FORUM FERME

Partagez|
 

 Comme un chaton en cage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Comme un chaton en cage Mar 21 Juil 2015 - 18:16


Comme un chaton en cage
Rosélie et Louis


✥ Date, mois, année Wintermarch, 16, 5 :9 des Exaltés  
✥ Lieu Tour de Monstimmard
✥ Moment de la journée milieu d'après-midi
✥ Autre -



Il y a déjà quelques semaines qu'elle est arrivée, et pourtant, elle semble toujours étrangère à tout ce qui fait le quotidien de la Tour. Elle reste incapable de faire le simple trajet réfectoire-dortoirs sans se perdre; elle ignore où se trouve le laboratoire par rapport à la bibliothèque, et je l'ai déjà récupérée plusieurs fois chez les Templiers, miaulant comme un chaton perdu.

Cette jeune elfette est absolument adorable,mais complètement perdue. Comme tout chaton, elle sort les griffes dès qu'on approche la main, mais j'ai déjà tellement écopé de griffures par tellement d'autres fauves en culottes courtes que j'y prend à peine garde. Elle a trouvé un jeu pour se faire détester, et pour ramener un peu de chez elle dans la Tour: elle pique. Tout, tout le temps et à tout le monde ou presque. Elle chipe, vole, escamote et chaparde à tout va, et tout le monde hurle, pendant qu'elle rit sous cape.

Elle se croit très maligne, la petite puce, mais elle est surtout effrayée comme tout. Ici, tout le monde lui parle sérieusement, gravement, tragiquement. Ici, elle n'a plus le droit de rire, de chahuter, elle qui courait librement hier encore. Elle doit étudier, alors qu'elle balbutie encore ses leçons de lecture, et maîtriser un pouvoir dont elle ne veut pas, dans un endroit qu'elle ne connaît pas.

Elle a été amenée ici en cage, comme une criminelle. C'en est une, c'est un fait, mais elle a été emprisonnée pour un crime qu'elle ne voulait pas commettre. Un homme est mort, par sa faute de petite fille, et personne n'a eu la moindre parole réconfortante, seulement la peur dans les yeux.

En tous les cas, comme souvent avec les petits chats perdus, c'est moi qui ai hérité du lot, vu que personne ne voulait d'une jeune fille analphabète qui vous fait les poches en moins de deux.

J'ai pris l'habitude de venir les poches vides de tout ce que je n'avais pas expressément l'intention de lui donner.
Entendons nous bien, mon manteau regorge de pommes, mon gilet, de sucreries diverses. Mes poches intérieures contiennent parfois un petit miroir, un colifichet, une brosse, "pour mes conquêtes", bien sûr. Une piécette par ci, par là, pour donner le change. Mais rien de précieux.

Je souris tout en marchant vers le grand hall d'entrée. Les Templiers m'ont demandé de venir récupérer ma tigresse qui essayait de s'échapper. Encore. Forcément, il a neigé, elle a dû vouloir aller jouer dehors. Quelle petite terreur. J'ai même entendu parler d'une joue griffée.

Alors que j'attaque la dernière volée de marche, je me compose un visage grave et sérieux, réprobateur. Je fronce les sourcils, la ride du non me dessine une crevasse entre les yeux, que je plisse d'un air inquisiteur. Mouais, je suis pas mal, comme ça, me dis-je en passant devant un marbre poli.

Tiburce m'accueille en bas. Sa barbe cache le plus gros, mais il a la joue rougie. Une petite claque serait passée par là que je n'en serais pas étonné. Un peu plus loin, l'air maussade, ma récalcitrante petite apprentie est assise sur un banc entre deux costauds qui la tiennent fermement.
"Alors, jeune fille, on fait des misères aux portiers de la Tour? Ne sais-tu pas qu'il est interdit de sortir ainsi?" gronde-je, pour la galerie.
"Pardon, Tiburce, pour cet incident. Voilà un baume, pour vos contusions, j'espère qu'elle ne vous a pas fait trop de mal. Elle est chétive, mais vindicative. Soyez sûr que je la punirai sévèrement, pour la peine!"

Un sourire naît sur les visage des trois combattants, à l'idée que leur adversaire du jour n'en sorte pas pour ses frais. Se rend-elle compte qu'elle les a rudoyés, mais que, eux, ne l'ont même pas violentée? Probablement pas. Sur son visage, le défi revient à toute allure.

Je l'attrape par la manche, remercie encore les gardes, et leur promet un tonnelet de bière aigre pour oublier tout ça.

J'attends que nous nous soyons éloignés. La petite a l'air d'attendre sa punition, ou sa réprimande, pour protester violemment. Lorsque j'estime que les voix ne porteront plus sur le sol de marbre, je reprend avec un bon sourire
"Alors, raconte moi donc comment il a fallu trois malabars pour t'arrêter, mon petit dragon?"

Ho, j'ai bien l'intention de lui faire la morale, bien entendu. Mais pas comme ça, un sermon ne ferait que la braquer un peu plus. Je pense lui infliger une petite séance d'histoire de la magie, pour la peine... Mais chaque chose en son temps, détendons d'abord l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Mar 21 Juil 2015 - 21:28

Rosélie se faufila et se plaqua contre le mur d'en face. Elle jeta un regard rapide vers la porte. Trois hommes la gardait. Ça n'allait pas être facile de sortir de cet endroit. Elle prit une grande inspiration et regarda les rayons du soleil filtrer à travers les fenêtres en haut de la pièce. En hiver le soleil éclairé d'une façon tout à fait différente et Rosélie pouvait deviner qu'il était environ dans le milieu de l'après-midi. C'était souvent là que les livraisons pour les cuisines se faisaient. Rosélie s'était bien renseignée et avait même regardée la nuit pour s'en assurer. Il lui fallait attendre un peu et la porte en face s'ouvrirait pour laisser passer un homme qui viendrait récupérer son or avant de s'en aller, c'était à ce moment-là que Rosélie avait prévu de foncer.

La petite Elfe attendit sagement pendant quelques longues minutes, l'enfant qu'elle était ne rêvait que d'aller dans la neige dehors qu'elle avait vu par la fenêtre. Pourtant, on lui refusait et elle ne comprenait pas pourquoi. Alors, elle se ferait son propre chemin. Elle attendit encore et lorsque le verrou se fit entendre elle se releva de sa position assise et regarda le commerçant entrer dans la tour, venu récupérer son or. Il participait à son emprisonnement. Elle vit deux des templiers accompagner l'homme pour qu'il reçoive sa récompense, il n'en restait qu'un, il serait facile de le semer surtout avec sa grosse armure. Sans plus attendre la petite fille fonça vers l'ouverture, elle eut le temps de mettre un pied dehors et le templier l'attrapa par le bras. L'air frais avait alors envahis les narines de la jeune Elfe, elle voulait se battre pour rester avec cet air frais, elle n'avait pas touchée la neige, elle voulait aller s'amuser.

