FORUM FERME

Partagez|
 

 Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Lun 7 Sep 2015 - 13:27


Dans l’œil du cyclone
Helene Sutter & Tristan


✥ Date, mois, année Drakonis, 5:12 des Exaltés
✥ Lieu Montsimmard
✥ Moment de la journée Matin
✥ Autre -


La tension est palpable. La Tour entière semble vibrer sur ses fondations. Les Mages dévisagent les Templiers, les Templiers scrutent les Mages, et chacun paraît près à exploser au moindre manque de respect. La venue de mère Fidélia a jeté un trouble dans la routine qui recommençait à peine à s’établir au Cercle, après les évènements ayant conduit à la fuite de certains apprentis et confirmés. Tout le monde semble marcher sur un fil tendu au bord d’un abyme menaçant. Un seul faux-pas, et tout basculera. Le Templier-Capitaine invoquera le droit d’Oblitération si les choses dérapent. Chacun ici le sait. Presque tout le monde prend garde, mais c’est ce « presque » qu’ils craignent tous.
Au milieu de tout cela, les Apaisés vaquent à leurs occupations quotidiennes, comme si de rien n’était. Pourtant, nous sommes autant concernés que les autres par ce qui se passe. Nous appartenons à ce monde, même si nous ne ressentons pas la peur. Certains d’entre nous en parlent parfois. Au déjeuner, dans le laboratoire, dans la bibliothèque, ils évoquent ce qui pourrait advenir si Montsimmard sombrait dans le chaos. Ce qui pourrait advenir de nous. Même si nous ne ressentons rien, nous ne voulons pas mourir pour autant. Il y a, de plus, des personnes qui ne méritent pas de finir assassinées, parmi les Mages – la plupart, en réalité. Les Apaisés veulent vivre en paix et continuer leurs travaux. Pour cela, nous le savons tous, il faut que la Tour reste un havre pour ses habitants.
Mais les troubles extérieurs commencent à se ressentir, même ici. On parle de l’Enclin, on parle de la famine, on parle de mécontentement parmi la population. La tension qui règne à l’extérieur est ici multipliée par dix. Il suffirait d’un incident pour mettre le feu aux poudres, déjà bien asséchées par les propos tenus par la révérende-mère quelques semaines plus tôt. Il est bon, par ces temps troublés, de n’avoir pas d’émotions à ressentir : nous pouvons réfléchir à la situation sans perdre nos moyens. Nous n’avons pas de chef désigné – aucun de nous n’a d’ambition à diriger – alors que nous avons des intérêts communs. Nous nous en remettons au Premier Enchanteur, qui tient compte de nos avis quand nous les exprimons, car le Templier-Capitaine écoute peu l’opinion des Apaisés. Ces derniers jours, mes pensées sont toutes dirigées vers cet épineux problème. Je poursuis mes activités, aussi calme qu’à l’ordinaire, tout en réfléchissant au meilleur moyen d’apaiser les tensions et d’éviter le pire.

Au rez-de-chaussée de la tour, certains étals restent clos depuis des jours. Des mages dépensent le peu d’argent qu’ils possèdent dans les boutiques encore ouvertes. On leur fournit du tissu pour se vêtir, des bijoux pour les plus fortunés, des livres – ce qu’ils achètent le plus volontiers. Ils demandent des nouvelles de l’extérieur et les commerçants confient leurs craintes sur les Engeances et le manque de nourriture. Un jour ou l’autre, l’Enclin ou la famine frapperont Montsimmard. Ce n’est qu’une question de temps. L’ambiance déjà délétère se détériorera un peu plus, jusqu’à éclater enfin.
Perdu dans mes pensées, je reste immobile devant l’étal de mon fournisseur habituel. Il n’est pas là. Le lyrium se fait rare ; on n’en a plus livré depuis au moins une semaine, ce qui accentue un peu plus la nervosité des Templiers. J’ai bien tenté d’en trouver lors de mon voyage à Verchiel, mais il n’y avait rien là-bas non plus. La situation devient inconfortable. Pour ma part, je ne peux plus travailler sans matière première. Beaucoup d’Apaisés se retrouvent désœuvrés, mais nous aidons alors les Mages dans leurs travaux. Tout au moins, ceux qui nous acceptent.
Comme je ne tirerai rien de cette échoppe close, je me résouds à tourner les talons pour regagner les étages supérieurs de la tour. Si le lyrium ne parvient pas jusqu’ici, je vais devoir me trouver d’autres occupations. Dans mon mouvement, je heurte quelqu’un. Voilà qui ne m’arrive pas souvent, mais qui trahit l’intensité de mes pensées, loin d’être aussi simples que ne le croient la plupart des gens.

« Helene. »

Je m’assure qu’elle va bien ; le choc n’a pas été trop rude, mais inattendu. Helene Sutter est une femme solitaire, à la tour, même si je l’ai vue discuter avec d’autres Mages ces derniers temps. La situation actuelle la pousse sans doute à se rapprocher de ses pairs. Elle m’a toujours témoigné du respect malgré ce que je suis, mais je perçois parfois de la pitié dans son regard.

« Je suis désolé, lui dis-je, bien que ma voix monocorde indique que je ne le suis pas. Mes pensées m’absorbaient. »

Je me souviens parfois des personnes que je connaissais autrefois, des sentiments qu’ils m’inspiraient alors. Mes souvenirs d’Helene me semblent les mêmes que l’image qu’elle me renvoit aujourd’hui : ceux d’une femme qui garde jalousement ses mystères et ses secrets. Voilà longtemps que nous n’avons pas travaillé ensemble sur un problème. Sa patience et sa rigueur sont presque dignes d’un Apaisé, mais elle est sérieuse, docile et travailleuse. Jamais personne ne songerait à apaiser une Mage telle que celle-ci.

« Je comptais acheter du lyrium, mais il n’y en a plus, expliqué-je. Je ne peux plus pratiquer d’enchantements. »

Les règles élémentaires de politesse me reviennent en mémoire. Ce n’est pas ainsi que l’on s’adresse aux autres, lorsqu’on les revoit après quelques jours.

« Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vus. Comment vas-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Jeu 17 Sep 2015 - 18:12

 


Dans l’œil du cyclone
Tristan et Helene Sutter

✥ Date, mois, année 5 :12 des Exaltés, mois de Drakonis
✥ Lieu Tour de Montsimmard
✥ Moment de la journée Matin
✥ Autre //


Plusieurs semaines s'étaient écoulées depuis la venue de cette folle de Fidélia et malgré quelques tentatives pour calmer le jeu, les tensions étaient toujours aussi vives entre les mages et les templiers. Tout le monde continuait de se regarder de travers à Montsimmard et les choses ne risquaient pas de s'arranger étant donné la situation extérieure... On entendait plus parler que de la menace de l'Enclin et de la famine qui faisait rage dans la campagne orlésienne... et les habitants de la Tour étaient aussi conscients que tôt ou tard, ils finiraient par en être victimes, eux aussi.

Parmi tous les mages du Cercle, Helene Sutter faisait partie de ceux qui attendaient dans l'angoisse d'une décision extrême. Elle avait tenté d'ouvrir le dialogue avec plusieurs de ses collègues mages, afin de connaître leurs avis et leurs inquiétudes. Malheureusement, la plupart étaient restés silencieux, méfiants, distants et avaient choisi d'esquiver les questions plutôt que d'y répondre. A présent, la seule chose qu'elle pouvait faire c'était espérer que les choses n'allaient pas empirer.

Il n'y avait rien de pire que de se sentir comme un rat en cage pour Helene à ce moment-là. Elle vivait à la Tour depuis de très nombreuses années, elle s'était habituée aux règles et à cette vie de restrictions mais là, les choses étaient très différentes et le besoin de quitter Montsimmard se faisait de plus en plus pressant dans son esprit.

Une seule personne était vraiment au courant de ses craintes : Clothilde de Gerfaut, une templière de la Tour qui lui était venue en aide plusieurs mois auparavant sur une question familiale. Après le discours de Mère Fidélia, les deux femmes s'étaient rencontrées dans la bibliothèque de la Tour et avaient partagé leurs points de vue sur la situation. Helene avait été soulagée de constater que Clothilde partageait son opinion et qu'elle aussi étaient inquiète de la tournure des événements. Ensemble, elle avaient envisagé des solutions pour améliorer les choses, mais rien n'avait porté ses fruits... du moins jusqu'à présent.

