c’est l’avenir de ma fille que vous détruisez!...Et ça, je ne peux l’accepter! Cette robe n’est pas une horreur! Je ne demande pas de la part de gens comme vous de comprendre les enjeux de la noblesse, mais vous, qui fabriquez des robes, devriez savoir que c’est ainsi qu’elles doivent être pour garantir un mariage à une jeune femme! Pensez-vous réellement que les nobles choisissent leurs épouses en fonction de leur intelligence? Non! Ils choisissent parmi les plus belles qui ont réussi à se démarquer! Si ma fille ne possède aucune de ces qualités, cette robe lui permettra au moins d’être remarqué, me suis-je bien fait comprendre? ». Le ton de Dame Thelvan avait perdu de son calme, à mesure que cette dernière parlait. Elle s’était aussi approchée de madame Lowan, lui lança un regard furieux.

Pendant que leur mère avait parlé, les filles Thelvan s’étaient approchées de leur ainée qui, de son côté, avait porté les mains à son visage, honte de la réaction de sa mère. La dernière phrase de la mère de famille eut l’effet d’une bombe pour Dorianna. Bien qu’elle savait, au fond d’elle, que la colère de sa mère lui avait fait dire des paroles qu’elle ne croyait probablement pas, d’entendre que pour elle, Dorianna ne possédait pas les qualités requises pour se trouver un époux convenable lui tordait les entrailles. Ses yeux se remplirent de larmes. La jeune noble avait toujours su que pour se marier à un noble de haut rang, elle devait se démarquer des autres, mais jamais elle n’avait pensé que c’était pour compenser un manque d’intelligence ou de beauté. Milah, Isabella et Clara levèrent les yeux vers leur sœur, toujours sur le tabouret. Celles-ci avaient aussi été choquées par les paroles de Dame leur mère, mais elles ne pouvaient rien dire, elles n’osaient rien dire; elles n’étaient pas au domaine des Thelvan, mais dans l’humble demeure d’une artisane, en présence de ce qui semblait être son fils. Une dispute familiale ne devait pas éclater en ces lieux aujourd’hui…

« Dorianna, peut-être pourriez-vous convaincre cette femme de faire les modifications sur votre robe…(elle se tourna vers sa fille et s’apercevant que cette dernière pleurait en silence, elle leva les yeux au plafond)…séchez vos larmes chère enfant! Madame Lowan fera votre robe, ne vous inquiétez pas… ». À ces mots, Dorianna laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps; sa mère ne semblait pas consciente que c’était ses  paroles à elle qui blessait la jeune noble. Sentant une boule au creux de sa gorge, l’ainée ouvrit la bouche pour répondre à sa mère : « Je ne veux pas aller à ce bal! Ni à celui-ci ni à aucun autre! ». Dorianna entreprit alors de retirer la robe qu’elle portait et qui n’était pas terminée. Sous cette robe, la jeune femme ne portait que son corset et son jupon, rien qui ne permettait de dévoiler sa nudité, mais tout de même une tenue non convenable en présence d’un homme. La jeune femme n’avait pas oublié la présence de Kaylan, bien au contraire, mais elle ne pouvait plus supporter la situation. Connaissant sa mère, si l’artisane lui refusait encore quelque chose, la guerre allait éclater et elle ne voulait pas être responsable de cela. Lorsque la robe glissa jusqu’à ses pieds, Dame Thelvan s’exclama : « Dorianna! Comment osez-vous! ». La jeune noble descendit alors du tabouret sur lequel elle était depuis une éternité et se mit à marcher d’un pas rapide vers la porte de la pièce, à côté de laquelle se tenait toujours le jeune homme. Pressée de quitter cette situation, Dorianna passa si rapidement à côté de Kaylan qu’elle le bouscula un peu, mais elle arrêta sa course qu’à la porte principale de la maison. La jeune femme ne pouvait sortir de la maison ainsi vêtue, le froid la tuerait et qu’allait dire les passants. Malgré tout, elle devait fuir…C’est alors qu’elle remarqua un petit coin sombre, près du foyer…

Dans l'autre pièce, Dame Thelvan s'était retournée vers madame Lowan et lui avait lancé: « Tout ceci est de votre faute! ».