« Lâche-moi !! » Elle envoya une gifle au templier qui appelait déjà ses paires pour venir refermer la porte et l'aider à rentrer la petite mage. La gifle eut un bon effet puisqu'elle griffa également son adversaire, mais elle n'eut pas le temps de se réjouir, un autre templier l'agrippa également pour l'immobiliser pendant que le troisième fermait la porte, Rosélie se débattait encore et toujours avant que les deux qui la tenaient la force à s'asseoir sur le banc de marbre et la maintiennent pendant quelques minutes pour éviter qu'elle ne bouge trop, c'était pourtant pas faute d'essayer.

La petite Elfe se calma au bout de quelques longues minutes après avoir admis sa triste défaite. Louis allait venir la récupérer et Tiburce, lui ferait remarquer qu'elle l'a blessé. Rosélie trouvait cela injuste qu'on lui empêche de sortir profiter de la neige alors que même dans le bas-cloître elle avait le droit de jouer avec. Le barbu marmonnait des choses incompréhensibles, même pour les oreilles fines de Rosélie, mais c'était évident à son regard qu'il était furieux et un air de victoire naissait sur le visage de la jeune Elfe. Elle avait au moins réussi sa journée, elle avait mi en rogne un templier qui ne pouvait rien faire pour l'instant contre elle. Et elle espérait que ça resterait ainsi, les choses étaient beaucoup plus marrantes.

*****
Enfin Louis montra son visage, il s'était visiblement préparé à cet "entretien" avec les trois templiers, il affichait déjà son air décidé et réprobateur des actions de la petite Elfe. Alors que l'air de victoire s'estompait sur celui de Rosélie, pour laisser place à la déception, celle d'avoir eu trois adversaires et un témoin de sa défaite. Louis assure au templier barbu et aux deux gaillards qui la tiennent qu'elle sera sévèrement punie, mais Rosélie n'a pas peur des punitions de Louis ou des autres mages elle reprend son air de défi pour les templiers, elle recommencera plus tard et elle réussira cette fois. Elle griffera mille fois la joue de Tiburce s'il le fallait.

Elle est tirée par Louis qui la tient par la manche et qui promet un tonnelet de bière pour les templiers, au premier tournant coupant la vue sur les trois gardes de la porte Rosélie leur tire la langue et disparaît de leurs vues. Louis la fait avancer encore pendant un petit moment et s'assure qu'ils sont assez loin avant de s'arrêter et de se retourner face à elle. Bien évidemment la petite Elfe s'attend à un sermon ou autre réprimandes, mais il n'en est rien, alors que la jeune Elfe avait préparé sa riposte pour se défendre. Un peu perturbé elle cherche d'abord ses mots et ne fait plus attention aux surnoms que lui donne Louis, elle est d'après lui un fauve et aussi dangereuse qu'un petit Dragon. Mais à la différence de cette créature, Rosélie ne choisit pas quand faire flamber ses adversaires.

Elle se reprend vite et regarde toute fière le mage « J'ai attendu que l'homme qui livre les cuisines vienne demander son or et j'ai couru vers la sortie, mais le templier barbu m'a attrapée avant que je n'ai les deux pieds dehors. »

Son air de victoire, indiquait clairement qu'elle allait recommencer pour peut-être échouer une nouvelle fois. Elle ne s'attendait plus à une réprimande maintenant, elle s'y était attendu de suite après, mais elle ne comprenait pas l'intérêt de punir longtemps après un incident, alors toutes les peurs d'être punis s'en allèrent en même temps que sa réponse et cela se vit très clairement dans son ton.

« Si j'avais été plus rapide, j'aurais filé droit entre ses mains, il faut que je m'entraîne à courir ! »

Cela ne faisait quelques semaines qu'elle était à la tour et Louis s'était trouvé celui qui la protégeait et qui l'aidait. Une sorte de grand-frère protecteur au sein de la prison de la jeune Elfe.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Mer 29 Juil 2015 - 17:49

J'écoute la jeune fille me raconter ses aventures, l'air exaltée. Je ne peux pas approuver sa joie, même si je la comprends. Elle est encore jeune, et il faut bien que jeunesse se passe...

Je note toutefois qu'elle a su préparer son coup, étudier soigneusement les allées et venues et les mouvements des différentes personnes, planifier son intervention...

"Tu as fait preuve de sens stratégique, pour cela, je te félicite. Tu as su prendre ton temps, aussi, malgré ton caractère impulsif. C'est dommage que tu utilises tes talents à mauvais escient, mais ça viendra, n'est-ce pas?

En remontant, je me dirige vers les salles d'études, où les autres élèves font leurs gammes et révisent leurs leçons. Je ne sais pas si elle a noté l'inflexion que j'ai donné à notre route, car je prends bien garde de la précéder d'un pas ou deux pour qu'elle soit contrainte de suivre.

"J'espère que tu saura présenter des excuses au Templier Tiburce, à qui tu as fait mal, un peu plus tard dans la journée. Il ne faut pas causer de tort à autrui sans raison. Pour l'instant,  je pense que tu as grand besoin de te défouler un peu."
Les mages disposent d'installations assez complètes pour leur confort, et bien que j'en profite rarement, nous avons une magnifique salle d'exercice dans une cour extérieure jouxtant les études. Je la ramène jusque là, lui glisse le manteau sur les épaules, et lui enjoint:
"Puisque tu es pleine d'énergie, et que tu t'ennuie visiblement, je te donne une heure de notre leçon, pour t'amuser et te dépenser dehors. Après quoi, nous essaierons de faire neiger dans une salle d'étude, et nous irons dîner. Et ce soir, nous parlerons de ce qui vient de se passer, n'est-ce pas? Il est temps que nous ouvrions les gros ouvrages poussiéreux sur les accidents magiques, et qu'on parle un peu de... des raisons qui t'ont amenées ici."

C'est un sujet excessivement sensible, avec les jeunes arrivants, et particulièrement avec ceux qui ont causé une mort ainsi; mais aucun mage n'est jamais arrivé, à ma connaissance, sans avoir une catastrophe magique derrière lui. J'ai toujours une certaine gêne à parler de ma propre expérience, mais j'en parlerai avec elle, car il n'y a pas de meilleur moyen pour ouvrir la discussion que de se confier soi-même.

Et puis, j'ai un long, très long laius à commencer sur l'histoire des Cercles. le plus tôt sera le mieux; jusqu'ici, Rosélie a toujours fui cette leçon. Malade, au point de vomir sur mes robes, appelée en urgence, se souvenant brutalement d'une décoction qui ne devait pas être laissée à bouillir, changeant de sujet, elle aura trouvé toutes les excuses.

A côté de ça, c'est une enfant pleine de vie, une véritable bouffée d'air frais dans l'ambiance feutrée et compassée de la Tour. Espérons que je saurais calmer sa fougue sans éteindre sa flamme, et que mes confrères ne tenteront rien pour "briser" la petite, comme ils disent.
L'avantage d'être mentor, c'est que j'ai le dernier mot sur la manière de mener l'éducation de Rosélie, et même face au Premier Enchanteur Kahrs, à moins qu'il ne me démette de ma fonction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Ven 31 Juil 2015 - 20:16

Rosélie sentie la fierté grandir en elle lorsque Louis la félicita pour son sens de la stratégie et de la patience dont elle avait fait preuve. Il était vrai que la jeune Elfe n'étais pas réputé pour être la plus patiente, ni la plus réfléchie dans ses actions, mais elle savait faire preuve de patience lorsqu'elle avait un objectif bien précis. Et ce n'était pas avec  joie qu'elle avait attendue recroquevillée dans un coin, le bon moment. Hélas même cela n'avait pas été récompensée, elle n'avait pas eu droit à une heure ou une demi-heure dehors avec la neige. Elle avait été ramenée dans la tour de force, comme lorsqu'elle était arrivée et malgré son combat acharné contre les templiers elle n'avait pas réussi à échapper à l'enfermement. Cela décourageait l'apprentie, mais le fait que Louis reconnaissait son sens de la patience et approuvé la stratégie mise en place, Rosélie se dit qu'elle n'avait pas finalement tout perdu dans cette tentative loupé de sortir de sa prison confortable.