Depuis, Helene errait dans la Tour au sein de laquelle il régnait un silence pesant. Chaque regard et chaque parole étaient lourds de sens, chaque mot prononcé avec beaucoup de prudence et évalué avec soin. Comme à son habitude, celle que l'on surnommait la "porte de prison" restait discrète et se contentait d'observer les autres habitants du Cercle.

Comme ce jour-là l'enchanteresse n'avait pas de leçons à donner ni de travaux particuliers à finir, elle avait choisi de se rendre au rez-de-chaussée de la Tour pour examiner les différents étals de marchandises. C'était une excellente façon de se changer les idées même si nombre d'échoppes étaient fermées et que rares étaient encore ceux à venir jusqu'à Montsimmard.

Helene arrivait au rez-de-chaussée lorsqu'elle fut percutée de plein fouet par quelqu'un. Quelque peu agacée mais bien trop préoccupée pour songer à piquer une crise, elle se recula et découvrit Tristan. L'apaisé avec qui elle avait l'habitude de travailler arborait un visage neutre mais le simple fait qu'il ait pu percuter Helene prouvait qu'il avait l'esprit ailleurs. Et qu'un apaisé puisse être aussi distrait, ce n'était vraiment pas bon signe...

« Ce n'est rien Tristan. » Je lui réponds après qu'il se soit excusé. « Je n'étais pas très attentive non plus. »

Helene se demanda si Tristan était lui aussi préoccupé par la situation du Cercle. Les apaisés étaient certes incapables de ressentir des sentiments et donc d'éprouver de la peur mais ils n'en étaient pas idiots pour autant, ils étaient parfaitement conscients de l'épée de Damoclès qui oscillait au-dessus de leur tête, il ne fallait pas oublier que eux aussi étaient des mages.

Tristan fit part à Helene de sa déception quant à l'absence de lyrium sur les étals. Enfin, ce n'était pas vraiment de la déception, plutôt un constat. En jetant un regard autour d'elle, Helene réalisa alors à quel point les marchands étaient peu nombreux en ces temps troublés. Tristan n'était pas prêt d'avoir de nouveau du lyrium pour ses enchantements...

« Je suis navrée pour toi. » Commenta Helene avec un petit rictus désolé au coin des lèvres, même si elle savait que Tristan n'en aurait cure. « Les journées doivent te paraître bien longues. »

L'enchantement était une des activités principales de l'apaisé à Montsimmard, il était par ailleurs un des plus doués dans ce domaine, mais sans lyrium, impossible d'en faire. Les journées de l'apaisé devaient donc être bien mornes s'il ne lui était pas possible d'exercer son art. Tristan changea alors de sujet en demandant à l'enchanteresse comment elle se portait.

« Disons que je pourrais aller mieux. » Se contenta de répondre Helene, énigmatique, à son interlocuteur. « L'ambiance du Cercle a le don de me mettre sur les nerfs. » Ajouta-t-elle ensuite, un peu plus ouverte.

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Jeu 24 Sep 2015 - 22:12

Dans l’œil du cyclone
Helene & Tristan



La préoccupation se lit sur le visage d’Helene, la même que j’afficherais moi-même, si je n’étais pas Apaisé. Les mêmes doutes l’assaillent, elle aussi. Et pour cause : elle est une mage. Si la situation s’envenime, elle sera l’une des premières à en subir les conséquences. Ce que je ne lui souhaite pas, car si un seul d’entre eux ne mérite pas cela, c’est peut-être bien elle. Elle n’a jamais manifesté le moindre désir de rébellion, ni la plus petite tentative de nuire aux Templiers ou à la Chantrie. Ses paroles confirment mes réflexions, car si je ne l’ai pas vue arriver, elle non plus, n’a pas remarqué ma présence de prime abord. Nous sommes tous deux troublés par l’équilibre précaire et l’ambiance étrange qui règne à Montsimmard – même si « troublés » ne signifie pas la même chose pour elle et pour moi.
Je lui adresse un vague sourire, dépourvu de chaleur.

« L’ennui n’appartient plus aux Apaisés, lui rappelé-je de mon timbre égal. Je trouverai une autre occupation. D’ailleurs, voilà bien longtemps que nous n’avons pas travaillé à quelque nouvelle potion alchimique, toi et moi. C’est peut-être quelque chose que nous pourrions faire. »

Si cela ne l’intéresse pas, je trouverai sûrement un autre sujet d’occupation. Les miens ne connaissent jamais l’oisiveté. Quand bien même cela se produirait-il que nous ne nous ennuierions pas pour autant. Nous attendrions la fin des temps sans sourciller. Pour autant, l’inactivité ne me sied guère. Peut-être s’agit-il d’un relent de mon ancienne vie, mais j’éprouve le besoin d’occuper mon esprit et mes mains. Rester ici sans rien faire revient à occuper une place et à consommer de la nourriture qui ne devrait pas m’être accordée : en d’autres termes, si je ne travaille pas, je suis inutile au Cercle, et donc ma place n’est pas ici. Et où pourrais-je bien aller ?
Mais voilà qu’Helene se confie à moi, à demi-mots. Je perçois dans le ton de sa voix bien plus qu’elle ne veut transmettre. Si je ne peux ressentir les émotions, je les reconnais encore fort bien. Et celles d’Helene sont dangereuses, pour une mage.

« Chacun doit s’astreindre à conserver son calme. Ce n’est qu’en continuant comme avant, que les tensions s’apaiseront d’elles-mêmes. Tout le monde finira par oublier le discours de mère Fidélia : elle n’est pas la première fanatique à tenter de déstabiliser l’ordre établi. »

Des convaincus, il y en a eu de tout temps, et de tous les bords. Chantristes, mages, elfes, tévintides… Certains hommes – ou certaines femmes – désirent le pouvoir et la gloire à tout prix, sans même réfléchir aux conséquences que cela pourrait avoir. Les ignorer est sans aucun doute la meilleure chose à faire. Et si leurs paroles trouvent écho dans quelques têtes, cela signifie que celles-ci sont vides, et des têtes vides n’ont pas le moindre intérêt.
Mais je comprends néanmoins le désarroi d’Helene. Je ne peux la partager, mais bien que je ne puisse éprouver aucune angoisse, les mêmes pensées tournoient dans mon esprit depuis quelques temps. En parfait Apaisé, je les analyse froidement, sans émotion parasite.  La réponse, logique et implacable, s’impose à moi, quand elle fuit inexorablement l’inquiète devant moi. D’un geste en direction des autres échoppes, je l’invite à m’accompagner. Si je la distrais, peut-être retrouvera-t-elle son calme et y gagnera-t-elle en sérénité. Par ailleurs, Helene s’est toujours montrée bienveillante à mon égard. Je puis lui rendre la pareille, pour une fois : nulle gratitude de ma part, mais juste retour des choses.

« Le Templier-Capitaine et le Premier Enchanteur prendront sûrement la parole dans les semaines à venir, pour exhorter tout le monde à la tempérance, reprends-je, les mains jointes derrière mon dos. Faisons-leur confiance pour savoir ramener la raison à tous ceux qui l’auraient perdue. Tout ce à quoi il faut veiller, c’est que personne, Mage ou Templier, ne commette la première erreur. C’est aux gens raisonnables qu’incombe cette tâche. »

Je lui glisse un regard en coin, conscient de l’inclure parmi les « gens raisonnables » de Montsimmard. Pour autant, ce n’est sans doute pas ce qu’elle souhaite entendre. Peut-être a-t-elle juste besoin de distraction, même si l’amusement n’appartient plus à mon registre de compétences depuis bien longtemps.