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 2 Fév 2015 - 0:25

Je ne sais pas si dame Thelvan avait remarqué, c’était la seconde fois qu’elle réussissait à faire froncer les sourcils d’Elissa. Rare était les fois où on réussissait à énerver ma mère de cette manière et, des mégères égocentriques, elle en avait croisé plus d’une. Cette noble avait réussi en quelques mots à insulté ma mère, sa fille, ainsi que ma propre personne. Comment osait-elle insinué sans me connaître que j’avais besoin de son aide? Pourquoi dénigrer ainsi sa propre fille devant de parfait inconnu? Et surtout, qu’avait ses créations de si déplaisant? Elle choisissait ses créations en raisons de leurs caractère unique et les dénigrait peu de temps après. Il avait tant de choses qui devaient déplaire à Elissa, mais elle devait essayer de garder un certain contrôle.

«Sachez Dame Thelvan que ce n’est pas la première fois qu’on vient me voir pour une robe de bal et encore moins que mes créations précédent un mariage. Ses dames n’exigeaient pas de la frivolité inutile. Ce que vous demandez, c’est de cacher tous les détails qui font de cette robe un objet unique. »

Malgré qu’elle ait essayé de garder son calme, une personne avertie pouvait ressentir une légère pointe d’agressivité chez Elissa. Personnellement, ses histoires de robe et de mariage me passait par-dessus la tête, je préférais les laissez à leurs occupations de femmes. Je me tournais en direction de demoiselle Dorianna, son visage affichait une impression de détresse. Elle ne put se retenir bien longtemps et des larmes commencèrent à perler sur son visage. Est-ce que les apparences comptent au point de ne plus se soucier des gens? Sa mère avait prononcé le mot de trop. Dorianna refusait les exigences de sa mère, puis retira la robe, source du litige. Je préférais détourner le regard, par politesse, mais aussi par forte présence de femme dans cette demeure. Il est étrange de voir que les femmes ont tendance à se dévêtir en ma présence ses derniers jours. Restons alerte, on ne sait jamais, cette chose qui lui servait de mère pourrait décider de suivre la tendance.

«Croyez-vous vraiment que c’est pour quelques plumes en moins que votre fille pleure? Vous venez de la traitée de Piaf sans cervelle et cela devant tout le monde. »

Le conflit entre ma mère et dame Thelvan semblait s’éterniser, on croirait presque des femmes se disputant pour… En fait, je ne sais pas trop et je m’en fiche. Je me dirigeais vers ce qui semblait être les habits de la belle et les emporta avec moi. Tout ce cirque avait trop duré, la porte ne se fermerait pas seul et ses disputes me donnait mal au crane. Je me dirigeais vers la porte menant à l’extérieur puis, je fis un signe aux curieux. La meilleure manière d’éviter les regards indiscrets, c’est parfois de les confronter. Il était mal venu pour une femme de sortir dans une tenue inadéquate. Après mettre occupé de la porte, je me dirigeais vers le seul refuge que la jeune femme avait pu trouver.

«J’en n’ai pas fini. Si vous voulez des habits farfelus, allez voir Dame Rosaline, elle vous en fera. Elle a teint le derrière d’un cheval pour sa cliente. Vous devez connaître le surnom de Dame Blanche, faite maintenant le lien. Aussi jolie qu’il soit, ce n’est pas de son teint que lui viens ce surnom. Maintenant Dame Thelvan, soit vous me laissez avec votre fille pour que je lui fasse une robe qui lui convienne parfaitement, soit vous allez voir dame Rosaline, libre à vous.»

Leurs disputent ne semblait pas être terminé, je me dirigeais vers le salon. En entrant, je baissais la tête dans le but de ne pas offenser la demoiselle puis déposais ses habits sur une chaise avant de ressortir. Tout en m’éloignant je laissais sortir quelques mots : «Je crois que cela vous sera utile. » Cette phrase, d’apparence banale était en réalité une invitation à discuter. Je ne voulais pas imposer ma présence, alors je lui laissais une ouverture. Dos à la pièce, je laissais la jeune femme se changer. Elle partirait lorsqu’elle serait prête ou bien m’indiquerait lorsque je pourrais me tourner. Du moins j’espérais qu’elle me le dise, je préférais parler directement à une personne plutôt qu’à son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Mar 3 Fév 2015 - 2:44


« Je crois que cela vous sera utile. »