Son mentor lui fit alors remarqué qu'elle n'utilisait pas ses capacités dans le bon sens et en sous-entendant qu'elle ne devrait pas tenter de fuir, mais se pencher sur ses leçons ou sur son sens de l'orientation dans la tour. Car oui, elle se perdait toujours après plusieurs semaines, elle était toujours perdue et n'arrivait pas à se repérer dans cette tour où les pierres étaient toutes semblables. L'Elfe regarda le mage confirmé avec ses deux grands yeux cherchant à savoir si cela était un reproche ou toutes autre choses ? Certes pour certains il était vain de mobiliser toutes son énergie sur l'objectif de fuite, puisqu'au final les mages qui sortent sans autorisation sont vite tués pour ne plus représenter un danger. Mais de l'énergie Rosélie en avait à revendre. Ce n'était pas en passant ses journées assise qu'elle avait survécu à la faim et à la misère dans le Bas-cloître de Val-Forêt et ce n'était pas maintenant qu'elle se laisserait aller dans l'un des fauteuils bien confortables de la tour.

Louis passa finalement devant elle et remonta les marches, les interminables marches. En annonçant bien qu'il espérait que Rosélie irait présenter ses excuses au templier blessé par son coup plus tôt lors de sa tentative de fuite. Cela déplaisait totalement à l'apprentie, il n'avait pas été doux non plus avec elle alors pourquoi irait-elle s'excuser auprès d'un templier et d'un humain qui plus est. Cet homme ne méritait pas qu'elle lui présente ses excuses et elle n'allait pas se laissait faire.

«  J'irais pas en présenter, il a été méchant aussi alors que je ne voulais qu'aller devant la tour. Je n'irais pas le voir. »

L'Elfe protestait tout le temps et pour tout. Rien ne semblait lui convenir. Le fait qu'on lui impose des choses lui étaientt insupportable, c'était l'un des avantages avant qu'elle n'arrive ici, l'heure n'était qu'un détail de la vie et qu'une gêne. Il n'existait qu'une seule heure, celle de manger et elle était définie par le ventre de l'Elfe. Alors, lorsqu'elle était arrivée ici et qu'on lui imposait un couvre-feu, une heure de réveil, tant de temps à l'étude et tant de temps libre. C'était tout son mode de vie qui en prenait un coup. Cela dit, en évitant ses heures de cours, elle avait beaucoup de temps libre et cela lui permettait de faire des tours en cuisine et chaparder quelques fruits ou mets si délicieux que l'apprentie pensait qu'ils étaient préparés pour un seigneur local.

Louis était toujours devant et arriva sur une salle d'étude, là Rosélie se méfia,  allait-elle devoir s'entraîner ? Elle n'en avait aucune envie et surtout après qu'elle eut presque réussi à sortir de la tour, pour elle il fallait mettre un nouveau plan d'évasion au plus vite avant que tout ne change pour l'empêcher de partir. Mais la méfiance de l'Elfe s'évanouit bien vite lorsque son mentor lui pose un manteau sur les épaules et l'amène sur une cour extérieure. Voilà donc qu'elle était presque récompensée pour ses efforts ? Voilà qui avait le don de la rendre encore plus fière de ce qu'elle avait fait.

Louis ajouta qu'elle avait une heure dehors à s'amuser avant qu'elle ne doive rentrer de nouveau pour maîtriser sa magie avant d'aller dîner et ensuite parler ensemble des dangers qu'encours la pratique de la magie. Un sujet dont Rosélie n'avait pas envie de parler. Les raisons de sa venues ici étaient un véritable traumatisme et elle ne désirait en rien parler de tout cela. Même si elle se doutait que Louis savait déjà tout cela.

Elle fit mine de ne pas avoir entendu la suite et seulement le fait qu'elle ait une heure en plus de libre pour s'amuser dehors dans la cour. Elle offrit un grand sourire à son mentor avant de foncer, droit dans le peu de neige qu'il y avait et faire plein de projectiles de neige. Bien sûr avec sa magie elle aurait pue en faire bien plus et plus rapidement, mais elle n'en avait pas encore le réflexe et cela aurait été beaucoup moins amusant ainsi. Ses doigts étaient désormais glacés au-même titre que ses projectiles, mais elle ignora le froid et continua son œuvre jusqu'à en avoir assez pour avoir une bonne resserve d'armes. Elle regarda autour d'elle et vit uniquement Louis, à cette heure-ci les apprentis s'entraînaient tous, personne n'allait dehors et encore jouer et s'amuser. Rosélie était un cas à part. Aussi, sa cible était toute choisie.

« Louis ! Attention on t'attaque ! »

Aussitôt sa phrase terminée elle jeta une première boule de neige vers le mage. Sa réaction serait sans doute amusante si il faisait cuire le projectile ou le renverrait vers elle, mais elle s'y attendait et se préparer à lancer le second tout en jouant sur ses jambes changeant ses appuis pour se préparer à esquiver. Louis avait souvent participé à ses jeux d'enfant et bien souvent elle allait le trouver si elle s'ennuyait.

L'heure passa bien rapidement, à jouer avec son mentor dans la neige, au final le manteau n'avait pas eu beaucoup d'utilité, à se rouler dans le froid ainsi, il était entièrement trempée et l'Elfe aussi. Elle paraissait comme un chien battu à grelotter lorsqu'il fut l'heure de rentrer et que l'adrénaline d'échapper aux boules de neiges fut éteinte. Aussi, elle avait été envoyée se changer pour le dîner et prier de ne pas arriver en retard. Ce qu'elle allait sans doute être pour qui la connaissait aussi bien que Louis malgré les quelques semaines de présences qu'elle avait.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Jeu 27 Aoû 2015 - 17:01

Désolé..:
 

Rosélie est une tête de cochon, me dis-je en l'entendant répondre d'un air boudeur que Tiburce ne mérite pas d'excuses. C'est pourtant un garçon charmant, appréciant la bonne chair et le bon vin, détendu et plutôt accommodant.
Je ne la laisserai pas s'en sortir comme ça, même s'il faut l'y contraindre, elle ira. Il est temps qu'elle apprenne la politesse, quand même, à défaut des bonnes manières. Être une chipie est une chose, mais être mauvaise en est une autre, et je n'ai pas envie que de la rancoeur se glisse dans les toutes jeunes relations que ma jeune apprentie noue avec les Templiers.