« Au moins, remarqué-je tout à coup, tout à fait sérieux, les denrées ne manquent pas encore au Cercle. C’est un point important : si la nourriture venait à s’amenuiser, je doute que le calme perdurerait encore longtemps. La quiétude est étonnamment liée à l’estomac. »

Il n’y a pas la moindre trace de plaisanterie sur mon visage, ni dans ma voix, et encore moins dans mon esprit, mais ces paroles pourraient prêter à sourire. Pourtant, c’est une évidence : le jour où le manque de nourriture affectera la Tour, nous aurons bien plus à craindre que maintenant. Par chance, il semblerait que les Cercles soient toujours les premiers servis – après la Cour, évidemment – comme si les Mages avaient plus d’importance que le reste de la population. Sans doute les autorités en sont-elles venues à la même conclusion que moi : choyons les papilles des résidents de la Tour, et ils se tiendront tranquilles.
Nous nous arrêtons devant un étal de quelques spécialités de l’extérieur. Helene a probablement déjà mangé des pâtisseries orlésiennes, mais elle ne connaît sans doute pas les confiseries antivanes, ou les gâteaux salés du Névarra. Le marchand empoche les pièces que je lui tends et roule dans un carré d’étoffe des pâtes d’amande recouvertes de sucre et de graines de sésame. Il me les destine, mais je désigne ma compagne d’un signe de la main, et l’homme s’empresse de les tendre à Helene. Mon regard éteint se pose sur elle. On dit que le sucre est idéal pour chasser les idées noires. Peut-être cela fonctionnera-t-il aussi avec Helene ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Dim 8 Nov 2015 - 23:53

Quand Tristan rappela à Helene que les apaisés ne pouvaient pas ressentir d’ennui, elle esquissa un sourire, c’était un aspect presque enviable de leur condition. Ne pas passer des jours à arpenter la Tour sans savoir quoi faire, ne pas avoir envie d’enfreindre les lois pour découvrir comment est la vie au-dehors, ne pas se poser de questions sur sa condition… Ne pas se demander comment seraient les choses si on n’était pas né avec le don de magie.

Il avança alors l’idée de l’assister à nouveau dans ses travaux alchimiques. Ils n’avaient effectivement pas eu l’occasion de travailler ensemble sur ce sujet depuis de nombreux mois, leur dernière collaboration remontant aux travaux de Louis sur les runes.  

Helene accueillit son idée avec plaisir, elle aimait travailler avec Tristan, il était l’assistant rêvé pour des travaux alchimiques : studieux, calme, attentif et souvent plein de bonnes idées qui échappaient à l’esprit de l’enchanteresse. De nombreux mages étaient réticents à l’idée de travailler avec un apaisé, ce n’était pas le cas d’Helene. En grande partie parce qu’elle n’aimait pas qu’on la harcèle de questions et pour ça elle était au moins sûre que ce n’était pas le cas avec Tristan.

Quand elle évoqua brièvement ses appréhensions à propos du Cercle, Tristan se montra pragmatique, comme à son habitude. Bien qu’Helene ne soit pas partisante d’une approche trop passive comme le suggérait Tristan, elle était au moins d’accord avec lui sur une chose : tous devaient rester calmes car la moindre étincelle risquait d’embraser le Cercle à tout moment.

« Certes. Cependant, depuis toutes ces années que je suis ici, j’avais je n’avais vu Montsimmard ainsi ébranlée. » Commenta-elle en repensant à ses vingt-trois-années d’existence entre les murs de la Tour.

Elle se doutait bien que, comme Tristan l’avait fait remarqué, ce n’était pas la première fois que le Cercle était en proie à des tensions inquiétantes. Elle était en revanche inquiète à cause du reste : un Enclin menaçait Thédas et tout particulièrement Orlaïs, la famine causait des ravages dans les campagnes alentours et les fanatiques étaient de plus en plus nombreux à réclamer justice contre les mages… Le Cercle pourrait-t-il résister à un tel concours de circonstances ?  Rien n’était moins sûr…

Helene suivit Tristan jusqu’aux échoppes des  marchands de l’autre côté du rez-de-chaussée. Elle examina les étals sans grand intérêt, surtout pour se distraire l’esprit. Son compagnon apaisé reprit alors la parole, avançant la probabilité de l’intervention du Chevalier-Capitaine et du Premier Enchanteur.

« Je l’espère du moins. » Souffla Helene. « Ils sont les seuls à pouvoir calmer les choses de manière durable. Notre sort est entre leurs mains et tant qu’ils demeureront silencieux, nous ne serons pas fixés sur l’avenir du Cercle. »

C’était une vision bien pessimiste mais qui était affreusement réaliste aux yeux de la magicienne… Elle comptait sur leurs dirigeants pour apaiser les choses au plus vite.

Helene était par ailleurs surprise de voir toute la considération que semblait lui prêter Tristan. Il était la seconde personne, après Clothilde, à penser qu’elle pouvait avoir un rôle positif sur ses semblables. C’était pour le moins troublant.

Tristan fait alors une remarque à propos de la nourriture. Il était vrai que les mages du Cercle étaient loin d’être à plaindre en ce qui concernait l’approvisionnement : ils étaient fournis en denrées en tous genres alors que la disette s’emparait peu à peu du pays… Ceci dit, Tristan avait raison, c’était une très bonne chose : couper les mages du confort auxquel ils étaient habitués à la Tour ne pourrait qu’engendrer plus de chaos.

Helene jeta un regard curieux à l’apaisé tandis qu’il tendait quelques pièces à un marchand de confiseries. Quel intérêt un apaisé pouvait-il avoir pour les douceurs vendues sur cet étalage ? Elle comprit bien vite avec surprise qu’il les avait achetées dans l’intention de les lui offrir. Stupéfaite, elle hésita plusieurs secondes avant de s’emparer du petit paquet de pâtisseries que lui tendait le marchand. Elle déballa les pâtes d’amande et en porta une à ses lèvres.

Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait goûté à quelque chose d’aussi bon, il fallait aussi dire qu’elle se contentait du strict minimum au Cercle, elle n’achetait jamais rien et se contentait de ce qu’on lui donnait.

« Merci Tristan c’est… très gentil de ta part. »

Il était rare d’entendre Helene Sutter prononcer de telles paroles, elle, l’impénétrable porte de prison toujours désagréable et impassible. Elle devait s’avouer touchée par cette attention, d’autant plus que Tristan était un apaisé, il était d’autant plus étrange qu’il lui offre un cadeau aussi ouvertement.

« Mais je t’en prie, prends-en une. » Proposa-t-elle poliment en lui tendant les friandises à son tour.  

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Mar 24 Nov 2015 - 12:03

Dans l’œil du cyclone
Helene & Tristan



Helene est une femme intelligente, qui préfère garder pour elle ce qu’elle ressent, plutôt que d’avancer des propos que l’on pourrait mal interpréter. J’ai toujours pressenti son aversion pour les Templiers et le Cercle. Pourtant, elle s’est montré raisonnable durant toute sa vie, maîtrisant ses émotions et érigeant autour d’elle une barrière impénétrable. Je suis persuadé qu’elle a réussi haut la main sa Confrontation, à l’époque. Elle et moi étions différents, autrefois. Aujourd’hui, elle me ressemble presque.
Mais la barrière se craquelle, et voilà qu’elle admet à demi-mots sa propre angoisse face à ce qui se passe à la tour. En a-t-elle déjà parlé à quelqu’un d’autre ? Sans doute pas. Parce que je ne demande rien et que je ne porte aucun jugement de valeur, ma condition fait peut-être de moi un confident idéal. C’est une bonne chose. Exprimer sa frustration et sa peur empêche qu’elles ne prennent le dessus. Helene a toujours su conserver son calme, jusqu’à présent, et il est important qu’elle continue dans cette voie. Le Cercle a un impérieux besoin de Mages comme elle.
Elle doute, néanmoins, de sa propre force. Voilà ce qui fait d’elle un atout précieux à Montsimmard. Helene ne ressemble pas à Louis, volubile, sûr de lui, excellent orateur, mais sa mesure et sa tempérance la rendent tout aussi utile. Je leur devine à tous les deux d’importantes fonctions à l’avenir : un Grand Enchanteur aurait tout à gagner à s’appuyer sur deux conseillers de cette valeur. À moins que l’un des deux, justement, ne finisse par obtenir ce précieux titre, ce qui ne serait pas dans l’ordre de l’impossible.
Helene me considère avec surprise lorsque le marchand lui tend les confiseries. Elle ne s’attendait manifestement pas à un tel élan de générosité de la part d’un Apaisé. Si mon geste est purement logique et mon intention dénué de sentiment, la jeune femme, elle, doit se demander pourquoi j’agis ainsi. Il faut qu’elle continue d’être ce qu’elle a toujours été : une Mage forte, sereine, capable de rester vaillante dans la tourmente. Et si personne ne se dévoue pour l’y aider, alors je le ferai. Mon geste l’a touchée. La barrière s’effrite. Elle ne m’a jamais regardé comme un Apaisé, mais aujourd’hui, les questions qu’elle se pose tournent autour de ce sujet. Pourquoi ce cadeau ? Pourquoi chercher à lui faire plaisir, moi qui ne suis qu’un pantin sans émotions ? Je me rappelle soudain les paroles de Rosélie, qui croit que les Apaisés peuvent encore éprouver des sentiments. Helene sait cependant qu’il n’en est rien.