Dorianna, qui était assise sur les rondins de bois qui étaient utilisés pour alimenter le foyer, les jambes ramenées sur sa poitrine, leva les yeux vers Kaylan qui venait de la rejoindre. La jeune femme s’était attendue à ce que quelqu’un vienne la retrouver, mais elle ne pensait pas que le fils de l’artisane serait cette personne. Le jeune homme avait déposé sur une chaise, tout près d’elle, ses vêtements avant de s’éloigner. Malgré tout, il resta suffisamment près, ce qui laissait croire à la jeune noble qu’il souhaitait poursuivre leur conversation, là où elle avait été interrompue, quelques instants plus tôt. Doucement, Dorianna déplia les jambes, se mit sur celle-ci et s’approcha de la chaise où se trouvaient ses vêtements. Elle regarda les tissus sobres, mais nobles de ses vêtements, les caressant du bout des doigts, puis elle leva les yeux sur le dos du jeune homme. Il n’avait rien de noble, mais les qualités qu’il possédait l’étaient. Dorianna avait réagi avec impulsion en retirant la robe non terminée de madame Lowan et en quittant ainsi l’atelier de cette dernière tel un coup de vent et malgré cela, Kaylan, cet inconnu, était venu, en quelque sorte, à son secours. « Vous êtes un homme bon, Kaylan… ». Quelque chose dans la silhouette du jeune homme émouvait Dorianna et l’attirait, mais elle ne comprenait pas de quoi il s’agissait. Kaylan était bel homme, certes, mais tout comme l’était Rhaegar ou Barthélemy. Pourquoi la présence du fils de l’artisane l’apaisait-elle ainsi autant qu’elle la rendait nerveuse? Le cœur de la jeune femme battait à un rythme fou, mais après ce qui venait de se passer avec sa mère et madame Lowan, c’était normal… Les joues de la jeune noble étaient en feu, mais cela était également dû à l’émotion qu’elle avait ressentie quelques instants plus tôt…

Dorianna détourna son regard de la silhouette du jeune homme et porta son attention sur ces vêtements. D’un geste brusque, elle attrapa sa robe et entreprit de l’enfiler. Lorsque ce fut chose faite, la jeune noble s’approcha d’un pas timide vers le fils de l’artisane. N’étant plus sur le tabouret de l’atelier de madame Lowan, Dorianna s’apercevait à quel point elle était petite à côté de l’homme qui était toujours dos à elle. Ses yeux se baladaient sur sa silhouette et quelque chose disait à la jeune noble qu’il était mal de le dévorer ainsi des yeux. Lorsqu’elle fut suffisamment près de lui, Dorianna leva une main et la posa sur l'épaule du jeune homme. « Puis-je vous demander de m’aider à boutonner le dos de ma robe?... ». Sans attendre la réponse, la jeune noble tourna le dos, à son tour, et ramena sa chevelure sur le devant de sa poitrine pour qu’il puisse, s’il décidait de l’aider, n’avoir aucune difficulté à réaliser la tâche qui lui était demandée.

Dans l’atelier de madame Lowan, la voix de celle-ci s’élevait et celle de Dame Marguerite Thelvan se joignait à elle. Dorianna ne souhaitait pas entendre le sujet de leur dispute, sachant pertinemment qu’elle était, en quelque sorte, responsable de tout cela. « Je sais ce que vous allez me dire, mais je vous demande pardon pour la scène à laquelle votre mère et vous venez d’assister…et qui se poursuit toujours…(la jeune femme laissa échapper un soupir court)…Êtes-vous marié Kaylan? »

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Mer 4 Fév 2015 - 19:36

La voix de la jeune noble résonna, bien qu’elle soit douce, on pouvait ressentir une certaine amertume. Les évènements étaient encore récents, il était normal qu’elle soit encore triste. Ses paroles me déroutèrent légèrement : « Vous êtes un homme bon, Kaylan… » Je n’apprécie pas le thème de bon, ce n’est qu’une projection que les gens fond. Mon père aidait parfois les voyageurs, il était aimant et savait faire preuve de patience. Est-ce que cela faisait de lui un homme bien? Si les crimes dont on l’avait accusé étaient réels, l’était-il encore? Bon ou mauvais, il existe une nuance entre ses mots qui fait en sorte qu’ils ne peuvent pas être prononcés d’une manière objective.  

