FORUM FERME

Partagez|
 

 [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Mer 19 Aoû 2015 - 15:40

✥ Date, mois, année Solace, 5:02
✥ Lieu le bas-cloître de Val Forêt
✥ Moment de la journée dans l'après midi, quand le soleil tape bien
✥ Autre il fait extrêmement chaud (vive l'été...)


L'ODEUR DES VIOLETTES
Rosélie & Paiven


Tout le clan est réuni autour du feu, grignotant paisiblement en profitant de la quiétude de la nuit. Installé sur un rondin de bois, je fais tourner entre mes doigts une petite fleur que j'ai trouvé tout à l'heure en me baladant dans les bois. Une violette. Ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu... Ou peut être que je n'y avais tout bonnement pas fait attention. Mais ce soir, la fleur dans la main et les yeux fixés sur ses pétales, j'ai le cœur gros. Parce que les violettes, ce sont les fleurs préférées de Rosélie. J'ai honte, mais ce n'est que maintenant que je réalise à quel point elle me manque. Moi qui avait l'habitude d'inventer mille et une histoires pour la faire rire, j'ai l'impression que celles que je conte aujourd'hui au clan sont bien fades, moins passionnées. Je mordille ma lèvre inférieure, puis me redresse et place mes coudes sur mes genoux, attirant ainsi l'attention du reste du clan.

« J'ai une histoire à vous raconter ce soir. »

Je me racle la gorge et souris en repensant à cette aventure. Puis je commence en regardant toutes les personnes présentent dans les yeux quelques secondes chacune, m'attardant un peu sur Elorill et ma sœur.

« Cette histoire remonte à l'époque où je vivais au bas-cloître. C'était une très chaude journée, le soleil brillait bien haut dans le ciel et il y avait très peu de vent. La vieille Tarina, une elfe qui vendait des herbes et dont l'âge devait approcher les 100 ans facilement, répétait sans arrêt que la chaleur aurait raison de ses vieux os. J'avais 15 ans à l'époque et je travaillais comme assistant pour elle, donc elle m'avait envoyé lui chercher une fleur pour se préparer un baumes à étaler sur ses jambes douloureuses. Des violettes. Je savais où aller pour en trouver, dans un coin un peu à l’écart du bas-cloître où une jeune mère de famille faisait pousser toute sorte de chose. Et elle adorait les fleurs. Je me suis précipité dans cette direction mais à peine arrivé, je me suis arrêté et caché derrière un amas de planches abandonnées, car perchée au dessus du petit jardin secret, il y avait un ange. Un ange à l'apparence d'une jeune fille, avec de grands yeux émerveillés, des longs cheveux blonds, presque blancs et un sourire à faire pâlir de jalousie toutes les beautés de Thédas. J'étais fasciné par la vue de cette créature magnifique, qui semblait aussi innocente que fragile avec son apparence d'enfant de 6 ou 7 ans. En me penchant pour la voir de plus prêt, j'ai fait tomber une planche. L'ange a tourné la tête dans ma direction et, effrayé, a déployé ses ailes et a entamé son envole avant que je ne la retienne en criant "Non, attend ! Ne pars pas !". J'ai alors cherché un moyen de la convaincre de rester avec moi quand mes yeux se sont arrêtés sur les violettes qui poussaient dans le jardin. Elle en avait quelques unes dans la main et cela m'a donné une idée. "Si tu restes avec moi, je te tresse une couronne de violettes !" »

Je vois Panoriel sourire en m'entendant avancer dans mon récit. Et elle a raison de rire. Parce que ma rencontre avec Rosélie ne s'est pas exactement passée comme cela.


J'étais effectivement parti chercher des violettes pour la vieille Tarina, mais j'y allais vraiment en traînant les pieds. Il faisait chaud, j'étais fatigué et devoir me farcir tous les bas cloître pour faire la cueillette ne m'enchantait vraiment pas. Les mains enfoncées dans les poches, j'ai commencé à laisser traîner mes yeux un peu partout, histoire de me dire que je cherchais un minimum, quand soudain, la chance a décidé de me sourire. Pas loin de là, il y avait une petite bande de terre sur laquelle, perdues entre les mauvaises herbes, poussaient... des violettes. Trop content de voir que j'allais enfin pouvoir me concentrer sur autre chose que les gémissements de douleur exagérés de la vieille Tarina, je me suis précipité vers les fleurs quand une petite fille m'est passée sous le nez et a attrapé les violettes. Abasourdie, je me suis cependant rapidement ressaisi et, légèrement énervé de m'être fait piquer sous le nez mon pass pour la tranquillité, j'ai froncé les sourcils en râlant :