« Je t’en prie », réponds-je simplement, avec ce léger sourire destiné à détourner l’attention du symbole peint sur mon front.

Je lui fais signe de poursuivre notre chemin, mais voici qu’elle me tend à son tour les douceurs antivanes. Cela fait bien longtemps que je n’y ai pas goûté moi-même. Les confiseries ne présentent plus le même attrait pour moi depuis mon Apaisement, puisqu’elles servent avant tout à provoquer le plaisir par leur goût sucré. Je mange donc ce qui convient à mon corps, sans me soucier de savoir si cela m’est agréable ou non – de toute façon, ça ne l’est pas.
Pourtant, cette fois, je me laisse convaincre de déroger à mon indifférence habituelle et saisit l’une des pâtes d’amande entre mes doigts. Helene doit être rassurée sur ce qui se passe à la tour. Pour cela, elle doit sentir de bienveillantes présences autour d’elle. Je ne suis pas bienveillant, mais je peux faire semblant de l’être.

« Merci, Helene. »

J’avais presque oublié le goût du sucre, depuis le temps que je n’en avais pas mangé. Les graines de sésame craquent sous mes dents, révélant leur saveur grillée, tandis que la pâte d’amande fond contre ma langue. Je n’y prends pas le même plaisir que lorsque j’étais enfant. Le plaisir, d’ailleurs, me semble aussi lointain que ce goût. Je ne l’ai pas oublié, mais je ne sais plus quel effet ça fait, de se sentir comblé. La mastication me laisse cependant de marbre, comme la perte de mes émotions. Ces confiseries sont objectivement excellentes : parfait dosage de sucre, texture ni trop dure, ni trop pâteuse, sésame grillé à souhait…

« Délicieux », reconnais-je en hochant la tête, à la grande surprise du marchand qui me fixe d’un œil rond.

Nous reprenons notre marche comme de vieux amis, nous qui n’aurions jamais pu nous entendre, si j’étais resté le même qu’autrefois.

« La plupart des Apaisés souhaitent rester en dehors de tout cela, lui expliqué-je, les mains jointes derrière mon dos. Ils estiment que la querelle entre Mages et Templiers ne nous concernent pas, et que nous n’avons pas à nous en mêler. Je ne partage pas cet avis. J’ignore sur les Apaisés survivraient à une guerre au Cercle : nous sommes certes inoffensifs, mais nous étions des Mages, autrefois, et suffisamment dangereux pour qu’on nous prive de notre lien à l’Immatériel. Quelqu’un pourrait très bien vouloir nous éliminer à ce titre. De plus, c’est ici que je vis. Je ne souhaite pas voir le Cercle oblitéré. Où irais-je, si je m’en sortais ? Les gens normaux nous craignent et nous haïssent. »

Il n’y a aucune nostalgie, aucun regret dans ma voix. Ce n’est que le simple énoncé de la réalité, aussi pathétique soit-elle.

« Et puis, le sort des Mages ne me laissent pas indifférent. Le Cercle est utile. Des personnes comme Louis, comme toi, sont importantes ici. Il serait regrettable que vous mouriez pour une folie. »

Ça ressemblerait presque à une déclaration d’amour, pour un Apaisé. Louis me considère comme un ami, et je pense que je peux moi aussi l’appeler ainsi. Quant à Helene, nous nous entendons bien, je crois. Eux, ainsi que d’autres à la tour, peuvent apporter beaucoup aux jeunes mages. Si je les avais eu comme mentors, peut-être n’aurais-je pas été Apaisé. C’est une question importante. Perdre des Mages de cette valeur, à cause d’une Oblitération, serait fort préjudiciable pour les générations à venir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Mar 1 Déc 2015 - 18:53

Tristan accepta les friandises tendues en retour par Helene. Elle savait que les apaisés ne trouvaient aucun plaisir dans la consommation de ce genre de choses, parce que cette faculté leur avait été arrachée comme le reste de leur capacité à ressentir des sentiments. Ils n’étaient plus que des coquilles vides, dépourvues d’émotions mais encore capables de raisonner. Un sort qui paraissait atroce aux yeux d’Helene, elle avait peur de l’apaisement comme de la peste mais contrairement à beaucoup d’autres, elle ne reportait pas cette peur sur les apaisés en eux-mêmes.

Il était étrange de voir un apaisé sourire, parce qu’Helene savait pertinemment que c’était forcé. Mais Tristan savait bien feindre un sourire, bien que ses yeux restent vides de toute expression. Le marchand dévisagea l’apaisé quand celui-ci affirma que les pâtisseries étaient délicieuses, Helene, elle, était trop absorbée par ses pensées pour y prêter plus d’attention que cela.

Ils avaient repris la marche en silence quand Tristan prit la parole au sujet de la réaction des apaisés à la situation du Cercle. Il affirma qu’ils souhaitaient rester neutres par rapport à la situation, prétendant qu’ils n’étaient pas concernés. Tristan précisa cependant qu’il n’était pas de cet avis, ce qui éveilla la curiosité de l’enchanteresse. Il avait conscience de ce qui arriverait aux apaisés si le Cercle était oblitéré et il connaissait très bien la façon dont ils étaient perçus au-delà des murs de Montsimmard. Si Helene ne savait pas très bien que les Apaisés étaient incapables de ressentir la moindre émotion, elle serait tentée de croire que Tristan était effrayé. Mais c’était impossible, il se contentait simplement d’énoncer des faits. Il était cependant perturbant de savoir qu’il était le seul, parmi ses collègues apaisés, à le faire.

« Je te comprends. » Répondit Helene en soupirant. « J’ai longtemps espéré partir loin de cette Tour, et c’est toujours le cas… Mais je me demande toujours comment serait ma vie si j’étais libre dehors et parfois cela m’effraie. Je n’ai rien connu d’autre que les murs du Cercle… Enfin si, mais je ne m’en souviens pas. J’ignore si je serais capable de survivre, là, dehors. »

Elle n’avait aucune honte à avouer qu’elle voulait quitter la Tour, elle s’était d’ailleurs déjà exprimée à ce sujet auprès de Clothilde de Gerfaut, son amie templière. Mais comme elle l’avait précisé, elle ne souhaitait pas devenir apostat, elle voulait partir en étant libre. Et puis, de toute façon, tout le monde à la Tour voyait Helene comme quelqu’un de froid, sage et mesurée.

Tristan dit alors que le sort des mages ne le laissait pas non plus indifférent et Helene fut encore plus surprise par ses paroles. Il prétendait qu’il serait regrettable que des mages comme Louis de Ghislain venaient à périr dans une folie meurtrière insensée. Un apaisé qui se soucie du sort des mages… ça c’était vraiment une première pour Helene.

« Je pense aussi que l’existence du Cercle est nécessaire. » Commenta Helene en resserrant son manteau sur ses épaules. « En revanche j’aimerais que ses méthodes soient différentes. Certaines sont bien trop… extrêmes. »

Et la première de ces méthodes était l’apaisement bien sûr, mais il n’était nul besoin pour Helene de le préciser. De plus, elle pensait que le Cercle devrait être un refuge plutôt qu’une prison comme c’était actuellement le cas. Elle savait pertinemment qu’il était dangereux pour un mage de vivre à l’extérieur, autant pour lui que pour les autres.