«Je suis plus habitué au thème insupportable»

Il est vrai que j’étais plus habitué à ce thème, ainsi qu’à : arrogant, têtu, grossier, aimable, courtois, confiant et bien d’autres. Je ne préférais pas trop prendre cela au sérieux, d’ailleurs mes propos ce termina par un léger rire. La perception des gens peut donner parfois des descriptions assez intéressantes. Pour ce qui est de bon, si on me l’avait déjà dit, je devais l’avoir oublié et il était possible que cela se réitère. Il est probable que ses mots soient sincères, mais réfléchis, c’était une autre histoire, je ne préférais pas trop disserter là-dessus.

Bien que j’aie le dos tourné, je portais une attention particulière à la demoiselle. Ses pas révélaient sa position dans la pièce. Elle avait quitté les rondins, pour se diriger vers ses habits, un léger claquement m’indiquait qu’elle avait pris ses vêtements sur la chaise. Son mouvement déplaça involontairement la chaise, probablement dû à un mouvement vif. Elle s’était ensuite légèrement déplacer, elle devait vouloir plus d’espace, les quelques pas qui semblaient faire du sur place, m’indiquaient qu’elle se changeait. Ils se firent plus nombreux et je fis une mauvaise interprétation de ses gestes. J’avais crus qu’elle se contenterait de partir, mais elle s’arrêta près de moi, sa main s’était déposée sur mon épaule, avant de me demander de l’aide pour sa robe. Après quelques secondes, je répondis à sa requête.

«Je ne suis pas le plus habile avec les boutons, mais d’accord…»

La jeune noble dégagea ses cheveux pour me laisser accès au derrière de la robe, je commençais donc cette tâche des plus laborieuses. Une tâche que je considère laborieuse, car les boutons semblent toujours trop petits et du mauvais sens. Notre jolie demoiselle sembla réagir lorsque mes doigts effleurèrent sa peau, mais ne fit aucun commentaire, comprenant probablement que cela n’était pas voulu. Sa peau était douce, mais lorsque je l’effleurais je ressentais une sensation de froideur, quelques secondes plus tôt elle était peu vêtue. Étais-ce la cause? Un frisson traversa mes doigts et ce diffusa dans mon corps. Alors que je m’attardais à cette tâche, elle s’excusa pour sa mère. Avant même que je ne puisse lui répondre que je me fichais complètement de sa mère, elle me coupa et me posa une question déstabilisante. Pourquoi désirait-elle savoir si j’étais marié? Elle aurait pourtant pu s’arrêter à sa mère, au conflit personnel, mais elle semblait vouloir parler de mariage.

«Je…» Elle me laissa sans voix, je n’avais réellement pas vu la question venir. Était-elle en mode séduction? Elle avait eu ses séries de petits gestes et me posait maintenant cette question étrange. Un homme du peuple, elle voulait peut-être embêter sa mère. Difficile de savoir d’où venait réellement cette question et surtout ce qu’elle cachait. «Comme je vous l’aie dit, il paraitrait que je suis insupportable, pourquoi infliger cela à quelqu’un? » Je prononçais encore ses mots avec humour. Il est parfois bien de reprendre une plaisanterie douteuse, cela permet de remettre les esprits en place et parfois même d’éviter une question gênante.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Jeu 5 Fév 2015 - 1:46


« Je ne suis pas le plus habile avec les boutons, mais d’accord… »

Alors que le jeune homme se mettait à la tâche qui lui avait été demandée, Dorianna baissa légèrement le menton sur sa poitrine, ses doigts s’entremêlant dans sa chevelure qu’elle avait ramenée devant elle. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, mais personne ne fut témoin de celui-ci. Alors que les doigts de Kaylan attrapaient les boutons de sa robe et tentait de les attacher, la jeune noble se surprit à fermer les yeux. Kaylan venait d’effleurer sa peau du bout de ses doigts et même si cela n’avait rien à voir avec un réel touché, le cœur de la jeune noble s’emballa. C’était la première fois de sa jeune vie qu’elle sentait son cœur battre si fort en présence d’un homme, sans aucune raison apparente. Était-elle souffrante? Val Royeaux faisait-elle cette sensation à tous les voyageurs?