« Dis donc toi, rend-moi ces violettes ! J'les ai vu avant et j'en ai besoin pour soigner une vieille ! »

La jeune fille s'est tournée vers moi et en voyant ses grands yeux et sa petite bouille, j'ai failli céder et la laisser partir avec les violettes. Mais à l'époque, j'étais encore un sale gamin et la compassion, c'était pas franchement mon mot préféré. Alors j'ai croisé les bras sur ma poitrine et fais mine d'attendre qu'elle se décide à me rendre mon bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Lun 24 Aoû 2015 - 14:33

La jeune Elfe lâcha un soupir et s'affala sur le divan où elle était. La bibliothèque de la tour n'était pas ce qui était de plus luxueux ou confortable, mais le silence y régnait et c'était parfois agréable, du moins pas trop longtemps, car le silence devenait pesant pour l'apprentie. Elle avait sur les genoux un livre vieux et compliqué. Louis lui avait demandé de le lire, mais elle sautait des lignes trop complexes dans l'écriture, était-ce pour cela qu'il lui avait demandé ? Elle n'en savait rien et elle aurait préféré lire autre chose ou écouter quelqu'un lire le livre. Mais de préférence un livre d'histoire, de celles qui font rêver, qui parlent d'aventures et qui offrent l'espoir qu'un jour on puisse devenir un héros pour les autres, une icône pour un peuple entier. C'était ce genre d'histoire que Rosélie aimait entendre quand elle était au bas-cloître, elle s'était trouvée un conteur et un ami, un frère. Paiven, cela lui manquait parfois de ne plus entendre ses histoires, racontant avec passion et envie, la petite Elfe qu'elle été se demandait toujours s'il les avaient inventés ou bien si elles étaient réelles et qu'il ne faisait que les transmettre.  

Affalait totalement au grand dam des plus vieux mages qui cherchaient une place où s'asseoir dans cette bibliothèque qui à cette heure était bondée. Pas de chance pour eux, mais l'Elfe n'avait aucune envie qu'ils s'assoient à côté d'elle et heureusement, ils n'en avaient aucune envie non plus, ils avaient sans doute des objets dans les poches ou les sacoches accrochées à leurs ceintures. Bien qu'elle n'ait ni l'envie ni la force de chaparder quoi que ce soit aujourd'hui ils n'en savaient rien et cela arrangeait l'apprentie. Paiven lui manquait, c'était quand elle était lasse de tant de choses au bas-cloître qu'elle retrouvait de la magie en allant lui parler, parfois quand il était occupé et elle se riait de lui, mais il ne se fâchait jamais, il riait également de voir la petite fille se plier en deux. Peut-être était-ce le souvenir qu'elle gardait, mais qui était inexact ? Elle n'en savait trop rien. Elle savait juste qu'elle aurait aimé rester chez elle parmi les siens juste une nuit de plus pour entendre une autre histoire.  

Si quelques moments étaient flous, il y en avait un qui était très clair, celui de sa rencontre avec lui. Elle était déjà très habile et rapide pour l'enfant qu'elle était. Et déjà chapardeuse. Elle se souvenait également de chaque détail de ce qu'il s'était passé. Allongée, elle leva les yeux sur le plafond de marbre de la tour et sourit en y repensant.

La jeune fille courait dans les rues du bas-cloître, quand en tournant elle avait aperçu des violettes. Elle ne connaissait, bien sûr, pas le nom de ces fleurs à l'époque. Mais elle avait littéralement trouvé ces petites fleurs sublimes et elle les voulait. Sans se demander si quelqu'un en avait besoin, elle avait foncé sur ces fleurs et juste avant qu'un jeune homme ne les saisisse, elle avait déjà tout prit et partait déjà en courant, même sous la chaleur qu'il faisait. Ces fleurs elle aurait aimée les garder plus longtemps, mais si ses parents lui avaient bien appri un truc, c'était qu'entre Elfe il fallait se serrer les coudes surtout dans le bas-cloître. Bien que cette leçon reste amère lorsqu'elle sera amenée à la tour, à cette époque, elle respectait ce que ses parents lui avaient enseignée. Aussi lorsque le jeune homme lui demanda farouchement qu'elle lui rende les fleurs car elles étaient siens. Rosélie n'était pas d'accord, mais que pouvait-elle faire ? Courir ? Oui ce serait une belle alternative et faire mine qu'elle n'ait jamais rencontré cet Elfe là. Mais non, ce serait trop facile.