Helene, en posant le regard sur Tristan, se prit à imaginer comment il aurait pu être si des mesures aussi drastique n’avaient pas été prises. Jeune, il était indiscipliné et les templiers l’avaient jugé trop dangereux… mais en aurait-il été autrement si on l’avait laissé vieillir normalement ? Elle chassa cette idée de ces pensées, il était stupide de penser comment les choses auraient pu être, elles étaient comme ça et pas autrement. De plus, elles ne pourraient pas être changées, pour la simple et unique raison que l’apaisement était irréversible. Enfin, les templiers affirmaient qu’il était irréversible.  

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Mar 8 Déc 2015 - 14:32

Dans l’œil du cyclone
Helene & Tristan



« Tu es en sécurité, au Cercle. En dehors de ces murs, les Mages sont perçus comme des monstres, prêts à exploser à tout moment et à appeler des hordes de démons. Il n’y a pas de solution pacifique envisageable pour l’instant, surtout pas avec ce qui se passe à l’extérieur. »

La vérité a de quoi effrayer, mais elle est implacable : dehors, les gens redoutent la magie comme s’il s’agissait d’une maladie contagieuse, d’une souillure pire encore que celle de l’Engeance. Nombre de mages seraient sans doute capables de vivre libres, sans jamais apporter la ruine sur leurs proches. Mais quand une simple colère peut virer au cauchemar, comment envisager de laisser sa liberté à celui dont le pouvoir peut tout détruire autour de lui ? Les gens normaux ignorent à quel point il peut être difficile d’être mage, de contrôler ses émotions et ses pouvoirs. Ils craignent ce qu’ils ne comprennent pas et, par voie de conséquence, conspuent cette faculté qui les effraie tant. Les apostats sont livrés aux templiers, pas toujours en un seul morceau, ou tout bonnement lapidés. Le mage torturé se défend pour survivre, et utilise pour cela les armes que le Créateur a mis à sa disposition, entretenant ainsi la terreur des profanes à l’encontre de la magie.
Au Cercle, les détenteurs de ce pouvoir apprennent à le contrôler en toute sérénité. En cas d’erreur, quelqu’un les aide à se corriger. Ils peuvent apprendre sans craindre ni les pierres ni la haine, auprès de personnes sages et responsables. L’enfermement est un lourd prix à payer, mais la vie en paix passe par ce sacrifice. Si je l’avais compris, bien des années plus tôt, je ne porterais pas sur le front le symbole de mon infamie.

« L’Apaisement était la seule solution, dans mon cas, reprends-je, jamais ému par ce constat. J’étais trop rebelle pour accepter de demeurer ici. Je n’avais pas appris à contrôler mes pouvoirs et j’ai tenté de m’enfuir. Si j’avais pu rester libre, j’aurais sans nul doute causé beaucoup de tort. Si j’étais resté, ma Confrontation aurait été un fiasco et les templiers m’auraient tué. Je vis et je me rends utile, sans plus être un danger pour les autres. C’était la meilleure solution. »

Le constat est logique et sans appel. Je ne me rappelle pas de ce qui s’est passé. Le rituel qui m’a privé de mes pouvoirs et, effet secondaire, de mes sentiments, a disparu de mon esprit au cours de l’opération. Je me souviens avoir éprouvé de la terreur et du désespoir avant cela, mais je ne sais plus à quoi ces émotions ressemblent. La peur, la colère, la haine, tout a disparu, ne laissant que la sérénité et la raison. Le mot « apaisement » a un sens tout particulier qui, dans mon cas, correspond tout à fait à ce qui m’est arrivé.
Helene, elle, a su maîtriser sa haine du Cercle et des templiers, et a choisi l’acceptation plutôt que la rébellion. En cela, elle s’est montrée bien plus intelligente que moi. Bien qu’elle regrette son enfermement – comme beaucoup d’autres mages, d’ailleurs –, la raison l’emporte sur ses désirs personnels. Je n’éprouve peut-être rien, mais je sais reconnaître ce qui mérite l’admiration.
Une fois de plus, elle a parlé de cette amnésie qui la frappe. Nous l’avons déjà évoquée au cours de nos travaux ensemble : Helene dit ne pas se souvenir de son histoire, avant le Cercle. Certes, elle a vécu bien plus de temps enfermée que dehors, mais elle a pourtant connu l’extérieur. L’oubli ressemble plus à un souci d’occulter le passé que du lent effacement des vieux souvenirs d’enfance. S’efforce-t-elle de ne plus penser à sa vie d’avant, pour ne pas souffrir ? Les sentiments sont si puissants, si intenses, que certains doivent parfois oublier leur origine pour ne plus les éprouver. Est-ce une bonne solution ? Plus elle garde ses souvenirs au fond d’elle et plus elle veut les retrouver ; ce paradoxe la pousse à les enfouir un peu plus profondément, entretenant un cercle vicieux qui continue de la ronger, malgré son souhait de s’en défaire.
Mais ceci ne me concerne pas. Si Helene souhaite un jour que nous en discutions, je lui confierai mon propre avis sur la question, mais pour l’heur, je ne m’en mêlerai pas. Je souhaite avant tout détourner son attention des sujets qui la troublent, afin qu’elle se sente plus sereine, et apte à résister à la tempête qui s’annonce. Je porte donc sur elle mon regard éteint, et continue d’afficher ce sourire vain qui, malgré tout, se révèle bien souvent utile.

« As-tu un quelconque travail à me confier ? demandé-je enfin. Veux-tu que nous nous retrouvions cet après-midi pour des recherches ? Je suis à ta disposition, si tu as besoin de moi. »

Sans doute aurais-je pu m’emballer pour les tâtonnements et le hasard inhérents à l’alchimie, loin de la rigueur et du calme dévolus aux enchantements. Je l’aurais fait, si ceci ne m’apparaissait creux et vide de sens, pour elle comme pour moi. Helene sait pertinemment que je n’éprouve rien, contrairement à elle. Mais si son trop-plein de sentiments a besoin d’un réceptacle, la coquille vide que je suis peut sûrement se révéler utile. Je n’ai pas d’états-d’âme à confier, ni d’angoisse à distraire. Elle, à l’inverse, sera peut-être contente de trouver quelqu’un pour l’écouter sans la juger. Et si je ne me trompe pas – cela m’arrive assez rarement, depuis mon Apaisement – un peu de distraction lui fera le plus grand bien. Même si je ne suis sûrement pas le meilleur boute-en-train du Cercle…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Dim 3 Jan 2016 - 19:03

Il avait raison, aussi cruel que cela puisse paraître. Les Cercles de mages créés par la Chantrie avaient pour but de protéger la population contre les mages mais le contraire était également vrai. Combien étaient les mages à avoir subi le courroux des populations guidées par la peur et la haine ? Beaucoup trop probablement. Tout comme ceux qui étaient morts à cause de la folie d'un mage rendu fou par le pouvoir ou d'un qui avait simplement perdu le contrôle. Le verdict était là : les mages étaient plus en sécurité au sein de la Tour. Enfin, au moins l'étaient-ils jusqu'à maintenant.

Tristan prétendait que l'Apaisement avait été la seule solution dans son cas, mais Helene refusait de croire à une telle chose, elle refusait d'être aussi catégorique. Elle n'était qu'une enfant quand il avait été apaisé et elle gardait un souvenir désagréable de cet événement. Pour elle, l'apaisement représentait la solution de facilité : Un mage se montre un peu trop impétueux et pourrait s'avérer un danger potentiel ? Il suffit de lui retirer son lien avec l'Immatériel – ainsi que toutes ses émotions au passage – en l'apaisant ! Il ne représente ainsi plus aucune menace et il demeure tout de même une ressource potentielle pour le Cercle… Non après tout, c'est vrai, pourquoi risquer de le garder en tant qu'être pensant ?