Lorsque Dorianna posa la question au fils de l’artisane à savoir s’il était marié, celui-ci sembla déstabilisé par celle-ci et ne répondit qu’un « Je… » en cessant la tâche qu’il faisait depuis quelques secondes déjà. La jeune noble relevant le menton et tourna la tête par-dessus son épaule afin d’apercevoir le visage de Kaylan. Était-ce une question si personnelle que ça? Parler de mariage était si commun chez elle qu’elle n’avait jamais imaginé que quelqu’un puisse être mal à l’aise d’en parler. Pendant un instant, elle crut que la réponse du jeune homme allait être positive et Dorianna se surprit à être déçu de cela, mais Kaylan reprit sa tâche tout comme il retrouva la parole.  « Comme je vous l’aie dit, il paraitrait que je suis insupportable, pourquoi infliger cela à quelqu’un? ». À ces mots, Dorianna éclata d’un rire délicat, mais sincère. Ainsi donc, aucune femme ne partageait sa vie avec ce bel homme…Pourquoi Dorianna s’intéressait-elle à cela? « Je ne vous trouve nullement insupportable Kaylan… ».

Le jeune homme cessa de boutonner la robe de Dorianna; sa tâche était terminée. La jeune femme pivota gracieusement pour se retrouver face à la silhouette imposante de Kaylan. Elle était si près de lui qu’elle dut lever les yeux pour regarder son visage. Si Dame Marguerite Thelvan arrivait à ce moment précis, elle serait probablement foudroyée par une crise du cœur, mais heureusement pour Dorianna, sa mère était encore bien occupée à discuter fortement avec madame Lowan. « …bien entendu, je ne vous connais pas pour affirmer une telle chose, mais… ». Un sourire espiègle se pendit aux lèvres roses de la jeune noble puis elle poursuivit : « …merci de votre aide Kaylan et…merci de me faire sourire encore une fois… ». Décidément, ce que Dorianna ressentait pour la première fois et qui faisait vibrer chaque parcelle de son être puisait sa force dans le regard perçant du jeune homme et son sourire parfait. De retour à Montfort, la jeune noble devait trouver une confidente à qui parler du fils de l’artisane afin de comprendre ce qui était en train de lui arriver.

De l’autre côté, dans l’atelier de madame Lowan, Dame Thelvan semblait s’être calmé. Après avoir pris une profonde inspiration, elle dit à l’artisane : « Très bien alors! Madame Lowan, je vous prierais de bien vouloir terminer cette robe, comme bon vous semble de la terminer, mais pour ma seconde fille, Milah. Dorianna choisira la robe qu’elle désire parmi celles que vous possédez déjà et si elle doit être la dernière de mes filles à se marier, qu’il en soit ainsi! Avons-nous une entente, madame? ». Milah, la seconde fille Thelvan, regarda ses sœurs, sa mère, puis l’artisane, un sourire rayonnant à ses lèvres. Si cette douce enfant était la plus jolie des filles Thelvan, elle était également celle qui ressemblait le plus à sa mère pour ce qui était des histoires de mariage. Sans attendre le consentement de madame Lowan, la jeune fille monta rapidement sur le tabouret sur lequel se trouvait Dorianna, quelques instants plus tôt.

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Lun 9 Fév 2015 - 17:30

Il m’aurait fallu si peu d’effort pour l’embrasser, ses lèvres si près des miennes, il m’aurait simplement fallu cueillir ses baisées. Mon silence avait provoqué chez elle une réaction que je ne saurais expliquer. Soit elle se retournait intriguer par ce silence, soit elle entrait dans un jeu de séduction. Son visage incliné pour mieux voir mon expression ou bien pour mieux présenter ses lèvres, alors je m’attardais à attacher sa robe. Était-elle joueuse? Cela ne semblait plus être du domaine de la supposition, du moins elle semblait prête à traverser la ligne à tout instant. Lorsque mes mots prirent forme, elle éclatât de rire. Il est vrai qu’ils étaient formulés de manière légère, mais je ne m’étais pas entendu à cette réaction. Je me contentais de sourire. Sa mine joyeuse était beaucoup plus agréable à regarder qu’un visage attristé.

J’avais à peine terminé de boutonner sa robe qu’elle se mit à pivoter sur elle-même, mes doigts effleurèrent le tissu de ses habits avant que je puisse reculer. Prenait-elle le risque d’être accidentellement déboutonner ou bien désirait-elle que cela arrive? Risque ou désir, je n’aurais pas ce problème à gérer. Sa mine joyeuse m’indiquait qu’elle ne s’en préoccupait pas ou comptait bien se reprendre. Alors que je mentionnais être insupportable, elle préférait me contredire, bien que sa présence d’esprit lui faisait comprendre : elle ne me connaissait pas. Pourtant, elle me lança une phrase étrange qui se trouvait entre distance et familiarité : «merci de votre aide Kaylan et…merci de me faire sourire encore une fois» Il semblerait qu’il lui fallait peu de choses pour être heureuse ou bien elle tentait encore de me séduire.