Lorsque Rosélie m'invite (en quelque sorte) à jouer, je cède à l'impulsion de l'accompagner, malgré tous les ouvrages qui m'attendent. La première boule m'a prise par surprise, mais j'arrête les suivantes à l'aide de quelques boucliers bien placés.
Mine de rien, je lui montre la méthode, en décomposant mon processus. J'aimerais lui montrer une technique liée au feu, mais j'en suis bien incapable... il faudra qu'elle se trouve un autre maître pour cela, plus tard... Dans un premier temps, il serait déjà judicieux qu'elle se décide à canaliser un peu de magie pour se sécher, chasser l'humidité qui la recouvre et réchauffer son corps. Elle n'écoute même pas quand je lui suggère. Une révélation me frappe en voyant ça: Rosélie ignore sa magie, comme un grand frère ignorerait un petit frère dont il ne veut pas, espérant confusément que s'il l'ignore assez longtemps, ce dernier va finir par disparaître.
Elle espère encore qu'il soit possible de se séparer de son Don... ce don dont elle n'a pas voulu, et ne veut toujours pas, et qui lui pèse. Il faudra que j'en parle aux seniors pour savoir s'ils ont éprouvé une technique pour réconcilier un mage avec son talent.

En attendant, il va falloir contre-attaquer, et montrer à cette jeune péronelle qu'on n'apprend pas à un vieux singe à faire la grimace! des bêtises du genre, j'en ai fait plus qu'elle, et avant elle, par le Créateur!
Le boules volent, d'un côté et de l'autre. Elle va vite, la bougresse, mais j'ai un peu de métier aussi! rapidement, nous sommes l'un et l'autre plein de neige et tout rougis par le froid et l’excitation.

Elle finit évidemment trempée et grelottante, miaule sa détresse et prétend qu'elle va mourir sur le champ si elle ne file pas toutes affaires cessantes se changer et se réchauffer. Je me montre intraitable au début, mais même lorsque je la sèche moi-même d'un sort mineur, elle continue à trembloter et à claquer des dents. Mon cœur en mousse se fend, et je la laisse filer, reconnaissant (encore une fois) ma défaite dans ma pathétique tentative de faire preuve d'un semblant d'autorité. Je l'autorise à aller se changer et prendre un bain chaud, et lui donne rendez-vous pour le dîner.
La malicieuse a encore réussi à couper court à la leçon... Mais je vais lui jouer un tour à ma façon. Après tout, c'est de bonne guerre; si elle n'écoute pas mes instructions de façon volontaire, je vais faire en sorte qu'elle y soit contrainte. Je remonte dans les couloirs, mitonnant ma terrible vengeance et recherchant quelques alliés de circonstance.
Je me frotte bientôt les mains à l'idée du tour qui lui pend au nez. Ah, elle aime jouer?
Je me rends ensuite aux cuisines, et négocie avec Eliana un ensemble de plats chauds, que je fais déposer dans une salle à part. J'informe ensuite les gardiens des dispositions que j'ai prises, et du fait que Mademoiselle Rosélie a un repas qui l'attend ailleurs, et interdiction de manger ici.
Si elle veut manger, elle devra venir me voir. La salle, c'est la salle d'étude qui nous est réservée. Je boucle la pièce, et me place en embuscade à la sortie de la salle commune. Elle tentera probablement de s'évader et de revenir nuitamment voler de la nourriture, mais je vais l'attraper avant! Et après, je la torturerai à mort jusqu'à ce que ses oreilles saignent d'avoir trop écouté! Cela dit, ça viendra sûrement assez vite, vu le peu d'expérience qu'elle a en la matière.

Je dégotte ensuite un vieux livre poussiéreux et illustré sur les exercices de contrôle magique, assez ludique d'ailleurs. Je vais lui donner des devoirs, puisqu'elle ne fait pas ses heures d'étude...
Ça me rappelle mon précepteur et mes leçons, lorsque j'avais cinq ans à peine, et qu'on essayait vainement de me faire préférer la géographie aux sauts dans le foin depuis le grenier,  avec les jeunes domestiques...

Cela me renvoie une fois de plus à Llerin, et à la honte qui me brûle le front chaque fois que je pense à lui. Je n'ai jamais pu aller le voir; bien qu'aujourd'hui je sois certainement en mesure de le guérir des conséquences de "l'accident", est-il encore temps, tant d'années après?
Et si moi, je ressens cette honte à l'idée d'avoir brisé les jambes d'un jeune elfe de 11 ans, plus de 25 ans après les faits, que ressentent les autres? Que ressent Rosélie, dont la victime est définitivement hors de tout espoir de réparation?

Voilà de bien sombres ruminations, qui m'aideront toutefois à aborder en douceur les sujets les plus épineux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Dim 30 Aoû 2015 - 23:49

En Louis, la jeune Elfe avait trouvée un grand-frère, celui qu'elle avait toujours rêvée d'avoir. Bien qu'elle en avait déjà trouvée un au bas-cloître qui lui manquait aujourd'hui, elle appréciait trouver quelqu'un en qui elle pouvait avoir confiance, enfin, c'était vite dit, puisqu'elle n'était pas très ancienne dans cette tour, cependant, tous les autres mages s'accordaient à dire qu'entre eux ils se devaient de se faire confiance car ils étaient dans la même galère. Bien que Rosélie n'ait pas compris cette expression immédiatement on lui avait expliqué plus tard, le lien avec le bateau et la signification. Il lui avait semblé retrouver un peu de chez elle à cet instant puisqu'à Val-Forêt aussi tous devaient se soutenir, enfin ce que ses parents lui avaient dit avant qu'elle n'apprenne à ses dépends que cette règle n'est pas vraie pour tous. Comme faire confiance aux autres, suite à ce qu'elle avait subi, c'était la pire des trahisons, mais désormais elle avait retenu la leçon.

Dés que Louis avait accepté d'envoyer Rosélie se changer, elle lui offrit un regard charmeur et un grand sourire ravie de pouvoir échapper à sa leçon du jour et remerciait intérieurement Louis pour lui permettre de l'éviter. Courant vite vers son dortoir elle prit tout de même son temps, après tout elle ne voulait pas qu'on l'oblige juste avant d'aller dormir à faire un petit sort ou autre chose comme la lecture ou toutes autres choses qu'elle jugeait comme torture. Elle avait grandi en s'amusant et jouant à voler les gens plus riches qu'elle, en aucun cas à rester assise à lire des lignes et des lignes compliquées et lancer des boules d'eau avec ses mains. Elle n'en voulait pas d'ailleurs, son "talent" pour la magie elle ne l'avait jamais désirée et même aujourd'hui elle voulait s'en débarrasser cela serait peut-être possible avec le temps si elle ne l'utilisait pas pensait-elle.

Arrivant devant son lit en hauteur, elle ouvrit le coffre qui lui était attribué, en plus des affaires de ses camarades et aux templiers ou aux mages qui l'avaient contrariée il y avait un tas de vêtements "offert" par la tour pour la nouvelle vie de chaque apprentis qui arrivaient. La petite Elfe ne se plaignait pas de cet aspect, au contraire, elle changeait enfin de vêtement et avait même apprise à prendre des bains régulièrement. Chose qu'elle ne faisait jamais au bas-cloître ou alors avec ses habits. Arrivant à la tour elle était crasseuse et puait d'après les autres apprentis, mais elle ne sentait rien et n'avait pas compris le comportement qu'ils avaient eu. Pour elle rien n'était anormal ni dans sa tenue, ni sur la saletée sur son visage ou la boue de ses genoux. Mais dés qu'on lui avait présenté les robes et les beaux habits tout propre et la baignoire avec l'eau chaude, ce fut une découverte des plus étonnante et dés plus heureuse de sa vie. Elle s'était sentie aussi importante qu'une princesse à cet instant, voir que l'impératrice.