« Elles sont à toi ces fleurs violettes  ? »

La petite fille regarda avec ses grands yeux l'homme qui semblait patienter pour récupérer les « violettes » comme il les avais appelé. Un nom un peu classique, mais facile à retenir, les violettes étaient violettes. C'était bien, simple et efficace.  

« Pourquoi tu veux soigner une vieille avec ces fleurs ? Tu vas lui offrir ? »

Un petit rire s'échappa de l'apprentie sur son divan, elle était bien jeune et déjà très naïve, bien que certains affirment qu'elle l'est toujours actuellement, elle l'était encore plus à l'époque et c'était avec cette naïveté qu'elle s'était approché de Paiven tendant les fleurs pour qu'il les prenne. Une petite brise de vent passant, faisant voler les cheveux presque blanc de la jeune Elfe qu'elle était. Au moment de faire changer de propriétaire les fleurs, elle regarda Paiven et lui posa cette autre question.

« Tu pourrais m'en offrir aussi à moi ? »

Alors qu'elle était en route pour le bassin d'eau, qui n'était pas toujours très propres au bas-cloître, mais qui servait le plus souvent à se baigner ou juste à se rafraîchir, elle n'aurait jamais pensée tomber sur cet Elfe qui serait quelques temps plus tard celui qui permettrait à Rosélie de grandir et de vouloir vivre sa propre aventure. Volant à chaque fois avec l'envie que cela soit spectaculaire et qu'on parle d'elle dans tout Val Forêt, non dans tout l'empire ! Même si elle ne se doutait pas une seule seconde de sa taille, elle imaginait que cela allait loin par delà les murs qui encerclaient les Elfes et qu'il y avait plus de citoyens qu'elle ne pourrait en compter. Elle imaginait à chaques larcins devenir une idole pour les Elfes et pour les autres, qu'ils remarquent à quel point elle était rapide et habile. Se comparant alors toujours aux héros que Paiven lui décrivait.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Ven 4 Sep 2015 - 2:22

Les yeux plongés dans les flammes crépitantes du feu de camps, je souris en comparant mentalement la réalité à mon histoire. Les faits ne sont peut être pas les mêmes mais le fond reste identique. Et de toute façon, c'est toujours plus fort que moi : quand je dois raconter une histoire passée à un public attentif, je ne peux pas m'empêcher de tout romancer. Parce que faire paraître une histoire aussi belle qu'on l'a perçu, c'est ce qui en fait toute la magie. Je me souviendrai toute ma vie de cette rencontre et je veux que ceux à qui je le raconte s'en souviennent également jusqu'à la fin de leurs jours. Peut être que dans quelques années, une maman racontera l'histoire du petit elfe du bas cloître qui rencontra un ange cueillant des violettes, sans se douter que les deux principaux protagonistes de cette histoire ont réellement existé. Peut être que cette histoire remontera un jour aux oreilles de Rosélie, quelque part dans la Tour du Cercle et qu'elle se reconnaîtra dans le personnage de l'ange. Je l'espère vraiment de tout mon cœur. Au moins, j'aurai la certitude qu'elle comprenne que jamais je ne l'aurai oublié.