«S’il suffit d’être naturel pour vous faire plaisir»

Elle semblait se perdre dans mon regard et l’inverse pouvait être tout aussi vrai. La proximité qu’elle avait mise était des plus déroutant, elle était si près que je pouvais ressentir la froideur de son corps, qui lentement semblait s’être réchauffer. Je suppose que l’inverse était aussi vrai et qu’à ses yeux mon corps devait être des plus brulants. Je glissais l’une des mains de Dorianna entre les miennes tout en baissant les yeux sur celle-ci. Encore une fois, un frisson traversa mon corps, elle semblait ne pas s’être complètement réchauffer. Mon regard retourna dans celui de la jeune demoiselle.

«Vous êtes froide, vous devriez vous approcher du feu»

Les flammes semblaient être faibles, je préférais ajouter un peu de bois pour m’assurer qu’elles ne s’éteignent pas. Cette gentille attention m’avait permis de me libérer de l’étreinte de notre noble et mettre mes esprits au clair. Je me retournais vers elle, il était peut-être venu le temps de mettre fin au jeu. Elle portait encore son regard sur ma personne, me laissant ainsi une occasion formidable.

«Regarder l’homme que vous désirez de cette manière et il est fort probable qu’il craque. Il suffit maintenant de trouver le bon»

Un bruit de pas ce fit entendre, il était impossible que ce soit ceux de Dame Thelvan, beaucoup trop délicat pour sa personne. Si je m’étais fait avoir précédemment, cette fois un silence s’était installé. Normalement je me serais dit qu’il s’agissait de ma mère, cependant avec une forte présence féminine, il était possible que ce soit l’une des sœurs de Dorianna, bien qu’elles ne m’aient pas fait forte impression. Je préférais me souvenir qu’il s’agissait d’un ensemble de personnes. La grâce pouvait aussi bien être enterré par une créature de la sorte, oui je parle de Dame Thelvan, de plus il était difficile à croire que Dorianna ait hérité de toute la grâce, quoique pas impossible
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Dim 15 Fév 2015 - 20:21


« S’il suffit d’être naturel pour vous faire plaisir »

La jeune femme souriait toujours, puisqu’il lui était impossible de sourire encore plus. Le naturel, voilà ce qu’avait Kaylan de plus que tous les hommes que Dorianna avait rencontrés jusqu’à maintenant et à qui sa mère avait tenté de la marier. C’était ce qui l’attirait vers cet homme qu’elle ne connaissait pas, mais qui lui faisait un bien fou à l’intérieur depuis que son regard s’était posé sur sa personne, la première fois. Kaylan était tout simplement lui-même et il ne tentait pas de jouer un jeu avec elle. Il n’avait probablement aucun intérêt à vouloir jouer un quelconque jeu avec elle puisqu’il n’y avait aucun but derrière leur rencontre. S’il avait été présenté à Dorianna dans un but de mariage, il aurait tenté de la séduire par toutes les manières possibles et de montrer sa supériorité alors que Kaylan semblait être au-dessus de tout ça. La jeune noble se surprit tout de même à espérer que le fils de l’artisan soit intéressé par sa personne et que ce sentiment étrange qui naissait au creux de son ventre soit réciproque. C’est alors que, perdu dans le regard du jeune homme et dans ses pensées, Dorianna sentit l’une de ses mains se faire prendre et elle baissa aussitôt les yeux sur celle-ci. C’est ce que fit également Kaylan et la jeune femme sentit son cœur bondir hors de sa poitrine lorsqu’elle comprit que Kaylan lui avait pris la main entre les siennes. C’était la première fois qu’un homme prenait sa main ainsi. Cela semblait si naturel pour le fils de l’artisan de faire cela alors que pour la jeune noble, c’était presque une preuve de la réciprocité d’affection. La main de Dorianna était si petite entre les mains chaudes de Kaylan. Ses mains n’étaient pas celles d’un noble, mais celles d’un aventurier. « Vous êtes froide, vous devriez vous approcher du feu » dit alors le jeune homme en laissant la main de Dorianna. La jeune femme suivit du regard le fils de l’artisan qui s’éloignait d’elle pour se rapprocher du feu et y ajouter du bois. Doucement, elle approcha la main que Kaylan avait tenue et la porta à sa poitrine, à l’endroit où devait se trouver son cœur. Qu’était-il en train de lui arriver? Soudain, la voix du jeune homme la sortit à nouveau de ses pensées; celui-ci la regardait et semblait s’être aperçu qu’elle l’observait avec insistance. « Regarder l’homme que vous désirez de cette manière et il est fort probable qu’il craque. Il suffit maintenant de trouver le bon ». Les joues de Dorianna s’empourprèrent. Kaylan avait utilisé le terme « désirer ». La jeune femme, qui n’avait jamais été amoureuse d’un homme, avait tout de même lu plusieurs histoires d’amour et de passion et savait que lorsque nous parlions de désir, les sentiments n’étaient plus qu’à l’intérieur de nous, mais devenaient charnels. Sentant la gêne s’emparer d’elle, Dorianna tourna la tête puis murmura : « Je ne…ce n’est… ».