Elle jeta un coup d'œil rapide à la baignoire mise dans la salle d'eau et dont la porte était actuellement ouverte, non elle ne prendrait pas de bain ce soir, elle se changerait simplement la robe et se sécherait les cheveux avec un linge. rien de très classieux, mais suffisant pour la soirée pensa-t-elle. Après quelques instants elle enfila sa robe d'une couleur bleue océan, comme certains disaient, Rosélie n'ayant jamais vu l'océan ou bien même le lac ne pouvait rien dire hormis un "merci" et cela quand elle avait envie de répondre. Prenant le temps devant la coiffeuse elle arrangea ses cheveux, ses anciens amis se seraient moqués d'elle si elle avait fait ça à Val-Forêt, car dans la demi-heure qui aurait suivi, cela n'aurait servie à rien, mais ici, les cheveux brossés restaient en place. Ça ne déplaisait pas à l'Elfe d'ailleurs.

Une fois prête la jeune apprentie emprunte le chemin de la salle commune pour aller prendre son repas du soir, avant sans doute de finir la soirée sur l'un des canapés devant une des nombreuses cheminées ou alors simplement dans le dortoirs des filles ou ses camarades parlent des hommes et des leçons qu'elles avaient apprises et qui est plus forte que qui. Un tas de sujet dont Rosélie n'aime pas, mais écoute pour se divertir. seulement, alors qu'elle sautillait ravie de n'avoir pas eu de cours de la journée et qu'elle se trouve qu'à une foulée de la table un templier l'arrête.

« Je voudrais aller manger, j'ai encore le droit à ça je pense. »

Le templier regarde l'Elfe d'un air mauvais, visiblement contrarié par la remarque de l'apprentie effrontée et à raison. Elle n'est pas des plus agréables quand on la coupe dans son élan. Cependant, sous son casque Rosélie remarque qu'il s'agit du templier qu'elle avait blessé plus tôt dans la matinée.

« Ce soir tu ne manges pas avec les autres, William, escortez Mademoiselle Rosélie jusqu'à la salle de son repas de ce soir. » ordonna Tiburce à l'autre templier à ses côtés.

Les gardiens, c'est comme ça qu'ils sont nommés, des statuesqui servent a effrayer les enfants et les faire manger sinon ils n'iront pas à la bibliothèque demain, Rosélie était l'une des rare à n'avoir peur de rien dans cette tour et prenant les templiers pour des prisonniers eux aussi plutôt que des geôliers, sauf ceux qui gardaient la porte. Ceux-là, difficile à dire. Mais heureusement pour l'Elfe, les gardes de la porte changeaient régulièrement et les anciens redevenaient prisonnier comme les mages.

L'apprentie protestait durant le chemin jusqu'à la salle d'étude, aussi elle ne prit pas soin de remarquer la direction ni l'étage auquel elle se trouvait, ce fut quand le templier William ouvrit la porte et fit entrer la mage qui rouspétait qu'elle comprit.

« C'est ça laisse-moi ici sinon je te refais le visage. » Elle se retourna doucement en entendant la voix de Louis réagir à ce qu'elle venait de dire. « Mais pourquoi je peux pas manger avec les.... »

Elle ne finit jamais sa phrase voyant la salle et la reconnaissant pour y avoir passé du temps, à rien faire dans son cas. Voyant le vieux livre elle comprit que trop tard le piège de son mentor. Il était malin, beaucoup plus qu'elle ne l'aurait pensée, mais qui offrait donc du challenge à Rosélie pour être encore plus forte que lui. Mais pour l'heure, il fallait avouer qu'il gagnait la manche, cependant, elle ne se rendrait pas sans essayer de s'en sortir. Mais cela il devait s'en douter.

No soucis !:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Ven 25 Sep 2015 - 14:12

Comme un chaton en cage
Rosélie & Louis


La canaille a l'air surprise de s'être finalement fait coincer dans la nasse que je lui tendais. A toujours vouloir jouer au plus fin, il fallait bien qu'elle finisse par perdre un peu aussi, non?

Je savoure comme un petit bonbon à la violette l'air déconfit de Rosélie lorsqu'elle doit s'installer en face du gros livre, alors que j'ai le plateau devant moi.
Nous avons quelques séances de retard sur la théorie magique, et une discussion à mener à son terme sur les racines de ton arrivée ici, ma chère petite. J'espère que tu n'es pas trop fatiguée, car jusqu'à nouvel ordre, et jusqu'à ce qu'on ait rattrapé ton retard, et fait le socle de ton éducation, nous allons devoir nous retrouver ici chaque soir pour finir les leçons du jour.

Pour ce soir, je te laisse manger tranquillement, pendant que je vais te parler un peu de la Tour, des Cercles des Mages, et de moi. Si tu le veux bien, après, nous parlerons de toi.


Je la vois déjà lorgner sur mon vieux livre; je vais titiller sa curiosité. Du moins, essayer. Je retire le livre avant qu'elle n'ait pu en déchiffrer le titre ("divertissements magiques), et lui rend son plateau.

Je commence alors mon discours préparé:

Le Créateur, selon la théorie chantriste, créa les hommes à la lisière entre le monde matériel, concret, et le monde spirituel, le fameux Immatériel, dans lequel subsiste l'essence de la Création.
Nous, les Mages, sommes le parfait point d'équilibre entre les deux mondes. Si tu veux mon avis, nous sommes des humains plus que parfaits; mais selon la Chantrie, nous sommes des erreurs de calibrage: notre lien à l'Immatériel est une aberration à leurs yeux, car nous manipulons les forces créatrices qui sont en principe l'apanage du Créateur en personne.

Je n'ai pas l'impression qu'elle m'écoute vraiment, concentrée qu'elle est sur son plateau de nourriture, mais il en restera bien quelque chose...
Le pouvoir magique, s'il est d'essence divine, est donc logiquement... inapproprié pour les hommes. Naturellement, ce pouvoir nous dépasse et nous consume de l'intérieur. Aucun révélé ne peut prétendre avoir apprivoisé ses pouvoirs spontanément; chaque mage a commencé par causer un accident, parfois mineur, souvent grave.

Pour ma part, je n'avais que six ans quand c'est arrivé. Je jouais avec un ami dans le grenier à foin de ma maison, et il a glissé. Je n'ai pas réfléchi, et mon incapacité à agir physiquement m'a poussé à générer un champ de force pour qu'il ne se fasse pas mal. Il n'a pas heurté le sol; mais je lui ai broyé les jambes, réduisant ses os en purée à partir des genoux. Lorsque je suis parti au Cercle, le médecin de la famille avait renoncé à l'amputer, mais prétendait qu'il ne marcherait plus jamais. Je n'ai jamais revu mon copain, mais je me suis souvent demandé s'il n'aurait pas mieux valu pour lui de mourir en tombant.