Je relève la tête et vois que tout le clan est suspendu à mes lèvres. Même Panoriel, qui connaît pourtant cette histoire semble s'interroger sur la façon dont je vais développer la suite des événements, comment je vais les romancer. Je souris de nouveau et prends une grande inspiration avant de poursuivre :

« En entendant mon marché, le petit ange s'est immobilisé et tourné vers moi. Elle a semblé hésité quelques secondes avant de finalement me tendre les violettes en me disant d'une voix aussi claire et pure que le son d'une clochette : "Tiens, prends les." J'ai profité du fait qu'elle me tendait sa paume en me présentant les fleurs pour lui attraper gentiment le poignet et l'entraîner à ma suite près des planches entassées non loin. J'en ai dégagé quelques unes pour les entasser et lui faire un petit banc improvisé. Puis je l'ai incité à s’asseoir dessus et je suis allé derrière elle pour démêler ses longs cheveux blonds, presque blancs à l'aide de mes doigts. La vieille Tarina m'avait appris à faire des tresses pendant que je travaillais pour elle et même si je n'osais pas vraiment l'avouer, j'aimais beaucoup m'amuser à la coiffer quand elle avait trop mal aux bras pour se tresser les cheveux seule. J'ai donc fait bien attention à ne pas faire de mal au petit ange  tout en m'occupant de sa longue chevelure, puis j'ai commencé à lui faire des nattes tout autour de la tête en y incorporant petit à petit toutes les violettes qu'elle m'avait donné plus tôt. Au bout de quelques minutes de travail, j'avais respecté ma promesse : le petit ange avait une véritable couronne de violettes, maintenue en place par ses beaux cheveux. Je me suis alors éloigné d'elle de quelques pas pour apprécier le résultat de mon labeur, puis je me suis incliné devant elle comme j'avais vu certains riches humains le faire en lui disant : "Je me prosterne bien bas devant votre beauté, ô vous, reine des anges !" »



Quand Rosélie m'a demandé si je comptais offrir les fleur à la vieille, j'ai fait une grimace de dégoût. Eurk, rien que l'idée me donnait des frissons. Moi donner des violettes à la vieille Tarina pour le plaisir d'offrir ? Même pas en rêve ! C'étaient les amoureux qui s'offraient des fleurs, c'est tout ! J'allais répondre à Rosélie quand soudain elle a fait quelque chose qui m'a littéralement laissé bouche bée : elle s'est approchée de moi et m'a tendu les fleurs pour que je les reprenne. Sur le moment, j'étais tellement surpris que je n'ai pas pu dire un mot. Et quand elle m'a demandé si je pourrai lui en offrir aussi un jour, j'ai senti qu'au fond de moi quelque chose venait de s'allumer.

Vivre au bas cloître peut vous faire perdre foi en beaucoup de choses : la misère est omniprésente, beaucoup d'elfes deviennent fous et traînent dans les rues en effrayants les plus jeunes... Je me souviens que je n'en attendais pas beaucoup des autres, voir pas du tout, ni de l'avenir d'ailleurs. Et pourtant, quand j'ai vu cette petite elfe s'approcher de moi pour me rendre les violettes qu'elle avait pourtant cueilli avant moi et qui lui revenaient donc concrètement de droit, j'ai retrouvé un sentiment de joie intense que je n'avais pas ressenti depuis très très longtemps. J'ai souri à la petite fille devant moi et j'ai attrapé les fleurs qu'elle me tendait. Comme j'étais déjà grand pour mon âge, je me suis agenouillé devant elle et je lui ai donné une des violettes en plaçant mon autre main sur mon cœur :

« Tiens, je t'offre cette violette en gage de ma gratitude. Mais à une condition : que tu me dises c'est quoi ton prénom ! »

J'ai coincé la violette que j'avais entre les doigts dans ses cheveux, juste au dessus de son oreille. Même si je n'avais toujours pas eu de réponse, je m'en fichais : cette petite elfe était probablement celle qui méritait le plus au monde de se faire couvrir de violettes. C'était un véritable petit ange, et même le gamin de 15 ans que j'étais ne pouvait pas le louper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Ven 4 Sep 2015 - 14:21

Dans son divan de la bibliothèque la jeune Elfe ferme les yeux, cette histoire elle se la repasse souvent elle admet avec une certaine facilitée d'ailleurs que parfois les bonnes rencontres se limitent aux actions que l'on entreprend avec eux. Allongée ainsi on pourrait croire qu'elle dort, est-ce vraiment le cas ? Elle-même ne sait pas trop, elle a les yeux fermés et son esprit dérives aussi loin qu'il peut. Était-elle totalement consciente ou rêve-t-elle qu'elle repense à cette rencontre ? Elle se demande ce que Paiven est devenu, est-il toujours au bas cloître ? Si oui, est-il toujours vivant ? Elle n'a reçu aucune lettre, il faut dire qu'elle n'en a pas envoyé non plus. En même temps, avant d'arriver à la tour elle ne savait pas écrire, alors pourquoi recevrait-elle des lettres et pourquoi en enverrait-elle ?