Prise de panique et ne sachant comment réagir au commentaire du jeune homme, Dorianna entendit soudainement des pas s’approcher et tourna les yeux vers cette personne. C’était Clara, la plus jeune des filles Thelvan. Cette dernière regarda sa sœur, puis tourna les yeux vers Kaylan avant de ramener son regard sur son ainée. « Dorianna, êtes-vous souffrante? Est-ce votre cœur? ». Clara s’approcha de sa sœur qui avait toujours une main sur la poitrine. Aussitôt, Dorianna éloigna sa main de son cœur et souris à sa jeune sœur en secouant légèrement la tête. « Ne vous inquiétez pas Clara…je n’entends plus mère crier, est-ce qu’elle respire encore? ». La jeune Clara éclata de rire. « Non, mais Milah a pris votre place. Je crois que mère a perdu espoir de vous marier très bientôt. Malgré cela, vous aurez droit à une robe, mais pas à des modifications. Mère doit croire que si vous n’êtes pas marié au plus riche, il y a tout de même une chance qu’un noble vous remarque. ». Clara tourna les yeux vers Kaylan et lui sourit. « Il ressemble à l’homme de vos rêves, celui que vous aviez dessiné lorsque vous étiez enfant, ne trouvez-vous pas? La seule différence est que dans votre dessin, vous lui aviez dessiné un carquois et un arc et non des tissus et du fil… ». Clara éclata de rire en voyant sa sœur rougir de plus belle. « Clara, s’il vous plait, il est inutile de parler de cela maintenant… ».

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Jeu 19 Fév 2015 - 18:27

Il semblerait que ce soit chacun notre tour de ne plus avoir de voix, cependant mon attention sur Dorianna fut de courte duré. Les pas entendus plus tôt laissèrent place à une jeune demoiselle qui n’avait aucune ressemblance avec Dame Thelvan ou bien ma mère. Je l’avais déjà aperçu dans la salle de couture, je suppose qu’elle devait être l’une des sœurs de Dorianna. Heureusement pour la miss, il semblerait que sa soeur n’est pas accaparé toute la grâce de la famille. Notre jeune demoiselle était amusante à regarder, elle possédait une naïveté des plus rafraichissantes, elle me rappellerait presque ma sœur, pourtant leurs personnalités étaient aucunement similaires.

La nouvelle venue était simplement adorable, s’inquiétant tout d’abord pour sa sœur, elle ne tarderait pas à mentionner un des sombres secrets de sa sœur. Difficile de savoir si cela était intentionnel ou bien une maladresse de la jeunesse. Alors, la jeune noble s’intéressait à moi simplement parce que je ressemblais à un de ses fantasmes de jeune fille. Devrais-je être flatté ou bien offensé? Elle devait avoir fait ce dessin après avoir vu un des serviteurs de sa famille. Est-ce que je ressemblais à un serviteur? Il semblerait que je ressemble du moins à un marchand de tissus. Je me demande, aurais-je dû emporter mon arc? Simplement pour qu’on comprenne que je n’étais pas dans les tissus. Étrangement, alors que je me posais cette question, Clara mentionna justement qu’il ne me manquait qu’un carquois et un arc pour être fidèle à ses croquis. Je ne pus m’empêcher de sourire à ses mots.