Le silence un peu pesant qui suit me gène pour elle; elle se décidera peut-être à me raconter avec ses propres mots son histoire. Je continue.

Les gens, dans leur immense majorité, ne comprennent pas la magie; ils ne voient que des flammes, des éclairs, des corps suppliciés. Ce qu'ils ne comprennent pas, ils le craignent; et ce qu'ils craignent, ils cherchent à le détruire. Trop nombreux sont encore les enfants qui, parce qu'ils ont fait preuve d'un quelconque talent magique, sont torturés, roués de coups, et exécutés.
Parce que, malgré tout, nous sommes tous les Enfants du Créateur, il a été nécessaire de trouver un compromis pour que nous vivions, et à travers nous, la magie, mais aussi que nous ne causions pas de dégâts dans la société civile.
Les Templiers sont nos gardiens, au sens de défenseurs, protecteurs, gardes du corps, alliés. Ils nous protègent de tous les dangers qui nous menacent, à commencer par le plus sérieux: nous-mêmes.

C'est terriblement frustrant d'être enfermés ici, mais tant que tu es entre ces murs, tu n'aura jamais froid, jamais faim. Tu aura accès à des trésors de connaissance, à une éducation dont on ne pourrait même pas rêver dans le monde extérieur. Et tu apprends chaque jour à apprivoiser ton pouvoir, pour qu'il devienne ton allié, un don du Créateur, et non ton ennemi, un fardeau qui provoque souffrance, mort et destruction.  
Personne ne veut te brûler sur un bûcher, te rosser ou te maltraiter. Même les Templiers, ne sont là que pour éviter que toi ou un autre mage, possédé par un Démon, ne répande la mort. Ils te protègent de toi et de tes pairs, et te protègent contre le monde extérieur, qui nous est très hostile.  


Je m’éloigne du sujet initial, mais pas tant que cela : elle a été capturée comme un animal sauvage, prise au collet, et jetée dans une prison dont elle ne comprend ni la raison d’être, ni l’organisation. Mais à la différence d’un animal, il est possible de lui expliquer, de lui montrer que sa prison est avant tout un abri, et que c’est le seul qui existe contre les dangers du monde extérieur.

Alors, peut-être, pourra-t-elle commencer à faire contre mauvaise fortune bon cœur, et à s’intégrer ici…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Ven 25 Sep 2015 - 23:13

C'est avec un air grognon et un peu déçus d'avoir perdu à ce petit jeu que Rosélie s'installa devant le livre, un livre très gros qui prenait la place qu'aurait dû occuper le plateau de son repas en temps normal. Elle regarda les lettres qui y étaient inscrites sur la première couverture, mais alors qu'elle parvenait presque à terminer le premier mot Louis lui retira la joie de pouvoir déchiffrer correctement le titre. C'était grisant d'y avoir presque réussi, mais c'était avec la plus grande joie qu'elle ne lirait pas la suite de cet imposant volume et avec elle celle de pouvoir manger.

Louis parle beaucoup, trop dirait certains de ses collègues mages avec qui elle est de temps à autres, mais pour Rosélie c'est parfait, il parle et elle ne l'écoute que rarement, c'est un fond sonore qu'elle apprécie et qu'elle a appri à aimer même au fur et à mesure des jours. Il semble que cela la réconforte, que quelqu'un veuille lui parler même après ce qu'il s'est passé au bas cloître et avec toutes ses tentatives d'évasion, il trouvait toujours pleins de mots et parfois mêmes des mots que Rosélie ne comprenait pas, mais elle ne le montrait jamais, ne voulant absolument pas décevoir celui qui veillait sur elle, celui qui s'était mis à dos au moins plusieurs dizaines d'individus pour avoir protégé une petite voleuse Elfe au sein de la tour.

Quoiq u'il en soit elle était ravie de voir que malgré le fait que les leçons de magie prenaient du retard il était tout de même bienveillant avec elle et lui offrait le plateau en lieu et place du gros livre dont elle aurait sans doute haïe très fort l'existence de tant de lettres sur autant de papiers. Elle commença donc par manger son repas, la viande n'y était que rarement au même titre que la noblesse il n'était pas commun d'en manger aux repas, la plupart du temps c'était une quiche ou bien des légumes ou encore d'autres choses dont Rosélie ne connaissait même pas l'existence avant d'arriver à la tour et aujourd'hui ne connaissait pas le nom. Mais elle s'en moquait éperdument, elle mangeait.

Louis continua son discours, plus absorbés par sa nourriture que par son discours l'Elfe avalait ce qui se trouvait sur son plateau. L'apprentie capte les mots comme "divine" et "créateur", voilà des choses dont elle n'en a cure, la religion n'était pas son problème essentiel au bas cloître, bien sûr elle connaissait les templiers et les préceptes de la chantrie Andrastienne, mais elle ne s'y était jamais intéressé faute de temps et de concentration pour les activités, les jours où il y avait une procession à Val Forêt était le meilleur moment pour visiter les maisons laissées sans surveillance et faire les poches de tous ces croyants. L'Elfe avait bien vue des sœur et des prêtresse habillée de belle robe qu'elle avait souvent voulu, mais bien trop difficile à voler. Elles semblaient briller dans leurs apparats au soleil et Rosélie avait voulu leur ressembler fut un temps. Aujourd'hui un peu moins surtout quand elle les croisait au sein de la tour. A présent elle avait elle aussi de belles robes et s'habillait formidablement bien - enfin ça c'est ce qu'elle pensait - elle était telle une enfant noble pensait-elle.

Si Louis voulait parler de foi et de religion le sujet n'intéressait par du tout l'Elfe qu'elle était. Cependant, elle s'arrêta quelques secondes ce qu'il lui paru une éternité lorsqu'il évoqua sa propre expérience de la découverte de ses pouvoirs. Elle n'en avait jamais eu vent, mais à présent elle repensa à sa propre première utilisation de son "don". Cela la glaça, mais elle reprit rapidement ce qu'elle faisait avant pour faire semblant ne pas être concerné par ce genre de découverte macabre de la magie. Elle ne voulait pas y repenser et là la peur lui prenait au ventre. Non elle ne voulait plus y penser, pas plus qu'elle ne voulait de la magie en elle.

Le silence est pesant, très pesant pour l'apprentie qui continue de manger, non de boire surtout à présent, le repas ne semble plus être de bon gout désormais. Elle remplie et vide son gobelet d'eau aussi rapidement qu'on le ferait si on en était privée pendant plus de deux jours. Elle était attentive maintenant, plus qu'elle ne l'aurait voulu et heureusement que la boisson était l'eau fraîche, s'il s'était s'agit de vin ou de tout autre alcool, cela ne faisait aucun doute qu'elle serait déjà saoul après quatre gobelets.

D'après les dires de son mentor, les templiers sont les protecteurs plus que des geôliers alors pourquoi ne pas accompagner l'Elfe dehors au lieu de lui interdire tout simplement la sortie juste pour jouer dans la neige ? Elle ne comprenait pas vraiment, pourquoi la cage qui l'avait amené ici ? Pourquoi être venu à quinze la chercher et épée hors fourreaux ? Tout ceci n'avait aucun sens et elle se sentait plus proche de ceux qui désiraient la liberté. Cependant, elle voulait apprendre de Louis et ceux malgré le fait qu'elle ne comprenait pas son opinion.