L'apprentissage de la lecture et de l'écriture n'était la priorité au sein des pauvres du Bas cloître, pourtant Rosélie était sûr que Paiven savait écrire lui, même lire. L'avait-elle vue un jour le faire et elle ne s'en rappelait plus trop bien ? Ou simplement en était-elle persuadée par son éloquence. Après tout, il était le seul - de la connaissance de la jeune Elfe qu'elle était - qui racontait tant d'histoire aussi bien. Enfin, ce n'était pas le sujet auquel elle voulait penser. L'apprentie qu'elle était voulait penser qu'il allait bien et désirait même qu'il ait rejoint comme l'une de ses histoires un clan d'Elfe nomade, que ce soit que pure fable ou pas elle espérait qu'il allait bien.

Elle souvenait encore de la tête qu'avait fait Paiven quand elle avait tendu les fleurs vers lui pour lui donner de bonne foi. On aurait dit que le créateur lui-même avait d'un coup tombé son pagne devant lui pour qu'il reste aussi longtemps avec son air bête. A cet époque Rosélie se serait sans doute moquer d'un shem et l'aurait vite fuit après s'être rit de lui s'il avait fait une tête pareille. Mais là c'était l'un des siens et comme ses parents n'apprécieraient pas de savoir qu'elle se moque ouvertement des autres Elfes alors qu'ils sont déjà les souffres douleurs des Humains. Bien qu'à cet âge elle ne comprenait pas encore ce que cela voulait dire, elle comprenait seulement qu'elle devait parce que ses parents le voulaient ne pas contrarier ceux qui vivaient au bas cloître de la ville.

Dés que les fleurs eurent changer de propriétaire, la petite fille qu'elle était, vit alors l'adolescent Paiven se mettre à genoux face à elle. Il était bien plus grand et même lorsqu'elle était partit pour la tour des mages il était toujours plus grand qu'elle. Elle sentit la violette glisser juste au-dessus de son oreille droite étant tenue en partie par ses cheveux et son oreille. La petite Elfe souriait avec son visage angélique, ses yeux bleus, le soleil faisait croire que le visage de cette petite Elfe s'illuminait avec ses cheveux presque blanc. Cela rendait le sourire qu'elle faisait encore plus charmeur. En était-elle consciente ? Ou était-ce l'innocence de cette enfant qui faisait cet effet ?

A partir de ce moment, la jeune enfant pouvait si elle le voulait s'en aller, elle avait sa fleur, comme elle l'avait demandé, mais elle ne fit rien et fixa de ses yeux bleus ceux de Paiven, annonçant son prénom comme si c'était ce qu'elle avait de plus précieux et qu'elle était fière de s'appeler ainsi, avec une pointe de défiance. Déjà un signe qu'en grandissant elle tiendrait tête à tous ceux qui voulaient lui donner des leçons. Une véritable teigne, mais si son visage restait ainsi il y aurait de grande chance quelle obtienne ce qu'elle veut.

« Je m'appelle Rosélie. Et toi ? C'est quoi ton prénom ? »

Les habits que la petite fille portait n'était certes pas tout propres ou même neuf, mais même les marques de crasses sur les joues de l'Elfe ne semblait pas enlever de l'harmonie qui se créait entre ses cheveux son sourire et ses yeux bleus. La petite fille regarda de haut en bas Paiven après l'avoir laissé répondre, pour ne pas fuir le regard pendant qu'il parlait. Elle ne pensait pas l'avoir croisé jusqu'à aujourd'hui. C'était étrange le bas cloître n'était pas immense, mais parfois certaines personnes ne se croisent qu'à un instant précis.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Jeu 22 Oct 2015 - 0:11