« Je pense que chacun d'entre nous peut apprendre à se contrôler. » Répondit-elle simplement, sans plus exposer ses pensées que Tristan n'approuverait très certainement pas.

Elle ne trouvait aucune raison qui puisse justifier un acte aussi inhumain que l'apaisement et, dans son esprit, la mort apparaissait même presque préférable à un tel destin… Mais il était inutile d'en débattre avec un apaisé,  Helene le savait et s'en garderait bien.

Tristan demanda alors à l'enchanteresse si elle avait un travail quelconque à lui confier. Elle n'y avait guère réfléchi ces derniers temps, cela faisait maintenant un long moment qu'elle ne s'était pas adonnée à un travail de recherche alchimique et pour tout avouer, elle n'en avait ni vraiment l'envie ni l'inspiration, elle était trop préoccupée par la situation du Cercle, qui ne cessait de se dégrader. Cependant, focaliser son esprit sur autre chose pourrait bien lui être bénéfique même si elle doutait d'être capable de quoi que ce soit de productif dans un tel état de stress.

« Pour l'instant je n'ai pas de travaux en cours. » Confia-t-elle à l'apaisé. « J'aurais bien envie de m'y atteler, mais j'ai peur de ne pas être très efficace ni d'avoir beaucoup d'idées. »

Elle n'était pas la seule dans ce cas à Montsimmard, en fait, quasiment tous ses collègues mages avaient cessé leurs activités habituelles. Ils étaient sur les nerfs, incapables de se concentrer sur leurs tâches tant ils craignaient le courroux des templiers.

« Enfin… il y a bien quelque chose. » Se souvint alors Helene. « Je travaille depuis peu sur la magie spirituelle. Peut-être pourrions nous faire quelques recherches alchimiques à ce sujet, qu'en penses-tu ? »

Ses premières expérimentations en la matière de magie spirituelle et arcanique n'avaient guère été glorieuses – elle avait manqué de mettre le feu à la salle d'études à plusieurs reprises – et elle avait encore beaucoup de progrès à faire en la matière. Reprendre cet entraînement par des travaux alchimiques lui paraissait une bonne idée car elle maîtrisait assez bien cet aspect. Et puis, elle aurait l'aide de Tristan, ce qui n'était vraiment pas négligeable.

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
avatar
Tristan
cercle d'orlaïs ∣ apaisé
cercle d'orlaïs ∣ apaisé
InfosRACE : Humain
AGE : 34 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Jader
LOCALISATION : Montsimmard
ARME/MAGIE : -
MÉTIERS/OCCUPATION : Spécialiste des enchantements
HUMEUR : Placide. Tout le temps
CÉLÉBRITÉ : Tom Mison
INSCRIPTION : 24/03/2016
MULTICOMPTES : Harand & Clothilde
MESSAGES : 37
PSEUDO : Mémé
© crédits : Coatlicue
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Jeu 24 Mar 2016 - 18:01

Dans l’œil du cyclone
Helene & Tristan



La sagesse d’Helene a quelque chose de rassurant, même lorsqu’on ne ressent pas la peur. Elle préfère rester sybilline plutôt qu’exprimer une opinion que je pourrais contredire, conservant ainsi la paix dans nos relations – même si je ne peux ni l’aimer, ni la haïr pour ce qu’elle pense, je peux toujours approuver ou non, et elle le sait. Et pourtant…

« Tu as parfaitement raison. »

Un Apaisé ne peut mentir. En effet, tout le monde peut apprendre à se contrôler. Le seul problème, c’est que tout le monde ne le souhaite pas : je le sais, pour avoir fait partie de ceux-là. Hélas, cette femme si posée, si réaliste, si soucieuse de conserver la pleine maîtrise de son être, peine à comprendre la triste réalité. Certaines personnes demeureront à jamais dénuées de raison, et si elles possèdent un pouvoir dangereux, on doit les en priver, quel qu’en soit le prix.
Je ne m’étends pas sur le sujet, Helene non plus. Nous conservons un silence poli et mesuré sur ce désaccord qui nous sépare. Il s’agit peut-être de l’un des seuls, car nous nous entendons d’ordinaire plutôt bien. Si tant est qu’une personne puisse bien s’entendre avec un Apaisé, évidemment. Je crois que, comme Louis, je puis considérer Helene comme une amie. Beaucoup de mes camarades ne peuvent se targuer d’avoir des « amis » ; nous ne nous en soucions pas, bien sûr, et pourtant, sans vraiment de raison, je m’évertue à garder de bonnes relations avec certains mages. Peut-être parce que je n’ai jamais été sociable, autrefois. L’Apaisement a donc bien des vertus…

« Je serais ravi de t’aider dans tes travaux, acquiescé-je de ma voix monocorde, tout en offrant à Helene un nouveau sourire. La magie arcanique est peu souvent étudiée par les jeunes mages ; elle offre pourtant de nombreuses possibilités. Tes théories sur le lien entre alchimie et arcanisme m’intéressent. Quand souhaites-tu commencer tes recherches ? Je peux te rejoindre au laboratoire dès que tu auras besoin de mon concours. »

Voilà quelque chose qui sera utile, tant pour Helene que pour le Cercle, et qui la distraira de son morne quotidien. Je ne me soucie pas du temps qui passe, la crainte du futur ne m’atteint pas. Je ne lui suis pas reconnaissant d’apprécier ma compagnie – cela m’indiffère, même. Elle pourrait s’en offusquer, mais elle préfère ignorer ma condition et me traite avec une bienveillance rare. Beaucoup de mages ne supportent pas ma présence. Comme Louis, Helene, bien plus que la tolérer, la réclame de temps à autre. Des années plus tôt, je l’aurais renvoyée dans ses livres sans ménagement. Je l’aurais raillée, sans doute. Elle aurait essuyé ma colère et ma haine de ces mages dociles et serviles, rangés du côté des Templiers, acceptant leur sort sans broncher. Aujourd’hui, il n’y a toujours pas de « merci » au bord de mes lèvres, mais c’est un progrès indéniable.
Helene m’a pourtant connu à cette époque. Nous n’étions pas proches, alors : j’étais trop rebelle, elle trop sage. Elle n’approuvait pas mon comportement – je me souviens encore de ses regards sombres, lorsque je m’emportais durant les cours dispensés par nos maîtres. Sans doute même avait-elle peur de moi, de ce dont j’étais capable pour recouvrer ma liberté. Malgré cela, elle me regarde aujourd’hui avec gentillesse. Ses yeux se sont même illuminés, lorsque je lui ai offert les pâtes d’amande. La solitude est comme un ver dans une pomme : il vous ronge de l’intérieur, vous détruit, sans que vous y preniez garde. Helene ne devrait pas rester seule. Les hommes se retournent sur son passage, bien qu’elle feigne les ignorer. Elle est d’une beauté indéniable et, si elle s’autorisait plus de fantaisie, nul doute qu’elle trouverait quelqu’un pour égayer ses journées. La solitude n’amène rien de bon, sinon de noires idées empreintes d’amertume.

« Comment vas-tu ? » demandé-je.

Je lui ai déjà posé la question, mais c’est une autre réponse que j’attends. Une réponse bien plus personnelle, qu’elle refusera probablement de me donner, toute pudique qu’elle est quant à ses sentiments. La honte, l’embarras, la gêne, me sont désormais étrangers. Je ne me souviens même plus de ce qu’on éprouve dans ces moments.

« Tu ne devrais pas rester seule, Helene. Peut-être te serait-il plus simple de supporter tout cela si tu avais quelqu’un sur qui te reposer. »

D’aucuns prendraient cela pour des avances – un mage qui passe me jette un regard mi-surpris mi-dégoûté, comme si je venais de proférer une insanité ou d’insulter Helene. Ce qu’il pense me laisse de marbre. Je me moque bien de son avis, comme de l’indignation ou de la gêne de la jeune femme en face de moi. Elle ne comprendra sans doute pas le sens de ma remarque – ou peut-être que si, car elle sait sûrement que ce ne sont pas des avances, puisque les Apaisés n’ont pas ce genre d’émotions. Dans mon autre vie, si j’avais été moins rebelle, plus conscient de ce que je risquais en fuyant, je l’aurais courtisée. Non… c’est faux. Nos personnalités divergeaient trop, alors. Logique et passion concordent rarement ; quant à moi, je n’ai jamais possédé les deux en même temps. Je ne l’aurais pas fait quand je le pouvais ; je ne puis le faire maintenant. Et ce n’est pas mon but.
Quoi qu’il en soit, Helene a besoin de quelqu’un pour la soutenir, qu’il ou elle soit un amant, un ami, un confident. Je ne pourrais jamais être le premier. Si elle me considère comme le second ou le troisième, je m’acquitterai de ma tâche sans faillir.