« Les templiers m'interdisent de sortir, ils ne font que m'interdire de faire des choses, rien d'autres, c'est pas des gardiens. »

La naïveté des enfants et parfois charmant, elle affirmait ceci comme si cela était la vérité pure n'en connaissant pas d'autres, depuis son premier contact avec les troupes de la chantrie, il n'était question que de cage ou d'interdiction.

« Pourquoi les gens ont-ils peur de la magie ? Pourquoi doit-on être obligé de vivre comme ça alors que les autres non ? Pourquoi est-ce qu'on est dangereux comme ça pour nous ? Tu as dit qu'on était des Hum-Elfes plus que parfait, mais on est comme au bas cloître regroupés entre nous juste pour pas embêter les gens.»

Elle aurait aimé reprendre l'expression entière de Louis, mais elle ne pouvait dire qu'elle était Humaine. Trop souvent on le lui avait rappelé durant sa vie actuelle, trop souvent on l'avait maltraité sous-prétexte qu'elle avait des oreilles pointues et qu'elle avait de plus grand yeux, qu'elle était plus jolie que certaines humaines. Alors, non elle ne pouvait s'identifier aux humains, une fierté, mais aussi un devoir de se rappeler ce qu'elle était réellement.

Elle regarda Louis, il avait raison, elle ne mourrait pas de faim et de froid ici. La seule chose dangereuse ici c'était elle et les épées des templiers. C'était frustrant ne pouvoir changer les choses avec autant de pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Invité
Invité
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Mar 29 Sep 2015 - 17:45

Comme un chaton en cage
Rosélie & Louis



Je souris en entendant la tournure enfantine de sa plainte. Elle a grandi sans murs, sans laisse, et se retrouve brutalement confrontée au monde des adultes. Mais sa question est plus profonde qu’elle n’en a l’air. Je prends mon temps pour réfléchir avant de lui répondre.

Les Templiers sont comme tout le monde : il y a de vrais cons chez eux aussi. Beaucoup sont entrés dans l’Ordre par fanatisme religieux ou par peur des mages, ce qui aboutit à un même résultat : nombreux sont les Templiers qui ont peur de nous.  Mais malheureusement, un mage qui n’est pas canalisé mérite qu’on en ait peur.

Jusqu’ici, tu n’as heureusement jamais vu une Abomination. La plupart de nos protecteurs, si. Du coup, ils savent ce qui peut arriver quand un mage devient fou, et ils ont peur ; à raison. Lorsqu’il y a des cas vraiment risqués, on m’appelle parfois pour servir de garde-fous, grâce à ma maîtrise des champs de suppression.
J'ai eu une fois à faire à une telle horreur, et je te souhaite de ne jamais en rencontrer. La chair difforme, la magie surpuissante toute entière consacrée à détruire tout et tout le monde... Je suis ressorti de là horrifié, et fermement décidé à ce que ça n’arrive plus jamais, tant que je serais en mesure de l’éviter.  


On est en train de parler des origines de la Chantrie, là. Et ma turbulente petite pupille embraye directement sur les origines du Cercle des Mages. Il faut que je trouve un moyen de lui faire remarquer que sa curiosité serait mieux, et plus vite, satisfaite en accédant à la bibliothèque de la Tour, et de la motiver à lire. La tâche s’avère compliquée, parce que Rosélie a presque autant horreur de la lecture que du travail. Pourtant, le plaisir d’un bon livre est sans égal.  
Je suis obligé de rejoindre ma jeune amie ; bien que je comprenne parfaitement le pourquoi, il me pèse aussi d’être enfermé, loin du monde, pour ne pas froisser sa bonne conscience. « Les Mages », ce n’est pas moi, ce n’est pas Rosélie, ou n’importe quel autre pratiquant de la magie. Nous sommes chacun spéciaux, et tous, nous aspirons à la liberté. Mais la liberté est trop dangereuse pour nous, car nous sommes notre propre prédateur.

Un jour, j’espère que je pourrais avoir un débat avec Rosélie sur le sujet, parce que comme toujours, les choses ne sont pas tranchées. Je suis conscient de la nécessité qu’il y a à préserver le monde de trop de magie ; conscient de la nécessité de protéger les mages ; et de celle de nous éduquer ; ainsi que de celle de conserver la trace des mages en vie pour le cas où. Maintenant, le fait de nous cloîtrer notre vie durant dans une Tour est plus discutable. Et encore, je ne suis pas à plaindre, mes études de médecine me valant une dispense particulière et des autorisations de sortie plus courantes que la moyenne.
Tu as raison, on est parqués comme les elfes du Bas-Cloître, mais à leur différence, nous sommes traités comme des êtres humains, pas des animaux entassés dans un bouge. Ceci dit, sans jugement de valeur ; mais les Bas Cloîtres ne sont pas les endroits les plus charmants de Thédas…
Comme les elfes, c'est le rejet des gens qui nous oblige à vivre à part; mais aussi, parce que l'Empire Tevintide donne l'exemple de ce que devient une société, quand le pouvoir est confisqué par les Mages. Parce que, tu t'en doutes, si tu es un mage, et que tu es décidé à prendre le pouvoir coûte que coûte, il devient difficile de t'arrêter.  Les grands mages spirituels savent même écraser la volonté de leurs cibles sous la leur. Rien ne peut tenir tête à la magie incontrôlée.


Je m'étonne de la pertinence des questions de Rosélie, dissimulée sous des abords enfantins. Elle a l’esprit vif, et même si ces questions sont courantes, elles le sont nettement moins dans la bouche d’une enfant, même précoce.  Je révise ma position concernant les prochains jours,  les cours magistraux attendront : en parlant ainsi, à bâtons rompus, je crois que nous irons beaucoup plus vite pour faire son socle de connaissances. Reste à trouver un moyen de l’inciter à la pratique magique. Mais tout vient à point à qui sait attendre…

"Tu vois, tu m'as demandé  de te résumer en quelques minutes l'histoire de la Magie. Ça peut être intéressant comme sujet, parfois... Je sais que c'est difficile de lire, mais chacun des livres de la bibliothèque raconte une histoire, et aucune histoire n'est inutile. Parfois, elles sont mal racontées, ou parlent de choses barbantes; mais chaque livre est un témoignage.