D'une certaine façon, plus j'avance dans mon récit et moins je le trouve poétique, comparé à ma véritable rencontre avec Rosélie. Alors oui, d'accord, peut être qu'elle n'était pas à proprement parlé un ange, mais à mes yeux c'était tout comme à l'époque. En même temps, elle était un peu comme un petit rayon de lumière qui aurait percé le brouillard perpétuel du bas-cloître. Une note d'espoir, d'innocence dans le monde pourri où je vivais. Et l'espoir, ça fait faire des miracles, ça alimente les fantasmes des petites gens, ça soulève les foules, ça renverse des tyrans. On sous estime le pouvoir de l'espoir. Une personne peut faire la différence, peut importe que cette personne soit puissante, faible, jeune, vieille, femme ou homme. Pour moi, cette personne, c'était Rosélie, à une époque où tout me semblait plutôt insipide. J'arrache mon regard des flammes du feu de camps et prends le temps d'admirer quelques secondes le paysage autour de moi. Est ce que mon amie aurait aimé vivre parmi les Varalasan elle aussi ? Probablement. J'aimerai qu'un jour, elle aussi ressente le bonheur que procure la liberté. Être un elfe dalatien, c'est signer pour être libre, vraiment. Et Rosélie mériterait plus que quiconque d'être libre. J'aimerai un jour la voir se balader librement entre les arbres de la forêt, faire la course avec elle comme quand on était plus jeunes, jouer à cache-cache dans les fourrées... Même si je suis plus vieux maintenant, il y a certaines activités auxquelles je ne rechignerai jamais à m'adonner, surtout avec Rosélie. Elle me manque vraiment.

En reportant mon attention sur le cercle formé par le clan, je me rends compte que tout le monde semble attendre la suite de mon histoire. Je jette un coup d’œil en direction de Panoriel et lui adresse un petit sourire, probablement triste, sûrement inspiré. Je me sens fatigué d’enjoliver une histoire initialement déjà magnifique. Pourtant, je ne peux me résoudre à rebrousser chemin pour leur raconter la véritable version. Ce serait une confession trop... trop profonde, j'ai besoin de garder certains détails pour moi, en tout cas pour le moment. Même en vivant en communauté, je pense que c’est important de conserver son jardin secret. Et puis, les détails ne concernent que Rosélie et moi, personne d'autre n'a besoin d'être au courant. Je poursuis donc sur ma voie :

« Comme je n'avais pas l'habitude d'emprunter de tels manières aux shems, j'ai un peu tangué en m'inclinant, mais cela a au moins eu le mérite de faire rire l'ange. Elle a plaqué une main contre ses lèvres pour camoufler son amusement d'une façon adorablement pudique, puis m'a annoncé de sa voix claire et chantante "Mon nom est Rosélie. Et toi, quel est le tien ?" Jamais je n'aurai eu la prétention de souhaiter qu'un ange s'intéresse à ma personne : j'étais un pauvre elfe, sans le sous, vêtu de guenilles et au visage crasseux. Pourtant, l'entendre me demander mon prénom m'a mis plus de baume au cœur que toutes les étoiles du ciel réunies. Ses paroles ont fait écho dans mon esprit et c'est assez maladroitement que j'ai répondu que je m'appelai Paiven. A peine avais-je terminé de lui donner ma réponse qu'elle se levait de mon banc improvisé et qu'elle s'inclinait à son tour, avec l'élégance d'une duchesse orlésienne en me répondant "Je suis enchantée de faire ta connaissance Paiven" »


En réalité, Rosélie ne s'est évidemment pas inclinée devant moi. Elle m'a simplement sourit et ça valait toutes les courbettes du monde. Quand elle m'a demandé à son tour comment je m'appelais, j'ai passé une main dans mes cheveux pour les dégager de mes yeux et j'ai répondu :

« J'm'appelle Paiven. Et t'as le plus jolie prénom du bas cloître Rosélie. C'est un super compliment que je te fais là parce que pendant 15 ans, j'étais persuadé que c'était le mien le plus beau. »

Je lui ai fait le sourire filou que je réservais au boulanger de ma rue quand je voulais lui faire croire que j'allais voler une de ses brioches pour lui faire un peu peur (et pour m'amuser). Parce qu'avec Rosélie, je sentais déjà que je venais de me trouver une complice de jeu et de bêtise. Dans le bas cloître, il y a tellement de monde qu'on en arrive rapidement au point de se sentir très seul. On se noie dans la masse et pour tenter de sortir du lot, on peut tenter de devenir riche, ou faire des farces à tout bout de champs. J'étais un grand adepte de la deuxième solution, même si je restais toujours bon enfant. Je me persuadais toujours que je faisais ça pour avoir de bonnes histoires à raconter plus tard, quand je serai aussi vieux que la vieille Tarina. Et j'étais persuadé que Rosélie serait une bonne source d'aventures.