_________________



T R I S T A N

L'esprit est difficile à maîtriser et instable. Il court où il veut, il est bon de le dominer. L'esprit dompté assure le bonheur.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1234-tristan-tout-va http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1235-tristan-les-apaises-aussi-ont-des-amis-oui-oui
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Sam 26 Mar 2016 - 22:27

Pour la première fois depuis des semaines, Helene retrouvait l’envie de reprendre ses travaux. L’aide de Tristan était justement le genre de motivation dont elle avait besoin. Elle appréciait travailler avec l’apaisé, bien plus qu’avec ses autres collègues mages. Tristan était ouvert aux suggestions, il savait proposer des idées mais sans jamais les imposer ce qui était très agréable, comparé aux mages arrogants persuadés d’avoir réponse à  tout.

Tristan souleva le fait que la magie arcanique était peu pratiquée entre les murs de Montsimmard, ce qui était effectivement dommage. Les jeunes mages, tout comme ça avait été le cas d’Helene, préféraient s’adonner à la magie élémentaire, plus spectaculaire, bien que parfaitement inutile dans ce contexte de mage du Cercle. Elle l’avait bien vite réalisé en vieillissant mais elle avait tout de même tenu à  parfaire sa maîtrise de la magie élémentaire avant de s’adonner à une autre discipline.

« Pourquoi pas dès demain matin ? » Proposa Helene en réponse à la demande de son compagnon apaisé. «Enfin, si tu n’as rien de prévu bien sûr. »

Elle avait hâte de s’adonner à ses nouvelles recherches, surtout avec un aussi bon assistant. Elle commençait déjà à réfléchir à des possibilités de concoctions magiques, l’idée de mélanger la magie arcanique et l’alchimie la séduisait tout particulièrement.

Soudain, alors qu’elle ne s’y attendait absolument pas, Tristan lui demanda comment elle allait. Ce n’était pas la première qu’il lui posait la question mais là c’était différent, ce n’était pas par pure courtoisie, c’était plus profond que ça. Il la savait perturbée par les événements récents, il l’avait vu dans ses yeux, ressenti dans son comportement encore plus renfermé que d’habitude mais le fait qu’il pose la question dénotait d’un réel intérêt. Comme si il était inquiet qu’elle ne fasse une bêtise… nan c’était absurde, un apaisé ne peut pas ressentir d’inquiétude.

« Je… » Commença-t-elle ne sachant pas vraiment quoi répondre.

Elle décida alors d’être honnête. Inutile de mentir, Tristan le verrait si elle le faisait de toute façon. Et puis, que risquait-elle à lui répondre ? Pas grand-chose… hormis le fait d’être soulagée de s’être un peu ouvert à quelqu’un.

« Pas très bien. » Avoua-t-elle alors. « J’ai peur de ce qui risque d’arriver. J’ai peur que les tensions ne fassent exploser le Cercle et ne déclenchent une guerre. »

C’était la première fois qu’elle se confiait à cœur ouvert depuis bien des années… Elle n’aimait pas faire ça, elle avait horreur d’apparaître faible devant les autres. Mais là, c’était différent, cela faisait des semaines qu’elle refoulait ses inquiétudes et ça le poids sur ses épaules en était d’autant plus insupportable.

Tristan souleva ensuite le fait qu’elle ne devrait pas rester seule, qu’il serait plus facile pour elle d’avoir quelqu’un sur qui se reposer. Elle le fixa, un peu interloquée par une telle remarque. Mais elle en avait compris le sens, du moins elle le pensait. Un mage qui passait par là et avait perçu des bribes de leur conversation écarquilla les yeux, l’air parfaitement dégoûté. Agacée d’être ainsi dérangée, Helene braqua sur lui un regard glacial qui le fit déguerpir avant de reporter son attention sur son ami apaisé.

« La solitude a toujours été pour moi un moyen de me protéger. » Répondit-elle simplement.

C’était le cas depuis qu’elle était entrée à la Tour. Et cela avait fonctionné… jusqu’à maintenant du moins. Le poids de la solitude était parfois bien pesant mais elle préférait cela aux souffrances que pouvait engendrer l’amour ou l’attachement profond.  

Au début, lorsqu’elle avait cessé d’être une enfant pour devenir une femme, certains s’étaient essayé à la courtiser. Elle les avait tous repoussés, refusant de s’engager dans une relation quelconque et encore moins quelque chose de charnel. Pas ici, pas dans cette prison où sa vie ne lui appartenait pas. Maintenant plus aucun homme n’osait l’approcher, ils se contentaient de lui jeter des regards en coin qu’elle s’efforçait d’ignorer.

En posant les yeux sur Tristan, elle songea qu’il était plus bel homme, malgré son attitude austère et son ton monocorde. Il aurait probablement eu beaucoup de femmes à ses pieds si on ne lui avait pas violemment retiré ses sentiments… Elle se souvenait de lui comme d’un garçon impulsif et colérique, le parfait exemple du « mauvais garçon » qui attire tant de femmes.

Elle chassa ces pensées parasites de son esprit et se concentra de nouveau sur le temps présent et sur son interlocuteur apaisé.

« Mais je sais que je pourrais toujours compter sur ton amitié. » Souffla-t-elle avec un maigre sourire.

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
avatar
Tristan
cercle d'orlaïs ∣ apaisé
cercle d'orlaïs ∣ apaisé
InfosRACE : Humain
AGE : 34 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Jader
LOCALISATION : Montsimmard
ARME/MAGIE : -
MÉTIERS/OCCUPATION : Spécialiste des enchantements
HUMEUR : Placide. Tout le temps
CÉLÉBRITÉ : Tom Mison
INSCRIPTION : 24/03/2016
MULTICOMPTES : Harand & Clothilde
MESSAGES : 37
PSEUDO : Mémé
© crédits : Coatlicue
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Dim 27 Mar 2016 - 3:15

Dans l’œil du cyclone
Helene & Tristan



Je ne peux la réconforter. Helene le sait, évidemment. Sa peur ne réveille aucune émotion en moi : ni compassion, ni volonté de la réconforter, ni inquiétude. Le fait qu’elle se soit ouverte à moi ne me fait pas plaisir, ni ne me disconvient. Tout ce qu’elle me dit me laisse parfaitement indifférent. J’analyse ses paroles, pourtant, et son angoisse me conforte dans mon idée première : elle a besoin de quelqu’un à ses côtés, quelqu’un à qui elle pourra se confier.
En dix-sept ans d’Apaisement, j’ai eu le temps d’observer les habitants de la Tour. Les mages se sourient les uns aux autres, mais aucun ne pense la même chose au sujet du Cercle. Les plus anciens approuvent de pouvoir travailler dans le calme, loin de l’agitation du dehors ; au pire, ils sont résignés à leur sort. Les plus jeunes éprouvent une terreur indicible face à ce qui les attend. La plus grande variété des émotions se trouvent chez les mages confirmés encore jeunes. Bien qu’ils aient passé avec succès leur Confrontation, certains songent encore avec regret à la vie qu’ils auraient pu mener dehors. D’autres tirent un trait définitif dessus. Chacun tente de vivre en oubliant qu’il est enfermé ici pour le restant de ses jours – cette pensée, autrefois, m’aurait fait bondir de rage. Il se recrée alors ici un microcosme de vie, un ersatz de communauté. Certains tirent leur épingle du jeu – Louis en est le parfait exemple. Certains ne sont que l’ombre d’eux-mêmes...
J’écoute Helene en silence, aussi impassible qu’à l’ordinaire. Ses mots, le tremblement de sa voix, l’embarras sur son visage, rien ne m’atteint. Le rite a rempli son office jusqu’au bout. Je ne suis pas un pantin, mais je ne suis pas non plus un homme. Rien qu’une coquille emplie de logique et de pragmatisme.
Pourtant, mes observations m’ont appris une chose : il y a peu de gens capables d’empêcher que tout n’explose, et Helene fait sans aucun doute partie de ceux-ci. Parce qu’elle accepte son sort, parce qu’elle refuse toute compromission avec quelque groupe que ce soit, la jeune femme saura rester neutre en cas de conflit. Louis est trop impliqué, trop « heureux » d’être là. Si l’on venait à le questionner sur son appartenance au Cercle ou sa loyauté envers les autres mages, il choisirait le Cercle. Ce n’est pas ce qu’un groupe de dissidents a besoin d’entendre. Helene leur expliquerait sans doute que la meilleure façon de gagner la liberté, c’est de l’obtenir légalement, non de la prendre par la force. En cela, elle a raison.
Voilà pourquoi elle ne doit pas sombrer, voilà pourquoi elle doit rester droite et solide. La compassion déserte mon esprit : je ne songe qu’à l’avenir de la Tour, dans lequel, je le crois, l’enchanteresse a un rôle à jouer. Et si elle garde sa souffrance pour elle, si personne ne parvient à pousser la porte, elle ne tiendra pas. Le risque pour le Cercle est trop grand. Quelqu’un doit la soutenir...