Celui-ci, par exemple,
dis-je en tapotant la couverture de mon ouvrage, parle des farces et attrapes que la magie permet de faire à ses petits camarades. A ton âge, j'ai joué des tours pendables à mes petits camarades. Mais, autant te prévenir: je connais TOUS les sorts de ce livre.
Je lui fais mes gros yeux
Si tu tentes de les utiliser sur moi, ma vengeance sera terrible! Mouahahaha! et je me drape dans ma cape.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosélie
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
cercle d'orlaïs ∣ apprenti
InfosRACE : Elfe
AGE : 17 ans
CONTRÉE D'ORIGINE : Val-forêt
LOCALISATION : Tour du cercle de Montsimmard
ARME/MAGIE : Magie élémentaire
MÉTIERS/OCCUPATION : Mage
CÉLÉBRITÉ : Emilia Clarke
INSCRIPTION : 13/07/2015
MULTICOMPTES : Shay Howard & Uther de Verchiel & Azénor & Gareth
MESSAGES : 258
PSEUDO : Rémy le furtif
© crédits : Poison Ivy
Personnage

FICHE PERSONNAGE
☩ compétences:
☩ relations:
☩ inventaire:

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage Mer 30 Sep 2015 - 23:21

Alors que la question de la petite Elfe est en cours de résolution, Louis parle de sa propre expérience en parlant des abominations. De la chair difforme, la magie n'ayant que pour but de détruire tout ce qu'elle peut réduire en cendre, le monde entier si le désir lui en prenait. L'imagination de l'apprentie se met en marche c'est avec presque une envie de vomir qu'elle s'imagine face à cette chose. Elle pense déjà qu'elle ne pourrait jamais en voir une sans détaler comme un lapin et se cacher quelque part espérant que des gens compétent puissent s'en charger, cependant, Louis lui rappelle vite que ce sont les mages qui deviennent ainsi. Donc avant qu'elle ne soit cette chose difforme et horrible dans l'imagination de l'Elfe, la créature était peut-être comme elle ou comme Louis. Cela la terrifie, l'idée qu'elle puisse être une chose horriblement laide et hideuse en plus meurtrière la glace d'effrois et prie très fort elle ne sait pas trop quelle divinité de ne jamais en croiser une, ni même en devenir une.

Rosélie regarde attentivement son mentor et observe qu'il est en lui-même contrarié de ne pouvoir avancer sur le sujet qu'il avait choisi. La jeune Elfe du bas cloître est maligne et c'est cela qui l'avait sauvée plus d'une fois de la main de la garde civile de Val Forêt et de ses leçons de magie au cercle. Cependant, elle bute sur un mot "fanatisme", elle n'arrive pas à le comprendre, cela lui sera très utile si la conversation continue ainsi et elle espère que ce sera le cas. Mais l'attente pourrait aussi se retourner contre elle et elle perdrait au petit jeu qu'elle met en place déjà d'éviter toutes discussions sur un certain passé qu'elle espérait , non qu'elle voulait oublier pour toujours.

« Que veux dire "Fanatisme" ? C'est en rapport avec la peur des mages ? »

Son protecteur est d'une grande générosité et de bonté d'âme, il lutte désespérément pour aider les siens, elle le sent dans ses paroles, mais il essaie aussi de maintenir un certain équilibre qui déplaisait à la majorité des mages de la tour et peut-être ailleurs ? Rosélie avait entendu parler d'autres cercle comme celui-ci dans les marches Libres, les terres du sud et d'autres contrés dont elle ne souvenait plus le nom. Elle avait d'ailleurs apprit à ce moment-là que Val Forêt était tout petit si tant royaumes existaient, elle avait alors revue sa place dans le monde et se trouvait ridiculement petite par rapport à cet espace de liberté que représentait Thédas.

Puis c'est l'évocation déjà entendu de ce royaume prit en exemple de ce qu'il ne faut pas faire avec la magie, avait-elle oublié d'écouter le vieux mage qui parlait d'histoire elle ne s'en souvenait plus quand, elle avait peut-être dormi ce jour-là à moins que ce soit autre chose. Peu importait au final, elle ne savait pas ce qu'il se passait dans "l'empire Tevintide.". Mais Louis pourrait peut-être lui en donner la raison pour laquelle il était cité et pourquoi il ne fallait reproduire ce qu'il faisait, cela l'aiderait beaucoup si un jour elle devenait douée en magie chose qui bien sûr elle en doutait encore à cette époque là.

« Qu'est-ce qui se passe dans l'empire Tevintide ? Pourquoi tout le monde le cite comme le plus mauvais exemple ? »

Elle avait beau avoir écouté plus d'une histoire sur Paiven, elle ne se souvenait pas qu'il ait un jour parler de cet endroit, enfin elle espérait qu'elle se rappelait assez des histoires qu'il lui racontait pour savoir que ce n'était pas le cas et la mémoire de Rosélie c'était quel que chose de spéciale, seulement les informations qu'il l'intéressait réussissaient à rester dans son esprit, où ce qui lui faisait peur. La magie incontrôlée était donc très nocive pour la population comme pour le mage, le souvenir horrible des flammes apparaissant sur le garde apparaissaient dans son esprit, la chaleur des flammes, le visage horrifié de l'homme ses cris alors qu'il mourrait brûler entièrement et la peur la figeant totalement. Elle secoua la tête bien vite après sa question ne semblant pas avoir entendu la réponse s'il avait répondu et revint pendu à ses lèvres cherchant à quel moment elle était de la conversation.

Elle affiche alors une petite moue quand Louis l'incite à lire plus souvent des ouvrages comme celui qui était à côté d'elle. Il "comprenait" que c'était difficile de lire, non pour Rosélie c'était un effort immense, enfin elle le pensait vraiment, chaque mot était une torture et chaque mot prenait au moins dix minutes avant d'être totalement déchiffré, elle n'aimait perdre du temps et ne pas pouvoir lire correctement, elle voulait faire comme les autres, lire rapidement et comprendre, au lieu de ça elle n'y arrivait pas et buter sur chaque mot même basique. Elle avait donc arrêté découragée et agacée de ne pouvoir faire ce qu'elle voulait.

Cependant, le fait que Louis informe à la petite Elfe qu'il s'agissait d'un livre de farce et attrapes avec la magie fit apparaître le sourire sur le visage de l'apprentie, elle aurait aimée faire tous les tours avec Louis quand il était plus jeune, mais elle n'était pas encore née à cette époque et aujourd'hui il lui tendait presque la raison de lire un livre en entier, l'incitant cependant à ne pas l'utiliser contre lui sur un ton presque l'invitant à faire l'inverse. Un air de malice se faufila dans ses yeux en riant avec son mentor et protecteur, allait-elle le faire ? Certainement, elle aimait les défis et surtout ne manquait aucune occasion de s'amuser avec son "grand-frère" de la tour. Déjà elle passa discrètement sa main sur l'ouvrage pour voir s'il était gros sans quitter des yeux Louis, peut-être le déroberait-elle cette nuit ou une autre.

« Je suis sûr que je peux quand même te surprendre en farce et attrapes ! Au bas cloître on s'amusait déjà sans magie à avoir les autres. »

Un petit défi allait germer dans son esprit et la jeune Elfe irait bientôt préparer ses plans pour avoir Louis plusieurs fois par jour sans que celui-ci en ait conscience, enfin en théorie. En pratique ce serait nettement différent. L'Elfe posa son gobelet sur la table et poussa son plateau en mettant ses coudes sur la table et observant attentivement son mentor.
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1016-roselie-en-appr http://chroniques-de-thedas.forumactif.org/t1025-roselie-apprentie-malgre-elle
Contenu sponsorisé
Infos
Personnage

MessageSujet: Re: Comme un chaton en cage

Revenir en haut Aller en bas

Comme un chaton en cage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de Thédas :: Rez-de-chaussée :: Hall d'entrée-