« Un carquois et un arc? Quelle drôle d’idée, je les garde chez moi lorsque je rends visite à ma mère »

Je préférais mettre les choses au clair, si la jeune demoiselle ne comprenait pas le message, elle avait qu’à s’acheter une cervelle. Je sais bien que cela n’est pas toujours à la mode chez les nobles, mais c’est parfois mieux ainsi. Aussi intéressant et déroutant que cette rencontre puisse être, je n’allais pas rester ici toute la journée. Je profitais donc de l’arrivée de la demoiselle pour partir. Elle m’avait amusé, non seulement du fait qu’elle m’ait révélé l’un des secrets de sa sœur, mais aussi du talent de ma mère. Elle débutait avec une cliente et terminait avec deux, après leur avoir manqué de respect. Il faudrait vraiment qu’elle me donne des cours à ce sujet, cela pourrait être pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Dorianna Thelvan
royauté & noblesse ∣ dame
royauté & noblesse ∣ dame
InfosRACE : Humaine
AGE : 23 saisons
CONTRÉE D'ORIGINE : Montfort, Orlaïs
COULEUR RP : #ff6699
CÉLÉBRITÉ : Miranda Kerr
INSCRIPTION : 03/01/2015
MULTICOMPTES : /
MESSAGES : 709
© crédits : Tumblr, Cranberry
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna] Sam 28 Fév 2015 - 16:38


« Un carquois et un arc? Quelle drôle d’idée, je les garde chez moi lorsque je rends visite à ma mère »

À ces paroles, Dorianna et Clara tournèrent la tête au même moment dans la direction du fils de l’artisane. Toutes deux semblaient surprises de cette réponse, comme si cette révélation venait de confirmer que Kaylan était bel et bien l’homme que Dorianna avait dessiné, de nombreuses années auparavant. Néanmoins, Dorianna n’arrivait pas à savoir si cette réponse du jeune homme était pour se moquer ou pour l’informer qu’il ressemblait réellement à cet homme imaginaire. Sans un mot de plus, Kaylan quitta ensuite la maison de sa mère. Le regard de la jeune noble suivit ses déplacements et même lorsqu’il referma la porte derrière lui, la jeune femme regardait encore dans cette direction.

- Dorianna?...
-
- Très chère sœur, ce pourrait-il que vous soyez amoureuse?

À ces mots, Dorianna se tourna vers sa jeune sœur. Se pouvait-il que Clara ait raison? L’amour était un sentiment inconnu à la jeune noble, mais il était vrai que Kaylan faisait naitre en elle quelque chose qu’elle ne connaissait pas…était-ce le même sentiment? Quoi qu’il en soit, Dorianna venait de rencontrer le jeune homme; son physique était attirant, certes, et il s’était montré très gentil avec elle, mais était-il de ces hommes à prendre plusieurs amantes ou à se moquer des sentiments? Et puis, rien dans le comportement de Kaylan ne démontrait qu’il était également intéressé par l’ainée Thelvan; son départ sans un « au revoir », sans s’inquiéter s’il y avait une possibilité que lui et Dorianna se revoient un jour en disait beaucoup. Les Thelvan étaient en visite à Val-Royeaux et combien de mois allaient s’écouler avant qu’ils y reviennent? Ce sentiment naissant était voué à s’éteindre.

- Il ne vaudrait mieux pas Clara…Seul le Créateur sait si nous allons nous revoir un jour et même si ce jour vient…
- Ne soyez pas si triste Dorianna! Si cet homme est celui que le Créateur a choisi pour vous, vous vous reverrez et mère ne pourra rien faire contre cela! C’est bien à elle que vous pensiez en baissant les yeux n’est-ce pas?
- …Je pensais effectivement que même si j’étais amoureuse de Kaylan, jamais mère n’accepterait cet amour…et puis quoi encore! Nous venons de nous rencontrer!...Ne parlons plus de cela, voulez-vous?
- Je suis d’accord! Allons voir la robe de Milah!

Les deux jeunes femmes se dirigèrent vers l’atelier où se trouvait Dame Thelvan et ses deux autres filles, ainsi que madame Lowan, l’artisane et mère de Kaylan.

FIN

_________________



   
Rise
"Ici ou ailleurs,
Si la vie est meilleure,
Je te suis sans peur,
Dans le tumulte de mon coeur."
©️ Joy
   
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t410-dame-dorianna-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t420-dame-dorianna-thelvan#5064
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: ☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna]

Revenir en haut Aller en bas

☩ Broderies et arc à flèches [Kaylan & Dorianna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Archives rp :: Chapitre I-