« La solitude est utile pour réfléchir en toute sérénité, réponds-je. Mais elle peut être mauvaise conseillère, quand on ressasse des idées noires. »

Des idées noires ? Voilà bien longtemps que j’ai oublié ce que c’est. Peut-être l’Apaisement serait-il une solution pour Helene... ?
Le regard qu’elle porte sur moi est bien différent de celui des autres gens. Louis m’observe comme un égal – cela aussi est très différent ; Rosélie me voit comme une bête de foire, un sujet d’études. Helene, elle, me considère comme un être humain. Si je pouvais m’attendrir, ou ressentir de la gratitude, sans doute en éprouverais-je. Mais les sentiments m’ont déserté. Sa bienveillance envers moi devrait me remplir de joie. Je n’en ai rien à faire.

« Toujours, oui, lui confirmé-je cependant, lui offrant ce faux sourire destiné à contrebalancer mon regard vide et ma voix morte. Si tu as besoin de moi, je serai là. »

Les Apaisés peuvent-ils mentir ? Non. Nous disons toujours la vérité, c’est un fait établi. Nous nous fichons bien de l’opinion des gens. Alors si je lui dis que je demeurerai toujours présent, je le pense sans artifice : si Helene a besoin de moi, ma porte lui sera ouverte et je lui prêterai une oreille attentive, quel que soit le sujet de son tourment. Là où je ne dis pas la vérité, cependant, c’est dans le silence que je garde sur le terme qu’elle a employé. L’Apaisement m’a retiré toute émotion, tout sentiment. C’est une aubaine pour les rebelles comme moi, qui voient enfin leur esprit tourmenté trouver la paix. L’amitié suppose des sentiments d’affection, de confiance, de respect, d’amour... Je ne me rappelle plus ce que c’est. Helene pense que je lui offre quelque chose que je ne possède plus depuis longtemps. À mes yeux, elle est une mage aux capacités intellectuelles indéniables, mais pas une amie.
Je ne la détrompe pas, cependant. Ce serait superflu. Le sourire dont elle me gratifie est fragile, mais mes mots ont, semble-t-il, débloqué quelque chose chez elle. Lui affirmer froidement qu’elle se fourvoie quant à mes sentiments serait aussi inutile que contre-productif. Je me contente donc d’un simple hochement de tête, braquant sur elle mon regard vide de toute expression. Quand bien même me tais-je, la marque sur mon front est un rappel implacable de ce que je suis réellement, et du fossé qui nous séparera à jamais.

« Demain, c’est très bien. Je t’attendrai au laboratoire après le petit-déjeuner. »


_________________



T R I S T A N

L'esprit est difficile à maîtriser et instable. Il court où il veut, il est bon de le dominer. L'esprit dompté assure le bonheur.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1234-tristan-tout-va http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1235-tristan-les-apaises-aussi-ont-des-amis-oui-oui
avatar
Helene Sutter
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
cercle d'orlaïs ∣ mage confirmé
InfosRACE : Humaine
AGE : 30 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Orlaïs
LOCALISATION : Cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage du Cercle
HUMEUR : Reste loin et ça ira
COULEUR RP : #AE8964
CÉLÉBRITÉ : Kate Beckinsale
INSCRIPTION : 06/02/2015
MULTICOMPTES : Keira
MESSAGES : 531
PSEUDO : Valarielle
© crédits : edenmemories
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene Mer 30 Mar 2016 - 21:16

Tristan avait raison – comme toujours – quand il affirmait que la solitude n’était pas toujours bonne conseillère. Pendant des années, Helene avait enfoui ses craintes et ses colères au plus profond d’elle-même, en tâchant de les oublier. Mais quand on tente ainsi de les écarter, elles ne disparaissent jamais, au contraire, elles s’amplifient jusqu’à devenir omniprésentes, impossibles à occulter. Alors on vit avec… et soit on y succombe, soit elles nous endurcissent.

L’apaisé affirma qu’il sera toujours là si elle avait besoin de lui. Elle esquissa un sourire et lui souffla un merci poli. Elle savait que ce n’était pas par amitié – enfin, pas dans le sens classique du terme du moins – qu’il la soutenait mais plus dans l’intérêt du Cercle, cependant elle s’en fichait bien. Et puis, il aurait tout aussi bien pu se contenter de l’assister silencieusement dans ses recherches, sans jamais lui faire part de ses idées, comme c’était le cas de la plupart des apaisés du Cercle, qui n’étaient que tolérés par les mages, mais elle n’aurait pas aimé ça.

Elle fut ravie d’apprendre qu’il était disposé à travailler avec elle le lendemain dans la matinée. Elle avait déjà tout un tas d’idées qu’elle brûlait d’expérimenter dans le laboratoire. Enfin, pour ça, fallait-il encore que les templiers la laissent faire… Elle n’avait guère apprécié qu’ils aient envoyé l’une des leurs pour enquêter. Peut-être seraient-ils rassurés par la présence d’un apaisé à ses côtés… bien qu’elle en doutait vu leur paranoïa de ces derniers mois.

Helene réalisa soudain, en détournant son attention de Tristan, que de nombreux regards de mages s’étaient posés sur eux. Certains les observaient en coin, se croyant discrets, se demandant probablement pourquoi Helene Sutter, la « porte de prison » de Montsimmard, parlait depuis aussi longtemps avec un apaisé. D’autres la dévisageaient carrément d’un air outré.

« Les murs ont des oreilles par ici. »  Constata-t-elle en grinçant des dents, agacée d’être le centre d’attention de ces imbéciles.

Ceux qui croyaient les regarder subtilement, gênés qu’elle les ait remarqués, se détournèrent. Mais qu’est-ce que ça pouvait bien leur faire qu’elle parle à un apaisé ? Ils n’étaient pas contagieux qu’elle sache !  Ni pestiférés ! Malgré son exaspération, elle se retint de les envoyer tous paître. Elle ne voulait pas faire une scène, pas ici et pas maintenant alors que Tristan se trouvait là.

« Excuse-moi Tristan mais il est temps pour moi d’y aller. » Lui dit-elle d’une voix courtoise. « Je te retrouve demain au laboratoire. »

Et sans plus de cérémonie elle s’éloigna. Elle n’avait qu’une envie : aller se réfugier dans la bibliothèque, là où personne ne pourrait la dévisager d’un air idiot.

_________________



❝When you're hurt and scared for so long, the fear and pain turn to hate,
and the hate starts to change the world
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t494-helene-sutter-th http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t500-helene-sutter-don-t-come-closer
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene

Revenir en haut Aller en bas

Dans l'oeil du cyclone ~ feat. Helene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Arrêt à la taverne :: Archives :: Archives rp :: Chapitre 3-