Il faut croire que je ne m'étais pas trompé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie Mer 28 Oct 2015 - 19:41

Alors qu'avant c'était les murs de la cité de Val Forêt qui entouraient Rosélie dans sa jeunesse, désormais c'était ceux de la tour. Bien qu'elle ne manquait plus de rien, ni de froid, ni de faim, ni de soif, elle n'était à l'aise pour autant dans cet environnement. Alors que tous étudiaient studieusement les dernières leçons de leurs maîtres, Rosélie avait l'impression d'être un peu seule à vouloir passer du temps libre et non pas s'entraîner encore et encore. Cette envie de ne rien faire l'avait plus d'une fois valu les reproches de son mentor, Louis et les avertissements du premier enchanteur, mais qu'importe. La jeune Elfe n'avait pas envie d'aller se placer derrière un livre, elle ne voulait pas lire. Elle voulait écouter Paiven raconter une histoire, elle voulait entendre la voix de celui qui avait rempli sa tête de petite fille d'images de héros légendaires et de grandes aventures.

Il fallait pourtant se rendre à l'évidence, sa confrontation approchait à grands pas et elle n'était pas aussi sûre qu'avant d'y survivre. Peut-être qu'elle n'aurait jamais la joie de revoir son ami, Paiven. Quand elle repensait encore à ce jour où elle avait rencontré le conteur elle se surprenait elle-même. Elle était beaucoup plus sociable avant sa découverte de pouvoirs magiques en elle. Et pourtant c'était bien comme ça qu'elle avait réagi demandant à l'Elfe son nom avec un sourire charmeur, comme elle avait l'habitude de faire quand elle s'adressait aux siens.

La petite fille rigola quand Paiven avait répondu avec la flatterie sur son prénom. La petite Elfe qu'elle avait toujours aimé donner son prénom car les yeux s'écarquillaient souvent, bien qu'elle ne comprenne pas pourquoi, elle s'en amusait, mais Paiven était sans doute le seul à lui dire qu'il trouvait son prénom magnifique. Bien que le sien ne soit pas moche du tout.

« On peut être deux avec un prénom super beau non ? »

C'était avec un ton de naïveté qu'elle avait annoncé sa proposition. Elle n'avait pas eu l'occasion de croiser beaucoup de personnes qui lui vantait la beauté de son nom et bien que cela soit futile, c'était une joie que les pauvres Elfes du Bas cloître, pouvait s'accorder. Enfin, tout ceci était une notion qui n'était pas encore encrée dans l'esprit de la jeune Elfe qu'elle était, mais elle avait encore le temps. Après tout elle n'avait que six ans.

Le sourire qu'il avait affiché à ce moment était celui que Rosélie connaissait bien. Celui qu'elle utilisait quand elle regardait ses camarades avant de faire une bêtises. Chaparder était déjà son grand jeu, bien qu'à cette époque elle rendait presque immédiatement ce qu'elle avait volée. Plus tard elle ne rendrait rien, mais pour une simple raison qu'elle n'avait rien et qu'elle prenait à ceux qui avaient. La chose était donc logique, tout du moins pour elle. Mais par ce sourire elle trouvait presque un jumeau - beaucoup plus vieux certes - mais son jumeau de blague et farce en tout genre.

« Mais pourquoi tu dois donner ces violettes à une vieille ? Tu veux pas venir te baigner ? »

La "baignade" dont parlait Rosélie n'était autre qu'une grande fontaine qui était un peu là contre toute attentes. Issue d'une fissure qui existait entre la fontaine du côté humain, les Elfes avaient su tirer profit de ce défaut dans le mur pour en faire une zone de baignade très peu profonde ce qui permettait que tous pouvaient venir se baigner. Sous cette chaleure c'était agréable de pouvoir au moins se tremper la tête.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: [FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie

Revenir en haut Aller en bas

[FB] L'odeur des violettes :: feat. Rosélie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Arrêt à la taverne :: Archives :: Archives rp :: Chapitre 3-